AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841724743
Éditeur : L'Atalante (15/09/2009)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Walktapus
  28 septembre 2014
Bonté divine ! Toute la population pulpique et cinématographique européenne d'avant guerre s'est donné rendez-vous dès la deuxième scène du tome 1, avec quelques guest stars américaines en prime. A tel point que j'avais l'impression que le scénario allait allumer tous ses pétards beaucoup trop tôt, mais non.
C'est devenu très tendance de jeter des personnages d'univers littéraires différents dans un même creuset pour les faire interagir (y compris dans les séries : je vous conseille Penny Dreadful). Mais ici il s'agit de personnages populaires des années 20 et 30, pour beaucoup oubliés, surtout ceux qui proviennent de la littérature, et en nombre incroyable !
C'est presque un test. Je connaissais le Nyctalope (mais c'est dur à placer dans un dîner) ou the Shadow (sa figurine de wargame existe chez Pulp Figures), mais je n'avais jamais entendu parler de l'Accelerator (H.G. Wells pourtant) ni de Félifax (Paul Féval... fils ?) ni de Gog (kezako ?). Et en effet on se demande ce qu'est devenue tout cette population littéraire après guerre.
Et ça va plus loin : ils vous mentionnent du Cornelius, du Lerne ou du Judex presque à toutes les pages... entre Marie Curie et Salvador Dali. On voit passer d'autres personnages subrepticement (Musidora ?).
Ca m'a fait penser au Wold Newton de P.J. Farmer (super site à visiter sur la partie française ici : http://coolfrenchcomics.com/wnu4.htm ) mais ça va bien plus loin puisque c'est carrément un univers parallèle qui est présenté. le Nyctalope a pris le pouvoir en France, tandis que Hitler n'existe pas (ou se cache), remplacé par... le docteur Mabuse. Mais on a gardé la croix gammée et l'uniforme nazi. Pas de bon univers pulp sans les nazis. Surtout quand ils ont une tête de mort.
La brigade chimérique est aussi un hommage à George Spad, pseudonyme de l'auteure de l'homme chimérique dont la parution a débuté en 1919. Elle a en effet été en contact avec André Breton et les surréalistes avant d'écrire pour Jean de la Hire. ( http://georgespad.hautetfort.com ) Sauf que... ça ressemble furieusement à un gros canular. le quatuor de la brigade chimérique serait donc un élément orignal camouflé en référence. Par contre Palmyre, c'est une héroïne de Renée Dunan qui, elle, a été en relation avec les cercles surréalistes.
Bref le premier intérêt de cette série, c'est peut-être le plaisir de la découverte de toutes ces références, nombreuses, extrêmement nombreuses, parfois subtiles, qui peuvent donner envie de lire d'autres choses (l'homme élastique, de Jacques Spitz, a l'air bien rigolo). le second c'est le scénario très bien ficelé, non dénué d'humour au second degré.
Côté dessins, on dirait un autre dessinateur que le Gess de Carmen McCallum. le trait est un peu gros, pas toujours précis. Les arrière-plans sont souvent sacrifiés. Les grosses ombres en encrage ne se prêtent pas trop à la colorisation, je trouve. Mais rien à redire sur l'univers graphique, la composition des scènes.
Allez faut que j'aille emprunter les suivants maintenant...
(Avis sur les tomes 1 et 2)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
Presence
  26 mars 2016
Ce tome fait suite à Mécanoïde Curie - La dernière mission du Passe-Muraille (prologue et épisode 1) qu'il faut avoir lu avant. Il contient les épisodes 2 & 3, initialement parus ensemble sous la forme d'un album catonné en 2009, coécrits par Serge Lehman & Fabrice Colin, dessinés et encrés par Gess, avec une mise en couleurs réalisée par Céline Bessonneau. Cette histoire a bénéficié d'une réédition en intégrale La Brigade Chimérique, Intégrale agrémentée de précieuses et volumineuses notes de Serge Lehman.
Chapitre 2 : Cagliostro - Jean Séverac est tiré de son sommeil par toujours le même cauchemar, 4 entités indistinctes qui se répondent dans son esprit. le 18 mars 1939, Théo Sinclair (Le Nyctalope / l'Oeil de la nuit) intervient sur l'esplanade de Vincennes, avec ses agents du CID, pour capturer l'homme élastique (créé par le docteur Flohr). de son côté, George Spad se rend à l'hôpital américain pour rencontrer le docteur Séverac. Comme le titre l'indique, Giuseppe Balsamo (comte de Cagliostro) fait une apparition.
Chapitre 3 : la chambre ardente - À l'institut du radium, Irène Joliot-Curie montre quelques vieilleries à son frère Frédéric Joliot. Ils sont interrompus par la visite de Jean Séverac. Ce dernier leur montre une peinture représentant la Brigade Chimérique. Ils évoquent des légendes de la Grande Guerre : les anges de Mons, le dirigeable noir, la vierge des barbelés, un ours (le Baron Brun), un archange (le soldat inconnu), une infirmière fantôme (Matricia) un homme squelette (le docteur Sérum).
Après la lecture du premier tome, le lecteur a bien assimilé le principe de la narration : évoquer une multitude de héros populaires (pour la plupart oubliés, ou au mieux méconnus), dans une intrigue de grande ampleur inscrite dans L Histoire, et plus particulièrement l'approche de la seconde guerre mondiale. Avec ce deuxième tome, il commence par constater que les coauteurs continuent de parsemer leur récit de ces personnages qui ont laissé une empreinte durable dans l'inconscient collectif, même si le grand public n'a pas retenu leur nom. C'est ainsi qu'il voit surgir Cagliostro et qu'il voit revenir l'homme élastique. En fonction de son inclination, il les approche comme des personnages prêts à l'emploi piochés pour les besoins de l'intrigue. Il apprécie leurs particularités et leur diversité. Il peut aussi concevoir leurs apparitions comme une occasion facilitée pour se renseigner à leur sujet, soit grâce aux présentations fournies, incluses dans l'édition intégrale, soit en se renseignant, par exemple, dans une encyclopédie en ligne.
Le récit tient sa promesse de montrer des surhommes en action. le lecteur éprouve le plaisir de voir le Nyctalope entrer en action avec son organisation le Comité d'Information et de Défense (CID). Il est enfin possible de voir pourquoi ce monsieur d'une taille inférieur à la moyenne est considéré par les autres personnages, comme un individu avec qui il faut compter. C'est également l'occasion d'avoir quelques aperçus de la super-science à l'oeuvre, en particulier le halo supernoir. Lehman & Colin piochent donc dans la littérature populaire et ramènent des trésors d'inventivité débridée. Un lecteur rationnel n'y verra peut-être qu'une forme d'imagination enfantine. le lecteur amateur de littérature de l'imaginaire fond devant Palmyre (une héroïne métafictionnelle, tératophile et lesbienne, dixit Lheman) et la forme de la manifestation de ses pouvoirs.
Ce deuxième tome apparaît très dense en matière d'intrigue. La Brigade Chimérique est évoquée, ses membres sont nommés, et son historique est partiellement dévoilé. La position du docteur Mabuse sur l'échiquier politique est précisée. La nature des relations entre les Curie et Théo Sinclair devient plus claire. le groupe Nous Autres est à nouveau mentionné. Avec ces 2 épisodes supplémentaires, le lecteur commence à discerner qui sont les principaux personnages, à savoir ceux dont les apparitions sont récurrentes d'un tome à l'autre : Jean Séverac, George Spad, Irène & Frédéric Curie, Théo Saint-Clair, Michel Joubert (le jeune garçon qui apportait un livre à signer à Irène Joliot-Curie dans le premier tome). Comme dans le tome précédent, ces personnages sont plus définis par leurs actions, que par leurs sentiments. Cette forme de narration maintient une distance entre eux et le lecteur, puisque ce dernier ne peut pas ressentir d'empathie pour des individus qu'il ne voit que de l'extérieur.
De la même manière, le lecteur a observé les particularités graphiques des dessins de Gess et il sait à quoi s'attendre. Les traits restent parfois un peu imprécis. Certains semblent un peu tremblés, un peu baveux, comme si le papier avait absorbé un peu trop d'encre, en rendant le contour imprécis. La gestion des arrière-plans s'est améliorée, c'est à dire que quand ils sont vides, cet état de fait est justifié par la nature de la séquence. Une fois acceptés ces traits hésitant entre la délimitation précise, et le coup de pinceau un peu pâteux, le lecteur apprécie mieux les autres particularités des dessins. Cela commence avec les personnages qu'il reconnaît au premier coup d'oeil et qui disposent d'une forte identité graphique, sans être caricaturaux. Gess s'en tient à la description du Nyctalope dans les romans, ce qui lui donne une allure peu héroïque, et qui souligne son côté inquiétant, vu le respect dont bénéficie ce petit monsieur un peu empâté. Il retrouve avec grand plaisir George Spad avec sa silhouette élancée, et sa coupe garçonne.
L'apparence de Palmyre est très singulière avec sa grande tunique large. Gess la représente de telle sorte qu'elle constitue le trait d'union entre les personnages normaux, et l'apparence plus exagérée de Cagliostro. Jean Séverac présente une carrure impressionnante, sans être impossible. Il a des gestes et des comportements très normaux, avec une belle présence dans chaque page où il apparaît, même si les traits de contour un peu baveux aboutissent parfois à un modelé un peu imprécis de son crâne. Gess utilise à nouveau le dispositif consistant à ne pas dessiner de traits sur le visage des personnages éloignés, avec plus de pertinence que dans le premier tome. Les différents protagonistes évoluent sous les yeux du lecteur avec une apparence assez forte pour qu'ils en deviennent substantiels.
Le lecteur remarque que Céline Bessonneau maîtrise mieux ses techniques de mise en couleurs, ce qui aboutit à des dessins plus étoffés. Il remarque par exemple le bel éclairage bleuté de la pénombre de la chambre de Jean Séverac, ou encore la variation de nuances de la pelouse de Vincennes, le halo entourant les runes se manifestant autour de la grosse bestiole avec des tentacules, ou encore le discret motif imprimé sur le tissu du fauteuil du Nyctalope (à la dernière page de l'histoire).
Comme dans le tome précédent, Gess fait feu de tout bois pour adapter sa narration visuelle à chaque séquence. le découpage de chaque page est taillé sur mesure pour ce qui est représenté, d'un dessin pleine page, à 14 cases sur la même page. Au choix le lecteur peut éprouver une forme d'irritation à ces changements incessants de mise en page, ou au contraire les percevoir comme une manière de donner une identité graphique pertinente à chaque scène. L'artiste modifie également sa façon de dessiner en fonction du sujet de la scène. Il peut s'agir de dessins traditionnels avec des contours tracés à l'encre, ou de cases peintes (pour l'évocation de la Brigade Chimérique, soulignant ainsi qu'il s'agit d'événements inscrits dans L Histoire). À de rares occasions, le lecteur décèle aussi des photographies retouchées pour des éléments historiques.
Le scénario contient aussi bien des scènes de dialogue, que des scènes d'action. À chaque fois, Gess conçoit une mise en scène adaptée. La scène de réveil de Jean Séverac est calme et contemplative. La scène d'intervention du Nyctalope et du CID contre l'homme élastique fait bien ressortir l'étrangeté du halo supernoir. La page où George Spad se plonge dans le dossier de Jean Séverac présente une structure originale qui permet aux coscénaristes d'insérer toutes les nombreuses informations, tout en gardant un attrait visuel à la page qui montre bien plus que ce que raconte le texte. L'évocation de la Brigade Chimérique sait lui conférer un aspect mythologique et légendaire, avec une conviction charmante.
En prenant un peu de recul, le lecteur s'aperçoit également que les coscénaristes font plus que manier une intrigue ambitieuse, avec des personnages hauts en couleurs. En repensant à Palmyre, il constate qu'ils ont bien repris sa dimension métafictionnelle puisque cette femme intervient pour apporter son aide à George Spad (Renée Dunan) qui est sa créatrice, la romancière qui a créé ce personnage fiction. le lecteur peut y voir l'auteur sauvé par son personnage, c'est-à-dire comme Lehman et Colin sont mis en avant auprès du lecteur en tant qu'intermédiaires mettant en valeur une ribambelle de personnages. Ce sont ces derniers qui fournissent matière aux auteurs pour réaliser un ouvrage leur permettant d'exister aux yeux du public.
En tout état de cause, ce deuxième tome confirme la très bonne impression du premier, avec une prise d'envergure de l'intrigue bien menée, des évocations savoureuses de personnages oubliés, et une narration graphique qui gagne en qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
maltese
  21 mai 2011
On trouve dans ce volume les épisodes 2 et 3.
Apparaissent ici un nouveau "super-vilain" en la personne de Cagliostro, mais aussi et surtout la Brigade chimérique elle-même, quatre super-héros "contenus" dans le Dr Séverac.
La série continue son hommage à la littérature populaire avec les nombreuses références et clins d'oeil indispensables et lorgne vers le comic book. Les auteurs construisent un univers uchronique passionnant, qui opposent différentes factions aux buts va... Lire la suite
riés; ainsi petit-à-petit l'ensemble s'enrichit et les liens entre les personnages s'étoffent et deviennent plus subtils.
Je regrette juste le goût de trop peu de l'ensemble.
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  20 août 2010
"J'ai vu aujourd'hui un homme sublime. Un homme solennel, un pénitent de l'esprit. Comme mon âme s'est ri de sa laideur" . C'est avec cette phrase que nous entrons dans le prologue de la Brigade Chimérique.
Septembre 1938. le rapport de force existant en Europe est semblable à celui de la Seconde Guerre Mondiale. Deux clans s'observent du coin de l'oeil : Anglais / Français d'un côté (aidés des Américains), de l'autre Allemands / Italiens / Espagnols.
Quant à "Nous Autres" , les Soviétiques, ils auraient plutôt tendance à fricoter avec les Alliés qu'avec les Méchants (unis sous l'emblème des Nazis).
La donne est différente sur quelques points : l'utilisation de gaz et d'armes à rayons X sur les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale a donné naissance à des mutants, des hommes dotés de super-pouvoirs.. mais aussi à l'ère de la super-science.
Chronique de la période qui a précédé l'extinction des super-héros en Europe…
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Serge Lehman (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Lehman
Serge Lehman vous présente son ouvrage "L'homme gribouillé" aux éditions Delcourt.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2150706/serge-lehman-l-homme-gribouille
Notes de Musique : Free Musique Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : pulpVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3498 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre