AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782080206411
432 pages
Éditeur : Flammarion (04/11/2020)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 399 notes)
Résumé :
De retour de vacances, sur le parvis d’une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge.

Là, dans une chambre d’hôtes environnée d’arbres centenaires, encore hagard de son geste insensé, il va rencontrer Gaëlle la douce, son fils Gauvain, enfermé dans le silence d’un terrible secret, Raymond et ses mots anciens, Adèle, jeune fe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (107) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  25 février 2020
Un jour, on peut tout envoyer balader.

Sans préméditation, sans vraiment y réfléchir. Juste en croisant une vielle dame sur son chemin. J'ai toujours su que les veilles dames étaient un peu ensorceleuses …
C'est précisément ce que va faire Edouard, en plantant son épouse sur le quai d'une gare, il décide, sur un coup de tête, de prendre un bus qui va le mener vers Brocéliande.
Entre une vieille romancière, Agathe Christie de notre époque, un chat qui furette et qui connaît les petits secrets de chacun, une logeuse qui soigne les coeurs blessés et une mystérieuse jeune fille, Edouard va aller se perdre sur ces terres de légende pour tenter de mieux se retrouver.
Les livres, parfois, arrivent à point nommé, comme un ami qui frappe à la porte pour venir nous parler un peu de nous. Ce roman a pris des allures de compagnon, comme on chemine pour une balade enchantée sur des sentiers intimes.
Un livre qui fait du bien. Comme une belle bouffé d'oxygène, une vraie ! Comme ces choses simples qui finissent par nous glisser sous les yeux sans qu'on puisse vraiment les voir. Ce roman m'a donné envie, m'a rappelé de les regarder.
Agnès Ledig raconte les beaux sentiments, comme personne. Sans que ça dégouline, sans l'indigestion du trop sucré. Elle raconte les autres, ceux que l'on croise sur nos chemins et nous invite à les regarder un peu. Se mettre à la place. Être soi-même.
Je me suis assis, dans cette belle forêt et j'ai vécu quelques heures au gré des battements de coeur de ces personnages si vivants. Je me suis abrité du monde, là sous les branches anciennes et tellement vivantes d'une terre magicienne …
J'ai respiré la vie et je suis repartie de plus belle me frotter à la mienne. Un roman comme une pause salvatrice, un roman comme une introspection.
J'ai refermé ce livre et j'avais, encore plus fort, envie de faire confiance à l'existence.
Merci Agnès Ledig. Il y a des bribes de votre âme, entre ces pages. Merci pour ça.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          888
hcdahlem
  22 mai 2020
«Forêts, dans vos abris gardez mes voeux offerts!»
Le septième roman d'Agnès Ledig est une quête de vérité, de ce réel que l'on cache trop longtemps et qui a besoin d'un concours de circonstances exceptionnel pour qu'on ose se le dire enfin.
Dès les premières pages vous êtes pris par l'intrigue. Il faut dire qu'il y a de quoi. Imaginez un couple rentrant de vacances en Bretagne. Devant la gare de Vannes, ils prennent le temps de prendre un dernier verre lorsque Édouard, le mari, décide de venir en aide à une vieille dame lourdement chargée. Quelques minutes plus tard, Armelle, son épouse voit le car pour Rennes passer devant elle. «Un indéfinissable mélange de colère et de panique s'empara d'elle quand elle aperçut son mari assis sur un siège à côté de la vieille dame au chapeau.» On va découvrir par la suite que ce coup de tête était un mouvement salutaire, le déclencheur d'une remise en cause d'une vie qui ne lui convenait plus, entre routine, désamour et démotivation.
Mais n'anticipons pas. Aux côtés d'Édouard, une romancière britannique part retrouver la maison d'hôtes où tous les ans elle vient chercher calme et inspiration. C'est là, à l'orée de la forêt de Brocéliande qu'elle lui propose de séjourner. En fait, elle a une idée derrière la tête. Car Édouard pourrait bien être le personnage de son prochain livre. Car cet invité inattendu, elle le pressent, cache quelques secrets.
C'est du reste aussi le cas de la petite communauté qui vit là, à commencer par Gaëlle, la propriétaire des lieux qui tente de cicatriser ses blessures en offrant à ses hôtes toute son attention et sa bienveillance. Comme son fils Gauvain et comme la belle et rebelle Adèle qu'elle héberge aussi, elle trouve dans la forêt de Brocéliande de quoi se ressourcer, de quoi puiser une énergie nouvelle.
A cette photo de groupe, il ne faut pas oublier d'ajouter Raymond, le vieux sage qui a aussi traversé bien des épreuves et dont la philosophie de vie est source d'encouragement pour tous ces cabossés de la vie qu'observe Platon. le chat ne perd rien des allées et venues de chacun, intrigué et quelquefois amusé par les atermoiements des uns, les lubies des autres.
D'abord centré sur ses problèmes, «pris au piège d'un fonctionnement tacite accepté il y a bien longtemps», Édouard va peu à peu s'ouvrir aux autres, découvrir qu'il peut aussi aider ces personnes qu'il côtoie et dont les traumatismes ne sont pas moindres que les siens. La confiance s'installe et chacun accepte de partager ses secrets. La fuite face à un père violent pour Adèle, l'hypersensibilité pour Gauvain, la douloureuse solitude pour Gaëlle qui le pousse à lui faire cet aveu. Il a retrouvé la trace d'Élise, son amour de jeunesse: «Nous nous sommes quittés à dix-sept ans, nous en avons cinquante, l'histoire est incroyable.»
Agnès Ledig a cette faculté, roman après roman, de donner au fil des pages davantage d'épaisseur à ses personnages. Quand on imagine les avoir enfin cernés, on se rend compte d'une nouvelle faille ou au contraire d'une force jusque-là insoupçonnée. Comme le ferait un tailleur de diamant, elle briller les facettes les unes après les autres pour livrer un bijou aussi complexe que beau. Mais cette fois, elle y rajoute un ingrédient, la magie du lieu.
Brocéliande, cette forêt qu'elle a longuement étudiée avant de l'arpenter longuement avec l'aide d'un guide, tient en effet un rôle central dans cette thérapie de groupe. C'est du reste à Val-André que la romancière a écrit son roman, au plus près de cette forêt. Et quand la géographie se met au service de l'introspection, on en viendrait presque à ressentir les vibrations de ce territoire. Comme l'a si bien dit Chateaubriand, chez qui m'a offert le titre de cette chronique :
« Forêts, dans vos abris gardez mes voeux offerts!
A quel amant jamais serez-vous aussi chères?
D'autres vous rediront des amours étrangères;
Moi de vos charmes seuls j'entretiens les déserts. »

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
BurjBabil
  12 octobre 2020
Ecouté en audio, lecteur Pierre Rochefort.
C'est ce que l'on appelait naguère un roman « à l'eau de rose » transformé en globish « feel good story ». Je ne note pas car je savais avant de commencer que ce n'était pas un genre qui allait susciter des émotions chez moi. Mais j'avais quand même envie de savoir comment c'était fait. Chacun a le droit de se faire plaisir en lisant une histoire plaisante.
Les personnages sont presque tous aimables et animés de bonnes intentions. L'intrigue assez prévisible dans son dénouement et je pense que c'est le code du genre. Imaginons le désordre si cela finissait en bain de sang ! Pour la forme l'auteure use d'abondance d'adjectifs qualificatifs, adverbes et autres métaphores. Nous sommes bien loin d'une écriture dépouillée, il semble nécessaire de préciser chaque émotion, chaque pensée.
Je conseillerais aux amateurs de le lire « en vrai » car la diction de M. Rochefort, si elle est irréprochable dans son audibilité et son phrasé, accentue le pathos crée par la construction grammaticale assez lourde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
djdri25
  02 mars 2021
Se le dire enfin c'est l'histoire d'Edouard, parisien, la cinquantaine qui fuit sa famille, son travail, sa vie de citadin, pour rejoindre la forêt de Brocéliande. le « « héros » à la recherche de sa propre magie va nous conduire dans cette forêt légendaire, on attend la suite avec impatience…
Que contient cette lettre mystérieuse qu'il a reçue et qui a motivé son départ lui faisant comprendre qu'il a vécu 30 ans dans l'obscurité, loin de ses rêves ? qui lui a envoyé ce courrier ? Que va-t-il trouver dans la forêt de Brocéliande ? le suspense est dès lors activé.
Sur le chemin d'Edouard, on rencontre toute une galerie de personnages, peu communs, réunis à la lisière de la forêt de Brocéliande. ; Suzann, l'écrivain anglaise qui semble encourager la quête d'Edouard et le guider vers la forêt, le chat Platon qui veille au grain et s'attaque aux souris, Gauvain, le fils de Gaëlle, mystérieux adolescent muet, La séduisante et magnétique Adèle guidant les visiteurs dans la forêt pour le meilleur et pour le pire. Ils se retrouvent tous dans la maison de Gaëlle altruiste et toujours prête à accompagner la quête des personnages.
Lors de sa recherche, Edouard re(découvre) des sensations qu'il avait oubliées, la douceur de l'herbe sous les pieds, la flore avec ses fleurs, les arbres, la mousse, l'herbe sous les pieds nus, la faune aussi de la forêt qui constitue la toile de fond du roman, les bruits de la forêt. C'est une invitation à la méditation, à la volupté, au rêve, au réveil et au plaisir des sens à la redécouverte de soi et de la poésie de la nature mais aussi de l'amour… Loin des conventions et de la civilisation.
Le récit est parsemé de références aux légendes arthuriennes, la forêt légendaire, le Val sans retour, le lac, Morgane, Gauvain, Perceval, la magie, le Graal…
Moins mythique, une enquête policière qui piétine s'intercale dans le récit ; la recherche douloureuse par une mère de sa fille disparue.
Comme Perceval, Edouard lui, va partir à la recherche de son propre Graal, le trésor perdu dans sa jeunesse.
Ce fut une lecture agréable , un beau moment de détente et de plaisir suscitant l'imaginaire du lecteur et le transportant jusqu'au bout de la quête et des rêves du héros, un conte de fée moderne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
MissSherlock
  20 avril 2020
Quel ennui ! Et pourtant ça démarrait bien avec ce quinqua qui quitte tout sur un coup de tête pour se réfugier en forêt de Brocéliande, aux côtés d'une vielle anglaise digne d'Agatha Christie.
Le début du récit a même des allures de roman de terroir : une ode à la nature, à la vie simple et aux gens « vrais ». C'est cliché mais mignon.
Le problème c'est que le style est d'une platitude assommante et qu'il ne se passe vraiment pas grand-chose.
Pour pimenter un peu son récit, l'auteur nous titille avec des secrets, des tas de secrets. Je n'ai jamais vu autant de gens avec autant de secrets. En plus il ne faut pas être devin pour comprendre de quoi il retourne !
Les personnages sont des stéréotypes ambulants, sans aucune nuance. La plupart restent à l'état de silhouette, la vieille anglaise disparaît même au milieu du roman tant elle ne sert à rien !
J'ai passé des pages, je me suis contentée de lire les dialogues dans les derniers chapitres pour en venir à bout.
Un jour il faudra vraiment que j'apprenne à abandonner un livre qui ne me plait pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351

Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
sexyreadingsexyreading   05 mars 2021
Je sais à quel point chacun a besoin d'aller jusqu'au bout de l'impasse avant de rebrousser chemin et prendre une autre rue.
Commenter  J’apprécie          00
djdri25djdri25   27 février 2021
Gaëlle sourit avant d'ajouter que dans "désespoir" on entend des espoirs...
Commenter  J’apprécie          92
djdri25djdri25   27 février 2021
Il s'était construit des rêves doux, ambitieux, puissants et quelqu'un les avait enfermés à double tour en jetant avec mépris la clé dans un abîme.
Commenter  J’apprécie          10
Jean-DanielJean-Daniel   16 mars 2020
Édouard raccrocha, un sourire satisfait sur les lèvres.
Il observait sa femme apporter quelques corrections à son maquillage à l’aide de son miroir de poche. Longs cils, grands yeux noisette, pommettes hautes, lèvres pulpeuses, chevelure soyeuse. Son épouse était une très belle femme. Longtemps il avait ressenti cette fierté de voir les hommes se retourner sur son passage, lorsqu’il l’avait à son bras. Assis en terrasse sur le parvis de la gare de Vannes, ils terminaient leur verre. Leur TGV entrerait bientôt en gare pour les déposer à Paris. Ils reprenaient le travail deux jours plus tard. Armelle était heureuse de rentrer. Ce séjour dans le golfe du Morbihan avait eu beau être charmant, elle n’avait pas pu décrocher de ses mails professionnels dont elle était inondée au quotidien. Une négligence de deux semaines l’aurait condamnée à la noyade dès son retour. De quoi la rendre nerveuse durant toutes les vacances. Et puis, Armelle avait engagé un processus important avant leur départ. Elle était impatiente d’en constater les effets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
hcdahlemhcdahlem   22 mai 2020
Lui revint la description que Gaëlle avait fait de son fils, et qui le replongea au creux de sa propre enfance. L’hypersensibilité dont il avait souffert, sur laquelle il n’avait jamais posé de mots. Il avait dû appartenir à cette catégorie d’enfants différents qu‘on appelait aujourd’hui précoces, ou dys-quelque chose. Quarante ans plus tôt, ce genre de dépistage n‘était pas monnaie courante. Le comportement de cet adolescent le renvoyait à sa propre réalité – il en fut consolé. Sa différence, ressentie depuis toujours, ne lui apparaissait plus comme une faiblesse mais comme un fait dont il s’était accommodé. p. 272
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Agnès Ledig (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Ledig
Rencontre Agnès Ledig - Julien (La bibliothèque de Juju)
autres livres classés : Brocéliande , Forêt deVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Juste avant le bonheur - Agnès Ledig

Julie exerce une fonction, laquelle?

Assistante maternelle
Caissière dans un supermarché
Secrétaire médicale
Agent d'entretien

20 questions
250 lecteurs ont répondu
Thème : Juste avant le bonheur de Agnès LedigCréer un quiz sur ce livre

.. ..