AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226403132
Éditeur : Albin Michel (28/03/2018)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 300 notes)
Résumé :
Anaëlle, jeune femme en recherche d'informations pour l'écriture de son roman, engage un échange épistolaire avec Hervé, procureur de province. Celui-ci, vivotant dans une routine qui l'ennuie, s'y plonge avec délectation, au grand dam de sa greffière, rapidement agacée par cette insupportable correspondance.

Parallèlement, Thomas, menuisier passionné de nature, s'appuie sur la force des arbres et sa connaissance des sous-bois pour soutenir son petit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (108) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  27 novembre 2018
Voici l'histoire de plusieurs personnages cabossés par la vie et essayent à leur manière de se reconstruire dans le murmure des feuilles qui dansent. Car c'est bien de feuilles dont il est question ici.
Thomas est un jeune homme, menuisier de formation, mais trop accaparé par la leucémie de son petit frère qui lui noue l'estomac et toute énergie. Son frère, c'est son chêne, son roc, son soleil. Il se rend tous les jours à la clinique pour parler de la forêt avec son petit frère, des animaux en détresse, de la nature plus forte que la maladie et la mort. Ce sont des moments dans les feuilles dansantes.
Pour Anaelle, c'est sur sa jambe gauche qu'elle avance dans la vie. Suite à un accident de la route, c'est amputée de sa jambe droite qu'elle sortira du coma. Romancière à ses heures perdues, elle écrit au procureur de la République afin de solliciter son aide dans son travail d'écriture. Hervé, le procureur tombe très vite sous le charme de la pétillante Anaelle. Ce qui ne plaît trop à Joséphine sa greffiere adepte de l'intransigeance et de la fidélité à tout prix.
Dans les feuilles, par lettre interposée, Hervé et Anaelle vont danser la parade de la vie et de la bonne humeur. Mais les blessures sont toujours à fleur de peau pour Anaelle qui doute d'elle avec son moignon qui sans un « o » devient mignon comme lui signale Hervé.
Un tout petit monde que ces trois là pour une danse dans les feuilles mortes, les feuilles vertes, celles rouges de l'automne, formant un roman naturel, simple, frais. Les protagonistes n'évolueront que très peu et le fil conducteur semble assez inexistant si ce n'est de nous livrer une parenthèse dans la vie de belles personnes. Ce n'est pas transcendant ni éblouissant à mon sens. Ça se déguste à petite gorgée en regardant les feuilles de l'automne qui nous murmurent leurs secrets en dansant de leur arbre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
petitsoleil
  31 mars 2018
Etant fan d'Agnès Ledig et de son écriture juste, sensible, j'ai craqué rapidement. J'avais déjà repéré la date de sortie un peu avant, et dès le lendemain j'achetais ce dernier livre.
Toujours émouvant, cet univers qu'elle sait si bien transcrire dans ses livres, avec des personnages très humains, très cabossés par la vie, mais avec l'amitié, l'amour qui subliment les vies et aident à remonter la pente, se reconstruire, reprendre confiance ... et toujours l'espoir, la vie plus forte que tout, le goût de la vie.
Commenter  J’apprécie          450
LettresItBe
  30 mai 2018
C'était un retour attendu en librairie : celui d'Agnès Ledig avec Dans le murmure des feuilles qui dansent publié chez Albin Michel. La romancière, fidèle à ses aspirations, revient avec un roman touchant et d'une apparente légèreté qui cache peut-être bien plus… Lettres it be vous en dit quelques mots dans les lignes qui suivent.
# La bande-annonce
Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l'écriture.
Thomas raconte des histoires merveilleuses d'arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d'hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre.
Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais est-ce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ?
Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig noue une histoire simple et poignante où des âmes blessées donnent le meilleur d'elles-mêmes et nous rappellent, dans une nature à la fois poétique et puissante, que la vie est plus forte que tout.
# L'avis de Lettres it be
Nous sommes en 2011. Parfaite inconnue du public, Agnès Ledig fait paraître Marie D en haut aux éditions Les Nouveaux Auteurs. 15 000 exemplaires vendus plus tard et après avoir obtenu le prix du roman « Coup de coeur des lectrices » du magazine Femme Actuelle, Agnès Ledig voit son roman faire l'objet d'une adaptation à l'écran, adaptation menée par Sandrine Bonnaire. Un succès est en marché, et une auteure est née. Depuis, Agnès Ledig a poursuivi son bonhomme de chemin : Juste avant le bonheur paru en 2013 chez Albin Michel et récompensé du prix Maison de la Presse la même année, Pars avec lui publié en 2014, On regrettera plus tard en 2016 et de tes nouvelles en 2017. Tout cela jusqu'à ce nouveau roman Dans le murmure des feuilles qui dansent, encore et toujours chez Albin Michel.
Affronter un handicap et son reflet, faire face à la vie qui s'essouffle dans le corps de son enfant, continuer coûte que coûte… Comme à son habitude, Agnès Ledig affronte avec courage des thématiques graves, lourdes dans son nouveau roman. Mais ce qui pourrait/devrait donner lieu à un énième chant du cygne mesuré au poids des larmes prend, sous la plume d'Agnès Ledig, plutôt la forme d'une explosion d'espoir, mesurée, à hauteur d'homme et de femme.
Une fois encore, ce roman fait écho à la vie personnelle de son auteure. Agnès Ledig a traversé les orages de la vie en affrontant la leucémie de son fils alors qu'elle était encore sage-femme libérale en Alsace. Une épreuve qu'elle a consignée dans des écrits et qu'elle semble ne jamais cesser de retranscrire dans chacun de ses romans, y compris dans ce petit nouveau. Il en ressort une émotion particulière, qui ne fictionnalise jamais la douleur de la vie et n'édulcore rien. Agnès Ledig met le peloton des auteurs du genre derrière elle et fait toute la différence avec un style direct, une émotion mesurée, une humanité jamais mimée qui transpire à chaque ligne. Autant de grandes forces que l'on retrouve dans ce nouveau roman, dans ce coup de fouet au coeur. Une réussite.

Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Marieemmy
  03 avril 2018
On suit ici 2 personnes: Anaëlle qui engage une correspondance, pour les besoins de son roman, avec Hervé, un procureur, qui très vite se passionne pour ces échanges épistolaires et Thomas,menuisier, qui met sa connaissance des arbres et des sous-bois au service de son petit frère hospitalisé. Ces 2 destins vont se croiser à un moment donné...
Dès sa parution, j'ai couru l'acheter car j'adore ses romans. Et une fois de plus, je n'ai pas été déçue. Agnes Ledig noue là une histoire belle, attachante et poignante où des âmes fracassées vont partager le meilleur d'elles-mêmes avec leurs proches et ce afin de nous rappeler à tous que la vie est plus forte que tous et qu'elle vaut la peine d'être vécue malgré des heurts, des chocs, des anéantissements.
Comme dans ses précédents romans, A Ledig a su distiller des émotions fortes, sincères, belles grâce à des personnages touchants, proches de nous dans lesquels je me suis identifiée
J'ai suivi avec un plaisir intense les déambulations, les luttes de ces derniers. J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai frissonné dans ce tourbillon de mots et de sentiments.Un équilibre parfait entre les émotions, l'humanité et la nature.
Un super coup de coeur que cette lecture dont certains passages résonnent toujours en moi alors que j'ai refermé ce livre depuis hier matin....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Lesratsdebib
  09 juin 2018
Comme vous commencez à le savoir, pour ceux qui suivent mes chroniques (notamment celles de Liane Moriarty et ses bouquins), j'aime bien parler des lectures faites pendant mes nombreuses vacances.
Cette fois-ci, c'était en Inde (oui, je suis contente de l'avoir cassée, tout de suite, mon moral est remonté en hausse, c'est fou), et pour des raisons complètement bêbébiles, je m'étais procurée le tout dernier d'Agnès Ledig. Alors les raisons :
1. En vacances, pas de lecture prise de tête, envie j'avais.
2. La protagoniste a le même prénom que moi, et ça, inédit c'est. Et ça, grande motivation d'achat, ce fut.
3. D'Agnès Ledig, jamais je n'en avais lu, découverte c'était.
Avant de vous faire un résumé approximatif grâce aux bribes de souvenirs qu'il me reste, je tenais à m'excuser par avance, cela fait...attendez, un, deux...un mois et demi que je l'ai lu, donc l'histoire est en train de redevenir floue dans ma tête, avant de partir aux oubliettes, contrairement à mon ressenti de lecture qui, lui, est intact. Sais pas si vous aussi ça vous le fait ?
Alors, Anaëlle est un jeune fille (comme moi, hihi ^^) qui échange des lettres avec un procureur, Hervé, d'abord pour lui demander des conseils – parce qu'elle écrit un roman policier – et ensuite de manière très privée. Anaëlle cache un événement de son passé, et sans vous raconter toute l'histoire, disons qu'à ce moment, elle se reconstruit mentalement et physiquement. Et en parallèle, on a Thomas, un passionné de nature et d'arbres, qui s'occupe de son petit frère qui a de graves soucis de santé.
C'est plein de bons sentiments, dépeints avec une certaine naïveté mignonne, mais qui n'a pas su m'émouvoir de plein fouet comme d'autres lectrices. Peut-être parce que ce n'est pas assez bien décrit...c'est un ressenti très personnel, bien entendu que j'ai été émue, mais on va dire que j'ai plus sourit et je me suis plus sentie investit dans la correspondance entre Anaëlle et Hervé (pardon Thomas).
Et alors, une interrogation à laquelle l'auteur ne répond jamais, et qui du coup, ne m'a pas lâché tel un moustique me tournant autour toute une nuit – pour les personnes ne souhaitant pas être spolier, ne lisez pas, pardon je ne sais pas comment on cache un passage - : Comment Anaëlle est en capacité de conduire avec une prothèse à la jambe droite (si j'ai bien compris que c'était bien sa jambe droite), parce que même avec une voiture automatique, on utilise ce pied, ou alors elle a une voiture conçue exprès pour elle, mais jamais ce n'est dit, du coup je me demande sans cesse : comment c'est possible ?
Lecture finie dans l'avion du retour, qui me marquera certainement moins que mon voyage en Inde et le piment que j'ai mangé goulûment sans savoir ce que c'était et qui m'a allumé la bouche pendant plus d'une heure. Je retenterai peut-être un autre de cet auteur, mais une chose est sûre : ce n'est pas parce que la protagoniste porte le même prénom que moi que c'est signe de qualité. Jusqu'à preuve du contraire...m'enfin c'est mieux si j'arrête de me faire stupidement avoir par des arguments pareils ! C'était la conclusion du jour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41

critiques presse (1)
Culturebox   18 avril 2018
Le sixième roman d’Agnès Ledig, "Dans le murmure des feuilles qui dansent" (éditions Albin Michel), promeut des valeurs d’entraide et de fraternité. Il a pour cadre la forêt des Vosges et raconte deux histoires imbriquées de quatre personnages touchants et fragiles.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (120) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   27 novembre 2018
Les grosses épreuves apprennent la relativité. Celle qui manque à tous ces gens désagréables ou exigeants, qui râlent pour trois fois rien, envoient l’huissier au premier faux pas, avec le mépris en sus. Finalement, relativiser donne de la légèreté à l’existence. Un comble d’être obligé d’en passer par le pire pour le comprendre.
Commenter  J’apprécie          375
petitsoleilpetitsoleil   30 mars 2018
Dans ce service, il y a la vie plus forte que tout.
Celle qui permet à la plante de crever le bitume, au soleil de faire fondre la glace, à l'hirondelle de parcourir des milliers de kilomètres. Une vie pour laquelle on se bat.
Commenter  J’apprécie          170
LadybirdyLadybirdy   26 novembre 2018
Thomas a toujours considéré que la pluie, la neige ou le vent ne doivent pas être un frein mais au contraire une invitation à découvrir la forêt avec un autre regard.
Commenter  J’apprécie          230
Isa70Isa70   17 juillet 2018
...le mariage ne colle pas toujours à l'image heureuse et magique que l'on s'en fait ou du moins il n'y colle pas éternellement, pour peu que l'un, l'autre, ou les deux protagonistes évoluent vers des chemins différents. N'allez pas croire que je suis malheureux, je ne suis simplement pas comblé.
Commenter  J’apprécie          110
petitsoleilpetitsoleil   31 mars 2018
Elle veut désormais profiter. Profiter de l'instant, construire, se reconstruire, aimer, s'aimer, penser aux belles choses et à ce qu'elle peut faire de bien. Un bouquet de fleurs, des bras, une présence. De jolies lettres.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Agnès Ledig (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Ledig
Extrait de "Dans le murmure des feuilles qui dansent" d'Agnès Ledig lu par Jessica Monceau. Editions Audiolib. Parution le 15 mai 2019 en téléchargement.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/dans-le-murmure-des-feuilles-qui-dansent-9782367627724
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Juste avant le bonheur - Agnès Ledig

Julie exerce une fonction, laquelle?

Assistante maternelle
Caissière dans un supermarché
Secrétaire médicale
Agent d'entretien

20 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Juste avant le bonheur de Agnès LedigCréer un quiz sur ce livre
.. ..