AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226320933
310 pages
Albin Michel (02/03/2016)
  Existe en édition audio
3.96/5   2934 notes
Résumé :
L'irruption d’Éric et d'Anna-Nina un soir d'orage dans la vie de Valentine, institutrice dans un hameau du massif Vosgien, est un véritable coup de tonnerre. À la fillette brûlante de fièvre, au père brisé par la vie, Valentine va offrir plus qu'un simple toit. Avec tendresse et franchise, elle va bousculer les certitudes de ce père solitaire et modifier leur trajectoire toute tracée.

Un roman émouvant et généreux où le désir se montre plus fort que l... >Voir plus
Que lire après On regrettera plus tardVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (354) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 2934 notes
Eric et sa petite fille de 7 ans parcourent les routes de France dans une roulotte;
Un soir d'orage, il vient demander de l'aide à Valentine qui habite seule à l'écart. Sa fillette est malade et un médecin est nécessaire.
Valentine les accueille et emmène Anna Nina à l'école où elle est institutrice dès que la petite est guérie.
Tout se passe bien, Eric, le père, se confie sur les raisons de son nomadisme et une relation intime se noue entre Valentine et lui.
Parallèlement, on saute en tant que lecteur et on sait pas pourquoi en 1944 où une jeune femme enceinte est mariée à un maquisard.
J'ai apprécié "Marie d'en haut", "Juste avant le bonheur" mais ici, Agnès Ledig tombe dans les clichés très faciles pour appâter le plus grand nombre de lecteurs possible.
Une déception pour moi.
Commenter  J’apprécie          593
« On regrettera plus tard » est un roman dont j'ai envie de dire du bien.
Je suis en effet très bienveillante pour ces livres qui n'ont d'autres prétentions que de détendre ou d'amuser les lecteurs.
De ce côté-là, c'est réussi ! Même si l'histoire est un peu nunuche, pleine de clichés, je me suis laissée attendrir par ce papa veuf, prêt à tout pour sauver sa petite princesse de 7 ans.
Et bien sûr, dans ce genre d'histoire, il faut rajouter de l'amour, alors, un soir d'orage, il y eut une belle rencontre.

L'écriture est simple, l'histoire banale, la fin prévisible mais, J'ai trouvé dans ce livre ce que j'en attendais, rien de plus, rien de moins, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas pour beaucoup de romans.

En conclusion, la lecture d' « On regrettera plus tard » ne me laisse aucun regret.

Commenter  J’apprécie          582
Que trouver à dire en refermant ce roman....si on ne me l'avait pas offert, je ne pense pas que je l'aurai lu....j'avais pourtant assez bien apprécié "Juste après le bonheur", "Marie d'en haut", déjà moins "Pars avec lui", alors dans ce dernier opus.....cette auteur qui pourtant au fil des pages ne laisse pas indifférente avec quelques belles phrases...
a pourtant continué à me décevoir.....c'est une histoire trop facile. Eric, veuf, vit avec sa petite fille à bord d'une roulotte. Un soir d'orage, il s' arrête chez Valentine pour se mettre à l'abri....bien sûr d'autres protagonites arrivent dans le scénario d'Agnès Ledig mais rien de bien consistant....pour moi...Je suis déçue, peut être parce que j'ai évolué dans mes lectures.
Pas grand chose à en dire, trop de "clichés", qui n'ont pas fait éclat en moi.... et ce sera donc que 2 ☆☆....
Commenter  J’apprécie          513
Voici un ouvrage simple et facile à lire!
Le deuil, la sensibilité, la tristesse, l'amour, l'émotion, l'espoir et la renaissance y ont la part belle .
Trop de bons sentiments défilent..
Les personnages sont attachants et sympathiques.
L'auteur posséde le talent du coeur et la force d'insuffler à ses personnages le désir de surmonter vaillamment leurs épreuves douloureuses et d'en sortir plus forts !
L'amour et l'amitié dominent mais trop de romanesque tue le romanesque..
L'histoire, prévisible est trop belle , sujette à tous les clichés!
Je passerai pour une "sans coeur" mais j'assume , ce genre d'ouvrage n'est point pour moi.

J'ai mis deux ** même si trois apparaissent suite à une mauvaise manipulation.
Commenter  J’apprécie          511
Voici un texte facile à écouter, plaisant pour une grande partie du récit.
J'ai bien dit " écouter " plutôt que " lire ", car je n'arrive pas (pour l'instant ) à apprécier de lire ce genre d'histoire, je le trouve trop mielleux et romantique ( malgré les quelques difficultés placées ici et là pour les protagonistes ).

La solitude et l'espoir d'être aimé-e au-delà des peines sont trop emplies de clichés pour m'attendrir.

La version Audiolib, et le jeu vocal des comédiens, m'a donc permis de suivre le récit de On regrettera plus tard : le ton est juste, la lecture tout simplement parfaite.

Rien de nouveau et de créatif dans cette histoire, c'est pourquoi je ne pense pas poursuivre cette romance malmenée avec le second opus, même si je reconnais qu'Agnès Ledig sait retranscrire les émotions avec justesse et psychologie.
Commenter  J’apprécie          361


critiques presse (1)
Liberation
25 septembre 2017
On est dans la continuité des romans légers (mais poids lourds question tirage) d’Agnès Ledig, venue en écriture après l’épouvantable tragédie d’un enfant mort de leucémie.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (277) Voir plus Ajouter une citation
Se retourner sur sa vie, c'est prendre le risque de voir les traces du passé dans le sable de nos souvenirs.
Vivre, vivre vraiment, regarder loin devant, avancer pas à pas, et laisser le temps, le vent, effacer les empreintes derrière soi.
Commenter  J’apprécie          1110
Il y a des moments magiques aussi. Et heureusement. Quand on porte à bout de bras un enfant en difficulté qui ne sait toujours pas lire à son entrée en CE1, ni à celle de CE2, et que le dernier jour d'école, on comprend qu'il déchiffre une inscription sur le mur, en le voyant bouger les yeux et les lèvres, on oublie tout le reste, parce qu'on sait pourquoi on est là.Alors je ne me plains pas. J'aime ce que je fais. Mais oui, je travaille encore parfois à minuit, parce qu'il me tient à coeur de faire mon travail correctement et de ne pas donner raison à tous ceux qui pensent que les fonctionnaires sont des fainéants payés à se tourner les pouces et qu'ils sont trop nombreux, tels des parasites qui gangrènent la société productrice de richesses.C'est vrai, je ne produis rien. Si ce n'est des enfants qui repartent avec un peu plus de connaissances et de compétences pour entrer dans ladite société productrice de richesses, futures briques à l'édifice du PIB. Des enfants à qui j'ai appris à lire, à compter, à réfléchir, à comprendre, à qui j'ai transmis le partage avec les autres, le discernement, l'écoute attentive, un peu d'audace aussi, et surtout l'envie d'étudier.Parce que c'est d'apprendre qui donne envie de se lever le matin, non ?
Commenter  J’apprécie          150
Je ressens un pieu dans le coeur en me rendant compte à quel point elle me manque, cette tendresse simple. Etre pris dans les bras et qu'on vous caresse les cheveux. N'importe quel être humain en a besoin, quel que soit son âge. Et celui qui le nie est certainement monté de travers. Il a forcément mis un voile sur ce besoin-là, en se disant qu'il n'en souffre pas. Balivernes ! Il en souffre, peut-être à en crever, mais sans pouvoir l'admettre.
Commenter  J’apprécie          410
J'aimerais qu'il me manque et ce n'est pas le cas. Sauf son corps, pour combler l'absence de chaleur dont souffre le mien. Je sais pourquoi il ne me manque pas. Je sais ce que ça veut dire. Et je suis triste de m'en rendre compte. Je ne pourrai donc jamais admettre qu'il peut être bon d'aimer quelqu'un et que cela n'enlève rien à la liberté , ou du moins pas suffisamment pour y renoncer? Je ne pourrai donc jamais me délester de ce sentiment d'oppression à l'idée d'être deux? Me laisser aller à supporter l'absence de l'autre et me rendre compte que ce n'est pas grave?
Commenter  J’apprécie          171
Se retourner sur sa vie, c'est prendre le risque de voir les traces du passé dans le sable de nos souvenirs.
Vivre, vivre vraiment, regarder loin devant, avancer pas à pas, et laisser le temps, le vent, effacer les empreintes derrière soi.
Commenter  J’apprécie          332

Videos de Agnès Ledig (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Ledig
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/agnes-ledig-un-abri-de-fortune-53745.html Entrer dans un livre d'Agnès Ledig, c'est se couper du monde, retrouver l'essentiel, s'interroger sur son propre parcours, imaginer une autre façon de vivre le quotidien. Depuis son premier roman « Marie D en haut » en 2011, suivi de « Juste avant le bonheur », Agnès Ledig est devenue une auteure majeure, fédérant autour d'elle un public fidèle, sensible à ses histoires contemporaines et à son écriture belle et fluide. Pour son 10ème roman, « Un abri de fortune », elle nous entraine dans les Vosges, là où elle-même s'est installée avec sa famille il y a quelques temps. Là, dans cette nature intacte, Capucine et Adrien, ont reconstruit leurs vies, eux que le destin avait confronté au pire. Nous les avions déjà croisé dans le précédent titre d'Agnès Ledig, « La petite reine » mais précisons-le, ce nouveau roman n'est pas une suite. Ensemble, Capucine et Adrien ont retapé une ancienne ferme, et tout en assurant le travail des champs et l'entretien des bêtes, ils ont fait le choix d'accueillir chez eux des personnes en reconstruction. Tout cela sous le regard de Jean, 90 ans, qui a toujours vécu ici et qui, assis chaque jour sur son banc, assiste avec discrétion aux allers et venues des uns et des autres. Et voilà Clémence, Rémi et Karine. Ils ne se connaissent pas. Tous les trois sont un peu paumés, ont été brinquebalés par la vie, tentent de masquer les maux qui les taraudent et se retrouvent ainsi dans cette ferme isolée des Vosges pour essayer de redonner un sens à leur existence. Chacun garde jalousement le secret qui le tenaille jusqu'au jour où un secret encore plus grand va leur permettre de déverrouiller leur mal-être. Avec sa plume douce, délicate et sensible, Agnès Ledig parvient une fois encore à nous toucher au coeur. Au-delà de cette belle histoire de résilience et d'entraide, dans laquelle des thèmes forts et douloureux sont abordés, elle nous rappelle aussi combien la nature, les gestes simples, l'écoute des autres peuvent nous aider à apaiser nos émotions excessives et nos idées noires. Une leçon de vie et d'espoir que chacun pourra interpréter à sa façon. « Un abri de fortune » d'Agnès Ledig est publié chez Albin Michel
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (8142) Voir plus



Quiz Voir plus

Sans regrets

En quelles années se déroulent les histoires ?

2010
1944
les 2
2013

11 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : On regrettera plus tard de Agnès LedigCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..