AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782746510463
118 pages
Le Pommier (06/10/2015)
3.67/5   3 notes
Résumé :
Où l on découvre à quel point Darwin est d'une actualité folle. Et à quel point la théorie de l évolution est incroyablement... vivante ! Des anticorps que je fabrique au fonctionnement des Restos du Coeur en passant par l'arbre du vivant de plus en plus buissonnant : les découvertes de Darwin marquent chaque instant de la vie des humains que nous sommes. Darwin n est pas seulement notre passé, il est notre présent et notre avenir !
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique

Dans son style bien particulier l'auteur défend l'idée que les êtres vivants ne suivent pas un programme ou un plan d'organisation qui serait dicté par la combinaison des gènes contenus dans l'ADN. Il démonte ainsi point par point les idées avancées par les penseurs de la théorie synthétique de l'évolution comme Ernst Mayr qui voyaient dans l'espèce une réalité concrète. de même les avatars qui sont venus encore récemment confortés les hypothèses de ce courant de pensée comme une certaine utilisation de la théorie de l'information sont ici battus en brèche.

Il montre tout d'abord qu'il s'agit d'une attitude de langage qui permet à l'être humain de catégoriser ce qui l'entoure. Ainsi la notion d'espèce ou l'échange d'informations seraient des conventions permettant de formaliser les observations qu'il ne faudrait pas confondre avec la réalité des choses observées.

Il utilise ensuite le fait que même lors de phases de stabilité, les organismes évoluent continuellement. Pour bien comprendre cette notion d'une pérennité dans le changement paraissant à première vue paradoxale et/ou contre-intuitive, il nous décrit dans un langage clair les interrelations profondes entre ce qu'il nomme les « impulsions » données par l'ADN et l'environnement dans lequel l'organisme évolue. Si l'environnement est relativement stable, il n'y a pas de raison pour qu'un tri profond se fasse. Ainsi les formes de vie de cet écosystème ne changent que de manière diffuse à la faveur des recombinaisons génétiques et de leurs modalités d'expression dans cet environnement donné. le gène est dès lors passé du stade de programme tout puissant à celui de partenaire de l'environnement et des phénomènes épigénétiques (comme les formes de transmission culturelle pour certaines espèces animales -baleines, singes, humains-).

La partie la plus « utilitariste » consiste à voir ce que ce partenariat évolutif a comme impact sur la compréhension des maladies et notamment des cancers. Longtemps pensées comme un phénomène malin qu'il suffirait d'extraire, les métastases cancéreuses sont désormais comprises comme le fait de systèmes de communication physico-chimiques coupés entre les cellules cancéreuses et ce qui les entoure. Les travaux tentant de réconcilier la métastase avec son environnement sont ainsi prometteurs. Ce court essai ne se contente donc pas d'une relecture de la pensée darwinienne. Il ouvre des fenêtres sur ce qu'apportent actuellement les recherches sur l'évolution tant dans les recherches tant paléontologiques, zoologiques, techniques et culturelles que médicales.

Commenter  J’apprécie          140

Un ouvrage, très pédagogique et richement documenté, écrit par Guillaume Lecointre, pour accompagner la grande exposition « Darwin, l'original » qui sera à la Cité des Sciences à partir du 15 décembre.


Lien : http://lescoupsdecoeurdecmet..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Le grand flux généalogique passé s'est divisé longitudinalement en raison d'évènements variés, engendrant des rameaux frères, dont chacun est constitué de populations d'individus se croisant entre eux. Maintenus séparés suffisamment longtemps, ces rameaux ont fini par ne plus pouvoir se reproduire entre eux à nouveau. La raison en est que les changements subis par les individus de part et d'autre de l'obstacle ne sont pas les mêmes. Dès qu'on cesse d'échanger, on diverge. Dans la nature, il n'y a donc pas d'espèces, mais seulement des barrières à la reproduction, dont on se sert conventionnellement pour constituer des espèces dans nos têtes pour les besoins de notre langage.
Commenter  J’apprécie          80
[...] le gène est passé du statut de notaire tout-puissant, régissant à la fois tout ce qui se passe dans l'organisme présent et tout ce qui allait être légué à la descendance, au statut de partenaire ne générant que des impulsions.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Guillaume Lecointre (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Lecointre
Guillaume Lecointre est enseignant-chercheur (UMR 7205), zoologiste, systématicien, professeur du Muséum national d'Histoire naturelle où il occupe les fonctions de conseiller scientifique du président. Il est à l'origine de 135 publications professionnelles et 27 livres. Ses recherches portent sur la phylogénie et la systématique des poissons téléostéens, tant à partir de données moléculaires qu'anatomiques. Son terrain de zoologiste est le plateau continental antarctique. Ses activités relatives à l'amélioration de l'enseignement des sciences et de diffusion des connaissances sont très significatives ; il a notamment tenu durant dix ans la rubrique scientifique hebdomadaire de Charlie Hebdo. Il est double lauréat de la Société zoologique de France (1996, 2006), prix national 2009 du Comité Laïcité République, Prix 2012 de l'Union Rationaliste, et fait chevalier de la Légion d'honneur en 2016.
Conférence : Reconstruction phylogénétique ou construction phylogénétique ? 29 juin 2022, 10h - 10h45 — Amphi 34B
On entend par " reconstruction phylogénétique " la découverte des relations de parenté entre les espèces qui composent la diversité du vivant. Qu'est-ce qu'une phylogénie ? Sous quelles conditions peut-on en parler ? Nous verrons les principes élémentaires de sa construction, et de quels outils théoriques et mathématiques, de quelles données elle a besoin. Nous verrons quels sont ses usages, notamment celui de reconstruire des ancêtres abstraits, portraits d'espèces disparues. Enfin, nous examinerons s'il faut parler de " reconstruction phylogénétique " ou de " construction phylogénétique ".
+ Lire la suite
autres livres classés : darwinVoir plus





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre