AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Giono (Préfacier, etc.)
EAN : 9782894060131
235 pages
Éditeur : Fides (18/01/1995)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :
F. Leclerc raconte son enfance et sa jeunesse avec une désinvolture savoureuse.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
infosix
  06 août 2014
Suite de "Pieds nus dans l'aube" (publié en 1946), dont l'action se situe à La Tuque, village natal de Félix Leclerc, "Moi, mes souliers" (publié en 1955) raconte principalement les débuts de sa vie d'artiste.
Malheureusement Félix a choisi d'écrire ce roman autobiographique en utilisant une espèce d'allégorie qui met fort maladroitement en scène des "personnages/lièvres". Et à la longue, ce douteux procédé littéraire devient tout simplement insupportable et prive le lecteur du plaisir du récit de la vie de Félix. Je cite au passage, une critique que faisait du livre Gilles Marcotte en 1955. "On se dit que la fable durera juste ce qu'il faut, le temps d'une enfance campagnarde. Mais allez, l'auteur n'abandonnera un procédé si commode, si pittoresque et si « naturel »: ce sont des lièvres-hommes-de-théâtre, des lièvres-chefs-d'orchestres, des lièvres tunisiens, français, des lièvres-curés, des lièvres partout (une bonne note pourtant: on ne parle pas du lièvre-pape!... ). Bien avant la fin, moi aussi je me sentais lièvre: j'avais une furieuse envie de détaler."
L'écriture n'est pas pas aussi coulante que dans "Pieds nus dans l'aube" et elle est souvent un peu boiteuse. Il y a malgré tout plusieurs détails savoureux, comme lorsque Félix va s'acheter de nouveaux souliers et qu'on lui vend plutôt un chapeau, lui dont la tignasse s'accommodait bien mal d'un pareil couvre-chef. Et encore, cette visite d'une station de radio de Québec qui se termine par une offre d'embauche de Félix comme annonceur parce que celui-ci était trop gêné pour dire qu'il ne désirait que visiter la station et non y travailler.
Il y a aussi ce touchant passage où Félix, en tournée dans les régions de France, raconte qu'au sortir de l'autobus un tout jeune enfant l'aborde en lui demandant s'il est bien Félix Leclerc. Il lui dit "Comment tu me connais ?" Et l'enfant de répondre: ".. et je connais toutes vos chansons". "Et laquelle préfères-tu", reprend Félix. "Bozo" répond l'enfant.. "Tu veux qu'on la chante ensemble" de répondre Félix. "Je fais un saut dehors, je tire la guitare de l'autobus, je reviens, je m'installe, je donne le ton, je démarre. Et voilà le petit (qu'on aurait juré sorti la veille de la Manécanterie de Mgr Maillet) qui, avec une splendide petite voix d'alto, bras croisés comme à l'école, me regarde et chante impeccablement. J'improvise une partition, on chante tous les deux, et vraiment je découvre un Bozo que je n'avais jamais vu qu'en rêve. Il me semble que j'entends un violon, une trompette, une autre guitare, une flûte, je me retourne, les musiciens de la tournée, en sourdine, ont bondi vers le car chercher aussi leurs instruments et nous accompagnent en deuxième plan. Il y a rassemblement devant l'auberge. Un moment de poésie et de recueillement si délicieux qu'on hésite à le briser. Chante l'enfant comme l'alouette et chantent les adultes, écoutent les vieux et les vieilles et les tout petits et les paysans et les commerçants et les filles du bar. Il n'y a plus de foire, ni de pays, ni de soleil, il y a cette chose qu'on appelle le rêve, qui vous desserre le poing et vous arrache le coeur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
yowie
  13 mai 2015
J'ai côté "Pied nus dans l'aube" cinq étoiles! C'est très, très rare dans ma vie que je donne une note parfaite à un livre.
Mettons que "Moi, mes souliers" - la suite directe de son chef d'oeuvre - avait tout un défi à relever. Et de fait il un peu moins bon!
Mais quand même... C'est plaisant de voir l'auteur raconter sa vie d'après ses études. Raconter le tout avec sa poésie habituelle.
Et c'est d'ailleurs ce qui m'accroche souvent chez Félix! C'est pas tant ce qu'il raconter mais bien toute la poésie qu'il met dans ses oeuvres. Sublime!
PS: même s'il s'agit d'une édition québécoise - Fides - celle-ci a clairement été faite pour convenir au public européen. Plusieurs notes en bas de page explique le vocabulaire employé. Cela m'a fait sourire tout au long du livre de voir tel mot ou telle expression qui mérite une note en bas de page. Hi!Hi!Hi!
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable
  15 mai 2018
Récit du long et pénible voyage d'un artiste qui suit son parcours envers et contre tous. Ce sont les véritables souvenirs de l'auteur qu'il nous livre sous forme de journal intime quelque peu transformé en fable. Ce parcours de vie est un véritable voyage au sens propre comme au figuré, puisque Félix Leclerc a parcouru beaucoup de chemin.
Commenter  J’apprécie          40
DenisMarquis
  20 octobre 2017
Excellent!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
infosixinfosix   13 août 2014
Évidemment, je n’avais pas de tourne-disque, mais je me servais du truc enseigné par un Italien, mon ancien professeur de guitare (vous en ferez ce que vous voudrez). On se laisse pousser l’ongle du petit doigt, que l’on emploie comme aiguille à passer dans le sillon de ses disques, lesquels on fait pivoter sur sa main, les soirs d’ennui. C’est pas excellent, mais ça occupe, sans déranger les voisins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
infosixinfosix   13 août 2014
Je m’avance avec ma guitare d’une main et ma chaise de l’autre (pour mettre mon pied dessus) et je n’entends qu’un bruit dans le silence complet de la salle: mes pas; le son de mes godillots canadiens qui, péniblement, vont l’un devant l’autre. Je ne me souviens pas de ma vie d’avoir fait promenade plus pénible, plus cruelle, plus terrible.
Commenter  J’apprécie          20
infosixinfosix   13 août 2014
Une fois, mon père me dit avec douceur: «Tu veux chanter, d’accord; mais chanter c’est pas travailler, il faudrait que tu travailles. Les chanteurs que je connais chantent le soir, mais le jour, ils travaillent.
Commenter  J’apprécie          20
infosixinfosix   13 août 2014
A Paris, je me fis remarquer en entrant parce que je dis bonjour à la bonne et que j’accrochai moi-même mon chapeau dans la penderie.
Commenter  J’apprécie          30
infosixinfosix   13 août 2014
J’avais la prétention de croire que je pouvais faire autre chose que de chanter. D’ailleurs, la création m’a toujours attiré plus que l’exécution...
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Félix Leclerc (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Félix Leclerc
Présentation du livre-disque «Le petit ours gris de la Mauricie», un conte de Félix Leclerc. Entrevue avec Edgar Bori, qui pour l'occasion a composé et interprété 10 magnifiques chansons qui accompagnent le conte. La vidéo inclut des extraits musicaux et des illustrations du livre-disque.
Présentation du livre-disque (sortie le 5 novembre 2013)
LIVRE À moi le froid, je n'ai pas peur! Dans la grande forêt de la Mauricie, un petit ours gris ignore les conseils de ses parents et choisit de passer l'hiver loin de sa tanière. Libre, il chante et danse avec les oiseaux, les renards et les chevreuils. Mais le printemps est bien loin... Un conte de Félix Leclerc qui rend hommage à son pays de neige.
DISQUE Edgar Bori assure la narration du conte et met en musique, à travers 10 chansons drôles et poétiques, les aventures du petit ours gris. Avec tendresse et bonne humeur, il fait rêver notre héros sur des airs circassiens, traditionnels et jazz. Au rythme des dodos et des saisons, petit ourson deviendra grand !
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1065 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre