AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743629053
Éditeur : Payot et Rivages (22/10/2014)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 105 notes)
Résumé :

Bob, personnage renfermé et solitaire, tient le bar de son cousin Marv à Boston. Lorsqu'il recueille un chiot abandonné dans une poubelle, il est loin d'imaginer que l'animal va l'amener à croiser la route d'une fille et d'un psychopathe. Bob a aussi d'autres problèmes sur les bras : depuis que Chovka, caïd de la mafia tchétchène, a mis la main sur le bar de Marv, le lieu est devenu un relais où transite de l'argent pas vraiment propre. Le jour du Super Bowl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
11 décembre 2015
Bob est un gars bien gentil, mais un peu couillon. Les personnes bienveillantes diraient dans un haussement de sourcils qu'il est plein de bonne volonté. Bob le barman, le type un peu bizarre, le grand timide qui ose à peine hausser le ton…
Bob n'attend plus grand-chose de l'existence. le bonheur, les projets, l'amitié : c'est pour les autres. Lui est enfermé dans son île, loin du monde. Et puis, il y a ce péché qui le tenaille ! Un péché si monstrueux que ce catholique pratiquant n'espère plus aucun salut.
Marv est le cousin de Bob, propriétaire du bar où il travaille toutes les nuits. Marv est d'un tout autre calibre. C'est un ancien cheffaillon d'une bande de petites frappes qui parvint à mettre en coupe réglée un bout de quartier de Boston jusqu'à ce qu'il dépose les armes devant de vrais méchants, des durs, des « putains de barbares », des « tchétchéniens », comme il dit.
Marv, qui ne supporte plus ce statut de demi-solde, à la nostalgie de son glorieux passé. Il veut prendre une revanche éclatante contre les humiliations qu'il a subies, contre ces « putains de barbares de Tchétchéniens ». Il monte le coup du siècle en s'acoquinant avec deux minables.
Pour le cousin Marv, la nuit sera sans fin.
Bob aussi marche depuis longtemps dans les ténèbres, jusqu'à ce qu'il trouve un chiot abandonné dans une poubelle. Et tombe sur Nadia. Deux évènements qui vont bouleverser son existence. Nadia ! Une fille toute menue, pas toujours facile à comprendre, mais qui s'intéresse à lui, qui l'aide à s'occuper du chiot, qui surtout ne se moque pas de ses silences. Bob ressent une étrange vibration se propager en lui : il connaît pour la première fois de sa vie le bonheur. Il a peur de le perdre, ce tout nouveau bonheur ! Il avance à tâtons dans la nuit, se méfiant des « Tchétchéniens », des conneries du cousin Marv, et de Deeds, ce type complètement azimuté qui l'accuse d'avoir volé son chien… Bob qui ne croyait plus en sa chance ne se laisse pourtant pas impressionner et ne lâche rien.
Pour Bob, c'est enfin l'aurore qui se profile.
Que j'ai aimé ce thriller ! Nadia et ses appels, Bob et ses longs silences, Marv et ses saillies vulgaires qui essaient de secouer leur joug dans le froid hivernal de Boston. Trois êtres massifs et fragiles tout à la fois. Les « Tchétchéniens », aussi irréels, puissants et cruels que des dieux de l'Olympe. Les flics qui se heurtent au quartier comme des papillons de nuit à la lumière d'une lampe.
Le ton de Lehane, sobre, rugueux, plein de compassion.
Un vrai bon thriller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
spleen
05 décembre 2015
Un peu déroutée par ce roman dont l'intrigue est assez mince mais qui ,si on prend la peine de creuser un peu, n'est pas aussi simpliste qu'il y parait au départ .
A Boston, Bob travaille avec Marv, ex-patron du bar le cousin Marv et petit caïd qui a du céder son bar à plus gros que lui, une bande de Tchétchènes mafieux : paris, drogues et prostitution .
Bob est seul, pas d'amis, pas de copine, plus de famille, reste l'église du quartier où il assiste à la messe , seul point de repère qui le relie à ses valeurs familiales .
Un soir, en rentrant du bar , il trouve au fond d'une poubelle un chiot mal en point et fait la connaissance de Nadia, une jeune femme au moins aussi paumée que lui .
Ce chien sert en quelque sorte de catalyseur pour Bob dont la trajectoire à ce moment là va totalement diverger de celle de son cousin et va servir de planche de salut au milieu d'une violence physique exacerbée accompagnée d'une pauvreté affective et d'un horizon totalement bouché qui ne peut que mal finir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
inclassable1
11 janvier 2015
Bob est le centre de ce roman ; il est barman chez cousin Marv qui a été dépossédé de son bar par la mafia tchétchène qui tient Boston.
Bob n'a pas d'amis, pas d'amie, vit seul dans la maison de ses parents disparus, fréquente l'église solitairement. Il paie discrètement les consommations de Milie, qui passe ses journées au bar avant d'aller dormir à la maison de retraite.
Le roman démarre lorsque Bob trouve un chien à moitié mort dans une poubelle, et il va devenir la cible d'un déséquilibré du nom d'Eric Deeds qui veut parfois récupérer son chien, parfois 10.000 dollars.
Marv est le cousin de Bob et sa seule famille . il joue les utilités dans son bar qui sert de point de relais à Chovka, tchétchène à la tête de tous les trafics imaginables : drogue, paris illégaux, chantage...
Plus jeune, Marv était un dur, mais il a du s'incliner devant plus méchant que lui.
L'habileté légendaire de Dennis Lehane à camper rapidement ses personnages et une situation qui relève de la dramaturgie est encore une fois au rendez-vous ; l'exercice est d'autant plus efficace et remarquable qu'il tient dans 270 pages, alors qu'il nous a habitué soit à des romans relevant plus de la saga sur plusieurs années (Un pays à l'aube, Ils vivent la nuit) ou à une série de romans campant les mêmes personnages principaux (Patrick Kenzie et Angela Gennaro), et se lit dans un seul souffle.
L'intrigue est en effet très resserrée, tournant autour du cambriolage du bar de Marv, personnage aigri et revanchard, et de la folie d'Eric Deeds, psychopathe de 1ère classe, de personnages que la vie a brisés, dans un environnement social et économique dur, très violent.
Ce roman, tiré d'un scénario, pourrait déconcerter certains lecteurs de Dennis Lehane, habitués à des oeuvres peut-être plus fouillées, laissant beaucoup de place aux relations entre les protagonistes et au cadre historique.
Lien : http://occasionlivres.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
monromannoir
21 mai 2016
Il existe une loi littéraire qui dit que les romans tirés de scénarios ne donnent jamais de bons résultats et je ne connais pas de romans noirs ou de polars qui font exception à cette règle. Familier du milieu hollywoodien, Dennis Lehane a bénéficié d'excellentes adaptations de ses romans (Gone Baby Gone, Shutter Island et Mystic River), mais on sentait que l'auteur en voulait d'avantage en endossant notamment le rôle de scénariste chose qu'il n'avait jamais faite à l'exception de quelques épisodes des séries Sur Ecoute et Broadwalk Empire.
Quand Vient la Nuit est donc à l'origine un scénario que l'auteur a développé à partir d'une de ses nouvelles Animal Rescue que l'on peut découvrir dans l'anthologie Boston Noir également publié aux éditions Rivages.
Etre scénariste ou romancier il faut parfois choisir car il ne s'agit définitivement pas des mêmes métiers et un auteur comme Cormac Mc Carthy avec Trafic en a fait les frais à ses dépends. Il en va de même pour Dennis Lehane qui nous livre un roman d'une piètre qualité. Les deux auteurs possèdent la particularité commune de rédiger des histoires riches et intenses dont le talent des scénaristes consiste à extraire un matériel suffisamment harmonieux pour les besoins d'un film. Mais lorsqu'ils font le travail eux-mêmes, Denis Lehane tout comme Cormac Mc Carthy ne parviennent pas à cet équilibre fragile où le texte est au service de l'image. C'est particulièrement flagrant avec Quand Vient la Nuit où l'auteur s'est focalisé avant tout sur tous les aspects visuels de l'histoire au détriment de personnages qui se révèlent sans consistance et d'une intrigue très convenue qui manque de relief. Il n'y a guère que la relation entre le cousin Marv et sa soeur Dottie qui nous rappelle les belles scènes auxquels l'auteur nous avait habitué tout comme les liens qui se nouent entre le détective Torres et Bob qui fréquentent tous deux la même église sur le point de fermer ses portes. Mais ces instants sont rares et outre le manque d'épaisseur de certains protagonistes, on déplorera que les mafieux tchétchènes soient traités d'une manière si superficielle qu'ils donnent l'impression d'être aussi crédibles qu'une bande de croquemitaines.
Avec la reproduction de l'affiche du film en couverture estampillée Fox Searchlight, les éditions Rivages se sont prêtées au jeu de marchandising pour mettre en avant leur tête d'affiche. Même le titre original de l'ouvrage intitulé The Drop a été galvaudé et on s'étonnera qu'une maison d'édition si soucieuse des traductions ait accepté ce titre français ridicule, Quand Vient la Nuit.
Le film réalisé par le belge Michael R Roskam qui nous avait ébloui avec son premier long-métrage Bullhead , ne suscitera que très peu d'intérêt hormis le fait qu'il s'agit de la dernière apparition de James Gandolfini qui nous gratifie dans son ultime scène de ce regard sombre et inquiétant si caractéristique de l'acteur. Une mise en scène très classique et sans surprise pour un twist final qui manque cruellement de panache. A voir en version originale tant la voix française de Tom Hardy est si insupportable.
Il faut que Dennis Lehane se concentre sur ce qu'il sait faire de mieux, à savoir écrire de magnifiques livres que des scénaristes se chargeront d'adapter pour le cinéma. L'auteur a d'ailleurs publié un troisième opus de sa fresque historique des USA qu'il avait entamée en 2008 avec le magnifique Un Pays à l'Aube qui reste son dernier bon roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Thyuig
17 décembre 2014
Quand vient la nuit ressemble à s'y méprendre à une pause dans la bibliographie de Lehane, comme si l'auteur originaire de Boston avait eu besoin de faire le point sur le monde qui l'entoure en le regardant par la lorgnette qu'il reconnaît le mieux, c'est à dire celle de quartiers populaires du Boston contemporain.
Le roman tourne autour d'une poignée de personnages dont les vies sont toutes liées à la Crise, que ce soit au niveau du chômage ou bien à celui du logement ou des repaires communautaires et sociaux qui foutent le camp, Quand vient la nuit accable la société américaine des années 2010 de maux terribles : mafia, drogue, inculture, sauvagerie.
Le propos de Lehane est de tisser une belle histoire à partir de ces éléments. On est dans le polar alors autant parler d'un braquage, de deux barmans usés, d'un flic tout aussi perdu et d'une mafia Tchétchène visiblement omniprésente dans les grandes villes de Nouvelle-Angleterre.
Quand vient la nuit n'a pas la puissance d'Un Pays à l'aube ou la charge émotionnelle de Mystic River mais il convainc le lecteur par la justesse de ses situations et la richesse de son background, signe authentique d'amour entre son auteur et ses personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric7602 décembre 2015
Nadia était toute menue. Une cicatrice rouge foncé, irrégulière, courait en travers de sa gorge, évoquant le sourire d'un clown ivre. Elle avait un visage lunaire, grêlé, et des petits yeux tombants. Des épaules aux contours mal définis, qui semblaient se dissoudre au niveau des bras. Des coudes semblables à des canettes de bière écrasées. Ses cheveux blonds, coupés au carré, lui revenaient souplement vers les joues.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Eric76Eric7611 décembre 2015
Les rues étaient silencieuses quand Bob rentra chez lui. Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles.
Commenter  J’apprécie          260
bgnbgn30 août 2015
Il contempla une nouvelle fois les billets d’avion. Ça ne l’avancerait guère d’arriver à Bangkok le surlendemain sans un sou en poche… Au départ, il comptait emporter de quoi graisser suffisamment de pattes pour franchir la frontière du Cambodge, et ensuite descendre vers le sud du pays, où il se disait que personne ne penserait à le chercher. Il ne savait pas vraiment pourquoi il pensait que personne n’irait le chercher là-bas – juste que, s’il devait lui-même se lancer sur sa propre piste, le Sud du Cambodge serait l’un des derniers endroits au monde où il songerait à regarder. Le tout dernier, ce serait vraisemblablement un pays comme la Finlande ou la Mandchourie, où il faisait un froid de canard – et peut-être aurait-il été mieux inspiré de choisir un de ceux-là, mais il avait connu tellement d’hivers épouvantables en Nouvelle-Angleterre qu’il était presque certain que sa narine droite, et sa couille gauche, étaient définitivement HS pour cause d’engelures. Alors, pas question d’aller vivre dans une glacière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Eric76Eric7605 décembre 2015
Bob lui tendit un torchon, qu'il pressa sur le côté droit de son visage, transformé en masse sanguinolente de chair à vif du coin de l'œil à la commissure des lèvres.
" C'est moche ? demanda-t-il ?
- Pas trop, prétendit Bob.
- Tu t'en sors bien, renchérit Marv.
- Non, je suis sûr que c'est moche.
- C'est moche ", confirmèrent Bob et Marv.
Commenter  J’apprécie          130
rkhettaouirkhettaoui10 novembre 2014
Il voyait le ciel nocturne se prolonger vers l’espace, et l’espace se prolonger jusqu’à l’infini, avec des myriades d’étoiles partout, disséminées dans le noir comme autant de diamants sur de la feutrine – et au sein de ce néant glacé, sans limites, il n’était qu’une mite. Même pas : il n’était que le souvenir d’une mite, une créature dont l’existence était passée inaperçue, tellement insignifiante qu’elle ne méritait pas de rester dans les mémoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Dennis Lehane (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dennis Lehane
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa première chronique, le 2 mars 2016, Fabien aborde l??uvre de Dennis Lehane.
Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur
La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : bostonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Complétez ces titres des romans de Dennis Lehane

"Un dernier verre avant ...

la fermeture'
de s'endormir'
la guerre'
le prochain'

8 questions
139 lecteurs ont répondu
Thème : Dennis LehaneCréer un quiz sur ce livre
. .