AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756096253
Éditeur : Delcourt (17/01/2018)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 176 notes)
Résumé :
A 40 ans passés, Betty Couvreur vit dans l'ombre de sa mère Maud, auteur de livres pour enfants. Pourtant, depuis des années, Maud subit l'emprise d'un terrifiant maître-chanteur, Max Corbeau. Betty l'apprend et se retrouve projetée dans une quête des origines en compagnie de sa propre fille, Clara. Voyage initiatique au pays des monstres et des merveilles avec au bout, peut-être, un secret venu du fond des âges.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  12 février 2019
Le talent de scénariste de Serge Lehman ne faisait aucun doute pour moi depuis ma lecture de la superbe série « Metropolis ». Quant à Frederik Peeters j'avais pu apprécier son dessin splendide sur « l'odeur des garçons affamés » et sur une des meilleures histoires courtes du recueil « le jour où ça bascule ». Ces deux grands noms réunis, voilà qui avait de quoi m'attirer. Ajoutez à cela une couverture magnifique et un titre intrigant… J'aurais dû me jeter dessus dès sa sortie. Et pourtant, ça n'a pas été le cas. Un je-ne-sais-quoi refroidissait mon enthousiasme. Peut-être l'engouement général autour de l'album… Ce type de dithyrambe collectif a en effet tendance à susciter ma méfiance. Quelques mois après, j'ai tout de même décidé de me faire ma propre opinion.
Au début de ma lecture, j'ai eu de gros doutes. Malgré un personnage principal immédiatement attachant, j'ai trouvé le début pas franchement réussi, un peu poussif, l'intrigue peinant à démarrer. Puis, au fur et à mesure que les différents éléments se mettaient en place, j'ai été happée jusqu'à finalement ne plus pouvoir lâcher le bouquin. le scénario est bien construit et le mélange des genres fonctionne à merveille. le fantastique n'est pas présent dès le départ mais vient peu à peu contaminer le récit. Cela donne un ton plein de mystère, parfois oppressant. Certaines scènes sont redoutables d'efficacité tant la tension est palpable, d'autres distillent une touche poétique très agréable.
Les personnages sont bien campés et leurs relations crédibles et intéressantes. D'ailleurs, les rapports mères-filles sont le coeur du récit et le façonnent. le récit tourne aussi largement autour du thème des croyances, des légendes et de la façon dont elles affectent la vie des gens. « L'homme gribouillé » a beau être un formidable thriller fantastique, il reste centré sur l'humain, ce qui contribue largement à son charme.
Quant au dessin, Peeters fait encore une fois du très bon travail. le trait est beau et élégant, paradoxalement à la fois réaliste et épuré. le découpage et les cadrages sont des modèles d'efficacité. le noir et blanc est profond et dégage beaucoup de force.
Bref, après une petite frayeur au démarrage, j'ai passé un très beau moment de lecture avec cet « homme gribouillé » qui méritait bien l'engouement général dont il a fait l'objet. A la fois belle, riche et profonde cette B.D vaut le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
kateginger63
  21 mai 2018
Un drôle d'oiseau planant dans le brouillard du Jura
*
J'ai choisi cette BD notamment pour l'auteur. Serge Lehman. Appréciant certains de ses romans.
La couverture: un personnage mi-homme, mi-corbeau me faisant penser aux médecins du 16e siecle, ceux qui soignaient la peste (masque).
*
Un ouvrage dense de 328 pages. le dessin est en noir & blanc. le trait est net, précis et non avare de détails.
Certains dessins ressemblent à des photographies (notamment les scènes dans le Jura, dans la campagne).
*
Le thème? Esotérique, intrigue policière, recherche de généalogie, fantastique, légende urbaine,horreur, historique...
Quel petit bijou de fantaisie. J'ai vraiment accroché depuis le début. J'ai tourné les pages avec un réel plaisir. Comme Betty et sa fille, j'ai voulu connaître leur histoire de famille. (un clan exclusivement féminin).
La sensation de pluie qui est partout, elle colle à la peau des personnages. Ce gris, ce noir si glauque qui transperce dans chaque mouvement. Qui scie littéralement les corps humains. (petit spoil!).
*
Une atmosphère onirique et surnaturelle qui donne un twist à l'ensemble. La fin est assez abrupte, je n'ai pas bien compris l'histoire du corbeau (attention spoil). Il doit me manquer un élément dans le fil de l'intrigue, peut-être.....
*
La quatriéme de couverture parle d'un "secret vieux comme le monde", mais là encore je n'ai pas bien saisi. Ou alors, est-ce une ouverture qui propose une suite à cet opus?
Mais, hormis cette fin, j'ai savouré chaque case, chaque script, chaque paysage croqué (l'auteur a dû faire des repérages dans le Jura).
Je le conseille à tous ceux qui aiment cette ambiance à la Tim Burton et aussi aux amateurs de récits fantastiques/fantasmagoriques.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
jamiK
  15 octobre 2018
J'ai toujours un peu de mal avec le dessin de Frederik Peeters que je trouve trop léché, trop minutieux. J'aime quand il part dans le fantastique, son personnage corbeau est extraordinaire, les incursions dans les rêves sublimes, mais je le trouve trop laborieux dans les passages réalistes, d'une rigueur qui nuit à l'évasion, un manque de liberté, et c'est ce que j'ai ressenti à la lecture de cette bande dessinée. J'ai eu du mal à me laisser embarquer, à m'attacher aux personnages. L'ensemble est pourtant de qualité et bien consistant, plus de 300 pages, le scénario solide de
Serge Lehman tient la route, le fantastique s'insère dans l'histoire progressivement, tout va crescendo, mais dommage que ça manque de légèreté, de poésie, de dérapages, le sujet s'y serait bien prêté. L'homme gribouillé aurait mérité un peu plus de gribouillages. du coup, je reste un peu sur ma faim après cette lecture.
Commenter  J’apprécie          190
Lilo0606160616
  01 juillet 2018
"L'homme gribouillé" est une bande-dessinée dense de plus de 300 pages ce qui la rend déjà plutôt originale. On s'attend à découvrir une BD couleur et, surprise, l'intérieur nous présente des pages entièrement en noir et blanc, avec parfois des planches sans dialogues. [Lire la suite]
Petit topo sur l'histoire : Paris 2015, temps pluvieux et repas familial. Maud Couvreur, sa fille Betty, Clara sa petite-fille et Jasmine, son amie, sont réunies autour d'un repas au travers duquel les caractères des unes et des autres se font déjà ressentir. Betty Couvreur (Singer) est une femme un peu perdue qui semblent multiplier les conquêtes et qui élève seule sa fille, Clara. Elles vivent chez Maud, la grand-mère, depuis quelques temps du fait d'un dégât des eaux. Un soir, un homme étrange, masqué, vêtu de plumes noires et à l'allure effrayante, se présente de façon abrupte comme étant Max, et réclame un mystérieux paquet que Maud devait lui remettre. Suite à sa visite, s'ensuit un lot de péripéties et d'interrogations sur le mystère du lien entre Maud et Max. Betty va entamer une quête de vérité autour de son enfance, de ses ancêtres et du mystère qui entoure cet homme-corbeau. Son enquête va également la mener sur les traces de l'homme gribouillé, dont on retrouve la physionomie au travers des dives dessins réalisés par les femmes de la famille Singer ...
Da façon générale j'ai été agréablement surprise par "L'homme gribouillé", je ne m'attendais pas du tout à un récit sombre, fantastique et parfois violent. Les personnages sont attachants, principalement Betty, la mère de Clara. Je trouve qu'elle est très bien dépeinte. D'un caractère plutôt fort, elle est victime de crise d'aphasie dès lors qu'elle rencontre un situation de stress. Son personnage est intéressant car totalement ancré dans la vraie vie, c'est à dire que l'on peut tout à fait s'identifier à elle et c'est plaisant de voir un personnage "imparfait". On voit également la relation d'avec sa fille évoluer au cours des pages. Elle apparaît comme une femme réservée, qui avoue difficilement ses sentiments mais dont les péripéties qu'elle va surmonter vont lui permettre de rassembler les pièces du puzzle qui manquent à sa vie et gagner en sérénité.
En revanche, plusieurs points de l'histoire restent flous. Il est par exemple question d'un certain Philippe au début de l'histoire, mais je me suis demandée qu'elle était sa place dans le scénario. Prétendu "flic", il a pourtant disparu aussi rapidement que ce qu'il était apparu. Il en va de même en ce qui concerne les liens entre le culte mérovingien, les papiers d'identités lors de la seconde guerre mondiale réalisés par un faussaire et le rôle exact de Max... serait-ce plusieurs histoires en une ? Certaines incohérences m'ont un peu laissée coi à la fin de ma lecture. J'ai pu lire sur le site des éditions Delcourt (lien ici) que les auteurs avaient été inspirés par le travail du photographe Charles Fréger, notamment par son ouvrage "Wilder Mann". Il est interessant de le notifier car on retrouve en effet cette inspiration au cours de notre lecture, inspiration qui apporte quelques réponses sur les cultes que l'on retrouve dans le scénario.
Au niveau des illustrations je les trouve vraiment agréables à regarder. Frederik Peeters et Serge Lehman ne s'attardent pas particulièrement sur les détails des objets mais prennent soin de donner la parole aux bruits, ce qui permet au lecteur de se fondre dans l'action, de se l'imaginer pleinement (par exemple le bruit d'une canette que l'on ouvre ou d'un briquet que l'on actionne). C'est un petit détail, qui pour ma part, à beaucoup jouer au cours de ma lecture, développant ainsi mon imagination.
Au niveau de Max le Corbeau, je trouve qu'il possède une allure maîtrisée, sa physionomie oscillant entre l'oiseau et l'homme est plutôt bien réalisée. On suit d'ailleurs sa transformation au cours du récit, transformation qui se réalise dès lors que sa colère gagne du terrain. Il est à noter également la beauté des paysages peints par l'illustrateur. Certaines pages sont sans dialogues et invitent le lecteur à se fondre dans le décor, décor que l'on voit également évoluer.
En conclusion, une bande-dessinée que j'ai trouvé originale, aux illustrations efficaces mais au scénario, qui manque parfois de cohérence (bien que l'on ressent un réel travail de recherche). Je pense qu'une deuxième lecture est nécessaire pour saisir le sens de tout le récit. Il y a beaucoup d'informations, des informations riches et intéressantes mais malheureusement pas suffisamment exploitées et pas suffisamment en lien entre-elles. Malgré un goût d'inachevé à la fin de ma lecture, je recommande quand même cette bande-dessinée qui nous happe de par son ambiance étrange et de par ses personnages attachants. Une BD bien mystérieuse ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
cristalya
  26 mai 2018
L'Homme gribouillé est le genre d'ouvrage vers lequel je ne me serais pas forcément tourné, mais que j'ai vraiment apprécié.
L'histoire nous emmène dans la vie de la famille exclusivement féminine des Couvreur, qui regorge de mystères tournant autour de l'aînée de la famille, Maud. Ce que va soudain découvrir Betty, ainsi que sa fille Clara, ce qui va s'ensuivre d'une quête sur les traces du passé de Maud. Mais ce passé semble plutôt étrange, puisqu'un homme-oiseau est à leur poursuite, sans empathie ni regret, à l'air plutôt dangereux.
On est vite emporté dans ce récit, dans cette quête exécutée par Betty et sa fille Clara, qui ne sera pas sans encombres. On découvre à leurs côtés des éléments sur leur mère et grand-mère Maud, des éléments qui leur fait se poser des questions sur leurs propres origines, sur leur histoire familiale et sur Maud elle-même. On est pris dans l'intrigue, à vouloir savoir les motivations de l'homme-corbeau, les mystères entourant la famille Couvreur, mais aussi les réponses aux questions qui arrivent par la suite. On est pris dans ce voyage, un peu initiatique, avec les deux femmes, mais nous aurons aussi quelques scènes avec le mystérieux homme-oiseau.
On pourrait penser au premier abord qu'il s'agit d'une histoire contemporaine sans aucun élément imaginaire, mais on voit vite que le fantastique et le fantasmagorique ont une place non négligeable dans le récit. On retrouve différents éléments de ce genre qui ponctue le récit, et font partie de quelque chose de grand, qu'on ne s'imagine pas encore dans les premières pages.
Les différents femmes que l'on suit sont attachantes, que ce soit Clara ou Betty, voire Maud. Betty est une femme seule avec sa fille sans réels liens sociaux, qui semble se rechercher. On ressent un malaise qui l'habite et qui s'invite même dans ses cauchemars. Clara, adolescente, semble encore innocente, pleine de joie de vivre, qui n'a pas connu de coups durs jusqu'ici, et qui a hérité de l'imagination débordante de sa grand-mère. Cette dernière, bien qu'on la voit peu, est attachante aussi à sa manière, particulièrement dès lors qu'on connaît les raisons des choix qu'elle a pu faire.
Ces femmes sont le centre de l'intrigue, tout tourne autour d'elles, du début jusqu'à la fin.
Les illustrations racontent à merveille cette histoire, toujours en noir, blanc et nuances de gris. Bien que je sois rarement attirée par l'unique noir et blanc dans les planches, cela correspondait parfaitement pour cette histoire. Elles étaient vraiment bien dessinées, avec des détails d'une finesse remarquable. On voyait notamment les animaux qui étaient superbes, mais aussi les petites marques de la vie qui passent, comme les rides. Cet ensemble crée une ambiance un peu étrange, mais aussi fantastique, en accord avec l'histoire, et nous permettant d'y plonger d'autant plus.
La fin résout la plupart des questions que l'on se poser durant le récit, et surtout explique le passé et les choix de Maud. On est spectateur de quelque chose qui semble presque irréel, complété par la dernière page. Mais malgré ça, il est vrai que certaines des questions restent sans réponse, notamment quelques-unes tournant autour de l'homme-oiseau, qui peut ainsi nous laisser avec un voile d'incompréhension lors de la dernière page tournée.

Pour conclure, j'ai franchement bien aimé cette histoire mais aussi les illustrations qui conviennent parfaitement au récit. Malgré quelques réponses qui restent malheureusement sans réponse, la fin répond en majorité à celles que l'on pouvait se poser, d'une manière fantasmagorique voire irréelle.
Une oeuvre que je recommande donc, bien qu'elle soit conséquente, tant au niveau des pages que du prix, achetée ou empruntée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (5)
Telerama   07 août 2018
Entre manga et roman graphique, la collaboration de Serge Lehman et Frederik Peeters explore la lisière du fantastique et entremêle ogres, légendes et psycho-géographie.
Lire la critique sur le site : Telerama
ActuaBD   28 mars 2018
L'année 2018 n'a certes commencé que depuis peu, mais cet album, paru fin 2017, est clairement ce que nous avons lu de mieux jusqu'à présent en 2018. Et il le restera sans aucun doute !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDZoom   29 janvier 2018
Que voilà un étonnant roman graphique, entre récit gothique fantastique, thriller au rythme insoutenable, et réflexion ou psychanalyse sur la transmission !

Lire la critique sur le site : BDZoom
BoDoi   24 janvier 2018
Un récit haletant, feuilleton intime trépidant qui offre sur plus de 300 pages de chouettes scènes familiales comme de stressantes séquences de violence déchaînée, avec toujours son lot de surprise.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   17 janvier 2018
Par sa richesse thématique et sa profondeur psychologique, l’ouvrage ressemble plus à un roman de Fred Vargas ou de votre romancier nordique favori qu’à une enquête de Ric Hochet. Plus sérieusement, L’homme gribouillé est une franche réussite, autant sur le fond que la forme.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   07 février 2019
Je ne veux pas paraître rude, hein, mais dans mon monde à moi, ce que vous racontez là, ce sont quand même des conneries de contes pour enfants! Vous réalisez Ça?!
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   07 février 2019
En fait, une fois qu'on a compris que quelque chose d'inhabituel s'était passé ici, on a étudié l'histoire du site.
Commenter  J’apprécie          10
MurielTMurielT   21 février 2018
ouaiiis ! je connais ça, Je l'ai étudié au lycée ! C'est l'histoire du grand rabbin de Prague qui crée un homme de glaise. Il fait sa statue. Il écrit un mot hébreu qui veut dire "vérité" sur son front, et le golem se met à vivre.
Et puis il efface la première lettre du mot et ça change son sens.
D'un coup, ça veut dire "mort"...
et le golem redevient une statue.
Commenter  J’apprécie          10
LadyDoubleHLadyDoubleH   28 juin 2018
Même le néant se croit vivant quand on lui donne un nom.
Commenter  J’apprécie          60
nathavhnathavh   26 juin 2018
Mais le néant se croit vivant quand on lui donne un nom.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Serge Lehman (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Lehman
Payot - Marque Page - Serge Lehman - L'homme gribouillé
autres livres classés : golemVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3265 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..