AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226403131
340 pages
Éditeur : Albin Michel (28/03/2018)
  Existe en édition audio
3.95/5   953 notes
Résumé :
Anaëlle, jeune femme en recherche d'informations pour l'écriture de son roman, engage un échange épistolaire avec Hervé, procureur de province. Celui-ci, vivotant dans une routine qui l'ennuie, s'y plonge avec délectation, au grand dam de sa greffière, rapidement agacée par cette insupportable correspondance.

Parallèlement, Thomas, menuisier passionné de nature, s'appuie sur la force des arbres et sa connaissance des sous-bois pour soutenir son petit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (227) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 953 notes

Ladybirdy
  27 novembre 2018
Voici l'histoire de plusieurs personnages cabossés par la vie et essayent à leur manière de se reconstruire dans le murmure des feuilles qui dansent. Car c'est bien de feuilles dont il est question ici.
Thomas est un jeune homme, menuisier de formation, mais trop accaparé par la leucémie de son petit frère qui lui noue l'estomac et toute énergie. Son frère, c'est son chêne, son roc, son soleil. Il se rend tous les jours à la clinique pour parler de la forêt avec son petit frère, des animaux en détresse, de la nature plus forte que la maladie et la mort. Ce sont des moments dans les feuilles dansantes.
Pour Anaelle, c'est sur sa jambe gauche qu'elle avance dans la vie. Suite à un accident de la route, c'est amputée de sa jambe droite qu'elle sortira du coma. Romancière à ses heures perdues, elle écrit au procureur de la République afin de solliciter son aide dans son travail d'écriture. Hervé, le procureur tombe très vite sous le charme de la pétillante Anaelle. Ce qui ne plaît trop à Joséphine sa greffiere adepte de l'intransigeance et de la fidélité à tout prix.
Dans les feuilles, par lettre interposée, Hervé et Anaelle vont danser la parade de la vie et de la bonne humeur. Mais les blessures sont toujours à fleur de peau pour Anaelle qui doute d'elle avec son moignon qui sans un « o » devient mignon comme lui signale Hervé.
Un tout petit monde que ces trois là pour une danse dans les feuilles mortes, les feuilles vertes, celles rouges de l'automne, formant un roman naturel, simple, frais. Les protagonistes n'évolueront que très peu et le fil conducteur semble assez inexistant si ce n'est de nous livrer une parenthèse dans la vie de belles personnes. Ce n'est pas transcendant ni éblouissant à mon sens. Ça se déguste à petite gorgée en regardant les feuilles de l'automne qui nous murmurent leurs secrets en dansant de leur arbre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          753
La_Bibliotheque_de_Juju
  15 octobre 2019
Je viens de rencontrer Agnès Ledig. Et quelle rencontre !
Tellement de surprises se cachent sur nos étagères, tellement de belles choses qu'on ne soupçonne pas dans ces piles de livres qui n'attendent que d'être dévorés.
Immédiatement, j'ai sauté à pieds joints, comme on bondit dans un flaque, dans cette histoire tendre à la suite d'Anaëlle, Thomas et les autres ! Mon petit coeur d'artichaut a aimé ces personnages battants et écorchés, ces héros du quotidien et cette façon d'écrire la vie !
Peu à peu, on découvre les liens, les douleurs et les secrets qui unissent les personnages, comme un fil de vie qui se déroule. Comme ces feuilles qui dansent justement …
Il ne faut pas dévoiler l'histoire car j'ai aimé cette façon, page après page, de raconter. de découvrir. D'aimer ces êtres de papier. Ces « éclopés » de vivre.
J'ai littéralement dévoré ce livre, j'ai littéralement percuté du coeur Agnès Ledig. J'aime les écrivains qui plongent leur plume dans la vie des gens, pour raconter de belles histoires, émouvantes et simples. de ces plumes si peu prétentieuses que, nonchalamment, on peut passer à côté.
J'ai aimé sa délicatesse, son amour de cette nature qui protège et soulève. J'ai aimé sa franchise qui transpire à chaque page, lorsqu'une histoire laisse entrevoir de la beauté d'âme de celle qui écrit là derrière…
Les feuilles ont dansé pour moi, les pages ont volé jusqu'à la fin. L'émotion, les sourires et la vérité des choses simples m'ont peut-être un peu ébranlé. Comme ces choses qu'on ne s'explique pas mais qui fonctionnent, en littérature et dans la vraie vie ! Une rencontre. Une belle.
J'ai enfin rencontré Agnès Ledig, oui.
Enfin ! Je ne la lâche plus !

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          652
petitsoleil
  31 mars 2018
Etant fan d'Agnès Ledig et de son écriture juste, sensible, j'ai craqué rapidement. J'avais déjà repéré la date de sortie un peu avant, et dès le lendemain j'achetais ce dernier livre.
Toujours émouvant, cet univers qu'elle sait si bien transcrire dans ses livres, avec des personnages très humains, très cabossés par la vie, mais avec l'amitié, l'amour qui subliment les vies et aident à remonter la pente, se reconstruire, reprendre confiance ... et toujours l'espoir, la vie plus forte que tout, le goût de la vie.
Commenter  J’apprécie          570
qmike549
  29 décembre 2020
Dans le murmure des feuilles qui dansent, Agnès LEDIG narrre
l'histoire de plusieurs personnages cabossés par la vie et ils essaient à leur manière de se reconstruire...... sauf que certaines situations ne sont pas ou peu crédibles .....?
A-t-on déjà vu un Procureur de la république passer son temps de travail à répondre aux lettres d'une Inconnue ..Lettres sans rapport aucun avec sa fonction....?
Ou si tel est le cas, il ne faut pas s'étonner des longueurs administratives dans les Tribunaux français....
Agnès LEDIG est néanmoins une excellente autrice qui diffuse de l'amour, des surprises, des secrets mais surtout énormément d'émotions....
Commenter  J’apprécie          540
prune42
  13 décembre 2019
Anaëlle Desmoulins, secrétaire médicale, noue une correspondance avec Hervé Leclerc, procureur, car elle écrit un livre et a besoin de renseignements sur le fonctionnement de la Justice. Mais cette relation n'est pas vue d'un bon oeil par Jocelyne, la greffière d'Hervé, qui ne va pas manquer une occasion d'exprimer son désaccord. Anaëlle et Hervé se rapprochent mais la jeune femme osera-t-elle lui confier qu'elle a perdu une jambe dans un accident de voiture ? Leur amitié peut-elle évoluer sans blesser personne ? Parallèlement, Thomas, un jeune menuisier, passe beaucoup de temps avec son demi-frère Simon, 8 ans, hospitalisé à cause d'une leucémie. Il lui change les idées en lui parlant de la forêt qu'ils aiment tant tous les deux. Anaëlle fait la connaissance de Thomas car elle souhaite faire réaliser des travaux dans la maison qu'elle vient d'acheter. Ils se rapprochent en se livrant l'un à l'autre un peu de leur vie.
J'ai lu beaucoup de romans d'Agnès Ledig il y a quelques années, j'aimais beaucoup cette auteur. Cela faisait longtemps que ce dernier livre figurait dans mes pense-bête mais j'ai hésité pas mal de temps à le lire.
Pour être tout à fait franche, j'ai pris moins de plaisir avec ce livre qu'avec les premiers romans d'Agnès Ledig. Peut-être le fait qu'il s'agisse en grande partie d'une correspondance m'a dérangée, je ne suis en effet pas fan de ce genre et procédé littéraire et j'ai rarement apprécié les livres où il était question de lettres échangées.
J'ai trouvé aussi que l'histoire en elle-même mettait trop de temps à démarrer, pour moi c'est resté plat une grande partie du livre ; les deux parties du roman, Annaëlle et Hervé/ Thomas et Simon, sont reliées entre elles à mon avis trop tardivement, je ne voyais pas le lien et comment elles allaient s'articuler entre elles.
Le moment que j'ai le plus apprécié dans le livre est celui du décès de Simon, il y a beaucoup d'émotions ici et j'ai eu les larmes aux yeux. J'ai retrouvé dans cette partie ce que j'aimais chez cette auteur bien plus que dans le genre du roman.
Le style est toujours aussi agréable néanmoins, ce livre se lit bien, l'écriture est soignée. Cela ne suffira pas cependant à emporter mon adhésion totale, je suis un peu déçue de cette lecture que j'imaginais plus forte et touchante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281


critiques presse (1)
Culturebox   18 avril 2018
Le sixième roman d’Agnès Ledig, "Dans le murmure des feuilles qui dansent" (éditions Albin Michel), promeut des valeurs d’entraide et de fraternité. Il a pour cadre la forêt des Vosges et raconte deux histoires imbriquées de quatre personnages touchants et fragiles.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (231) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   27 novembre 2018
Les grosses épreuves apprennent la relativité. Celle qui manque à tous ces gens désagréables ou exigeants, qui râlent pour trois fois rien, envoient l’huissier au premier faux pas, avec le mépris en sus. Finalement, relativiser donne de la légèreté à l’existence. Un comble d’être obligé d’en passer par le pire pour le comprendre.
Commenter  J’apprécie          455
petitsoleilpetitsoleil   30 mars 2018
Dans ce service, il y a la vie plus forte que tout.
Celle qui permet à la plante de crever le bitume, au soleil de faire fondre la glace, à l'hirondelle de parcourir des milliers de kilomètres. Une vie pour laquelle on se bat.
Commenter  J’apprécie          240
JmlyrJmlyr   14 décembre 2019
Certaines personnes très dures peuvent déteindre sur des familles entières. Comme une pomme gâtée qui pourrit tout le cageot si on ne la retire pas à temps.
Commenter  J’apprécie          333
LadybirdyLadybirdy   26 novembre 2018
Thomas a toujours considéré que la pluie, la neige ou le vent ne doivent pas être un frein mais au contraire une invitation à découvrir la forêt avec un autre regard.
Commenter  J’apprécie          300
Mar-KheMar-Khe   04 juillet 2020
Bien des jours, Thomas pleura. En silence, la joue posée sur l'oreiller. Les larmes coulaient doucement puis imprégnaient sa taie en flanelle. La froideur du chagrin absorbée par la douceur du tissu.
Pas d'effusion, pas de rage. Ou alors tout intérieure. De celle qu'il est inutile de crier puisque personne n'écoute. Une colère monstre contre le destin. Une soif de vengeance, aussi. Thomas l'a éprouvée, au début, mais contre qui? Personne n'est responsable. La faute à pas de chance, à un ensemble de facteurs, à ces choses que la société engendre sous couvert de progrès ou de gains financiers, sans se demander si ce sera délétère pour l'homme. Personne n'est responsable et tout le monde à la fois. Alors, contre qui se venger?
Et puis, pourquoi? Thomas a vite compris que la vengeance ne supprime pas la colère. Il préfère donc la disséminer sur les chemins de la forêt, dans les arbres, dans les flaques et les fougères. Dans toute cette nature immense qui n'a que faire des émotions humaines et qui offre en retour et sans conditions la paix d'un vent qui souffle et de feuilles qui bruissent. Il troque sa rage et l'insupportable injustice contre de belles images à transmettre à Simon pour qu'il oublie le reste. Les perfusions, les nausées,les douleurs dans le ventre, dans le dos, dans les jambes, chaque jour, à chaque instant, et depuis des semaines. Un enfant de huit ans n'a pas à vivre tout ça. Et pourtant, il l'affronte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Agnès Ledig (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Ledig
Rencontre Agnès Ledig - Julien (La bibliothèque de Juju)
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Juste avant le bonheur - Agnès Ledig

Julie exerce une fonction, laquelle?

Assistante maternelle
Caissière dans un supermarché
Secrétaire médicale
Agent d'entretien

20 questions
251 lecteurs ont répondu
Thème : Juste avant le bonheur de Agnès LedigCréer un quiz sur ce livre

.. ..