AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702432638
Éditeur : Le Masque (01/10/2005)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 23 notes)
Résumé :

" Elle lui lia rapidement les mains dans le dos avec du chatterton, lui attacha également les chevilles, et lui tapota les joues jusqu'à ce qu'il se réveille. Il ouvrit les yeux au bout de deux minutes, cherchaautour de lui, le regard encore embrumé, avant de s'apercevoir qu'il était dans l'incapacité de se relever.- Tu es complètement folle ! dit-il d'une voix enrouée. Détache-moi tout de suite. Elle se pencha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ladesiderienne
  02 février 2013
Quel atout de charme, cette dame de pique ! Difficile de résister à sa beauté vénéneuse, mais gare à celui qui se met en travers de son chemin car elle règle dans le sang ses comptes avec la vie .
Nouveau rendez-vous avec le commissaire Martin, une nouvelle fois en petite forme. A peine remis d'une dépression post-traumatique, suite à une précédente affaire, il reprend du service, mais le voilà soupçonné de l'agression de son amie psy, Laurette et donc démis de l'enquête principale. J'ai donc encore l'impression que dans cette série il n'est destiné qu'à un rôle de figurant, tant il est préoccupé par les soucis causés par les dames de coeur qui occupent sa vie personnelle.
Un élément que j'ai jugé invraisemblable m'a gênée : grâce à ses appuis politiques, la tueuse, sous prétexte de vouloir écrire un scénario de film policier réussit à avoir accès aux éléments de l'enquête la concernant.... Je ne vous dévoilerai pas la fin assez peu conventionnelle.
Que les amateurs de vrais thrillers passent leur chemin car, dans ce polar classique et assez tiré par les cheveux, ils ne trouveront pas de quoi apaiser leur faim d'originalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lilyrose87
  24 juin 2016
Autant j'avais apprécié le premier volet, Dame de coeur, autant ce deuxième roman de la saga des Dames m'a laissé de marbre.
Pourtant, le résumé était plus que prometteur. Jugez plutôt :
Plusieurs meurtres se succèdent. Les victimes avaient un point commun, celui d'avoir pris un détective privé. Personnellement, j'avais été séduit par ce synopsis.
Malheureusement, le livre ne tient pas ses promesses. Les personnages ne sont que la caricature d'eux-mêmes, à commencer par le commissaire Martin, tout juste remis de ses blessures. Potentiellement attachant dans Dame de coeur, je ne l'ai pas apprécié dans Dame de pique. Son ex-femme, Myriam, une force de la nature est devenue fantômatique et ses trop rares apparitions dans le roman ne servent qu'à valoriser Martin.
Marion, la nouvelle femme dans la vie de Martin est très pénible à supporter, mais j'ai mis ça sur le compte des hormones, étant donné qu'elle est enceinte.
La seule qui tire son épingle du jeu c'est Jeannette, l'adjointe de Martin. Cependant, l'auteur nous la rend dépendante de Martin, ce qui est fortement préjudiciable.
Et la meurtrière? (ceci n'est pas un spoiler, on le sait dès la quatrième de couverture). Une enfant pourrie gâtée, voilà ce qu'elle est. Ses motivations sont vaseuses et au lieu d'être machiavélique et retorse, elle est juste pitoyable.
Le seul point positif consiste en l'enquête secondaire suivie par le commissaire Martin. Et encore
Si dans Dame de coeur, les femmes avaient le beau rôle, dans Dame de pique c'est le contraire. Il ne faut pas se leurrer, ce livre ne sert que les intérêts du commissaire Martin. Mille fois dommage.
Espérons que le troisième volet remontera le niveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jfponge
  02 août 2015
Dans ce second opus de la série des "Dames", Alexis Lecaye nous propose un thriller éblouissant, "noir de chez noir", mettant en scène, une fois n'est pas coutume, une tueuse en série. Magdalena supprime systématiquement toutes les personnes, hommes ou femmes, qu'elle soupçonne de lui porter atteinte ou de s'intéresser de trop près à sa jeune et très belle personne. Un bras de fer avec Martin, le commissaire de la police judiciaire, et son équipe, mais aussi une plongée dans les eaux troubles de la politique. Alexis Lecaye est passé du "bien fait" ("Dame de coeur") au "très bien fait" avec "Dame de pique". On attend la suite avec impatience...
Commenter  J’apprécie          31
bbpoussy
  06 juin 2016
Martin va encore devoir enquêter mais sur 2 enquêtes différentes. Sa collègue la psy Laurette qui s'est fait agresser, par un de ses patients ? et une série de meurtres tous différents commis pense t-il par une femme. La "Dame de pique" est moins prenante que le"Dame de coeur". On reste avec les mêmes personnages principaux et les 2 livres sont dans la continuité l'un de l'autre.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   29 janvier 2013
Pour Martin aussi, le comportement du tueur était contraire à tout ce que son expérience lui avait appris. L'axiome de base de son métier était : Un tueur applique toujours la méthode qui lui a réussi. Toute modification autre que de circonstances le met en danger. Un étrangleur étrangle, un égorgeur égorge, un frappeur frappe... Imaginer un assassin capable de passer avec autant de maîtrise d'un mode opératoire complexe à un autre tout aussi complexe avait quelque chose de vertigineux. Même les tueurs en série se tenaient à leur façon de faire, accompagnant leurs meurtres de rituels de plus en plus perfectionnés - si on leur en laissait le temps.
Leur assassin était une aberration statistique autant qu'une aberration humaine. Une sorte de mutant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ladesiderienneladesiderienne   02 février 2013
La mire de Martin était pointée très exactement sur le plexus du mac. Martin ne voulait pas tuer Jankelevic, c'était entendu, mais son exécution ne l'empêcherait pas de dormir plus d'une ou deux nuits. Il ne faudrait qu'une pression infime de son index pour libérer le chien qui frapperait le marteau, qui à son tour percuterait la douille et enverrait le petit hémisphère de plomb droit dans le corps épais en une fraction de temps si réduite que le son de la déflagration n'atteindrait jamais le cerveau de Jankelevic.
Une goutte de sueur perla sur le front du truand et dégoulina entre ses sourcils, puis le long de son nez. Jankelevic n'avait pas une imagination très développée, mais il savait exactement pour en avoir déjà vu les effets ce que lui ferait la lourde balle subsonique du 11.43. Elle lui pulvériserait le sternum avant de déchiqueter le cœur, puis les vertèbres, accompagnée d'éclats de tissu, de peau, de chair et d'os. A la morgue, le légiste noterait que l'entrée avait la dimension de la balle, mais en retournant le corps, il verrait un trou de sortie d'au moins six centimètres de circonférence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   17 juin 2013
Martin arpentait son appartement, dans un vieux pantalon élimé aux genoux et troué aux fesses. Il n'était pas rasé, et la peau sous ses yeux était fripée. Il était dans une colère noire, même si ça ne se voyait pas. Cette colère était principalement dirigée contre lui-même. C'était une colère de dépressif, assez molle dans ses manifestations, mais avec un potentiel dévastateur à moyen terme.
C'était un des symptômes de son état général. Martin était profondément déprimé, et le fait que cette déprime ait la qualité répertoriée de "dépression névrotique" ou "anxieuse", ou 'post-traumatique", manifestation courante chez les personnes ayant perdu un proche, ayant échappé à un grave accident, etc, n'y changeait rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   31 janvier 2013
Un dicton ressassé par sa tante remonta soudain à la surface. On aime les hommes pour ce qu'ils font, les femmes pour ce qu'elles sont.
Commenter  J’apprécie          120
gaemaegaemae   13 février 2014
Il n'était pas assez attentionné, il le reconnaissait. Sa dépression s'estompait, mais il s'enfonçait dans la solitude égoïste de l'homme mûr. Peut-être que les hommes de plus de quarante ans, déprimés ou pas, ne sont plus faits pour vivre en couple ? Tomber amoureux, vivre de belles aventures, pourquoi pas ? Mais vivre un nouvelle relation dans l'intimité répétitive du quotidien...
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alexis Lecaye (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexis Lecaye
DAME DE PIQUE le 21 Janvier à 20h35 sur France 2 (extrait 3) d'après les romans d'Alexis Lecaye
autres livres classés : tueuse en sérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre