AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791095480020
196 pages
Éditeur : Les éditions du rêve (29/03/2018)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Horreur, cauchemar, enfer, suicide »… Les prophètes de malheur sont prêts à tous les superlatifs anxiogènes pour glaner quelques secondes dans les médias.

Pendant que ceux qui ne font rien blablatent, des milliers d’individus inventent un avenir à notre pays. Ryad Boulanouar « rebancarise » les SDF, Guillaume Bapst nourrit les familles précaires dans la dignité, François-Afif Benthanane permet à cent mille ados de rester dans le système scolaire, V... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LuMM
  04 juillet 2018
Voilà un livre qui fait vraiment du bien!
L'auteur a choisi de mettre en lumière des personnes très différentes possédant toutes un point commun: une volonté d'améliorer le monde dans lequel elles vivent. le nôtre donc...
Sous forme d'interviews, de portraits, ou bien même un court paragraphe, l'auteur donne les infos, aligne les propositions, des initiatives de toutes sortes et dans tous les domaines (emploi, environnement, éducation, solidarité...).
Ce qui ressort de l'ensemble, c'est une énergie porteuse, positive qui donne foi en l'avenir.
Un message à relayer…
Merci à Babelio et aux éditions du rêve pour cette découverte (masse critique Juin 2018)
Challenge Multi-défis 2018
Commenter  J’apprécie          250
mosaique92
  06 juillet 2018
Merci aux Editions du rêve et à Babélio pour cet envoi dans le cadre de la dernière opération Masse Critique.
Je suis régulièrement agacée ☹ par tous ces journalistes, animateurs, et autres personnes publiques qui ne parlent la plupart du temps dans les émissions, les journaux d'information, les réunions et interviews que d'évènements dramatiques** et d'individus défaitistes, râleurs, pleurnichards, pessimistes, fatalistes, apathiques, escrocs voire même casseurs ou criminels… Il est vrai que « le sensationnalisme fait vendre, paraît-il ».
« Le caractère commercial de l'anxiogène a souvent été mis en avant pour justifier les programmes proposés [par les médias]. On voit bien que ce discours là n'est pas pertinent, puisque chaque fois qu'un film sort, pas violent, avec un message fort à la défense des valeurs humaniste, il ne marche pas… il cartonne ! ‘'Les Chtis'', ‘'Intouchables'', ‘'Demain''… ». (Frédérique Bedos)
Alors, à l'instar des spectateurs de ces films, j'ai apprécié ☺ de rencontrer des hommes et des femmes « qui mettent la main dans le cambouis et qui y vont », « qui portent notre pays, souvent dans l'ombre, en innovant, en apportant leur réponse à des problèmes historiques, en inventant le monde de demain. (…) Cette conscience que c'est à nous d'entreprendre notre vie, à nous de prendre en mains l'aujourd'hui et le demain de la société, c'est indéniablement le dénominateur commun de toutes ces belles personnes. Elle n'est pas évidente, pas toujours facile à porter. »
L'auteur a fait le choix de « ne pas parler des grandes ONG ni des acteurs les plus connus » et « de mettre en avant des initiatives et des porteurs de projets qui manquent cruellement de visibilité ».
Ce livre est un catalogue d'initiatives, locales, nationales, voire étrangères, regroupées dans les rubriques suivantes : Vivre dignement, Environnement, Emploi/Entrepreneuriat, Jeunesse/Education, Solidarité, Mieux vivre. Des éclairages sont apportés par les interviews de diverses personnalités : entrepreneurs, politiques, économistes, philosophes, etc…
Les actions locales et d'autres qui ont rapidement pris une ampleur nationale sont assorties d'adresses et/ou de sites Web permettant au lecteur de s'informer, d'y participer ou d'en bénéficier s'il le souhaite.
Certaines expériences, attrayantes et réussies au niveau local, me paraissent difficiles à mettre en oeuvre (et, à fortiori, à réussir) dans un cadre plus large… à moins d'une évolution considérable des mentalités et des modes de vie de la plupart de nos concitoyens parmi lesquels les altermondialistes avérés sont une infime minorité. Ex : Tera (revenu de base pour les participants à un projet économique).
Des initiatives m'ont amusée : le cercueil écolo («pour qu'à une vie vertueuse, l'on ajoute une mort éthique»), les mégots récoltés et recyclés en… cendriers ( !), etc…
Combien sont intéressantes toutes ces initiatives (souvent associatives) qui assistent, aident et épaulent dans tous les domaines : que vous soyez jeunes, jeunes en difficulté, femmes, chercheur d'emploi, entrepreneur (même en difficulté) ou projetant de créer une entreprise, précaire, personne âgée, etc… il existe au moins une association pour vous écouter et/ou vous aider.
J'aimerais bien rencontrer certaines de ces ‘'belles personnes'' : Jean-Jacques, le maître-composteur du 107 ; Radoine Mebarki, fondateur de TousRepreneurs ; Frédérique Bedos, fondatrice de l'ONG Projet Imagine ; le Docteur Jean Olivot et ses passionnantes explications sur les sciences cognitives ; et bien d'autres…
L'inconvénient de ce genre de livre est de verser, à l'occasion, dans le genre fourre-tout. Exemples : le revenu universel prôné par le MFRB relève (pour moi) de l'utopie, voire du discours YakaFaucon (idée trop générale, absence de mesures pratiques concrètes) ; l'allocation d'une somme conséquente à 13 SDF sans contrepartie est une expérience marginale et non, à mes yeux, une mesure capable de faire bouger la France ; etc…

En conclusion : si vous en avez assez du déclinisme ambiant lisez ‘'Rendez-vous avec la France qui bouge'' ; vous y trouverez sûrement quelques expériences de terrain qui vous réconforteront ou qui, pourquoi pas, vous donneront envie de participer… Et parlez-en autour de vous aux personnes qui pourraient y trouver une adresse utile.

PS – Si vous habitez Nantes ou sa région, allez déjeuner au restaurant le Reflet, créé par l'association Trinôme44 (une partie de la particularité de ce restaurant est dans le nom de l'association…)
------------------------------------------------------------------------------------
** j'exclus la Coupe du monde de football qui monopolise en ce moment ¾ des JT, les dîners en ville et les réunions familiales ou amicales…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Mhfasquel
  27 mars 2018
Je n'ai pas hésité à me proposer pour ce SP qui s'annonçait enrichissant, remotivant et essentiel et n'ai pas été déçue !
En effet, le style est direct, simple et surtout très précis, l'auteur est dévoué aux causes qu'il décrypte et analyse, passionné par la mission de nous proposer un « bouquin qui achèvera les défaitistes! »
D'ailleurs, j'ai eu l'excellente surprise de me rendre compte que l'auteur, eh bien, je le connaissais déjà ! Il est l'un des co-fondateurs de Yakabooks dont j'ai chroniqué quelques livres que j'ai adorés : le principe de cette maison d'édition pas banale et engagée est de proposer des livres de qualité à seulement 2 euros : rendre la littérature abordable pour tous. Forcément… j'adhère !
J'ai apprécié le mélange de genres : le descriptif d'entreprises innovantes, d'associations créatives, de mouvements solidaires, tous impliqués pour améliorer notre société et la rendre plus égalitaire.
Il m'est difficile de choisir des exemples car ce livre complet est une suite d'initiatives passionnantes et que nous tous, y compris nos politiciens, devrions le lire et mettre en place (chacun à son niveau, à son échelle) certaines de ces idées. Ce livre, je l'espère, encouragera ceux qui rêvent aussi et qui n'ont pour l'instant pas cru en leurs rêves, pas osé faire le premier pas ! Alors …. osez ! Vous n'êtes pas seuls et nous avons tous à y gagner !
L'attentisme n'a jamais résolu quoi que ce soit. Attendre, critiquer, râler ne feront pas avancer le schmilblick, comme le dirait sûrement si bien Coluche, un autre idéaliste !
L'un des exemples est celui d'étudiantes qui habillent des SDF : 3 jeunes femmes d'une vingtaine d'années d'Aix-en-Provence ont créé fin 2014 la page Facebook Action Anti Froid dont l'objectif était de réunir des vêtements pour les distribuer aux sans-abris. Grâce aux donc pécuniaires, les bénévoles distribuent aussi désormais des kits d'hygiène.
En ce qui concerne l'environnement, j'ai particulièrement apprécié l'idée de Nicolas Chabanne et des Gueules Cassées : ce label de légumes et fruits « moches ». Sous ce label, ils sont vendus à petit prix et cela évite le gaspillage.
A titre personnel, l'une des autres causes dans lesquelles j'aimerais m'investir est celle de la disparition du grand vortex de plastiques et de déchets dans le Pacifique Nord. Ce n'est pas par hasard que je travaille depuis des années avec mes élèves sur la cause de l'environnement.
Mon dernier exemple aura trait à l'école, l'éducation, la jeunesse
Comme Edith Cresson je pense que
« le manque de curiosité est un facteur majeur d'enfermement. »
(Page 116) et que tout doit être mis en place pour la développer chez nos jeunes. C'est le but de l'initiative des clubs de lecture contre l'échec scolaire, association présidée par Arnaud Langlois-Meurinne, dont l'idée fondatrice est que l'échec scolaire prend racine très tôt dans le parcours de l'enfant. La prise en charge des jeunes se fait dès les premiers signes de décrochage scolaire et permet d'aider le jeune et sa famille.
Avant de conclure, j'aimerais apporter ma pierre à l'édifice et vous parler d'une personne que j'admire énormément et que j'ai eu la chance de connaître lors de L'échappée Volée l'an dernier : Fabrice Hégron: éleveur laitier, il a créé sa coopérative de vente directe de lait afin de pourvoir rétribuer les producteurs dignement.
Je conclurai cette chronique assez singulière, puisque je me suis sentie complètement impliquée dans les nombreux messages d'espoir, les initiatives incroyables, les énergies fabuleuses ce toutes ces personnes qui ont un but commun : leur souhait d'améliorer le monde, une pierre à la fois, comme nous les enseignants tentons de le faire avec nos élèves, par une citation :
La France qui bouge aura le dernier mot, tout simplement parce que, contrairement à ceux qui ne font rien, elle ne cherche pas à l'avoir. Elle est occupée à changer… le monde. »
Le mot de la fin, pp. 188-189.
Le monde a une Histoire, cette Histoire est quelquefois écrite par des hommes de pouvoir, quand ils ont une grande force de conviction, comme robert Badinter pour l'abolition de la peine de mort, ou Simone Veil pour la loi sur l'IVG, mais aussi par des citoyens qui n'ont pour armes que leurs idéalismes. Ces deux sphères des sociétés s'influencent mutuellement : la base stimule souvent le haut de la pyramide, et c'est de cette manière que les moeurs, que les attitudes, que les comportements évoluent, et que les structures sociales dans leur ensemble, parfois copiées d'une nation à l'autre, progressent.
Je suis (comme les lecteurs de L'élève au coeur de sa réussite pourront le confirmer !) une grande idéaliste et ce livre correspond en tous points à mes idéaux. D'ailleurs la conclusion de mon TED talk le 7 avril à Rennes aura quelques résonnances avec ce texte !
Lien : http://sharingteaching.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lavieestunlongfleuvetranquille
  25 mars 2018
De temps à autre, nous avons l'immense bonheur de tomber sur une perle rare, un livre qui nous remue les tripes, nous provoque une kyrielles d'ondes salvatrices.
Celui-ci m'a pris par surprise.
J'avais déjà lu un opus de Julien Leclercq, ce jeune entrepreneur écrivain ("L'homme qui ne voulait pas devenir Président"), déjà porteur d'éléments prometteurs. Il a pris de la maturité, l'écriture est précise et surtout, oui surtout, le sujet nous transporte.
Pas de secret à ce niveau, le sujet l'habite. Il rayonne, et c'est tellement évident que l'on a le souffle coupé.
Ce qu'il pense, d'ailleurs, il le fait souvent dire par d'autres, des génies de la question, de l'économie sociale et solidaire et dans d'autres domaines, si peu probable à priori. Ces belles personnes mettent leur vie, leurs passions pour nous, pour la collectivité, pour la France qui en a le plus besoin, celle qui "rame". Finalement, en aidant ceux qui ont souvent perdu espoir, tout le monde en ressort grandi. C'est une certitude.
Allez, je vais vous donner quelques exemples pour bien me faire comprendre, sans citer le livre entier car il n'y a rien, strictement rien à jeter dans ce magnifique ouvrage.
Un polytechnicien brillant a trouvé la solution pour à la fois chauffer des centaines de logement et effectuer des opérations informatiques complexes en installant des micro-processeurs dans des convecteurs. Il fallait y penser...
Les E2C (école de la deuxième chance) créées par Mme Edith Cresson offrent depuis 1997 une nouvelle opportunité de trouver un emploi à des "laissé pour compte" du système éducatif classique. Ça fonctionne plutôt bien...
"Entreprendre pour apprendre" accompagne des jeunes pour qu'ils deviennent entrepreneurs de leur vie en leur permettant de créer une micro-entreprise en groupe. Bravo !
"Zup de co" a pour objectif d'enrayer l'échec scolaire et fait intervenir des étudiants d'université ou de grandes écoles. Une sorte de retour sur investissement, en quelque sorte. Il fallait y penser. Bluffant.
Le "Projet imagine" fait du journalisme autrement, avec espérance et, si j'ose dire, infiniment d'amour à travers des films, des documentaires mettant en valeur des héros anonymes, humbles, des personnes au service des autres, pour le bien de tout le monde. Magnifique...
Avec "Le grand défi" sur Facebook, les cités s'impliquent, montrent aux sceptiques qu'elles ont du coeur, qu'elles possèdent les valeurs du partage, essentielles. Repas, collectes de vêtements, produits d'hygiène, c'est la France qui bouge, celle que l'on aime.
Un petit dernier pour la route, car il faut bien s'arrêter (ici, par sur le terrain). Regardez si un de vos commerçants affiche un logo "Carillon chacun pour tous" sur sa devanture. Vous serez surpris de ce qu'il offre, gratuitement, au plus démunis, sans plus de publicité.
C'est fort, puissant, et cette vague qui nous submerge nous laisse groggy.
Comme le dit l'auteur en conclusion "le changement ne viendra pas d'en haut, mais du bas".
Je vais me hâter de le prêter ce livre, de le faire lire. Puis de le récupérer car je ne voudrais surtout pas oublier son contenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gribouille_idf
  29 juillet 2018
Le livre de Julien Leclercq est beaucoup plus qu'un rendez-vous; c'est un véritable parcours initiatique. Ce sont les initiatives de tous ceux et toutes celles qui croient encore en un monde nouveau, un monde qui ne serait pas noyé dans la fatalité d'un destin subi, un monde ouvert à la coopération, à l'entraide, à la solidarité. L'auteur nous montre ici qu'ils sont nombreux à se tourner vers l'autre. Contre cette société de fermeture et du cloisonnement social, ils et elles oeuvrent pour continuer à faire battre le coeur de notre humanité. Nous pouvons toutes et tous, à notre niveau, devenir et être un acteur du changement. le changement est d'abord une question environnementale prise dans son sens le plus extensif, et donc, qui ne se réduit pas à l'écologisme.
Ainsi, pour lutter contre cette « polarisation régressive », selon la formule de Patrick Viveret, il nous faut éduquer (voire s'éduquer), expliquer, faire comprendre et conscientiser les citoyens.
Lutter contre la tendance régressive de la société française, c'est aussi trouver des solutions contre le chômage massif (mais pas seulement). En effet, comme le dit l'auteur, « c'est dans l'emploi que se trouve la principale clé du mieux-vivre dans notre pays ». Pour autant, je n'ai toujours pas été convaincu par les figures de Bouzou et encore moins par le prophétisme d'Attali. En effet, malgré les efforts de l'auteur à aller vers l'optimisme et le consensus, je ne peux adhérer à certaines de leur position qui, à mon sens, n'ont pas leur place dans cette entreprise de valorisation des initiatives. Par exemple, Nicolas Bouzou qui nous dit : «  la vérité de l'état du monde aujourd'hui, c'est qu'il va plutôt bien »; c'est à se demander si nous vivons sur la même planète ? Ou encore Jacques Attali qui du haut de sa condescendance se targue d'initiatives dont il n'est même pas à l'origine : « sur le sujet de la création d'entreprise, nous sommes plus efficaces que Pôle emploi (…) ». Mais passons ...
L'entretien qui m'a paru le plus pertinent est celui d'Emmanuelle Duez. Avec un franc parlé et sans langue de bois, elle évoque clairement la régression sur la question des rapport femmes/hommes et propose des solutions pour en sortir. Les politiques publiques n'ont pu faire avancer de manière significative l'égalité femmes/hommes depuis plus 30 ans; arrêtons l'hypocrisie : « ce ne sont pas des micromesurettes qui vont permettre de faire bouger les lignes dans la société. » Tout est dit !
Dans cette liste de personnages variés et attachants (comme Thierry Marx, Frédérique Bedos, Frédéric Bosqué ou Alexandre Jardin) qui agissent et font bouger la France, il y a toutes celles et tous ceux qui sont en première ligne. Celles et ceux qui ne sont pas connus du grand public; les invisibles aurait dit Pierre Rosanvallon. Je les salue donc au passage. Merci pour leur engagement quotidien.
Je remercie aussi l' équipe du site Babelio et Les éditions du Rêve de m'avoir permis de découvrir toutes ces initiatives dans le cadre de l'opération Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
mosaique92mosaique92   06 juillet 2018
Le média est un outil formidable, qui a une puissance de feu jamais égalée. Mais cette puissance est aujourd’hui au service d’un message souvent anxiogène, violent, dans lequel grandit notre jeunesse. Il y a une vraie question de civilisation qui se joue : où met-on nos moyens, sur quel type d’images, et quel type de message ?
(...)
(Question : Y a-t-il de la place pour des programmes porteurs d’espoir à la télé ?)
Le projet Imagine se bat pour ça, auprès des chaînes du monde entier. A l’étranger ils sont assez bluffés par ce que l’on fait. C’est plus compliqué en France… Nul n’est prophète en son pays ! Parfois on nous dit «trop bon, trop con» devant notre message trop positif. La marque du cynisme, la preuve que l’on fait l’erreur de confondre gentillesse et mollesse. Mes héros sont les révolutionnaires d'aujourd'hui, et ils sont tout sauf mous !

(Frédérique Bedos, fondatrice du Projet Imagine)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mosaique92mosaique92   25 juin 2018
(Le mot de la fin)

Les défis qui attendent le monde, à fortiori la France, sont immenses. Epuisement des énergies fossiles, incapacité à trancher le sujet du nucléaire, explosion démographique, inégalités, pauvreté, malbouffe, perturbateurs endocriniens… La liste des menaces qui pèsent sur notre avenir est longue comme le bras. Et plutôt celui de Teddy Riner que de Mimie Mathy (que j’embrasse).
On peut s’arrêter là dans le constat que l’on fait du pays. Prendre cette photo-ci, sans tenir compte de tous ceux qui sont juste au bord du cadre et poussent pour y entrer. Finalement, ce n’est qu’un parti pris, celui d’Eric Zemmour et d’autres prophètes de malheur, prêts à inventer les superlatifs les plus anxiogènes pour gagner quelques secondes d’antenne. Horreur, cauchemar, fin du monde, enfer, cataclysme… le sensationnalisme fait vendre, paraît-il.
Oui, on peut s’arrêter là. (…) On peut se tirer une balle et déposer le bilan, ne pas vivre par peur de mourir. Ce que j’ai aimé dans la France qui bouge, c’est qu’elle a décidé d’aller plus loin, justement. De raconter la suite de l’histoire. De vivre.
(…)
Laissons Eric Zemmour et ses semblables expliquer que la France se suicide, nous n’avons pas besoin d’eux pour montrer par les actes ce qu’est la force de la résilience.
La France qui bouge aura le dernier mot, tout simplement parce que, contrairement à ceux qui ne font rien, elle ne cherche pas à l’avoir. Elle est occupée à changer… le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mosaique92mosaique92   02 juillet 2018
Ce qui m’inquiète dans la politique, c’est ce besoin d’élever une personne au pouvoir avec une idéologie puisée dans je ne sais quel manuel. D’ailleurs, ils n’ont même plus d’idéologie, alors ils vont chercher des phrases.
(Thierry Marx)
Commenter  J’apprécie          30
LavieestunlongfleuvetranquilleLavieestunlongfleuvetranquille   25 mars 2018
"Ça tombe bien que je sois Ministre de l'agriculture, j'ai affaire à des porcs"
(Edith Cresson, lors de sa première réunion agricole, en lisant le texte des banderoles d'accueil, fortement misogyne...)
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   30 juillet 2018
Être citoyen, c'est croire en la fraternité. (Thierry Marx)
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Julien Leclercq (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Leclercq
Catholique débutant, de Julien Leclercq
autres livres classés : initiativesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre