AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782841724406
52 pages
L'Atalante (21/08/2009)
3.81/5   54 notes
Résumé :
Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 54 notes
5
2 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Presence
  26 mars 2016
Ce tome est le premier d'une série indépendante, constituant une histoire complète en 6 tomes qui a bénéficié d'une réédition en intégrale La Brigade Chimérique, Intégrale. Il est paru initialement en 2009. Cette BD est coécrite par Serge Lehman & Fabrice Colin, dessinée et encrée par Gess (Stéphane Girard), avec une mise en couleurs réalisée par Céline Bessonneau. Dans les annexes de la version intégrale, Serge Lehman explique que son objectif était d'écrire sur la disparition des surhommes en Europe, pendant les années 1940. Il évoque également la prédominance du genre superhéros dans la production de bandes dessinées américaines, ainsi que l'entreprise de réhabilitation des personnages fantastiques de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle, réalisée par Alan Moore et Kevin O'Neill, dans la série de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Cela explique le format du récit : 2 chapitre d'une vingtaine de pages chacun, à l'instar du format mensuel des comics de superhéros.
Mécanoïde Curie - La scène introductive montre un individu en gabardine de SS qui repère un bâtiment avec la grille d'une conduite descellée dont sortent des cafards. Il regarde dans la conduite, et repositionne la grille après avoir écrasé un cafard entre ses doigts. En même temps, les cellules de texte comprennent des extraits de l'oeuvre de Friedrich Nietzsche. le reste de cet épisode est consacré à une réunion d'individus extraordinaires, organisée et présidée par le docteur Mabuse, le 30 septembre 1938, à Metropolis une ville fictive située en Europe Centrale.
La dernière mission du Passe-Muraille - le 16 mars 1939 à l'institut du Radium, le professeur Frédéric Joliot reçoit un document secret, remis par un enfant appelé Michel Joubert. Il va le remettre à Irène Joliot-Curie qui observe l'avancée des expériences du docteur Flohr sur l'homme élastique. Par la suite, François Dutilleul qui a la capacité de passer à travers les murs (ce qui lui vaut le surnom de Passe-Muraille), effectue une mission d'infiltration dans la base du Nyctalope pour le compte de Joliot & Curie.
Pour pouvoir apprécier ce premier tome, il vaut mieux que le lecteur soit conscient des intentions des auteurs, sans cela il risque d'être rebuté par cette forme inattendue et inhabituelle. Il y a d'abord ce choix de découper chaque tome en 2 parties distinctes pour simuler le format de 2 comics mensuels accolés. C'est un peu bizarre puisqu'il s'agit bien d'un album cartonné de 48 pages. le lecteur passe facilement outre cette particularité, en considérant qu'il s'agit de 2 chapitres dans une histoire plus longue. Il lui faut ensuite accepter de jouer le jeu des références à des personnages (et des auteurs) méconnus, voire obscurs. C'est effectivement un aspect ludique équivalent à celui que propose Alan Moore à la lecture de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires. On y retrouve d'ailleurs Thomas Carnacki, un personnage créé par William Hope Hodgson, apparaissant également dans les aventures de la Ligue. Pour pouvoir pleinement apprécier cette dimension de la lecture, il vaut mieux lire la version intégrale qui comprend un copieux addenda (32 pages) dans lequel Serge Lehman présente chacun de ces personnages.
Étant averti sur la nature du récit et sur l'intention de l'auteur, le lecteur (qui en vaut maintenant 2) peut lire ces 2 premiers épisodes en toute connaissance de cause. En particulier il a conscience qu'il ne s'agit que de 2 chapitres (en fait un prologue et le chapitre 1) dans un récit complet qui en compte 12 (prologue et épilogue compris). La séquence d'ouverture montre un surhomme nazi non identifié constatant la présence de cafards. La scène principale de ce prologue permet de comprendre d'où proviennent ces cafards, et de les rattacher à Gregor Samsa (personnage principal de la métamorphose de Frantz Kafka). La dimension ludique de reconnaître les références commence donc dès le début. La réunion organisée par le docteur Mabuse comprend de nombreux invités européens, mais aussi américains dont certains noms sont modifiés pour ne pas risquer les foudres des corporations en détenant les droits de propriété intellectuelle. L'épisode 1 change un peu de registre pour ce qui est des références, évoquant plus des auteurs de l'époque, ainsi que le mouvement surréaliste et ses artistes.
Comme pour la Ligue des Gentlemen Extraordinaires, le lecteur peut trouver cette avalanche de références obscures futile, parce qu'il s'agit de personnages ou d'auteurs que la postérité n'a pas retenus, parce qu'il ne lira jamais rien de tout ça. Vu sous un autre angle, il peut également apprécier cet élargissement de sa culture en la matière qui plus est présenté sous la forme ludique et divertissante d'une bande dessinée. Il plonge alors dans un complot à l'échelle mondiale, dont l'auteur lui révèle des bribes parcellaires. Dans le même temps, il apprécie le spectacle des pouvoirs surprenant de ces individus, les merveilles technologiques issues de l'anticipation (tendance radiumpunk, c'est-à-dire une variante du steampunk à partir du radieum plutôt que du moteur à vapeur). Il prend chaque séquence comme la pièce d'un vaste puzzle, mêlant exposition de l'intrigue, et action spectaculaire.
Pour mettre en images cette histoire ambitieuse, les coscénaristes ont embauché un artiste dont les dessins ne payent pas de mine : traits de visages grossiers, aplats de noir hasardeux, découpage des pages un peu chargé (jusqu'à 16 cases par page), arrière-plans à la qualité très fluctuante (variant de perspectives complexes d'une rue parisienne vue du ciel en diagonale, à une absence d'arrière-plan). Il faut donc un peu de temps au lecteur pour se mettre au diapason de cette narration visuelle qui ne rentre pas dans les canons habituels de la bande dessinée franco-belge (ni des comics).
La première séquence évoque vaguement Mike Mignola avec de gros aplats de noir. le lecteur y apprécie le détail des façades et le pavage de la rue. Par la suite il apprécie la capacité de l'artiste à évoquer les rues parisiennes et leur ambiance, à créer une salle monumentale dans le repaire du Nyctalope. Par contraste, il reste un peu déconcerté quand Gess n'arrive pas à transcrire une texture pour les sols foulés par les personnages, qu'il s'agisse de la grande salle où le docteur Mabuse tient sa conférence, ou de celle de la base du Nyctalope. Il est très impressionné par la densité de détails des cases. En particulier lors de la conférence de Mabuse, il y a de nombreux invités que Gess représente un à un, en dessinant leurs particularités physiques à chacun. Il sait transcrire la posture ou le détail qui permet de reconnaître aisément la carrure imposante de l'homme d'acier, ou encore le foulard et le chapeau de feutre de Lamont Cranston. Il est tout aussi efficace pour évoquer les oeuvres des surréalistes ou des affiches d'époque (celle de Fantomas par exemple).
Le lecteur apprécie également la mise en scène des moments d'action. Par exemple, dans le prologue, Andrew Gibberne (dit l'Accélérateur) court à une vitesse surnaturelle entre les invités qui écoutent le docteur Mabuse. Les 4 cases correspondantes montrent sa progression en vue de dessus, rendant manifeste cette performance physique, sans pour autant utiliser les conventions graphiques des comics. Ainsi la narration visuelle atteste bien la spécificité européenne de ce haut fait. La demi-douzaine de pages consacrée à l'infiltration du Passe-Muraille est tout aussi fluide et gracieuse, à nouveau sans rapport avec une narration américaine qui aurait usé d'angles de vue plus dramatiques, et d'un rythme plus syncopé.
Ce premier tome constitue une expérience de lecture déroutante. La narration de l'intrigue est décousue, morcelée par ce découpage en 2 chapitres. Arrivé à la fin de ce premier tome, le lecteur se rend compte que la situation de la fin du prologue est restée sans résolution alors que les héros se préparaient à affronter les forces du docteur Mabuse, et pourtant le chapitre 1 se passe 6 mois plus tard. La narration de Lehman & Colin est factuelle, sans laisser beaucoup de place aux émotions, au ressenti des personnages. de ce fait le lecteur n'a pas la possibilité de s'attacher à l'un ou l'autre, de s'identifier avec un de ces individus, tous réduits à l'état de dispositifs narratifs servant l'intrigue. de la même manière, le découpage des pages sans cesse changeant induit un rythme de lecture heurté, alors même que Gess n'utilise que des cases en rectangle parfois en gaufrier, parfois de taille irrégulière d'une ligne à l'autre.
Ce premier tome constitue également une expérience de lecture fascinante car le lecteur saisit que l'intrigue est de grande ampleur, qu'elle s'insère à la fois dans la grande Histoire, mais aussi dans celle de la culture populaire de l'époque dont Serge Lehman est un expert en la matière. L'intrigue abonde en mystères et présente une forte dimension ludique, incitant le lecteur à essayer d'assembler les pièces du puzzle pour se repérer au milieu de cette foule de personnages. Les images montrent des personnages tout aussi mystérieux et décidés, évoluant dans de riches environnements, dans des reconstitutions historiques à fort intérêt touristique. Chaque page place le lecteur dans un endroit étrange, légèrement décalé, avec une forte consistance. En tant qu'album de bande dessinée pris pour lui-même, cette lecture est insatisfaisante, malgré les qualités des auteurs. 3 étoiles. En tant que premier album d'une série, il est impossible de résister à la curiosité qu'il génère, et le lecteur n'a plus qu'une envie : de connaître la suite, de rencontrer d'autres individus étranges, de comprendre ce qui se trame, et de déchiffrer les stratégies des différentes factions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
stephanerenard
  18 août 2021
Il fallait y penser: une histoire alternative de super héros européens dans les années 30 du XXeme siècle au moment où les volontés impérialistes se dessinent en Europe.
Il fallait oser les personnages complètement décalés: Severac qui se divise en 4 personnalités, les pouvoirs du radium, les super criminels comme le Dr Mabuse, hypnotiseur allemand qui tient lieu de figure de Hitler, et d'autres monstres incarnant le fascisme italien et le franquisme.
Du côté des héros, on trouve le Nyctalope (qui aura droit à une prequel/spin off avec l'oeil de la nuit), et surtout Marie Curie à la tête de l'Institut du radium qui joue le rôle d'une sorte de mentor comme le Pr Xavier.
La plupart des personnages sont des clins d'oeil à une littérature populaire tombée en désuétude comme ces héros sont appelés à le devenir également au profit des super héros americains
Inutile de le nier, l'histoire est difficile à suivre, et la lecture est assez exigeante, comprenez qu'on n'y comprend rien, mais à travers toute cette confusion sans doute liée au côté prolifique de l'oeuvre, c'est un univers aussi fascinant que décalé qui s'offre au lecteur ébahi.
Rien de mainstream dans cet ouvrage, pas une once de concession au commercial ni dans le scénario ni dans le dessin. On est dans de la bande dessinée indépendante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
croix59
  18 janvier 2022
Idée géniale : comment des super héros sont nés en Europe (avant les américains) dans les tranchées de la guerre 14 18. Marie Curie qui travaillait sur l'arriere, va aider ces soldats gravement blessés par les armes nouvelles et les gaz,qui vont développer des super pouvoirs qu'ils ne savent pas maitriser. Psychoses diverses et variées, ces hommes soldats sont profondément perturbés. Marie et quelques scientifiques connus vont les aider et aussi en profiter pour faire des expériences pour faire avancer la science. Pour une Marie Curie en France, il y a aussi un docteur Mabuse en Allemagne. Dans ces histo ires nous allons suivre Severac, en coma dépassé pendant quelques années avant de se réveiller en 1934 et de s'apercevoir que son super pouvoir est d'avoir rendu physique des entitées psychiques sorti tout droit de son imagination et du blason de sa bague familiale.
Marie puis le Nyctalope, chargé de la protection de la France, ainsi que quelques surhommes se sont chargés de protéger l'Europe. Mais ils doivent faire face aux nazis et leur allié le docteur Mabuse tandis que les russes promeuvent le groupe sans pouvoirs et les robots. Ceci est un rapide résumé de la situation en 1939 quand commence le premier tome. Les nazis se préparent à la guerre. En face, c'est la désunion. Frédéric et Iréne Jolliot Curie décident avec Severac de tenter une opération de la dernière chance. Intrigue follement intéressante mais parfois très confuse (trop) qui alterne les séquences sans qu'il y ait une cohérence immédiate. Il faut persister pour comprendre ce qu'il se passe. Un personnage surnage, Severac, perturbé, candide découvrant son nouveau physique, scientifique mais moins fou (malgré ses problèmes psychiques) que ses collègues qui n'hésitent pas à utiliser les hommes comme cobayes. Avis mitigé sur ces 6 tomes, foisonnant mais pas tout à fait abouti (les suites ou préquels seront d'un nettement meilleur niveau).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
maltese
  29 avril 2011
Serge Lehman et Fabrice Colin nous concoctent dans cette série un scénario qui recyclent quelques grandes figures de la littérature populaire couplées à des personnages historiques: ainsi se côtoient ici les Joliot-Curie et le Passe-muraille, André Breton et le Nyctalope, le Golem, le docteur Mabuse... Tous y sont (au moins potentiellement), et l'on y croise même un certain super-héros américain (d'adoption).
Les auteurs ont même personnifié La Phalange espagnole.
Dans ce premier tome, on trouve le prologue et le premier chapitre de la série, qui compte dix épisodes en tout (et se décline également en jeu de rôle).
Une oeuvre en forme d'hommage à la littérature populaire de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, qui suit les traces notamment d'Alan Moore et Kevin O'Neill avec leur Ligue des gentlemen extraordinaires, de Xavier Mauméjean et sa Ligue des héros, ou encore, précurseur de l'ensemble, de Philip Jose Farmer et son Wold Newton.
Commenter  J’apprécie          51
Scrat
  11 août 2012
Sur ce premier tome, je me permet de faire une critique de toute la série.
Magistral.
L'histoire est très prenante. On a des réponses régulièrement, mais de nouvelles questions aussi, qui tiennent le suspens jusqu'au bout sans jamais que l'histoire ne soit incompréhensible.
La plupart des personnages sont attachants. Jamais totalement bons ou mauvais. Même Mabuse, qui est angoissant au possible, est intéressant car sa logique n'est pas négligée et ne se résume pas à "Haha je vais détruire le monde". Loin s'en faut.
On prend une claque à la fin et on met un moment a s'en relever. Bref c'est une réussite.
Si je devais trouver un défaut je dirais que les personnages présentés sur la page de garde de la BD peuvent induire en erreur. On ne comprend pas vraiment l'utilité de certains et il semble en manquer d'autres.
Autant dire que c'est vraiment un détail au milieu de tant de qualités.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
VanceVance   10 avril 2010
Dédicace : Pour J.-H. Rosny, H.-G. Wells, Jean de la Hire, Evegueni Zamiatine, Fritz Lang, Giovanni Papini, Jean Ray, Régis Messac et tous les anciens de l’Hypermonde.
Commenter  J’apprécie          20
DerfuchsDerfuchs   16 avril 2019
Ce qui nous distingue des princes antiques, c'est que nous tirons notre puissance de la science plutôt que de l'hérédité.
Commenter  J’apprécie          20
alouettalouett   21 juin 2010
J'ai vu aujourd'hui un homme sublime. Un homme solennel, un pénitent de l'esprit. Comme mon âme s'est ri de sa laideur
Commenter  J’apprécie          20
alouettalouett   21 juin 2010
La Guerre est comme une chambre ardente. Quand elle s'ouvre, je n'ai que mes chimères pour me protéger
Commenter  J’apprécie          20
Erik_Erik_   03 septembre 2021
Je le leur reproche moins que la propagande qu'elles se croient obliger de me servir à la place.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Serge Lehman (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Lehman
Saint Elme 2
autres livres classés : uchronieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4534 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre