AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791031204697
Éditeur : Editions Ateliers Henry Dougier (21/03/2019)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Un homme, sauvage et solitaire, écorché par la vie.

La première fois dans sa jeunesse avec le rire perdu d’un frère.
La seconde fois par son métier, militaire.
Et une obsession, ce bruit incessant des hélicoptères.

Dans son monde rude et éprouvant, deux femmes surgissent, s’interposent.
Il y a Annette, la nouvelle voisine. Elle a un trou dans la gorge et une voix de robot, mais elle ne lâche rien et profite de chaqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  09 mars 2019
La Feuille Volante n° 1333 – Mai 2019
Nique ta mère la mortMarion Lecoq – Ateliers Henry Dougier éditeur.
Tout d'abord je remercie Babelio et les éditions « Ateliers Henry Dougier » de m'avoir fait parvenir ce roman.
Le narrateur est militaire, il part souvent, pour plusieurs mois, pour des « opérations extérieures » et la mort, bien entendu, il connaît puisqu'il la côtoie et même la tutoie. Cela fait quinze ans qu'il est dans l'armée et il aime ça. Quand il n'est pas en campagne, il aime marcher dans la montagne. C'est un solitaire, un peu sauvage, mal aimé par la vie, féru de mécanique mais obnubilé par le bruit des hélicoptères qui lui rappellent la guerre et ses destructions. Ce bruit l'obsède. Il est célibataire, récemment sorti d'une liaison tumultueuse, mais pourtant dans son quotidien, il y a deux femmes, une vieille, handicapée et malade, Annette, qui est sa voisine et une plus jeune, Nadège, qu'il rencontre un peu par hasard et qui ne lui est pas indifférente au point que partir à nouveau n'a plus le même attrait qu'avant. Ces deux femmes ont elles aussi leur croix à porter, Annette, c'est la maladie et Nadège c'est la solitude. Elles ont été cabossées par la vie comme l'a été son copain FX qui veut tellement disparaître que son prénom se limite à ces deux lettres. le narrateur lui-même n'a même pas de prénom et je l'imagine animé de la même volonté de transparence. Je le sens tellement détruit intérieurement qu'il n'a aucune volonté d'avancement. le décor autour d'eux est fait de casernes, de HLM, de friches industrielles peuplées d'ombres de migrants, pas vraiment de quoi s'extasier !
Comme tout le monde, il a des souvenirs d'enfance, un frère aîné, mort avant lui, dont le sourire, toujours présent à sa mémoire, le hante. Il voudrait en parler mais, auprès de sa mère, ce sujet est tabou, surtout qu'il a choisit de risquer sa propre vie avec le métier des armes, une manière de se révolter peut-être ? Quand il croise Nadège, elle et lui donnent cette impression de vouloir être heureux ensemble, de vouloir faire échec à cette sorte de malédiction qui les poursuit l'un et l'autre depuis longtemps. Une histoire d'amour est forcément unique, mais ne dure jamais bien longtemps. Un jour ou l'autre, l'un des deux y introduira le mensonge, l'adultère, la violence qui la feront éclater et si elle perdure ce ne sera que sous des apparences hypocrites comme c'est sans doute le cas de son copain Léo. Face à l'avenir, notre imagination est sans borne, elle s'habille d'illusions que nous prenons pour des promesses et auxquelles nous croyons très fort. Bien entendu la désillusion est au rendez-vous et avec elle la déprime quand ce n'est pas pire encore. On peut croire à l'histoire d'amour naissante entre le narrateur et Nadège, on peut quand même penser qu'elle connaître le sort de celles des autres !
La couverture a un petit côté original: cet homme qui se balance sous un l'hélicoptère en vol, a quelque chose d'insolite. le titre m'évoque un groupe de rap français, un genre de musique que je ne goûte guère. C'est peut-être aussi un cri de révolte, mais après tout la contestation est plutôt saine. On peut y voir une forme de rébellion tranquille, une façon de rire de tout qui est une façon de supporter cette vie ! Je me suis dit que ce roman allait peut-être apporter quelque chose d'autre puisque l'objectif de cette jeune maison d'édition est de « raconter », de briser les murs et les clichés en donnant la parole à des témoins souvent invisibles. Il y a l'histoire qui nous est donnée à lire et dans laquelle je ne suis pas vraiment entré malgré toute mon attention. Y est accolé le terme « Mort » ! Alors, se révolter contre la mort, pourquoi pas, mais cela me paraît être perdu d'avance. Nous sommes tous mortels, nous sommes nés et donc nous mourrons et depuis que le monde existe, les artistes, les philosophes ont réfléchi à cette fatalité. C'est un thème éternel qui fait sens, mais aussi une issue redoutée pour les uns et une délivrance pour les autres, puisque cette vie n'est pas toujours aussi belle qu'on veut bien nous le dire. Nous sommes tous les usufruitiers de notre propre vie qui peut nous être enlevée sans préavis et ce même si, dans nos sociétés occidentales, nous avons choisi de vivre sans penser à cette échéance pourtant inéluctable.
La présentation en courts chapitres facilite la progression dans l'histoire mais l'écriture, directe et sans recherche, qui s'apparente davantage à la conversation ne m'a pas vraiment accroché.
Je n'ai peut-être rien compris au message, je suis peut-être passé à côté d'un chef-d'oeuvre mais j'ai eu un peu de mal avec ce roman.
H.L.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marie-Nel
  17 juin 2019
C'est le titre qui m'a le plus intriguée dès le début. Il n'est pas commun, il m'a fait penser à une sorte de pied de nez face à la mort, et je ne m'étais pas trompée après avoir fini cette lecture. La vie plus forte que la mort, malgré tout. J'ai aimé ce jeu de mots et la signification que lui donne l'auteure. Je découvre avec ce roman une nouvelle auteure et j'ai pu apprécier son style particulier, tout du moins pour ce roman.
Tout va tourner autour de quelques personnages, quatre au total. Une sorte de huis clos entre un homme, ses voisines et son copain. Lui, il est militaire, en permission. Il est obnubilé par le bruit des hélicoptères et attend une nouvelle affectation. Il a une voisine, Annette, en mauvaise santé, elle a une trachéotomie qui lui fait avoir une voix de robot. Il a un ami qu'il appelle FX qui a lui-même une soeur Nadège qui a une petite fille, Justine. Elle cherche un logement et l'homme va lui louer son studio. Tout ce petit monde va interagir entre-eux, s'entraider, se soutenir chacun dans des épreuves différentes. Des rapprochements vont avoir lieu. de belles notions d'humanité transpirent de ces personnages.
La première chose qui frappe quand on ouvre ce livre, c'est la construction. Des chapitres courts, parfois d'une longueur d'un seul paragraphe. Les phrases sont parfois courtes elles aussi, un peu hachées, donnant beaucoup de rythme à la lecture. Tout est écrit à la première personne du singulier, on se retrouve dans la tête du militaire. Ce « je » permet de mieux rentrer dans la tête du héros et d'être au plus près de ses sentiments et ses sensations. J'aime beaucoup ce procédé, ça donne un effet intimiste qui me permet de rentrer au mieux dans la vie du héros. La lecture se fait très vite, à cause de la construction mais aussi et surtout parce que le sujet est intéressant et que j'ai eu vite envie de savoir ce qui allait bien pouvoir se passer entre ce petit monde.
Marion Lecocq fait passer de beaux messages à travers cette histoire, de l'acceptation de soi, jusqu'à la solidarité, des valeurs qui manquent parfois dans notre société actuelle. J'ai aimé tous ces personnages, les infos sur chacun d'eux sont distillées au fur et à mesure, j'ai appris petit à petit ce qui était arrivé au militaire et pourquoi il était ainsi traumatisé. Annette est une personne touchante, optimiste et une véritable battante face à la maladie. C'est l'un de mes personnages préférés. Il y a dans chacun d'eux une urgence de vivre, défier la vie pour qu'elle dure encore plus longtemps, défier la mort pour qu'elle recule le plus loin possible et ne vienne pas frapper des personnes auxquelles on tient. Chacun d'eux pourraient être l'un de nous, ils sont très proches de la réalité, très humains. Ce qui les rend encore plus attachants.
J'ai passé plutôt un bon moment de lecture, une parenthèse de deux heures dans mon après-midi. Comme je le disais plus haut, le sujet étant intéressant, je me suis vite retrouvée immergée dedans. le style incisif, percutant, sans fioritures, donne une lecture poignante, où le lecteur ne peut pas faire autrement que de s'impliquer.
Ce roman est une belle surprise. J'avoue que je ne m'attendais pas ce qu'il me plaise autant. J'ai aimé son ton, son originalité, son impétuosité. Je pense que je vais suivre l'auteure et noter dans ma liste d'envie son premier roman Hors saison. Je suis curieuse de voir si elle a changé de style, s'il varie selon l'histoire ou les personnages. Bref, une envie de découvrir encore plus cette auteure.
Je vous recommande bien entendu ce roman particulier qui est un beau pied de nez à la mort. C'est un formidable message d'espoir et une ode à la vie que je vous recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Livresque78
  11 mai 2019
Reprenons sur ce titre qui durant les trois quart de ma lecture m'a paru hors de propos, je n'en voyais pas l'intérêt et le trouvais au final assez rebutant, je me demandais comment une lecture aussi touchante pouvait porter un titre aussi réducteur, mais une fois ce court roman terminé, je comprends, ce titre reflète l'intensité de ce que ressent ce jeune homme, ce militaire entre deux missions à l'étranger qui partage avec nous quelques semaines de sa vie, comme un journal intime. Il vit des moments forts de sa vie, des rencontres qui l'apaisent mais ne parviennent pas totalement à le guérir de ses souffrances, à faire cesser ses angoisses… Difficile de vous en dire plus sans vous en dire trop.
Lien : https://livresque78.wordpres..
Commenter  J’apprécie          160
Bruno_Cm
  12 février 2019
Merci à Babelio et les Ateliers Henry Dougier pour ce livre reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique.
C'est un livre du temps d'avant où l'on prenait le temps et l'espace, où l'on évoquait sans donner trop de détails, où l'on économisait le mot. Avec parfois des phrases fortes, définitives. C'était un monde où les solitudes étaient parias et où des formes de soutien et de famille se recréait sans forcer, mais comme en symbiose. C'est un monde où il y a de l'amour, évoqué... Cet homme seul qui rencontre une femme seule avec sa fille, un frère perdu, un frère qui bricole, des parents absents de la vie, qui ne comprennent pas, ne savent pas s'y prendre, une vieille dame au seuil de la mort qui brille ses derniers instants...
Tout ça est léger, épuré et en même temps très fort et très lourd.
Il n'y a aucune originalité dans ce livre, d'un monde passé, dépassé, dont je n'ai aucune idée s'il faut en être nostalgique, ou juste espérer qu'il y ait une suite, la fraîcheur de la descendance de ces personnages, de ces personnes, de ces humains qui ont fait ce qu'ils pouvaient.
Le titre du livre, il faut en parler, un titre rap-punk, beaucoup trop symbolique d'un monde parti ou presque, je le trouve plutôt mal choisi, trop marketing, ce qui ne correspond pas du tout à l'esprit du livre... C'est juste comme un crachat ou une tache de sang sur un genre de ouate... Laissez infuser... Laisser infuser ce livre.
L'écriture est simple et très directe, comme on aime ou comme on n'aime plus. Laissez décanter... Laisser décanter... du temps... du monde...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
womens_books
  14 juin 2019
Les ateliers Henry Dougier m'ont proposé de découvrir ce livre de Marion Lecoq, Nique ta mère la mort. J'avoue que d'abord ni la couverture, ni le titre ne m'ont donné envie :/ Mais ils m'avaient aussi envoyé les 15 premières pages que j'ai lu par curiosité, et qui m'ont happées ! C'est donc avec plaisir que j'ai accepté leur envoi pour découvrir la suite de l'histoire et je les en remercie. Comme quoi il est bon de ne pas s'arrêter à son premier ressenti !
Ce court récit nous plonge dans la tête d'un militaire, traumatisé par la mort de son frère et hanté par son sourire, traumatisé aussi par les combats de guerre qu'il mène depuis plusieurs années. D'ailleurs, quand ça ne va pas, il se met à entendre des hélicoptères, un peu comme si l'attaque était imminente, comme si l'instinct de survie se mettait en route. de retour chez lui pour une durée indéterminée, il fait trois nouvelles rencontres qui vont peu à peu changer sa vie : Annette la nouvelle voisine, qui a un trou dans la gorge et la voix de robot qui va avec ; et Nadège, la soeur de son pote FX qui sort d'une relation compliqué et s'installe seule avec sa jeune fille Justine. Comment reprendre goût à la vie quand la mort vous a autant accablé ? Par la force du destin et par la bonté de ces personnages, cet homme va finalement s'ouvrir à la vie.
Construite en courts chapitres, cette histoire se lit d'une traite. Marion Lecoq utilise un vocabulaire familier qui nous plonge dans les pensées du personnage principal. On suit donc son évolution, on partage ses peurs et ses désirs, on le sent tomber sous le charme de ces femmes et se préoccuper d'elle un peu plus chaque jour. J'ai trouvé qu'il y avait une certaine beauté dans les textes, qui ne transparaît pas dans le choix du titre et je trouve cela dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Entre2LivresEntre2Livres   02 février 2019
Je marche vite, pour semer derrière moi le bruit des hélicoptères et le sourire de mon frère. Pour semer mes larmes et ma colère. Me purifier dans l’effort, dans le silence habité de la nature, dans la beauté minérale des aiguilles rocheuses.
Commenter  J’apprécie          10
womens_bookswomens_books   14 juin 2019
En général, je ne m'en aperçois pas tout de suite.
Je suis pris dans ce que je fais, et puis il y a ce bourdonnement agaçant qui me parasite et qui me gêne pour penser, qui grandit, grandit, et quand il devient trop fort et que je suis obligé de m'arrêter pour y prêter attention, je me rends compte que ce sont les hélicoptères qui tournent dans ma tête.
Quand ils ont décidé de s'inviter, ce n'est pas facile de les déloger.
Il faut courir vite.
Pour ne pas devenir fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   13 février 2019
La soirée touche à sa fin.
On regagne la voiture.
Pendant le retour, personne ne parle, on savoure juste, les yeux perdis dans l'étroit faisceau des phares, tandis que la tête de Justine dodeline, appuyée contre le bras de sa mère.
Quand j'ai déposé tout le monde, je rentre, et je m'aperçois que j'ai encore ce sourire béat collé à la bouche. C'est la meilleure soirée que j'ai passée depuis longtemps. Promis, la prochaine fois, je me lance, je danse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   13 février 2019
Ce samedi avec Nadège et Justine qui a is son plus beau jogging rose, on sonne chez Annette. On s'est mis d'accord, Nadège et moi, pour ne rien laisser paraître devant Justine pour l'instant. Enfin si c'est possible, parce que j'ai l'impression que ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Justine est en boucle sur le poney qui aura une belle crinière et qui s'appellera peut-être Pruneau, comme celui de sa copine Ilona.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
womens_bookswomens_books   14 juin 2019
J'adore descendre à fond de train la route en lacets qui rejoint la ville.
Je suis de bonne humeur quand je suis allé marcher en montagne. Le silence, les paysages, la beauté presque douloureuse de la nature semblent déplier en moi tout ce qui était crispé, comme les doigts d'un poing fermé qu'on desserre un à un.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : adultèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Marion Lecoq (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16051 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre