AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369560371
Éditeur : Editions Intervalles (12/05/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
(BEAU LIVRE)

Une série d'images sur Sarajevo, vingt ans après la fin de la guerre de Bosnie-Herzégovine. Alban Lécuyer montre les stigmates du conflit dans les espaces urbains et la reconstruction de la ville administrative qui contraste avec le délabrement des habitations collectives. Il explore les stéréotypes des images virtuelles placardées sur les chantiers destinées à promouvoir les projets immobiliers.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
kielosa
  13 janvier 2018
Cette fois-ci j'ai été gâté par l'opération Masse Critique en recevant l'ouvrage d'Alban Lécuyer : "Ici prochainement : Sarajevo". Je remercie Babelio et M. Armand de Saint Sauveur des Éditions Intervalles pour ce beau cadeau. En fait, une pièce d'art et de collection pour les amateurs de livres, que nous sommes tous sur notre site préféré !
Je commence par une citation remarquable de l'écrivain bosniaque, actuellement résident breton, Velibor Colic, qui écrit dans une introduction "Addition des lumières" : "Tout comme Beyrouth ou Jérusalem, Sarajevo est une VILLE SYMBOLE, une construction fragile, un espace physique et métaphysique culturellement inscrit quelque part entre la Vienne impériale et la mer Adriatique, entre les montagnes des Balkans et les plaines hongroises. Une ville funambule qui marche depuis des siècles sur la corde raide tendue entre deux mondes". (page 8).
On ne saurait mieux résumer et situer cette ville, mais Velibor Colic a démontré dans 12 ouvrages (publiés entre 1994 et 2016, et depuis 2008 directement en Français) qu'il sait observer et écrire. Rappelons qu'il est l'auteur entre autres de "Les Bosniaques" (1994), "Chroniques des oubliés" (1996), "Jésus et Tito" (2010), "Manuel d'exil" (2016) et d'un très intéressant "Sarajevo omnibus" en 2012.
Il est impossible de surestimer l'importance de Sarajevo. Théâtre : 1) du coup fatal, le 28 juin 1914, par le nationaliste serbe, Gavrilo Princip (1894-1918) tuant François-Ferdinand, prétendant au trône de Vienne, assassinat qui a conduit l'Europe à la Grande Guerre ; 2) des Jeux olympiques d'hiver de 1984 et 3) de l'horrible siège du 5 avril 1994 au 18 février 1996 avec ses bombardements et snipers serbes, causant la mort à environ 5.000 personnes et la destruction d'à peu près 97 % des bâtiments.
J'ai visité pour la 1ère fois Sarajevo lorsque j'avais 16 ans et j'ai été fasciné par ce mélange est-ouest et tout particulièrement par cet aspect "oriental" de la ville. C'est la raison pour laquelle probablement que j'ai suivi le déroulement de cette affreuse guerre de l'ex-Yougoslavie avec tant d'intérêt, complété par la lecture de plusieurs ouvrages, dont j'en mentionne ici seulement 3 : du baron David Owen, ex-ministre des Affaires étrangères britannique et négociateur de paix lors de cette guerre "Balkan Odyssey" ; de la correspondante de guerre, Janine di Giovanni, "Madness Visible" et de la jeune Zlata Filipovic, captive à Sarajevo assiégée, "Le journal de Zlata".
L'auteur, 40 ans et diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille, a trouvé une voie originale pour raconter l'histoire d'une ville : à partir de photos des différents quartiers d'une ville, ses bâtiments officiels, culturels et religieux, de maquettes d'architectes et urbanistes et de citations par des personnalités célèbres, tel le Nobel littérature 1961, Ivo Andrić (1892-1975), des personnalités moins connues chez nous, comme la comédienne, Alena Džebo ou d'illustres inconnues, telle l'étudiante Doris Belančić (19 ans). Ce procédé bien personnel permet à Alban Lécuyer de rapprocher passé et présent, avec un clin d'oeil vers l'avenir, et - plus important encore - de situer les résidents dans leur ville. Il a déjà fait ses preuves en France, à Paris et Nantes - où il habite - mais aussi à l'étranger, entre autres à La Havane et Phnom Penh.
Autrement dit, sa grande spécialité et art sont de s'interroger sur "la place de l'histoire, des conflits, des individus et de leurs trajectoires dans les représentations du paysage urbain".
Il y a une multitude de photos de la capitale de la Bosnie, parmi lesquelles, la Mosquée Istiklal (= indépendance), la Cathédrale orthodoxe de la Nativité et la Synagogue Ashkénaze, qui illustrent sa vocation multiculturelle. Mais aussi les traces des tirs de canons dans des bâtiments, des "rues et trottoirs où se fossilisent les impacts d'obus", des graffitis comme "Non à La Haye" (faisant allusion au tribunal pénal des criminels de guerre de l'ex-Yougoslavie) et des chiens, "qui ont grossi mais continuent d'errer, d'être étrangement nombreux dans une ville qui a changé" ( citation de Tiphaine Samoyault).
Je termine par une citation révélatrice, parue dans "Elle", d'Olja Metich, étudiante à l'École des Beaux-arts : "Prendre son temps, c'est aussi prendre sa revanche sur l'histoire car pour échapper aux tirs des snipers serbes qui visaient les bus, les tramways, les piétons, nos parents devaient courir pour traverser la rue. Maintenant, c'est fini".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3415
MesCarnetsLitteraires
  16 janvier 2018
Ce livre est avant tout né d'un projet photographique.
Après un bref rappel historique (qui aurait peut-être mérité d'être un peu plus développé), l'auteur nous propose une série de photographies et d'images qui ont d'ailleurs été exposées au Cambodge, au Brésil, à Singapour, en Chine, en Espagne, en Suisse et en France.
On y découvre une ville en pleine mutation.
On peut y voir des quartiers de la ville plutôt pauvres et délabrés portant les stigmates de la guerre et des quartiers nouveaux et modernes.
J'ai été assez étonnée par le contraste entre ces habitations marquées par la guerre et la beauté de certains lieux de culte, de l'hôtel Holiday Inn ou des studios de la chaîne All Jazeera.
Une grande émotion se dégage de ce livre, de ces images et photographies.
J'y ai découvert Sarajevo et je trouve que c'est une manière très intéressante de connaitre une ville.
Les images sont souvent bien plus fortes que les mots .
Commenter  J’apprécie          10
ROUMANOFFBE
  16 janvier 2018
Des photos commentées, un peu de texte en introduction, une ville tourmentée que je ne connais pas mais que j'ai découverte avec ces quelques images, me reste comme un goût de drame puisque l'histoire traumatique a laissé ses marques et des traces indélébiles tant sur les murs que dans les esprits.
Si l'humain pouvait se servir du passé pour éviter de recommencer les mêmes erreurs, l'avenir de cette planète serait peut-être sauvé mais comme j'ai de très gros doutes sur le sujet et que je n'ai plus aucun espoir dans le genre humain, je crois que comme l'actualité nous le démontre tous les jours, l'histoire se répète encore et toujours ...
Il devrait y avoir une loi divine qui éliminerait naturellement les "inadmissibles à la vie " mais je crois qu'il s'agit d'une belle utopie et il ne faudrait surtout pas que l'humain invente une machine pour faire le tri, sans quoi, il y a fort à parier que ce serait la fin de l'humanité.
Je m'empresse de ne pas garder ce livre pour moi mais de l'offrir à ma bibliothèque communale pour que d'autres lecteurs puissent en bénéficier. Merci encore à Babelio pour ce cadeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
kielosakielosa   15 janvier 2018
" C'était le secret de Sarajevo. En Bosnie, il n'y avait ni passé ni futur.
Le passé avait été pulvérisé et le futur se bornait au moment présent. "

Bill Carter dans "Les Ailes de Sarajevo" (2004)

(page 64)
Commenter  J’apprécie          350
autres livres classés : littérature serbeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre