AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Elles sont parties pour le nord (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
motspourmots
10 mars 2016
Un premier roman original, sincère et doté d'une fraîcheur certaine (et ce n'est pas une référence aux températures glaciales du grand nord canadien...). Pour conter la difficile lutte pour la préservation d'espèces menacées, les grues et particulièrement les grues blanches du Canada, l'auteur trousse une jolie histoire mettant en scène une héroïne très romanesque qui parvient à transformer une passion née dans l'enfance en véritable mission. Tout en évoquant régulièrement le contexte - crise de 1929, seconde guerre mondiale... - l'auteur prend un parti résolument optimiste et positif, se concentrant sur les efforts et la détermination de Wilma. On suit avec intérêt la naissance de la passion de la petite Wilma pour les grands oiseaux migrateurs alors qu'à l''âge de 11 ans, isolée du monde aux côtés de son père trappeur, elle découvre l'histoire du Merveilleux voyages de Nils Holgersson, dans un livre offert par son père. L'idée est jolie. A partir de là, Wilma n'aura de cesse de parvenir à sauver cette espèce menacée, une priorité qui l'amènera à mener une vie bien différente des codes de l'époque pour les femmes. Il faut fermer les yeux sur un certain nombre d'invraisemblances et sur quelques facilités d'écriture, l'important n'est pas là. le roman est là pour servir le propos sur la préservation de la nature et c'est agréablement fait. Et puis le positif, par les temps qui courent, ça ne se refuse pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Bazart
05 avril 2016
Elles sont parties pour le nord, le premier roman de Patrick Lecomte, édité par les éditions Préludes est un récit inspiré de l'histoire vraie de la grue blanche, une espèce en voie de disparition.

Ce premier roman à visée poétique, raconte les destins croisés d'une jeune femme passionnée et d'un oiseau mythique dans l'Amérique du Nord d'entre deux guerres.

Malgré quelques maladresses d'écriture, ce roman de Patrick Lecomte s'avère être une belle évasion littéraire dans la nature sauvage envoutante dans l'histoire d'un pays et un témoignage qui nous en apprend beaucoup sur la naissance d'une prise de conscience naturaliste et les premières mécaniques mises en oeuvres pour l'appliquer
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          100
Selvegem
07 juin 2016
Merci à Préludes !
Elles sont parties pour le Nord commence lorsque Wilma a 11 ans. Dans la cabane qu'elle partage avec son père, il fait froid et elle est seule, en attendant que son père revienne de son expédition. Lors de son retour, il lui ramène un cadeau qui va déterminer le reste de sa vie : il s'agit d'un livre, le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, où l'un des principaux protagonistes est une oie nommée Akka. Cette lecture va profondément bouleverser la petite fille, et conditionner toute sa vie future. En effet, Wilma décide de se lancer corps et âme dans la protection des oies et grues sauvages, des espèces en danger de disparition, une disparition qui n'intéresse pratiquement personne... le combat de Wilma pour sauver cet oiseau migrateur d'Amérique du Nord va avoir d'énormes répercussions !
Dans ce début du XXème siècle, dans le grand Nord canadien, où règne un climat souvient inhospitalier, la magie est à l'oeuvre. D'abord grâce à des paysages enchanteurs, mais aussi grâce aux hommes et animaux qui composent ce pays. Elles sont parties pour le Nord m'attirait tout particulièrement grâce à son résumé, mais aussi grâce à cette promesse de voyage et de dépaysement. Et Patrick Lecomte a tenu toutes ses promesses ! Un roman qui est une ode à la nature, à la protection de l'environnement, tout tourne autour des animaux et des flux des saisons, cette obsession pour rendre le monde plus acceptable et conscient de ce qui l'entoure...
(Mon avis complet sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeaTouchBook
22 mars 2016
Vous le savez pour ceux qui suivent ce blog, et vous l'apprendrez vite si vous venez de le découvrir : je suis une grande fan du genre "nature writing", des romans qui se déroulent dans le nord de l'Amérique. Dès lors je ne pouvais que prendre plaisir à lire ce premier roman.

Ainsi Patrick Lecomte décide de donner la parole à une cause planétaire car même s'il s'agit d'une seule héroïne, même s'il s'agit d'un seul combat pour la survie d'une seule espèce; en réalité je perçois ce livre comme une véritable métaphore. Dans un monde où l'environnement devrait être une véritable priorité : chaque geste, chaque personne a sa part de responsabilité; chacun peut agir à son niveau et faire bouger les choses.

Nous sommes en 1917, la guerre fait rage mais Wilma, 11 ans, vit dans une cabane en pleine nature au fin fond du Grand Nord Canadien. C'est dans un paysage immaculé, magnifique, sauvage et parfois dangereux qu'elle vit. Si les livres peuvent changer une vie, Wilma en est la preuve vivant car c'est au travers de la lecture du Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède (grand classique) qu'elle va trouver sa raison de vivre. Personne ne croit en elle à part quelques proches dont son père, mais peu importe : elle compte réussir à sauver une espèce qui risque de disparaître de la surface de la Terre.

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire car elle est touchante, sensible : c'est une lecture fluide qui se lit avec aisance et plaisir. Alors il est vrai qu'il y a des moments d'incohérence narrative (à mes yeux), des petites faiblesses ou facilités dans le style mais ce n'est -je l'espère- que le premier d'une belle et longue série de romans de cet auteur.

En définitive, un premier roman réussi qui traite d'une thématique primordiale !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paulinedumont86
26 février 2016
Nous sommes en 1917 et Wilma a onze ans. Elle vit avec son père trappeur dans le Grand Nord canadien et passe beaucoup de temps seule, à attendre son père dans la cabane qu'ils ont construite. Il lui tarde que l'hiver laisse sa place au printemps pour observer le renouveau de la nature et les animaux. Un soir, son père lui ramène un livre qui va changer sa vie : le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. Elle y découvre un animal qui la fascine, la grue blanche. Des années plus tard, alors qu'elle étudie au Texas et qu'elle commence à s'intéresser à la sauvegarde des animaux, elle décide d'en faire le combat de toute une vie : sauver la grue blanche de l'extinction et plus particulièrement de Akka, la grue qu'elle a observé dans son enfance et qu'elle a nommé comme une oie du livre qui a tout changé.

L'histoire de cette jeune fille est fascinante, et si j'ai eu peur d'un rythme lent, peut-être cliché quand j'imagine un livre qui a pour grand thème la nature, j'ai été rapidement rassurée : on est emporté dès les premières pages, d'abord par l'histoire elle-même qui nous entraîne à la suite de Wilma, jeune fille puis femme au caractère fort et qui réussit à en imposer aux hommes à une époque où ce n'était pas une évidence ; ensuite par la plume de l'auteur qui, s'il décrit les phénomènes naturels, les paysages et les animaux, réussit à ne pas nous ennuyer. Aucun répit, aucune longueur, on est emporté et on vit une aventure incroyable.

C'est donc l'histoire d'un combat, une des premières fois où on s'intéresse à la survie d'espèces animales, à une époque où la crise de 1929 était plus que fraîche et où il était difficile aux hommes de survivre… Alors les animaux ! Mais la persévérance de cette femme et son audace vaincront tous les obstacles. Si Wilma n'a pas vraiment existé, ce combat si, et c'est formidable de le découvrir d'une manière si enlevée.

Et c'est également le combat des femmes, peu considérées à cette époque, que nous conte l'auteur. Wilma nous prouve que quand on veut, on peut vaincre toutes les barrières, et ça fait du bien de le rappeler ! J'ai particulièrement apprécié sa rencontre forcée avec le président des Etats-Unis, Roosevelt à l'époque, moment drôle, absurde et montrant à lui tout seul la force de ce personnage inventée par l'auteur. Mais on ne peut que se dire que si de telles personnes n'existaient pas réellement, aucun combat ne pourrait être mené…

Si de nombreux personnages peuplent le roman de Patrick Lecomte, l'accent est mis sans contexte sur Wilma et sur la grue blanche, permettant un parallèle fort de leurs deux caractères : elles sont toutes deux indépendantes, battantes, survivantes et prêtes à tout afin de vivre libre. le personnage du père de Wilma est impressionnant également, du moins dans la première partie du roman puisqu'il se fait moins présent par la suite. On ne peut qu'admirer le courage de cet homme qui vit en fusion avec la nature, qui va être obligé de prendre des décisions peu faciles, et qui va devoir se reconstruire après la perte de sa femme, devant dès lors assumer les décisions seuls concernant sa fille, lui cet homme solitaire et devenu taciturne après ce drame. le caractère de Wilma s'explique aisément à partir de là, et c'est en cela que les personnages sont très bien construits.

Une magnifique histoire bien menée, sur un sujet original que je n'aurais pas pensé qu'il m'intéresserait autant. Une belle découverte, encore une belle réussite des éditions Préludes qui ont su découvrir ce beau premier roman et lui laisser sa chance.
Lien : https://breveslitteraires.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FLaureVerneuil
13 juin 2017
Vous aimez la nature, vous aimez les animaux, vous aimez l'amour, ce livre devrait vous plaire. C'est l'amour inconditionnel d'une jeune femme pour une grue blanche. Sa vie est rythmée par les migrations des animaux. Son combat (nous sommes en 1929) est incessant et l'écarte de sa vie de femme. Un seul va savoir l'apprivoiser, Joe. Ils se comprennent parce qu'ils ont les mêmes objectifs.

J'ai passé ce roman à une amie, je vous livre ses impressions :
Dans l'ensemble, c'est un très bon roman ; captivant par ses descriptions et son histoire.
L'attachement entre une petite fille et une grue, c'est le lien entre l'homme et l'animal, l'équilibre entre tous les éléments naturels, le cycle vie/mort. Tout nous pousse à nous questionner sur notre engagement vis à vis de la planète.

Lien : http://vie-quotidienne-de-fl..
Commenter  J’apprécie          10
Shambala
25 octobre 2016
Nous sommes en 1917. Wilma a onze ans, elle habite avec son père une cabane dans le grand nord canadien. Souvent seule – son père est trappeur- elle est débrouillarde, et capable de subvenir à ses besoins pendant les jours d'absence de son père, même pendant l'hiver glacial. Un jour, il lui ramène en cadeau un livre, « le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède ». Il ne se doute pas qu'il va changer le destin de Wilma.
Les années passent, et la jeune fille va consacrer sa vie au sauvetage des grues. Passionnée par ses recherches, elle va mettre sa vie entre parenthèse jusqu'à une rencontre inattendue.

Voici un premier roman prometteur. L'écriture est simple, agréable. La promenade dans le grand nord canadien est vivifiante, et on voit voler ces beaux oiseaux. C'est romanesque, et en même temps la passion de Wilma est touchante. Bien sûr, Wilma et Akka n'ont pas existé, mais c'est inspiré d'une histoire vraie de la grue blanche d'Amérique. Les étapes de la conservation de l'espèce sont authentiques, et le programme de reproduction bien réel. Néanmoins, l'espèce est toujours menacée….

Bref, un roman optimiste, où la nature a une belle part. Et il est réconfortant de voir que les combats pour la sauvegarde de la nature ne datent pas d'hier…

Pour la petite histoire, l'auteur avait proposé son livre en version numérique sous le nom de Venia Owlman… A la fin, la mère de famille canadienne s'avère être un quinquagénaire nantais…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lapauselibrairie
19 avril 2016
Vous n'êtes pas obligés d'attendre l'hiver pour lire ce livre car la partie fraîche ne dure que peu de temps. C'est davantage l'histoire des saisons rythmées par le passage des grues blanches, leurs migrations. Ou l'inverse, tout dépend votre perception.

Un hymne à la nature mais qui n'a pas réussi à prendre son envol.


Ce livre laisse espérer une « promesse d'évasion » et des récits de la nature. En effet, Wilma vit dans et pour la nature. Les descriptions des ruisseaux, arbres, grues sont belles et nous font sentir la chaleur, le froid; totalement dans la nature.

Malheureusement, l'évasion n'est pas totalement là. Vous regarderez Akka voler mais ne sentirez pas le souffle du vent. Voilà toute la différence.

C'est un roman qui manque de profondeur. Les descriptions sont tout de même trop légères, trop en surface et pas assez poussées ni dans les détails ni dans la longueur. La nature peut être violente et peut prendre son temps. Cela aurait dû se sentir aussi dans l'écriture avec des moments plus rapides et juste prendre le temps de se poser pour observer et sentir les événements naturels autour de Wilma. Certaines descriptions sont bien menées mais globalement, c'est de la frustration que ressentira le lecteur, d'être ainsi mis à l'écart d'un sentiment de communion et de plénitude avec la nature.
Les descriptions ne concernent pas que la nature mais aussi les sentiments. Même les moments les plus tristes sont peu mis en exergue. le lecteur n'est donc que très peu touché.

Ceci peut s'expliquer par le fait que le lecteur ne s'attache pas forcément aux personnages. En effet, le fil de l'histoire est confus, racontant rapidement un laps de temps très long, changeant de personnages très souvent sans mieux les connaître, et de lieux. le lecteur se retrouve donc démunie face à tous ces changements et ne pourra s'attacher ni aux personnages ni à leur histoire. Tout de même, le lien entre Akka / Wilma / Joe est palpable mais encore trop peu exploité.

Ce qui est intéressant de noter ce sont les faits réels qui ont inspiré ce roman. C'est-à-dire, le livre « le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède » qui me donne très envie ; les véritables combats pour la survie des grues blanches en Amérique du Nord (quelques informations sont fournies à la fin du livre).

Les messages transmis sont très beaux comme cette phrase que je n'ai pas notée mais que vous ne pourrez pas louper tellement elle est belle. En effet elle décrit l'envie d'aider des animaux comme une valeur qui améliore le genre humain et que cette pensée est bénéfique pour l'humanité. C'était tellement vrai que j'en suis restée con.

En Bref.

C'est un hymne à la nature, à ses fragilités et aux valeurs de l'être humain qui veut la protéger. Malheureusement pas assez profond par les sentiments et les sensations. le lecteur est frustré. Allez plutôt vous balader dans la campagne et écouter les oiseaux.
Lien : https://lapauselibrairie.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
YannC
08 mars 2016
Publiant avant tout des premiers romans, les éditions Préludes ont pris le pari de proposer de nouveaux auteurs tout en guidant le lecteur vers d'autres ouvrages faisant échos à celui qu'ils viennent de terminer parus au Livre de Poche. C'est l'occasion de belles découvertes et de récits envoûtants qui sont l'identité-même de cette toute jeune maison d'édition. le premier roman de Patrick Lecomte, Elles sont parties pour le Nord, en est l'exemple-type. Coup de coeur de la directrice des éditions Préludes, ce roman d'évasion dans la lignée de Jack London est la formidable histoire d'une amitié atypique.

Nous sommes au début du XXème siècle, dans le Grand Nord canadien, où le climat, rude, inhospitalier, offre toutefois des paysages magnifiques et d'une quiétude dans laquelle la nature puisse sa poésie. le lecteur fait la rencontre de Wilma, une jeune fille de onze ans, qui attend avec impatience John, son père, un trappeur parti en expédition à Fort Chipewyan, la ville la plus proche, pour terminer de collecter des réserves pour l'hiver. Isolée, Wilma fait preuve d'imagination et de supersitions, prêtant attention à chaque changement significatif de la nature environnante, changements dans lesquels elle prête une volonté et une force indépendantes. de retour de son expédition, John lui rapporte un cadeau : il s'agit d'un livre illustré, le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travrs la Suède de Selma Lagerlöf. C'est, au fil de sa lecture, qu'elle va se prendre d'affection pour une race d'oiseaux, la grue blanche d'Amérique, menacée d'extinction et dont elle observe en même temps quelques spécimens.
Lien : http://unepauselitteraire.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
malecturotheque
02 mars 2016
Elles sont parties pour le nord raconte le combat d'une vie. Ce combat, c'est celui pour la survie d'une espère animale : la grue blanche d'Amérique.
Nous allons suivre cette lutte au travers de Wilma : d'abord petite fille, qui découvre cet oiseau majestueux dans un livre, puis adolescente, et finalement femme. Wilma va se prendre d'affection pour la grue, et tout ce qu'elle fait dans ce roman pour sauver les oiseaux est très beau. C'est une héroïne solitaire, proche de la nature, courageuse, et dans ce monde où la femme peine à trouver sa place, elle ne va pas se laisser faire, elle va tout mettre en oeuvre pour parvenir à ses fins. Pour tout dire, je n'ai pas vraiment apprécié Wilma petite, car elle était trop spirituelle à mon goût, voyant des signes absolument partout ! C'est comme si je disais que mon chat a mangé plus tôt ce matin, donc j'aurais une bonne nouvelle aujourd'hui… Heureusement, cet aspect de se personnalité s'efface au fil des pages, au fil des ans ; Wilma devient dès lors un personnage très fort, très intéressant.
Et puis il y a aussi son père, John, qui est trappeur. Même s'ils se parlent peu, Wilma et lui sont très proches, et quand elle le quitte, ils s'envoient régulièrement des lettres. Ce que j'ai trouvé dommage, c'est justement qu'on n'ait pas plus d'échanges entre eux, qu'on ne sache pas le contenu des lettres par exemple : le récit est raconté à la troisième personnes et il y a vraiment très peu d'interactions, de dialogues, entre les différents protagonistes. J'ai donc eu beaucoup de difficultés à me sentir proche des personnages, j'étais vraiment très en retrait, alors que je ne demandais qu'à plonger dedans !
Découpé en quatre partie, correspondant à divers moments de la vie de l'héroïne, le roman n'en reste pas moins prenant, car on veut savoir ce que Wilma va mettre en place pour sauver les grues, comment elle va évoluer, etc.

Elles sont parties pour le nord est un bon premier roman, malheureusement, je n'ai pas réussi à m'accrocher aux personnages.
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Mort d'un clone de Pierre Bordage

Quel âge a Martial Bonneteau ?

47 ans
48 ans
49 ans
50 ans

15 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Mort d'un clone de Pierre BordageCréer un quiz sur ce livre
. .