AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330014155
Éditeur : Actes Sud (09/01/2013)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Lui-même père d’un enfant sourd, le narrateur de Malentendus mène l’enquête sur une tragédie familiale prise dans les rets de la grande histoire, celle des sourds, otages d’une bataille séculaire entre partisans de la langue des signes et partisans de l’oralisme. Mêlant l’intime et le collectif, Malentendus parvient à faire de la surdité d’un enfant le puissant révélateur des mécanismes d’ordinaire invisibles du roman familial, de ses ambivalences inconscientes et d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nadael
  14 mars 2013
Ce jour-là, le monde d'Yves Laporte s'écroule. Ce jour-là, son existence bourgeoise bien réglée vole en éclats. Ce jour-là, les projets qu'il avait pour un de ses enfants sont anéantis, d'un mot. Jamais, il n'aurait imaginé une sortie de route comme celle-ci, jamais. Ce jour-là il apprend que Julien, son second fils, alors âgé d'un an, est sourd.
Effaré par cette annonce, il refuse d'abord d'y croire. Mais face au corps médical, il n'y a aucun doute possible sur la surdité de Julien. Alors, Yves Laporte va se donner les moyens et se battre comme un lion en cage pour « faire parler » son fils.
On est dans les années soixante, la « langue pure » est préconisée. A coups de séances d'orthophonie, Julien apprend à oraliser, des années durant. Très tôt, il est appareillé. L'implant émet des sons aigus atroces, et tombe souvent.
Pour la majorité des gens de cette époque-là, il est mal vu d'être sourd. La personne qui n'entend pas est un être différent, une sorte de monstre, une personne imparfaite, voire un demeuré. Yves Laporte va donc s'acharner à « réparer » son enfant... Et tout cela, il le fait « par amour » dit-il.
Toute son enfance, Julien est isolé des entendants parce qu'il n'entre pas dans le moule, et est mis à distance des autres sourds pour ne pas être contaminé par la langue des signes, ce langage officiellement banni de l'éducation des sourds (la langue des signes française a été reconnue comme langue à part entière par la loi du 11 février 2005). L'interdiction d'enseigner la langue des signes dans les écoles a été levée dans les années quatre-vingt-dix ! Les oralistes considéraient que les sourds devaient apprendre à parler pour s'intégrer au mieux dans la société. Dans certains établissement, on attachait les mains des sourds dans le dos pour éviter qu'ils ne signent...
Adolescent, Julien découvre qu'un langage des signes existe. Furieux, il prend son envol. Il quitte la maison familiale avec rage et se rend à Paris pour en savoir plus sur cette méthode. Il parviendra à dompter son handicap, deviendra professeur, se mariera, aura des enfants... et ne reverra jamais ses parents.
Un passé pesant, une famille entière décimée. Un énorme gachis à cause d'un père, qui en souhaitant le meilleur pour son fils, n'a jamais vraiment pris le temps de l'écouter.
Un roman familial déchirant. Un sujet mal connu enfin éclairé. Une réalité surprenante. Un narrateur très présent et investi qui s'adresse au lecteur. Un auteur impliqué (père lui-même d'une fille sourde). Une écriture sensible.

Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
charleneL
  06 mars 2013
"Malentendus" est un ouvrage fort de part les thématiques qu'il aborde : l'histoire de sourds, la haine de l'autre -celui qui est différent-, la place du handicap dans le noyau familial, etc. Mais "Malentendus", c'est surtout l'histoire d'un père qui voulait bien faire et qui n'a pas compris : compris qui était son fils, compris sa différence, ses faiblesses mais surtout ses forces. Ce père qui a tout perdu en voulant nier le handicap et changer son enfant en une personne qui correspondait à son idéal.
C'est aussi la destinée incroyable d'une personne sourde qui a vécu plusieurs vies : celles d'un enfant-monstre au pays des entendants, celle d'un professeur respecté, d'un bon père de famille, mais d'un homme sans passé aussi, dans le monde des sourds...
"Malentendus" est édifiant sur les difficultés posées par la surdité, leur impact sur une cellule familiale et sur la construction identitaire des individus. Des questionnements, des choix difficiles, des erreurs commises, parfois irréversibles... le lecteur est sans cesse confronté à ces questionnements, invité à prendre parti pour ensuite revenir à une position plus objective.
Bertrand Leclair dévoile les parcours de vie atypiques des personnes sourdes qui luttent, encore aujourd'hui, pour se faire accepter et avoir une place légitime dans notre société entendante.
Si le style est parfois difficile d'accès,voire à certains moments déstabilisant, (écriture au fil de la pensée de l'auteur, restitution brute des souvenirs, des faits, des émotions, des rencontres), le récit n'en demeure pas moins authentique et touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
celine85
  21 mars 2017
A travers l'histoire de Julien né sourd dans les années 60, l'auteur aborde l'histoire terrible des sourds au XXème siècle (stérilisé les sourds, mains attachées pour ne pas utiliser la langue des signes qui a même été interdite à un moment....), On retrouve aussi les thèmes du rejet des personnes différentes et de la place du handicap dans le noyau familial. Dans ce roman , il y a une part autobiographique car l'auteur à lui même une fille atteinte de surdité et une part de fiction car le garçon est né dans les années 60. Ce livre ne peut pas vous laissez indifférent...
Commenter  J’apprécie          60
Manthalo
  03 avril 2014
Surdité... Thématique très peu abordée en littérature et très bien rendue dans ce roman.
Le sujet est intéressant et sort de l'ordinaire, à lire!
Commenter  J’apprécie          00
Desmaze
  03 mars 2013
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (4)
Bibliobs   13 mai 2013
Père d'une fille sourde, Bertrand Leclair raconte dans un roman passionnant le long combat mené par les partisans de la langue des signes... qui fut interdite en France jusqu'en 1977.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lhumanite   18 février 2013
Il donne un texte émouvant, où le roman familial reprend force lorsque les sentiments touchent le sol dur de l’histoire, de la science, de la réalité.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Lexpress   21 janvier 2013
Fort de monologues intérieurs bien vus et d'envolées lyriques mémorables, Bertrand Leclair signe une leçon de vie et de littérature implacable, et qu'on aurait tort de ne pas écouter.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   02 janvier 2013
Toujours en proie au doute, en quête de la langue juste, il intervient de temps à autre dans le texte pour dire la difficulté d'écrire. La beauté du livre vient de ce tâtonnement intrépide, de ce flottement volontaire, porté par un amour paternel aussi discret que profond
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
heleneDGheleneDG   15 août 2015
Ce n'est pas seulement cette étrange manie si courante à l'échelle des familles comme à l'échelle du monde, de vouloir faire le bien des autres, serait-ce à leur corps défendant, serait-ce malgré eux. C'est aussi l'amour que l'on dit parental, sachant si mal ce qu'il peut être, cet amour, ce que nous faisons au quotidien des jours; ce qu'ils en font, vraiment, ces pères, ces pères pleins d'amour, qui veulent aimer leurs enfants, les protéger, leur donner tout l'amour dont ils disposent, sans parvenir cependant à aimer ce que profondément sont ces enfants, ou ce qu'ils deviennent, qui voudraient tant qu'ils soient autres que ce qu'ils sont, est-ce si rare ? Et pourtant... Avons-nous tant de raisons de nous croire forts d'un savoir stable et sûr ? Ne vaudrait-il pas mieux croiser les doigts dans l'espoir que nos enfants y arrivent un peu mieux que nous, à vivre sous un ciel vide, libérés du carcan des superstitions religieuses, mais enfermés en nous-mêmes ? A devenir bilingue, peut-être, d'apprendre à parler l'amour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NadaelNadael   14 mars 2013
Si c'est la parole des hommes qui révèle la parole de Dieu, alors on voit bien tout le problème que peut représenter le sourd. S'il faut « faire parler » des sourds, s'il faut d'une certaine manière expulser du sourd ce qui fait qu'il est sourd pour le rendre à la normalité, ce n'est pas pour aider les sourds c'est pour la parole elle-même, la parole pure comme disaient les ayatollahs de Milan, pour sa capacité à circuler, inséminer, gagner les esprits sans rencontrer d'obstacles. Et l'obstacle, c'est le sourd. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
celine85celine85   19 mars 2017
L'avenir serait donc tout autre que ce qu'inconsciemment ils imaginent, ce qu'il n'avaient même pas eu besoin d'imaginer, à dire vrai, tant c'était l'évidence; l'enfant qu'ils projetaient dans mille situations ordinaires ne les connaitra jamais, en tout cas jamais sous la forme qu'ils leur prêtaient, il ne sera jamais celui qu'ils avaient cru qu'il serait, le pianiste, le conquérant, le joyeux drille, il n'aura donc jamais été celui qu'ils pensaient qu'il était, et eux non plus, autant dire, ne sont pas du tout ce qu'ils pensaient qu'ils étaient?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
heleneDGheleneDG   15 août 2015
Pourquoi est-il si difficile de ne pas se prendre les pieds toujours dans le même tapis du passé, pourquoi n'est-on jamais capable de se parler, simplement, laisser parler l'amour au barrage de ses dents, et partager enfin ce qui demande à l'être, la vie, si brève, si brève pourtant... Si difficile, même lorsqu'on l'éprouve, de réussir à dire l'amour, d'apprendre à le partager, à le parler, l'amour, cette langue étrangère dont on sait bien qu'elle engage, autant que les mots, les gestes, les caresses ou les regards, tout le corps au fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
heleneDGheleneDG   15 août 2015
Il a raison, je crois, Julien. Notre père ne supportait pas la surdité, il ne supportait pas que sa parole de père se heurte à un mur, qu'elle ne l'envahisse pas spontanément pour l’inséminer comme ses autres enfants, et il était incapable d'imaginer qu'il y a d'autres moyens de communiquer, d'échanger, que la parole. Les gestes, mais tout le corps aussi, le regard, le toucher... Il supportait d'autant moins ce mur que le mur est invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Bertrand Leclair (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bertrand Leclair
Bertrand Leclair - le vertige danois de Paul Gauguin .A l'occasion du Salon du Livre de Paris, Bertrand Leclair vous présente son ouvrage "Le vertige danois de Paul Gauguin" aux éditions Actes Sud. http://www.mollat.com/livres/leclair-bertrand-vertige-danois-paul-gauguin-roman-9782330027759.html Notes de musique : Tres Tristes Tangos/Unknown Album/Planta Baja. Free Music Archive.
autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz Sweet Sixteen

A quelle époque se passe cette histoire?

Années 50
Années 60
Années 70

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre