AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gruz


gruz
  04 octobre 2015
Le Gilles Legardinier 2015 se pare d'une teinte bleutée, un félin coussinet accueillant le lecteur. C'est très exactement le sentiment ressenti lors de cette lecture ; ambiance duveteuse, l'impression de se mouvoir dans un environnement de velours.

Quelqu'un pour qui trembler, ou ce que l'on peut ressentir en tant que parent, entre joies et craintes. L'éventail des personnages proposés est une fois de plus haut en couleur et permet à l'auteur de déployer tout son talent de conteur ainsi que les valeurs humanistes qui définissent son inimitable patte (de velours).

Son héros principal, Thomas, est un médecin humanitaire revenu d'Inde pour partir à la découverte de sa fille de 20 ans dont il vient de découvrir l'existence. Il retourne en France, se rapprocher d'elle et s'occuper au passage d'une maison de retraite un peu particulière.

Certains auront peut être l'envie de dire que la recette est archiconnue et qu'elle ne sert qu'à faire étalage de bons sentiments. Tant mieux, ai-je envie de dire, je préfère tellement côtoyer la gentillesse collante comme un bonbon acidulé que la méchanceté poisseuse.

Il n'y a que Gilles Legardinier pour raconter une histoire de cette manière. Une histoire simple (mais pas simpliste) qui lui permet de proposer une autre variante de sa palette de couleurs, avec toujours autant d'émotion. Plus tendre que le précédent roman, une atmosphère dans laquelle on se sent bien, comme dans un cocon. Si je devais le rapprocher d'un autre de ses roman, ce serait Complètement cramé.

A travers cette histoire de relation paternelle, l'auteur (grâce à des personnages tous plus épatants les uns que les autres) se fait à nouveau l'observateur de l'homme. Comme son personnage, l'écrivain fait lui aussi dans l'humanitaire, et vient panser nos plaies de l'âme à coups de beaux et bons mots.

Un coup de mou ? Legardinier vous injecte une dose de bonne humeur.

Des doutes concernant vos prochains ? Legardinier vous pose un sparadrap bigarré qui redonne de la couleur au monde (et chatouille au passage).

Nul n'est meilleur que lui pour nous faire passer du rire à l'émotion (parfois même au sein de la même phrase, ce qui tient tout bonnement du prodige). Nul n'est aussi bon pour redonner du pigment (piment) au quotidien, pour nous faire réfléchir sur nos relations avec les autres tout en nous faisant traverser de purs moments de délires.

J'ai tant aimé fréquenter ces personnages tout au long de ces 420 pages que j'ai englouties en deux soirées (les « petits vieux » sont formidables). J'ai tant été touché, ému, parfois bouleversé par ce qu'ils traversent et la manière dont l'auteur les rends attachants. J'ai tant apprécié d'être surpris par le déroulement du roman de la première à la toute, toute dernière page.

Merci encore docteur « Feelgood » Legardinier, cette consultation annuelle m'a insufflé les vitamines nécessaires à l'approche de l'automne.

PS : Bon, après s'en être pris aux canards (mâles) dans un précédent roman, voilà que l'auteur s'en prend aux attributs des grenouilles, et ça ce n'est pas bien Monsieur, vraiment pas bien ! ;-)
Lien : https://gruznamur.wordpress...
Commenter  J’apprécie          439



Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (36)voir plus