AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mi-Kyung Choi (Traducteur)Jean-Noël Juttet (Traducteur)
ISBN : 2070359131
Éditeur : Gallimard (03/09/2009)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Enigmatique et pénétrante, l'atmosphère de La Vie rêvée des plantes irradie d'un mélange déroutant d'infinie délicatesse et de violence extrême. Comme dans le jeune cinéma coréen, l'audace narrative l'emporte; on est pris à la gorge.
Contraint d'espionner sa propre mère pour un mystérieux commanditaire, Kiyon est confronté à d'obscurs secrets de famille. Par tous les moyens, il tente de réparer les blessures du passé, entre une mère au comportement étrange, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
rabanne
  09 avril 2018
J'ai lu que la voie (littéraire) optée par l'auteur serait celle de l' «intranquillité»...
Sylvain Tesson, dans un autre genre, aurait parlé de «légère oscillation». :-)
Le terme est joli, je trouve, et qualifie particulièrement bien l'atmosphère de ce roman, à travers les sentiments des différents personnages : leurs tourments intérieurs, l'agitation de leur âme, leur quête d'identité, d'émancipation et de vérité, leur désir d'apaisement, d'abandon et de libération.
Deux frères que tout sépare, mais que l'amour fou pour la même femme finit par lier, malgré eux.
Un destin qui les réunit «accidentellement», alors qu'il prend d'abord racine dans une effroyable violence.
Un secret qui vient se greffer à l'intrigue. Passé et présent, ces miroirs jumeaux...
Un scénario original et envoûtant. Une plume à la fois intimiste, réaliste et ésotérique, mais également profondément sensuelle, dans le sens palpable du terme, bien qu'il y ait une forte part d'onirisme dans cette histoire.
Les métaphores de l'amour et de la passion qui ponctuent le texte, en résonance avec la vitalité et la sensibilité des plantes, des arbres, sont vraiment de toute beauté !
Merci Vincent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6314
sandrine57
  02 décembre 2015
Après des années d'absence, Kihyon revient vivre auprès des siens, dans la maison familiale où règne le silence. Sa mère tient un restaurant qui lui prend tout son temps. Son père ne s'occupe que de ses plantes. Son frère, Uhyon, vit reclus depuis qu'un accident durant son service militaire l'a privé de ses deux jambes.
Kihyon exerce en dilettante le métier de détective privé est chargé par un mystérieux commanditaire de suivre sa propre mère. Sa filature lève le voile sur le grand secret de cette femme qui lui a toujours préféré son aîné. Ne va-t-elle pas, depuis qu'il est amputé, jusqu'à le conduire dans des motels où il peut assouvir ses pulsions sexuelles avec des prostituées qu'elle se charge de trouver ? Ce frère, étudiant brillant et engagé, passionné de photographie, promis à un bel avenir, adoré par ses parents, a toujours été source d'admiration et de jalousie pour Kihyon, jalousie exacerbée par la présence de Sunmi, sa petite amie dont il s'était follement épris. Mais avec son retour, Kihyon, plus mûr, plus lucide, prend conscience de sa responsabilité dans le destin de Uhyon et va tenter de redonner un sens à la vie du jeune homme qui vit très mal sa nouvelle condition.
Entre délicatesse et violence, poésie et réalité crue, le récit de Kihyon est une confession où l'espoir fou de réparation se substitue peu à peu à la culpabilité. Dans cette famille qui vit dans le silence et les non-dits, les sentiments couvent comme le feu sous les braises. le père, effacé, négligé, est pourtant celui qui unit et aide, de loin, les siens à se redécouvrir.
Flirtant avec la mythologie et le fantastique, cette histoire poétique sait aussi se faire violente et érotique. Une lecture intrigante et envoûtante qui prouve encore une fois combien la littérature coréenne, étrange et subtile, recèle des petites merveilles méconnues. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
centrino
  24 juillet 2011
Refermer ce livre m'a confirmé un désarroi qui grandissait en moi avec le temps qui passe : au plus je lis, et au plus je me rends compte que jamais je n'arriverai à lire tous ces livres qui attendent bien sagement dans leur coin pour me faire rêver...
Connaissant mes goûts pour les découvertes littéraires, je me suis cette fois envolé pour la Corée du Sud, avec le premier roman traduit en français (chez Zulma - dont on connait l'art de dénicher les perles) d'un auteur majeur dans la littérature coréenne contemporaine... comme souvent injustement inconnu sous nos lattitudes... ce voyage ne pouvait donc que me plaire sur papier; et il a comblé mes espérances.
A la fois mystérieux avec un zeste subtil de fantastique, mais également à haute teneur poétique de par son univers teinté de plantes et d'arbres, ainsi qu'une réflexion sur les relations et les non-dits entre les membres d'une famille, ce livre m'a fait penser à un savant mélange entre Yoko Ogawa et Murakami. Décidément, la littérature asiatique ne cessera jamais de me surpendre.
Un roman à apprécier également entre les lignes. Je ne peux donc que vous conseiller de vous laisser bercer comme moi par ce fort joli conte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          417
gonewiththegreen
  24 mai 2019
Kihyon vit à Séoul avec ses parents et son frère ainé. Il vient d'ouvrir une agence de renseignements et un mystérieux client lui demande d'espionner sa mère. Parallèlement, il achète des prostitués pour les offrir à son frère , revenu handicapé du service militaire.
La littérature asiatique est souvent singulière et ce livre n'échappe pas à la règle. On passe 300 pages dans un univers gonflé par le secret, hypnotique à souhait où l'imagination relaie le réel et l'arbre l'être humain.
Les personnages ont tous leur secret, Kihyon, le narrateur, va être à la fois détestable et unificateur.
ici, le père ne semble être attiré que par les plantes , la mère est distante, loin semble-t-il de son mari, le frère handicapé rêve de se muer en arbre et le narrateur est un amoureux rejeté, amené à suivre sa propre mère pour le compte d'un mystérieux client.
Ok, je ne vous vend pas du rêve.
Pourtant, au delà des secrets qui vont tomber les une après les autres, l'auteur , né en 59 en Corée , va installer un climat pesant, tout en ne le rendant pas irrespirable.
le parallèle entre homme et arbre est saisissant, les sentiments s'entremêlent, les personnages se croisent sans se voir ... On a l'impression que l'auteur les fait évoluer parallèlement pour finalement les faire converger vers e symbole du livre , un palmier, qui a poussé contre toutes les lois de la nature , poussé au sud de la Corée.
Lecture particulière, envoutante . On est rarement déçu avec les éditions Zulma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
le_Bison
  11 juin 2012
Écrire un livre, c'est « entrer dans la vase ». Cette phrase de l'auteur, Lee Seung-U, pour résumer la genèse de son roman. Je me suis longtemps interrogé sur la signification de cette phrase. A quel moment de la vulgaire boue peut entrer dans le processus créateur de l'auteur ? Et puis, j'ai eu mal à la tête. Alors j'ai arrêté de réfléchir et j'ai bu une bière. Je me suis senti mieux. Et j'ai pu apprécier.
J'ai repensé à cet arbre, un palmier du brésil qui poussa dans un univers plus hostile au bord d'une falaise de Corée du Sud. Une graine à l'origine brésilienne qui traversa les courants, les flots et qui se déversa dans cette boue venue s'échouer sur le rivage coréen. Avec vents et marées, de l'attention et de l'amour, cette graine a su se développer et capter l'âme d'un couple, celui d'un amour brisé.
La lecture est toute fraîche. Pourtant, je me rends compte que j'ai un mal fou à rassembler mes idées sur le sujet. Il y a tellement dedans. Tellement quoi, vous allez me dire ? de l'émotion, des sentiments, de la passion mais aussi de la rage et de la haine. Une violence des sentiments aux deux extrêmes entre amour et déchirement. C'est une magnifique lecture et une surprenante découverte. Des secrets, des histoires de famille, des silences. Mais aussi des arbres, du soleil, de la magie, de l'espérance. de la poésie en somme, symbolisée par la présence de ces arbres et de cette nature quasi mystique.
[...]
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   11 juin 2012
Sous cet arbre qui plongeait et qui lançait ses palmes dans le ciel, elle s’était déshabillée sans aucune honte, telle Ève au jardin d’Éden, et elle s’était étendue sur le corps de l’homme. Nulle impudeur dans leur nudité. Par l’union de deux corps incomplets, ils avaient crée un seul corps. Cette scène curieuse avait tout d’un rituel. Oui, c’est bien la notion de rite qui rendait le mieux compte de cette scène, davantage en tout cas que les mots « hallucination », « mirage » ou « rêve ». Mais de quel rite s’agissait-il donc ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
rabannerabanne   08 avril 2018
Un arbre effectivement voluptueux, svelte et souple comme un corps de femme. Il enlaçait le pin dans une tendre étreinte. J'imagine que, sous terre, leurs racines s'entremêlaient dans une intimité encore plus scandaleuse.
Commenter  J’apprécie          309
rabannerabanne   08 avril 2018
Il n'y a d'amour que particulier. Cela, je ne le voyais pas. Mais les hommes sont prompts à s'aveugler, à mettre sous leurs yeux des vérités qui les arrangent.
Commenter  J’apprécie          360
art-bsurdeart-bsurde   18 octobre 2014
Je me suis senti envahi de compassion pour mon frère. Jusque-là, je pensais comprendre sa souffrance et sa tristesse. Mais ma compréhension n'était que partielle. Il souffrait d'avoir renoncé à occuper une place en ce monde, il souffrait davantage encore de devoir se supporter tel qu'il était. Il voulait transcender sa condition, devenir pur esprit, échapper enfin aux lourdes contingences de sa vie. Cela n'était possible que par la métamorphose. Renoncer à sa condition présente pour se transmuer en un autre être, quelle entreprise à la fois démesurée et désespérante ! Vouloir se métamorphoser, n'est-ce pas le désir le plus fou, le plus absolu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
le_Bisonle_Bison   08 juin 2012
J’étais au volant de ma voiture, vitres baissées, et elle avait passé la tête par la fenêtre. Les genoux raidis, elle tendait sa croupe en arrière, si bien que je ne pouvais me faire une idée précise de sa physionomie. Le bâillement d’un ample T-shirt m’offrait en revanche une vue plongeante sur le galbe superbe de ses seins. La décence eût exigé que je détourne mon regard, mais, franchement, cela ne me vint pas à l’esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Video de Seung-U Lee (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Seung-U Lee
Une libraire de Mollat présente La vie rêvée des plantes
autres livres classés : littérature coréenneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3381 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..