AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782868699152
115 pages
Actes Sud (10/08/1993)
3.88/5   8 notes
Résumé :

Françoise Lefèvre s’en prend ici aux rabat-joie, aux empêcheurs de danser en rond, de donner son amour, d’assouvir ses désirs, d’organiser ses partages. Maîtres d’école, censeurs familiaux, amants fourbes, écrivains avides, éditeurs tyranniques, plombiers défaillants, tous sont exécutés d’une plume vengeresse, tous… pour que réparation soit faite, pour que place nette soit acquise enfin (sous l’œil complice de Victor Hugo) aux choses les plus tendres, les pl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
photomum01
  13 août 2015
Au fil des pages de ce petit livre, on croise des personnages atypiques, le cheminement intérieur de l'auteur sur ses raisons d'écrire notamment, ses nombreuses réflexions sur le sens de la vie...
Un texte tendu de passion de sensibilité et de mémoire, aux accents parfois rebelles, parlant d'amour, de déceptions et de quête d'absolu...
L'écriture est poétique et très personnelle, trop peut être ce qui rend le texte un peu flou et difficile à suivre.
Commenter  J’apprécie          40
charlottelit
  24 mars 2012
quelques vérités bien assénées : Françoise Lefèvre crie haut et fort ce que certaines aimeraient dire même tout bas,
toujours la belle écriture, à lire !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
charlottelitcharlottelit   24 mars 2012
On me mit également devant cette meute payée pour vous orienter
vers la route à suivre, la bonne parait-il, celle où l'on se sentira mourir
encore un peu plus.
Et niée dans son identité, sa différence, son essence même.
Ecartée, bafouée, sans rencontrer un seul regard qui vous reconnaisse
durant cette longue enfance qui n'en finit pas de passer.
Sans entendre une seule parole d'encouragement.
La parole qui tue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
charlottelitcharlottelit   27 mars 2012
Et surtout, avec le soir, cette impression de rentrer dans le tableau de
Millet, l'Angélus, parce que la paix qu'il dégage provient, selon moi,
d'un assouvissement.
Je suis certaine que la femme qui se recueille est nue sous sa jupe
et qu'elle rend grâce d'un bonheur qui ne fut pas seulement de glaner
des pommes de terre.
Elle se demande aussi, après cette étreinte qu'elle a cherchée,
où elle a tout osé, si elle n'attendrait pas un enfant.
Elle se recueille sur cette espérance car il n'est de joie plus simple
et plus inouïe que de désirer un enfant et d' y penser en même temps
que l'homme qu'on aime.
Si j'avais dû rédiger une rédaction, même avant quatorze ans,
voilà ce que j'aurais dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
charlottelitcharlottelit   27 mars 2012
Je hais l'ordre.
Donc, je n'ai pas d'ordre.
Donc, il m'arrive d'égarer ce que j'écris.
Je hais les plans.
Je hais la pingrerie, les calculs, les alinéas écrits tout petit dans les contrats,
Je hais de devoir remettre les pendules à l'heure, la langue de bois,
l'idée qu'un livre ne soit rien d'autre qu'un produit d'épicerie et que
l'auteur ne touche que dix pour cent sur le prix hors taxe
Je hais qu'on baisse les bras, qu'on n'ait plus le gout de se battre.
Je hais .... suite page 46
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
charlottelitcharlottelit   27 mars 2012
Je ne cessais de répéter, bredouillante :
c'est lui, c'est Victor Hugo ...
Mes amis, grands musiciens, bohèmes, me mirent la gravure dans les
bras me disant : il est à vous ! emportez-le !
Alors ce fut le big bang, un énorme soleil dans ma tête ...
La joie retrouvée ..... p 48
Commenter  J’apprécie          30
charlottelitcharlottelit   27 mars 2012
Je me souviens aussi qu'à chaque fois que je n'ai pas osé,
j'ai perdu.
j'ai osé reconnaître le souffle de celui qui m'accompagnait
(Victor Hugo) j'ai osé le nommer.
L'idée du grotesque ne m'a pas effleurée.
C'est agréable et périlleux de se sentir par moments complètement
illuminée.
Tant pis pour ceux qui n'osent pas plonger.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : littérature françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2994 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre