AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791027800797
Éditeur : Le Castor Astral (18/08/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Franck Palmer se trouvait à My Lai le 16 mars 1968, quand la compagnie Charlie, ivre de violence et de sauvagerie, a décimé plus de 500 civils. Alors, il a tout perdu : son fils, sa femme, son avenir de professeur d’histoire. Sa vie entière a disparu, noyée dans l’alcool et le souvenir de ce village du Vietnam, où il a laissé sa raison et son innocence. Depuis, hanté par cette journée, il tente de survivre dans l’Amérique d'aujourd'hui .

Anh Thu Huon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
PapillonVoyageur
09 novembre 2016
Pour débuter Novembre, je me suis mise dans une lecture peu joyeuse et très percutante. Vous ne connaissez pas ce livre, il passera peut-être inaperçu auprès de vous mais je me dois de vous faire part de ma chronique. Retour à My Lai est avant tout un court roman que j'ai reçu via la Masse Critique Babelio, que je remercie beaucoup d'ailleurs.
Le récit porte sur le massacre au Vietnam du 16 mars 1968, quand les Américains ont pris cinq cent quatre vies vietnamiennes. D'habitude, j'écris mes résumés moi-même mais ici, je vous copie-colle celui derrière le livre ; je ne pourrais en sortir un aussi complet !
Franck Palmer se trouvait à My Lai le 16 mars 1968, quand la compagnie Charlie, ivre de violence et de sauvagerie, a décimé plus de 500 civils. Alors, il a tout perdu : son fils, sa femme, son avenir de professeur d'histoire. Sa vie entière a disparu, noyée dans l'alcool et le souvenir de ce village du Vietnam, où il a laissé sa raison et son innocence. Depuis, hanté par cette journée, il tente de survivre dans l'Amérique d'aujourd'hui.
Anh Thu Huong est pianiste et concertiste internationale. Elle se trouve à Paris le temps d'une représentation. Mais elle doit retourner très vite dans son pays. Elle a rendez-vous avec son passé. Au-delà de la souffrance, ces deux êtres meurtris sont unis par un destin commun.
Quand j'ai ouvert la première page, l'auteur avertissait les lecteurs, leur faisant prendre conscience que son écrit est fictif, bien qu'il soit basé sur des faits réels. Il a également cité quelles étaient les personnes du livre qui avaient vraiment existé et grâce à qui on a pu prouver et montrer ce qui s'était passé au Vietnam, quand la compagnie américaine Charlie a posé le pied sur leur territoire ennemi. Pour moi, le terme « Charlie » signifie Charlie Hebdo, les attentats qu'il y a eu en France, le soutien qui en a découlé, les fameux #JeSuisCharlie. Ici, j'en ai une toute autre vision ; et pas quelque chose de positif, soyez-en sûrs !
Le roman contient deux narrations : une à la première personne et l'autre, à la troisième. Une pour Franck, une pour Anh. D'abord, je ne comprenais absolument pas le lien entre les deux personnages. L'un revient sur à Danang pour revivre mentalement un passé douloureux, chargé de mauvais souvenirs, tandis que l'autre fait une prestation de piano à Paris, refoulant la moindre tristesse causée par la même souffrance dont souffre le premier. Bref, beaucoup de questions, très peu de réponses. Mis à part une lenteur excessivement ennuyante vers le milieu du livre, je n'ai pas grand-chose de négatif à dire sur cette lecture. N'étant pas témoin des faits, je ne peux juger la cohérence du scénario mais, je peux vous dire qu'une telle histoire, ça fiche les frissons et glace le sang dans les veines. Émotionnellement, il faut être accroché. Personnellement, assister à des passages de viol a été difficile pour moi... En avoir conscience, okay. Mais en lire ? Dur...
J'ai adoré la plume de Dominie Legrand. Franchement, elle m'a emportée avec une facilité incroyable. Ce roman aurait pu être lu en deux heures si je m'y étais plongée sans pause. Malheureusement, j'ai de moins en moins de temps pour lire. La finesse avec laquelle l'auteur lie ses phrases est vraiment incroyable. Dés la première ligne, je me suis dis « Lui, il a un don ». Je ne sais pas si ça a un rapport avec la vraisemblance de son histoire ou bien si il sait tout simplement mettre des mots sur des sentiments auxquels on ne peut en attribuer avec aisance... À méditer. Mais c'est un auteur qui sait écrire. Ça, je peux vous le dire. Il a l'art de manier des mots qui marquent.
Les personnages sont vraiment intéressants. de plus, ça a été l'élément-clé de l'histoire. Au début, on ne sait absolument rien sur Anh hormis son présent de musicienne. Nous savons qu'elle a un passé douloureux lié au massacre. Oui, mais lequel ? Aucune info ne nous est donnée et son point de vue dans l'histoire n'est pas beaucoup mis en avant. Nous sommes plus confrontés au passé, aux souvenirs de Franck Palmer. Personnellement, j'aurais voulu plus de Anh parce que la tristesse de Franck, douloureuse soit-elle, devient assez répétitive et, au lieu d'émouvoir encore et encore, elle finit par lasser. À force de redire dix fois une chose, elle perd de son intensité. Néanmoins, plus de Anh supprimerait le suspense et saboterait la fin de ce roman qui est tout simplement exquise. Il y a du bon, comme du mauvais, même si en terme général, ce roman est beau. Franck est totalement humain, une belle preuve d'humanité et de rédemption. Il ne cesse de se remettre en question, c'est une personne pleine de bonté qui n'a jamais mérité autant de malheur, peu importe la compagnie dont il a fait partie. Quant à Anh, j'admire beaucoup sa capacité à se relever, éviter le passé et vivre l'instant présent. C'est une femme souriante qui a su trouver refuge dans la musique et qui sait profiter des moindres offrandes – minimes soient-elles – de la vie. Son lien avec Franck est d'autant plus impressionnant mais... Je n'en dis pas plus !
N'empêche que la fin de cette histoire est très belle. le roman bien ficelé nous mène vers un dénouement qui file un peu le sourire, après avoir vécu les souvenirs d'un massacre déprimant. L'auteur y va très fort dans les sentiments. Ce qui fait qu'à la fin, on relâche notre souffle. On se permet un « laisser-aller » en refermant le bouquin. Un récit qui fait réfléchir, plein de message et de vérités qui se termine de façon logique et réaliste.
Grosso modo, Retour à My Lai est un roman historique sur le massacre des Américains au Vietnam. Âmes sensibles s'abstenir ! Bien écrit, révélateur et réaliste, ce récit vous mènera dans les tréfonds de la déprime durant votre lecture mais vous ouvrira les yeux sur le massacre des Viêt-cong. là où l'Amérique a perdu son innocence... Je conseille ce roman à toute personne en recherche de vérité et émotions. Mais surtout aux plus adultes ; ce n'est pas une histoire qui plaira à de jeunes ados...
Lien : http://papillonvoyageurblogl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
asnico
02 octobre 2016
My Lai, c'est ce village vietnamien dont la plupart des habitants furent massacrés par l'armée américaine le 16 mars 1968. Frank Palmer, professeur d'histoire, y était et cela l'a marqué à vie. Tellement marqué qu'il sombre dans la dépression et l'alcool en rentrant aux Etats-Unis. Sans doute a-t-il des difficultés à masquer les bavures de l'armée américaine durant la guerre du Vietnam…
Parallèlement à l'histoire de Frank, on suit celle d'Anh Thu Thong qui se passe de nos jours. Vous le devinerez aisément, Anh est d'origine vietnamienne. Elle est pianiste et concertiste internationale. Elle se produit à Paris mais doit rentrer dans son pays sous peu. Elle a rendez-vous avec son passé et ce qui a décidé de son existence.
Je n'en dévoilerai pas plus mais vous inciterai volontiers à lire ce roman de Dominique Legrand, dont le champ d'écriture s'étend du roman jeunesse aux thrillers en passant par le roman historique. Il nous livre ici une magnifique histoire baignée de sang et de larmes.
Si ce n'est déjà fait, je vous conseille de découvrir cet auteur sans plus attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mome35
22 octobre 2016
Frank Palmer est un homme détruit depuis le 16 mars 1968 et l'expédition de My Lai pendant la guerre du Vietnam. Il faisait partie de la compagnie Charlie devenu tristement célèbre pour avoir exterminé avec une barbarie sans nom plus de cinq cents civils.
Plus tôt lors d'une mission, il a lui-même tué accidentellement un enfant. de retour à la vie civile à Atlanta, il n'est plus le même homme. Ces images monstrueuses voyagent en permanence dans sa tête. Quelques années après son retour, un autre drame, la mort de son fils de dix ans, fauché sur sa bicyclette par un chauffard le ramène à My Lai comme une pénitence.
S'il ne sombre pas dans la folie ou le suicide, il plonge dans le désespoir et l'alcool car brillant historien, il perd famille et avenir.
Une lettre en provenance du Vietnam l'invite à s'y déplacer. Il va faire le pélérinage avec tous ces souvenirs qui lui martèlent le cerveau. Pour y trouver une libération, un salut, grâce à Anh concertiste internationale. Qui est t-elle ? L'auteur nous l'apprend que dans les ultimes chapitres. Une autre trace, étoile ou cicatrice, du court destin fatal de Frank à My Lai ?
Ce petit livre de 180 pages est un roman qui mêle la mélancolie au chagrin mais aussi un épigramme déguisé sur l'absurdité de la guerre. Sur la folie sauvage qui imprègne parfois ceux qui sont envoyés en première ligne. Sur les dommages colatéraux. Au remords et à l'absence de rédemption pour beaucoup qui ayant eu de l'humanité ont été le témoin d'atrocités. Quand ils n'ont pas, eux aussi, participé malgrè eux aux massacres comme Frank Palmer.
Merci à Babelio et aux éditions le Castor Astral de m'avoir fait découvrir ce roman
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nounours36
03 octobre 2016
Cette histoire a pour cadre le 'massacre de Mỹ Lai', survenu durant la guerre du Viêt Nam, perpétré le 16 mars 1968 par des soldats américains contre plusieurs centaines de civils vietnamiens, dont beaucoup de femmes et d'enfants, dans le hameau de Mỹ Lai (de 300 à 500 selon les sources). le massacre a été caché par l'armée américaine et dévoilé seulement un an et demi plus tard dans un reportage du magazine Harper's. L'indignation soulevée par ce massacre fut le point de départ d'un scandale international.
En épigraphe de ce roman, deux citation, dont l'une de Shakespeare tiré de Macbeth
"Blood will have blood"

Ce récit présente deux personnages , un ancien appelé G.I.Franck Palmer qui, 45 ans après le conflit retourne au Vietnam, puis Anh Thong une pianiste vietnamienne de renommée mondiale. Quelle pourrait être la relation qui les unit.
Ce récit nous dévoile l'arrivée de Franck au Vietnam, sa formation, son apprentissage de la guerre. Puis l'escalade progressive vers la folie. Et finalement son retour parmi les siens entouré de nombreux fantômes. Des plans sont également superposés à sa vie d'après-guerre, la mort de son fils, son couple qui se désintègre, son errance. Nous suivons le stress post-traumatique de guerre de ce soldat Franck Palmer. La découverte de ce conflit, la folie destructrice et l'horreur.
Puis sa recherche d'une rédemption possible, après la destruction de son être. Errements traumatiques qui le poursuivront toute sa vie. Récit écrit avec pudeur malgré la violence des scènes.
Cette lecture est particulièrement émouvante, un parcours entre une profonde humanité et un enfer. Récit intemporel du traumatisme de la guerre rédigé comme des séquences de vie dont le croisement sera un retour aux sources de ce massacre.
Lien : https://nounours36.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
enigma78
03 octobre 2016
Si vous avez lu mes favoris du mois d'août, vous savez que cet été j'ai eu la chance de participer à la première édition du prix littéraire Hors concours. Grâce auquel j'ai pu découvrir ce roman et le demander par la suite au édition du Castor Astral en service presse. Je les remercie infiniment pour ce partenariat!
Roman de cette rentrée littéraire, Retour à My Lai décrit à travers un vétéran de la guerre du Vietnam, les symptômes de stress post-traumatique qui se manifestent chez certains soldats revenus de guerre. Les symptômes sont variés: cauchemars, évitement affectif, dépression, idée suicidaire ou encore trouble de la personnalité.
Le personnage principal, Franck Palmer avait une vie parfaite: enseignant d'histoire à l'université, une femme avec qui il était en parfait accord et un jeune fils. À cause de cette guerre sa vie vole en éclat.
Cette guerre (1955-1975) opposa la République démocratique du Viêt Nam (le Nord) soutenue par les pays communistes de l'Est ( URSS, Pologne, Roumanie,…) ainsi que la Chine et le Viet Cong contre la République du Viêt Nam (le Sud) soutenue par les États-Unis (et minoritairement par l'Australie, la Corée du Sud, la Thaïlande et les Philippines).
Franck revient traumatisé par les horreurs perpétrées sans raison valable par ses compatriotes américains et plus particulièrement celles du 16 mars 1968. Cette journée correspond au massacre de plus de 500 civils dans la ville de My Lai (tueries et viols d'enfants et de femmes).
Ce crime de guerre fut stoppé grâce au chef d'équipe d'un hélicoptère d'observation (Hugh C. Thompson) et grâce à ses coéquipiers. Les américains ont longtemps vécu dans l'ignorance des actes odieux commis par leur armée. Ce massacre a été dévoilé seulement un an et demi plus tard à travers les photos de Ronald Haeberle.
« négation de tout sentiment humain, la folie meurtrière et la cruauté absolue envers son prochain » (p 174)
Après cette « expérience », Franck n'a plus de raison de vivre. Pour lui, il est mort au Vietnam. D'ailleurs, il ne reviendra qu'une seule fois dans ce pays, afin d'assister à une cérémonie rendant hommage aux victimes. Il partira quelque peu apaisé, mais je vous laisse découvrir pourquoi.
Retour à My Lai fonctionne sous forme de flashback. Nous découvrons à la fois le passé de Franck à travers les évènements historiques de la guerre du Vietnam ainsi que sa vie actuelle en Amérique. le personnage principal est bien construit.
J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur le massacre de My Lai ainsi que sur les symptômes de stress post-traumatique. Cependant, pour plus d'approfondissement, j'aurais aimé avoir plus d'explication sur la guerre en elle-même. L'écriture de Dominique Legrand est très agréable, j'ai été happée dès la première page du roman et c'est avec grand plaisir que je lirai son prochain ouvrage. Enfin, les émotions sont au rendez-vous, les passages descriptifs du massacre sont difficiles à lire, âmes sensibles s'abstenir!
Lien : https://emerveillementcultur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde204 octobre 2016
Je longe la mer de Chine en me promenant dans le Bach Dang.
C’est une allée interminable où semble se déverser toute la population.
Un enfant me frôle en courant. Il me crie quelque chose que je ne comprends pas.
En arrivant ici, on nous avait donné un petit lexique avec les mots les plus usuels, une sorte de manuel à l’usage des soldats. Aucun de nous ne savait parler vietnamien, mais nous avions identifié certaines expressions qui pouvaient nous sauver la vie : ce n’était déjà pas si mal.
Dans le port, c’est la fête. On glorifie sans doute une divinité locale, mais les vraies raisons de cette liesse m’échappent. Soudain, je réalise que je n’ai jamais vraiment compris ce pays. En étant passé à côté de lui, d’une certaine façon, je suis aussi passé à côté de ma propre conscience.
Je marche au milieu d’une foule heureuse. Je me faufile parmi tous ces corps, toutes ces silhouettes qui m’ignorent. Elles m’entraînent malgré moi vers l’intérieur de la ville. Je me laisse porter sans réagir. Ce soir, j’appartiens entièrement à Danang, et le passé n’existe plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nounours36nounours3603 octobre 2016
Nous sommes venus dans ce pays que nous ne comprenions pas, sur ce continent dont la culture nous échappe, sans rien connaître de sa philosophie, de son histoire. La seule chose qui nous importait était de mater et les communistes par la force, de leur montrer que nous étions les maîtres du monde. Et puis, nous avons donner libre cours à la violence. C'est notre haine qui s'est exprimé, ce sont les armes qui ont parlé. À partir de cet instant, tout a changé. Notre rapport à l'autre est devenu différent.
Nous avions agi de la sorte avec les Indiens en siècles plutôt. Nous pouvions recommencer avec les Vietnamiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde204 octobre 2016
J’avais vingt ans quand c’est arrivé. Aujourd’hui, j’en ai plus de soixante-dix. Et depuis tout ce temps, je n’ai pas dormi. Je survis dans un état de veille, tel un somnambule marchant sans fin sur une terre dévastée.
Impossible d’oublier, de seulement m’échapper un instant. On m’a appris très tôt à aimer mon pays, à respecter le drapeau, à honorer les grands hommes. Mais surtout, on m’a fait croire que pour servir notre nation, je devais être prêt à faire n’importe quoi.
Je m’éveille en sursaut, assailli par les bruits de la rue, malmené par les cris des chauffeurs de cyclos, agressé par les klaxons des taxis.
J’avais réussi à sommeiller quelques instants, quelques minutes grignotées à ce temps qui n’en finit jamais, mais je retourne devant ce buisson aux reflets bleus, qui bouge dans le matin, et sur lequel je pointe mon M16.
Je regarde, je vois, je vise et je tire. Pour moi, c’est devenu facile, instinctif. Je ne me pose aucune question. Je regarde, je tire, et je regarde encore – coup d’œil de vérification – pour savoir sur quoi je viens de tirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde204 octobre 2016
Danang.
Depuis quarante-cinq ans, ces deux syllabes s’entrechoquent comme des pierres au fond de mon cerveau. Elles ne m’ont laissé en paix ni une journée, ni peut-être même une seule heure.
Depuis cette aube de mars 1968, pas un jour ne passe sans que je ne me répète que j’aurais mieux fait de ne pas vivre. Que cette vie-là – la mienne – ne valait sûrement pas d’être vécue. Mais c’est ainsi : on naît, on grandit et il est impossible d’inverser le cours des choses.
J’ai voulu faire mieux que tout le monde, montrer aux autres que j’étais différent, que je n’avais pas peur, que j’étais fier de servir mon pays. J’ai fait comme pas mal de gamins de mon âge : je me suis engagé.
Après le Vietnam, plus rien n’a été comme avant. C’est là-bas que tout a basculé, que la pente s’est inclinée pour m’entraîner vers le bas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FanniieFanniie04 octobre 2016
Une vie est faite de tant de hasards, d'une part de chance, et d'une bonne dose de drames.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dominique Legrand (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Legrand
Dominique Legrand - Retour à My Lai .Dominique Legrand vous présente son ouvrage" Retour à My Lai". Parution le 18 août 2016 aux éditions Castor Astral. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/legrand-dominique-retour-lai-9791027800797.html Notes de Musique : volk 8 vol 2 by Asian Women on the Telephone. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
784 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre