AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290064986
479 pages
Éditeur : J'ai Lu (11/09/2013)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 120 notes)
Résumé :
"Le virus nous ronge de l’intérieur. Il nous maintient debout pour servir ses propres desseins de parasite mais, tôt ou tard, nos corps lâcheront. Je sais que ce jour est proche... En attendant mon heure, ils m’ont reconvertie en soldat." Janvier 2008. Une explosion anéantit un village ardéchois. Dans un décor apocalyptique, les sauveteurs exhument un charnier. Les cadavres, véritables cobayes humains, ont subi des mutations génétiques. Une femme apparaît dans les d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  30 octobre 2012
Mission : Masse Critique
Objet : Dans le ventre des mères
Crayon papier 2H pointe sèche à tête trempée spécial papier gras grands carreaux marge incluse: ok
Gomme bicolore en caoutchouc naturel et poussières de pierre ponce : ok
Dictionnaire - ballon ! ballon ! - Ribery - ballon ! ballon ! - des synonymes - ballon ! ballon ! - sous le coude : ok
Première impression : superbe couverture !
Seconde impression : 4e de couv' alléchante !
Troisième impression : Tiens ? le temps est à l'orage...
Ledun fait dans le techno-thriller qui dézingue à tout va . Partant d'un scénario futuriste se voulant réaliste , il vous balade prestement au gré de sa plume alerte . le rythme est enlevé , nerveux et empreint d'une tension à couper au couteau à beurre .
La proie : Laure Dahan . Seule rescapée d'un petit village Ardéchois totalement décimé par une mystérieuse explosion , cette expérience génétique - mi-terminator , mi-reille mathieu - en sursis n'a plus qu'un seul et unique objectif , retrouver sa fille qu'elle n'a jamais connue . Et gare à qui oserait se dresser sur son chemin , les tergiversations et les palabres n'étant pas vraiment inscrits dans ses nouveaux gênes ! Pour les mille colombes de la paix , on repassera...
Le chasseur : Vincent Auger , commandant aussi fonceur et pugnace dans son boulot que résigné et asservi dans sa vie privée , sa femme valétudinaire semblant s'être fait greffer un portable à forfait illimité à l'oreille dont elle use toutes les deux pages ! Au bout du 326e coup de fil et à l'instar de la Cité de la Peur , j'aurais fortement apprécié une réplique définitive du style : "  Attention chérie , ça va couper ! "  .
Une traque à travers toute l'Europe , des personnages cabossés par la vie , des rebondissements en veux-tu en vé-lo et pourtant , il m'a manqué un je ne sais quoi pour que de bon bouquin il ne m'apparaisse comme le pendant policier des mémoires de Loana ! Incontournable !
Ah si , je sais , c'est peut-être ce côté scientifique omniprésent qui aura eu raison - de la colère – de ma patience , me rappelant constamment combien il m'était déjà , à l'époque , douloureux d'assister aux cours de physique magistraux de Mr Vallet ! Cours aussi prenants qu'un docu fiction sur la migration des méduses cendrées en plein désert subsaharien...Hervé, si tu me lis...
N'était cette légère aversion ciblée , le bouquin s'avéra plaisant sans pour autant provoquer une frénésie de lecture indomptable . le style Ledun est accrocheur . L'intrigue bien torchée . le moment agréable .
Merci à Babélio et aux éditions Ombres Noires pour la découverte de ce nouvel auteur !
Dans le Ventre des Mères : qui a éteint la lumière ?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
nadiouchka
  20 août 2016
Avec DANS LE VENTRE DES MERES, Marin Ledun, encore un écrivain que je n'avais pas lu malgré ses nombreux ouvrages, nous entraîne dans un thriller sur la nanotechnologie, la techno-biologie et les virus.
D 'abord un coup d'oeil rapide sur un dictionnaire pour la définition de nanotechnologie bien que la plupart d'entre nous sache de quoi il en ressort (ne vous inquiétez pas, ce sera vite fait) : étude, fabrication et manipulation des structures, de dispositifs et de systèmes matériels à l'échelle de moins d'une quarantaine de nanomètres représentant 0,000000001 mètre. Ouf ! Voilà en résumé ce que c'est. Il y aurait plus à dire mais le sujet du livre est planté et on y va.
L'action se passe en Ardèche, où un village est détruit par une explosion. Les sauveteurs vont découvrir environ 90 cadavres (je ne plus très certaine du compte) et il s'avère que c'étaient des cobayes ayant subi des mutations génétiques avec des injections d'un virus. Seule une femme, Laure Dahan s'en sort (blessée et porteuse de ce virus mortel inconnu) et tout ce qu'elle désire, c'est retrouver sa fille (Tizi-Lih) qui lui a été enlevée à sa naissance et qu'elle n'a donc jamais connue. Elle devient une machine à tuer dans sa quête. Elle ne recule devant rien ni personne. de toute façon elle pense qu'elle n'en a plus pour très longtemps à vivre ; en fait elle n'en sait rien mais fait comme si. Alors pourquoi hésiter devant tous les obstacles qu'elle rencontre ? Elle arrive toujours à s'en sortir mais jusqu'à quand ?
De son côté, le commissaire Vincent Auger (ou Augey? Où est la faute?) va tenter de résoudre cette énigme sur les cadavres tous contaminés par ce fameux virus mais il va aussi tenter de retrouver Laure qui sème la mort sur son passage, d'accord c'est celle de ses poursuivants mais n'empêche, et puis il faut absolument lui porter secours à cause du virus dans son corps.
Dans ce livre, l'auteur extrêmement bien documenté, nous emmène à travers la France et l'Europe et le récit passe, à chaque chapitre par les aventures de l'un et de l'autre.
Vincent est déterminé, quitte à mettre sa carrière en jeu et malgré ses déboires conjugaux, à faire éclater la vérité.
Quant à Laure qui n'a plus rien à perdre, elle utilise toutes les armes à sa portée pour éliminer les assassins lancés à ses trousses et qui sont à la solde de son père, Peter Dahan, son plus grand ennemi et celui qui détient sa fille.
Entretemps, nous avons droit à de nombreuses explications sur cette nanotechnologie (qui a été également utilisée sur des foetus!!!) et je me suis demandé comment avait fait Main Ledun pour s'être aussi bien documenté.
Autant avec PANDEMIA de Franck Thilliez on sait qu'il avait fait une immersion à l'Institut Pasteur de Lille, autant avec DANS LE VENTRE DES MERES, j'ignore comment Marin Ledun a trouvé tous ses renseignements vraiment spécifiques et poussés. Mais bon, là n'est pas le débat. le principal est que l'auteur emmène le lecteur dans une course folle, avec de multiples rebondissements, de l'horreur à revendre, bref, aucun répit.
Et c'est là tout son talent mais je n'en dirai pas plus sur l'histoire. On s'attache vite aux deux personnages principaux. Les explications scientifiques n'ont jamais été rébarbatives, au contraire c'est passionnant.
Et la question principale qu'il en ressort est : jusqu'où peut aller cette science si elle n'est pas utilisées à des fins humanitaires et non à des fins in-humanitaires c'est-à-dire à l'extermination humaine ? A ne pas mettre dans n'importe quelles mains.
C'est vraiment un livre très passionnant et le lecteur reste sidéré par l'horreur qu'a pu causer l'injection de ce fameux virus.
A découvrir car le livre ne demande qu'à être lu sans jamais s'arrêter avant la fin.
De plus, il me reste à lire les nombreux autres ouvrages de Marin Ledun pour parfaire ma connaissance de cet écrivain qui a reçu de nombreux prix et dont l'un, LES VISAGES ECRASES, fait l'objet d'une adaptation à la télévision et au cinéma pour septembre 2016.
C'est bientôt heureusement !
Nota : relevé sur la quatrième de couverture : Quel avenir pour l'homme quand il devient capable de manipuler le vivant ? Télérama.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
caro64
  31 janvier 2013
Avec " Dans le ventre des mères" , Marin Ledun, auteur français de polars multi-primés que je découvre, explore les dangers des biotechnologies. Et, nul besoin d'être scientifique pour apprécier ce livre… tout est accessible grâce à la maîtrise narrative de l'auteur.
Une violente explosion suivie d'un immense incendie fait disparaître de la carte un village ardéchois. Les sauveteurs découvrent presque une centaine de cadavres carbonisés, ou plutôt de mutants, véritables cobayes humains ayant subi des mutations génétiques. Alors que quelques lourds nuages obscurcissent sa vie personnelle, le commandant Vincent Auger , après un échec professionnel, débarque dans le village pour s'occuper de cette étrange affaire. L'enquête dans laquelle il s'engage sans aucune retenue, progresse lentement et étape après étape, il arrive à chaque fois après Laure Dahan, seule survivante dotée d'une résistance surnaturelle, qui n'hésite pas à faire le ménage. En effet, la jeune femme est porteuse d'un terrible virus et ses jours sont comptés avant de retrouver sa petite fille que les initiateurs du projet ont enlevée. Auger va se lancer à ses trousses, sur une route semée d'embûches et de cadavres...
Ledun nous offre une belle course poursuite, haletante, depuis l'Ardèche jusqu'au Maroc en passant par l'Allemagne et la Croatie pour finir en Sicile. On a du mal à lâcher ce récit diabolique , cocktail de thriller, de roman noir, de science-fiction. C'est un véritable page-turner. Tous les éléments sont réunis pour en faire un très bon polar : une intrigue bien menée, une construction impeccable, une écriture vive, un rythme soutenu, des personnages principaux attachants, des rebondissements. Dommage que le final soit sans surprise, si prévisible et que quelques questions restent en suspens.
Dans le ventre des mères est aussi un roman qui porte à réflexion. Il interroge les dérives effrayantes des manipulations génétiques, lorsqu'elles se mettent au service d'officines militaro-industrielles. Délires paranoïaques ? Un assez récent reportage*, sur Arte, montrait que les apprentis sorciers du transhumanisme oeuvraient déjà à visage découvert dans la Silicon Valley. Et que le combat éthique mérite déjà d'être mené.
Bref, malgré une petite déception ça reste un polar très efficace. de quoi frémir, vibrer et réfléchir... Et, il me donne envie de lire les précédents ouvrages de cet auteur.

* Pour ceux que ça intéresse, le résume et la vidéo du documentaire, très intéressant, diffusé sur Arte en septembre 2012 ci-dessous : http://cineteve.com/documentaire/un-monde-sans-humains/


Lien : http://youtu.be/L8xP6OJVRvY
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
coquinnette1974
  08 novembre 2019
Pour faire baisser ma PAL papier, j'ai lu Dans le ventre des mères de Marin Ledun.
Janvier 2008. Une explosion anéantit un village ardéchois et on y découvre des cadavres : véritables cobayes humains ils ont subi des mutations génétiques.
Une femme apparaît dans les décombres : Laure Dahan, 29 ans. Ses jours sont comptés. Son obsession : sa fille qu'elle n'a jamais connue. Elle doit la mettre à l'abri avant qu'il ne soit trop tard.
Pour cela, elle est prête à tout et n'hésite pas à semer la désolation sur son passage...
Le commandant Vincent Auger enquête, à sa poursuite.... de Grenoble à Berlin, de Zagreb à la Sicile, une course-poursuite s'engage entre Laure et Vincent qui souhaite découvrir le lien entre l'explosion en Ardèche et la jeune femme...
Dans le ventre des mères est un roman intéressant. C'est un thriller assez noir, qui nous parle de mutations génétiques, de manipulations qui font froid dans le dos.
Il y a de l'idée dans ce roman toutefois je dois avouer que j'ai eu parfois du mal à suivre.
Je n'ai pas réellement apprécier les personnages, d'ailleurs je n'ai pas réussi à m'attacher à eux. Ils m'ont laissé indifférente, c'est dommage.
C'est rythmé même si parfois je me suis un peu perdue ici et là avec toutes les explications scientifiques. L'idée est bonne et c'est accessible même à un esprit non scientifique toutefois c'est surement un peu trop pour moi. Je préfère quand c'est plus léger.
Je m'attendais à autre chose en commençant ce roman qui ne m'a pas déplu, loin de là, mais dont le thème n'est pas forcément pour moi.
Mon avis est assez mitigé, je ne sais pas trop ce que j'ai pensé de Dans le ventre des mères. Mais je n'en garderais pas un grand souvenir, ça c'est sur.
Ma note : trois étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Ziliz
  26 janvier 2013
La recette n'a rien de novateur : un charnier, une personne en fuite, des traques, et une équipe classique de flics sans relief qui retrousse mollement ses manches, dépassée par les événements. le tout sur fond de manipulations génétiques aux allures de SF et de suspicions de trafic politico-industriel juteux.

Indigestion totale pour ma part avec ce cocktail que j'ai trouvé à la fois dilué, fade et lourd. L'intrigue ne m'a pas intéressée, donc pas de suspense - ma seule hâte était d'arriver à la dernière page. J'apprécie la vulgarisation scientifique dans les polars de Thilliez et Grangé. Ici nano- et biotechnologies sont évoquées, mais qu'en ai-je appris ? Rien, et pourtant je partais de zéro, ou quasi.

Pour une fois, le flic principal n'est ni alcoolique ni insomniaque ni dépressif, mais il a quand même de sérieux problèmes conjugaux. C'est tout aussi pénible, en plus de l'enquête qui n'avance pas, et de passages d'action "Fantômette" avec la femme en cavale.

Bref, ennui total, j'ai fini l'ouvrage de plus en plus agacée, de moins en moins concentrée. J'attendais un thriller psychologique, peut-être parce que j'avais repéré de cet auteur 'Les visages écrasés' ? Il est visiblement très différent....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201


critiques presse (1)
Telerama   17 octobre 2012
Le roman trouve son rythme et sa puissance dans cette explosion initiale, se développe très vite, se propage à Grenoble, à Berlin, en Sicile, se ramifie et vous tient, jusqu'au bout, haletant. La construction est impeccable, le récit, foisonnant, conduit au plus serré, comme dans les meilleures séries télévisées.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   24 janvier 2013
(...) dire [à sa femme dépressive] qu'il l'aime mais qu'il ne peut rien pour elle. Pour ses insomnies, ses cauchemars, ses crises. Lui expliquer qu'il est juste son mari, pas son psy, ni son analyste, son médecin traitant, sa meilleur amie ou sa mère. Oser lui avouer qu'il a besoin de respirer un peu, que ce n'est pas une vie, qu'elle pourrait être plus compréhensive. Elle lui répondrait en pleurant, criant, geignant, qu'il savait tout cela dès le départ, qu'il a toujours su à propos de sa maladie. Il gueulerait : mais quelle foutue maladie ? Tu n'as rien ! C'est juste dans ta tête ! (p. 187-188)
[précisons qu'il est flic, pas médecin... mais s'il le dit...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchkanadiouchka   24 octobre 2016
- Il ne te l’a pas dit, ton père, après t’avoir infectée ? Non, je le vois à ta tête.
- Il ne t’a pas expliqué qu’il te restait au maximum un ou deux ans à vivre, après le déclenchement des premiers symptômes. (…)
- Des foutus cobayes pour leurs expériences ! Des filles, comme sur cette photo, puis des femmes à la merci de ces salauds ! Laisse-moi filer…
P.354/355
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchkanadiouchka   29 septembre 2016
Oubliez les techniques de vente et d’achat traditionnelles. Imaginez des femmes capables de répandre un virus d’achat par contact sexuel. Ce qui revient à dire, et ce, même si le but premier est de véhiculer et de monnayer le virus : vendez, achetez des femmes ! (…) Bienvenue dans l’ère de la biotechnologie. Vendez, achetez des femmes et ce qu’elles portent dans leur ventre !
Commenter  J’apprécie          140
sylvichasylvicha   29 octobre 2012
Elle tend son bras, gagne quelques centimètres et se jette en avant de toutes ses forces, puis elle saisit le poignard par la lame et le retourne d’un mouvement brusque, quand le tueur se jette sur elle et lui bloque le poignet. Un homme entre 40 et 50 ans aux yeux bleus la dévisage avec curiosité. Un homme qu’elle connait.
- Enfin, je te rencontre, dit-il, d’une voix douce.
Ses muscles se détendent d’un coup, ses paupières pèsent des tonnes, une main lui caresse le front avec douceur. Puis l’obscurité se mue en un trou noir sans fond.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadiouchkanadiouchka   20 août 2016
Presque femme, pas tout à fait machine. Humaine ? Ou plutôt : in-humaine. Être de chair et de sang puisant à la source du Progrès. Utopie calcinée. […]
Un seul objectif en tête quand elle s’élance sur la pente : reprendre sa fille. Et trouver un moyen de la mettre à l’abri, là où ils ne la retrouveront jamais.
Ni eux, ni personne. P.12/P.13
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Marin Ledun (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marin Ledun
Marin Ledun vous présente son ouvrage "La vie en rose" de la collection "Série Noire" aux éditions Gallimard.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2330340/marin-ledun-la-vie-en-rose
Notes de Musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : eugénismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3423 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre