AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Collin (Traducteur)
EAN : 9782914420013
48 pages
Éditeur : Nickel (04/09/2001)
4.11/5   75 notes
Résumé :
A sa mort, Heinrich, pensait trouver la paix, et non le chaos de Resurrection, un monde où les terres et le temps sont inversés, et où il découvre qu'il est un vampire.

Adoubé chevalier sous le nom de Requiem, il est plongé dans un conflit cosmique entre des dieux étrangers et dont il est peut-être la clé.

Il devra combattre des mutants futuristes, affronter les raids des goules pirates et confronter tous les fantômes de son passé pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  08 août 2016
Ce tome fait suite à Résurrection qu'il faut avoir lu avant. Il est initialement paru en 2001, publié par les éditions Nickel (il a bénéficié d'une réédition en 2016 par Glénat). le scénario est de Pat Mills. Olivier Ledroit a réalisé les dessins et la mise en couleurs.
Sur le front Est en 1944, un soldat allemand s'appelant Heinrich Augsburg est en train de déambuler à la recherche d'une femme. Il s'en prend à une combattante en uniforme de soldat russe, regrettant sa ressemblance lointaine avec Rebecca. Il la viole sur le champ de bataille, l'ayant couchée dans la neige. S'en suit un souvenir de la dernière nuit qu'Heinrich Augsburg et Rebecca ont passé ensemble dans un lit. Elle a lu leur avenir dans un morceau de plomb fondu à la flamme d'une bougie, puis versé dans l'eau.
De retour au temps présent du récit, Rebecca (maintenant une lémure) lui apparaît tel un ectoplasme au travers de son épée damnée, avec un oeil de Serpenthère. Elle indique à Augsburg comment la retrouver : il doit tuer Otto von Todt, son compagnon de bataille chez les vampires. Heinrich Augsburg revient à la bataille en train de se dérouler contre les mutants. Ces derniers viennent de lâcher une arme de destruction massive en la personne d'une créature anthropoïde appelée Anthrax, répandant la pestilence autour d'elle. Elle est insensible à la première attaque magique de Requiem sous la forme d'une rune de pouvoir. Il faut qu'il trouve rapidement une stratégie pour l'arrêter.
Suite au premier tome, le lecteur sait qu'il va retrouver une narration étouffante, avec des planches chargées et une histoire qui ne suit pas un ordre chronologique, sans parler d'une ambiance gothique et macabre. Avant d'entamer sa lecture, il feuillette rapidement le tome : effectivement Olivier Ledroit n'a pas laissé un seul millimètre carré vierge de trait ou de couleurs. Dès la première page, la narration visuelle s'avère complexe. Pour commencer, le lecteur reconnaît sans difficulté la reprise de l'ouverture du premier tome, avec ce champ de bataille enneigé en 1944. Après la lecture du premier tome, il identifie également le sceau mystique apposé à cheval sur 2 cases. Il identifie sans peine la garde de l'épée d'Heinrich Augsburg, ainsi que son oeil de Serpenthère. Cette composition semble déjà indiquer que les actes commis par Augbsurg à ce moment sont placés sous le signe de son futur sur la planète Résurrection. L'apparence de Rebecca et Heinrich Augsburg est un peu étrange du fait de leur visage épuré, un peu trop lisse.
Par contre, cette façon de dessiner les visages ne trouble plus la lecture, passées les 3 premières pages car il n'y a plus alors que des créatures surnaturelles pour lesquelles l'artiste peut utiliser la licence artistique comme bon lui semble. le lecteur retrouve des visages humains (sauf pour la longueur des canines) avec une variété d'expression large et transmettant bien l'état d'esprit des personnages. le défilé de monstres commence avec Rachel sous forme de lémure, suivie par l'horreur appelée Anthrax. Dans le fond c'est juste un gros monstre anthropoïde géant, couturé de cicatrices, avec un crâne un peu déformé, un ventre ballonné, et une dentition acérée. Représenté par Olivier Ledroit, c'est une autre histoire. En tant qu'illustrateur complet, il conçoit ses dessins de manière à ce que trait de contour et couleurs à la peinture se complètent. L'apparence d'Anthrax est grotesque et pourrait prêter à rire, mais l'implication de l'artiste le transforme en une créature immonde et contre nature.
Olivier Ledroit s'est lâché pour les longues cicatrices avec des agrafes encore apparentes. Il prend soin de reproduire celle de la tête à l'identique d'une case à l'autre, par contre celle qui lui barre le ventre change de sens d'un page à la suivante. le lecteur voit bien que Ledroit a pris plaisir à imaginer cette horreur, ce qu'il souligne en le perchant au sommet de Big Ben, évoquant l'image de King Kong au sommet de l'Empire State Building. Néanmoins, la somme des détails (les cicatrices, les implants technologiques), les tâches de rouge sur le corps du monstre finissent par provoquer une forme de haut-le-coeur chez le lecteur du fait de leur nombre. Il ne s'agit pas d'un monstre de pacotille, en caoutchouc, bricolé à la va-vite. Il devient une horreur visuelle à la force titanesque, conçu pour répandre la mort. Par accumulation, l'artiste arrive à faire passer sa représentation dans le domaine de l'expressionnisme et à provoquer le dégoût chez le lecteur.
Olivier Ledroit marie avec sophistication une horreur visuelle littérale (canines d'une longueur impossible pour les vampires, dents acérées en triangle, sang qui coule des plaies), avec un systématisme étouffant jusqu'à la nausée, et quelques exagérations qui peuvent être vues comme de l'humour noir. Quand Augsburg embroche 3 mutants sur son épée, en un seul coup, il est possible d'y voir son efficacité de donneur de mort, une extermination niant l'individualité de ces combattants, mais aussi une forme d'effet comique visuel. Quand 2 pages plus loin, Augsburg appelle le pouvoir de la bête en lui, cela provoque d'abord une déformation de la moitié de son visage, puis de tout son corps. Là encore, le lecteur peut absorber le dessin au premier degré, comme il peut s'arrêter sur l'absurdité de la déformation et en sourire. Quelques pages plus loin, il en va de même pour cet équipage composé de squelettes pirates, le coutelas entre les dents. C'est à la fois macabre et comique.
De page en page, le lecteur est assailli par des visions sans cesse macabres, agressives, perverties. L'effet cumulatif et sans relâche établit une ambiance morbide de tous les instants, même lors d'une case à effet humoristique, même en présence d'un personnage comique (comme Igor). Olivier Ledroit dépense également sans compter pour les décors. Il ne ménage pas sa peine pour les décrire dans le détail, pour rendre compte de leur volumétrie. le lecteur retrouve les vaisseaux volants en bois qui apparaissaient dans le ciel d'un Londres alternatif à la fin du précédent volume. Il ne manque pas une seule nervure à la coque, une seule fenêtre aux appartements du pont. Les voiles gonflées, marquées d'un crâne rouge peint, en imposent au lecteur, lors de l'apparition progressive des navires pirates à l'horizon.
Lors du retour des nefs volantes à Necropolis, le lecteur admire l'architecture extérieure des bâtiments. À l'intérieur, il se sent écrasé par les volumes gigantesques et l'architecture monumentale. Ces environnements n'ont pas été conçus à l'échelle humaine ; ils laissent supposer l'existence d'entités gigantesques et pas forcément bienveillantes au vu de leurs goûts. Olivier Ledroit passe tout autant de temps dans la conception et la représentation des accessoires. Il y a bien sûr l'armure ténébreuse de Requiem, toute noire, avec des ornements morbides (tête de mort et chaînes métalliques à gros maillon). Son épée est toujours aussi démesurée (et impossible à manier) et toujours aussi ouvragée avec des formes torturées. Les vampires portent tous croix évoquant la croix de fer (Eisernes Kreuz), associant ainsi leur apparence aux crimes commis pendant la seconde guerre mondiale.
Lors de l'arrivée à la danse macabre, le lecteur est subjugué par ce hall dantesque avec son escalier cyclopéen éclairé par une débauche de chandeliers, avec des tentures rouges imposant l'omniprésence du sang comme élément nourricier. La position obscène d'Elisabeth Bathori (lèvres vulvaires gonflées) parachève cette ambiance démesurée mêlant mort et sexe. Cette scène, comme les autres, induit une lecture lourde et pesante. Il faut le temps pour digérer les informations visuelles, pour laisser le regard absorber l'impression générale, pour qu'il découvre ensuite les détails, pour qu'il assimile ce que montre chaque case, pour qu'il revienne sur un détail ou un autre afin de le lier à des leitmotivs visuels, ou à de nouvelles informations. L'objectif pour l'artiste n'est pas d'aboutir à une lecture fluide et facile, mais de créer des environnements qui donnent corps au concept de la série.
La lecture peut en devenir écoeurante, voire nauséeuse, ce qui est en cohérence totale avec la nature du récit. Pat Mills n'est pas réputé pour sa narration fluide et aérienne. C'est un habitué des ellipses brutales, et des expositions massives. Les lecteurs de sa série Sláine le savent : c'est au lecteur à s'adapter à sa narration. de fait, le scénariste soumet le lecteur à une narration tout aussi implacable que celle de l'artiste, avec une densité d'informations élevée et un constant renouvellement de situation. L'histoire passe du champ de bataille sur le front de l'Est en 1944, à une rencontre entre Rebecca et Augsburg dans le passé, puis à une autre dans le présent, puis à la suite de la bataille dans un Londres d'une autre dimension, puis l'explication de la nature d'Anthrax, etc., sans relâche. Dans la mesure où il ne s'agit que du deuxième tome, le scénariste a encore beaucoup d'éléments à présenter, à expliquer et à développer.
Pat Mills et Olivier Ledroit avaient déjà collaboré sur la série Sha (en 3 tomes). Il est donc certain que le scénariste avait conscience des points forts de l'artiste et qu'ils ont conçu leur nouvelle collaboration ensemble. Pat Mills écrit des scènes malsaines et violentes dans lesquelles Ledroit peut s'en donner à coeur joie. le lecteur assiste donc à un viol, un assassinat avec un tir en plein front à bout portant, des moulinets d'épée qui tranchent tout sur leur passage, des blessures ouvertes avec épanchement de sang, des éviscérations, des canines qui perforent la chair pour atteindre les artères, des scènes de maltraitance. Sur ce dernier point, les femmes servent régulièrement de victimes, en particulier celles cantonnées au rôle de réserve de sang pour les vampires, ou encore les femmes léopards pour le plaisir de Dracula. Il est vrai que le sort de plusieurs mâles s'avère tout aussi brutal et soumis à la violence.
Le scénariste a conçu son récit comme un passage aux enfers pour le personnage principal. le lecteur découvre par bribe les exactions qu'il a commises du temps de son vivant. Il commence à prendre la mesure d'Heinrich Augsburg et à quel point il n'est pas arrivé sur Résurrection par hasard. Ayant passé la première séquence sur le front de l'Est en 1944, il se doute que les tomes suivants apporteront d'autres informations incriminantes sur le personnage principal. le lecteur comprend mieux pourquoi il se retrouve ainsi tourmenté par le souvenir de Rébecca.
Pour nourrir cet environnement aussi macabre et létal, Pat Mills pioche aussi bien dans des éléments de culture populaire macabre que des légendes morbides. le lecteur contemple une collection d'objets peu banale : le fusil qui a tué JFK, un calice de poison ayant appartenu aux Borgia, la corde de la pendaison du docteur Crippen, la dague avec laquelle Charlotte Corday a poignardé Murat. le scénariste se sert dans le bestiaire des créatures monstrueuses, en leur attribuant un comportement violent et cruel. La première place est attribuée aux vampires qui dominent la chaîne alimentaire. le lecteur voit donc défiler des noms connus comme (parfois sous forme d'amalgame) Élisabeth Bathory (épouse de Dracula), Caligula de Dracula, Robespierre, Attila de Dracula, Black Sabbat de Dracula (ex Aleister Crowley, inspiré par Aiwass). Il comprend bien la nécessité pour le scénariste de peupler rapidement ce monde si vaste, en recourant à des archétypes facilement identifiables par le lecteur. La force des dessins d'Olivier Ledroit élève ces personnages au-dessus des clichés en leur conférant immédiatement une présence dérangeante et formidable. Par contre il reste dubitatif quant à l'intérêt d'avoir un écoulement du temps à rebours, notion fumeuse (au moins pour l'instant) qui n'a pas d'incidence dans ce tome.
Non seulement, Pat Mills semble flatter les bas instincts du lecteur par une débauche de violence sadique, mais en plus il y ajoute une couche de sexualité agressive qui s'apparente à des conquêtes et à des défis (les jambes écartées d'Elisabeth Bathory), sans sensualité ni amour. Ce cocktail de sexe & violence est bien connu comme étant le plus petit dénominateur commun du divertissement. Mais dans le contexte de cette série, les actes sexuels ne sont pas dépeints dans une perspective de séduction ou d'érotisme. Ils ne relèvent pas non plus de la bestialité, mais d'une forme de rituel social débarrassé de toute dimension romantique. Il apparaît même une forme de perversion marquée puisque plus Claudia souffre, plus elle y prend du plaisir.
Comme à son habitude, Pat Mills intègre quelques touches humoristiques qui viennent offrir une petite respiration au lecteur, mais qui peuvent aussi paraître saugrenues dans le contexte du récit. Igor (le bossu servant de réserve à sang pour Heinrich Augsburg) remplit le rôle de bouffon, créature dont la vie ne tient qu'à un fil, commettant régulièrement des bévues. Dans ce tome apparaît le Dictionnaire du Diable (une référence à l'ouvrage d'Ambrose Bierce) qui était auparavant l'oiseau de compagnie de la goule Mère Terreur. Il sert de personnage bien pratique pour délivrer des explications, et ses réparties sarcastiques apportent également une touche d'humour.
Arrivé à la fin de ce deuxième tome, le lecteur s'interroge sur la raison pour laquelle il continuerait à s'infliger une lecture aussi macabre et noire. La dimension graphique de cette oeuvre est hors norme. L'expérience visuelle est immersive comme jamais, avec des dessins qui ne sont pas que descriptifs. Olivier Ledroit représente des personnages et des lieux que le lecteur a l'impression d'avoir parcourus et même touchés tellement ses peintures sont organiques, donnant la sensation d'une expérience qui met en jeu plus que le seul sens de la vue. En outre le scénariste a installé une intrigue dont le lecteur se demande bien quelle direction elle va prendre, l'incitant à essayer d'anticiper, générant une dimension ludique à la lecture. Enfin, les 2 auteurs ont créé un monde inédit, parfois un peu brut de décoffrage, mais d'une grande richesse, avec une ambiance macabre et gothique à couper au couteau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alberthenri
  08 septembre 2016
Bien, je résume pour celles et ceux qui ont manqué l'épisode précédent : Heinrich, soldat allemand est tué sur le front de l'Est, d'une balle ..en plein front.
Il reprend conscience sur Resurrection, un monde qui peut être décrit comme une version science-fictionnelle à l'esthètique gothico/métal/SM de l'enfer.
Là, il va devenir Requiem un chevalier vampire....
Le tome 2 nous envoie donc dans le vif du sujet, Requiem et son nouveau pote vampire, sont partis combattre des mutants...
Requiem, s'avère une série certes barrée et au graphisme assez spectaculaire, mais plus profonde qu'il n'y parait à première vue.
Requiem/Heinrich révèle une personnalité complexe, hésitant entre le mal et, non pas le bien tout de même, mais une certaine droiture dans un univers plus que corrompu.
Son passé terrestre vient le hanter, était il celui qu'il croyait être ?
De plus, il doit faire des choix dans ses fréquentations, on veut le séduire, l'assassiner (sur Résurrection, on dit "l'expirer"), le rallier à une cause, puis à une autre.
Les auteurs, savent créer tout un monde infernal, plein de références puisqu'on retrouve Attila, Robespierre (!) Aleister Crowley rebaptisé Black Sabbat (bonjour le gros clin d'oeil, aux amateurs de musique qui fait mal aux oreilles !).
En résumé, une bd, protéiforme, comme certains de ses personnages, déjantée et maligne à la fois...
Mais, vu le sujet et le contexte, tout ceci est en fin de compte très cohérent sous un chaos apparent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Slava
  01 juin 2016
Me voilà toujours saine et sauve du séjour tortueux dans Résurrection en compagnie d'Heinrich. Il faut dire que le premier tome nous emportait dans un monde envoûtant mais cruel et affreux, avec des dessins somptueux au graphisme gothique raffiné. Eh bien, je suis de retour dans l'univers infernal !
Donc, Heinrich a découvert qui il était vraiment et c'est pas joli-joli : après avoir perdu Rebecca, il est devenu un violeur meurtrier (-1 pour la sympathique tiens...). D'ailleurs, c'est une de ses victimes qui l'a tué alors qu'il l'agressait. Pour ne rien arranger, Heinrich est sûr que Rebecca se trouve dans le même enfer que lui. A peine un combat époustouflant terminé, de nouveaux adversaires se profilent sous l'horizon rouge : des pirates-goules ! Des pirates entièrement de sexe féminins, ayant été des soeurs religieuses mesquines et agressives qui sont en guerre contre les Vampires... Peu après cette nouvelle bataille, il se rend dans une soirée orgiaque, la Danse Macabre...
Encore une fois, la BD nous captive toujours et nous immerge un peu plus dans le sinistre univers qu'est Résurrection. C'est dans la même veine et c'est délectable à suivre et à regarder.
Evidemment, c'est encore plus le dessin qui remporte la palme : c'est toujours beau à voir, on en prends plein la vue avec l'usage des couleurs sombres et les nombreux détails exquis ! Et des planches souvent admirables, qui vous hantent la tête après... Comme ceux des combats aériens où la soirée...
Le monde à la "beauté atroce" qu'est Résurrection s'enrichit et fait place à de nouvelles intrigues et éléments : la venue des pirates-goules, atypiques et originales, la mention d'un conflit avec l'opium noir... et la mise en place d'un complot secret, un peu brouilleur mais qui a du potentiel...
Quant aux personnages, toujours aussi subversifs et terrifiants mais paradoxalement charmants : Heinrich est toujours aussi tourmenté et romantique (malgré la révélation de ses crimes pas super glorieux...), un Otto guidant Heinrich, une Claudia qui se relève contre toute attente vraiment touchante... Ainsi que l'introduction d'autres personnages : en effet, on assiste au défilé d'autres vampires qui étaient des personnalités historiques. Elisabeth notamment est la plus intéressante (oui, celle qui prenait des bains de sang... Son design est réussi et impressionnant !)
La violence est, sans surprise, dominante. Certains passages donnent juste la nausée, notamment et on a une abondance de sang et de sensualité... Surtout à la fameuse Danse Macabre, soirée plus que... orgiaque ?
Seul défaut : ben tout simplement la surenchère de tout cela et encore les petits clichés des allures gothiques...
Bon bref, j'attends la suite, de voir comment se déroule le petit monde de Résurrection et la question importante : Rebecca est-elle qu'un souvenir où elle est aussi présente dans Résurrection ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
MarquePage
  16 juin 2021
Un deuxième tome dont le récit prend un virage. En tout cas qui ne raconte pas ce que je pensais avec Rebecca.
Si la lecture est très prenante, distrayante, pleine d'humour, d'horreur de de référence autant historique que cinématographique, elle n'en est pas moins perturbante. Je n'ai pas tout saisi, certaines choses sont peu expliquées ou paraissent vite expédiées. J'ai l'impression de rater des éléments de l'histoire globale, il y en a beaucoup de nouveau, et je me demande où veulent nous emmener les auteurs et ce qu'ils cherchent à nous raconter.
Le duo Otto - Requiem fonctionne très bien. Ils sont attachants, drôles et sombres mais ils sont aussi développés avec beaucoup d'humanité, dans leur relation notamment. Les personnages secondaires ne sont pas oubliés.
Les dessins ne faiblissent pas. Ils sont fantastiques, plein de détails, expressifs et dépeignent à merveille l'univers.
Commenter  J’apprécie          70
Lysette
  06 décembre 2017
Un tome 2 qui confirme mon avis.
Retrouver Requiem est un plaisirs et une déchirure à la fois. Cette BD n'a rien perdue de son magnétisme, de son côté sanglant et de ses graphismes travaillés.
La bonne surprise du tome, réside dans les révélations faites, ainsi que dans les complots mis en place.
L'intrigue prends encore ses marques, mais j'adhère à l'univers de manière addictive, bien qu'il reste encore des parts d'ombres.
En bref une très bonne lecture.
Bonne lecture à tous.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
alberthenrialberthenri   20 août 2016
Les Coprophages sont la force dirigeante de la nation d' Etronia, l'un des états des états désunis d' Atlantique, sur la Mare Sangria. Etronia est dirigée par le Pape de la corruption, dont le palais royal, au cœur de la capitale New-Rectum, est protégé par les chevaliers de l'ordre des mouches. Les Coprophages adorent le dieu Dol Lar. Lors de leur vie terrestre, ils appartenaient souvent au monde de la bourse ou de la finance. A leur mort, ils se sont réincarnés en masse d'excréments humains, sommairement enveloppés dans la peau des yuppies qu'ils étaient précédemment.
"Le bestiaire de Résurrection"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SlavaSlava   01 juin 2016
"Sur Terre, si l'on excepte ceux qui comme nous reviennent en vampire., la plupart des humains cachent leur côté sombre, leur gout du sang... Mais les goules se mentaient à elles-mêmes... Elles étaient spirituellement malsaines... Leur hypocrisie déformait leur esprit... Les plus malignes trompaient les autres et passaient pour des saintes..."
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   08 août 2016
Les vierges pirates - Sur Terre, elles ont causé autant de souffrances que nous, mais elles prétendaient faire le bien. C'est pour ça qu'elles reviennent sous forme de goules. […] Sur Terre, si l'on excepte ceux qui reviennent en vampire, la plupart des humains cachent leur côté sombre, leur goût du sang. Mais les goules se mentaient à elles-mêmes. Elles étaient spirituellement malsaines, leur hypocrisie déformait leur esprit. Les plus malignes trompaient les autres, et passaient pour des saintes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SlavaSlava   01 juin 2016
"Eh bien... Ce Requiem semble plus redoutable que l'on ne le croyait.
-Oui. J'aimerais connaître l'étendue de ses capacités...
-Rêve toujours Claudia. Il ne s'intéresserait jamais à toi.
-Je sais. C'est pour ça que je le veux. J'aime les défis. Il est tellement innocent que la tentation en est irrésistible.
-Innocent ? C'est un vampire !
-Il joue probablement à un jeu vicieux mais j'aime le jeu, moi aussi..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   08 août 2016
Pourrais-tu faire empaler ces esclaves, je te prie ? J'ai hâte de savourer leur douleur.
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Olivier Ledroit (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Ledroit
LABYRINTHES #2 : DANS L'ANTRE DE LEDROIT
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4174 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre