AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Sanchar31


Sanchar31
  11 octobre 2017
Waouh! Je ne connaissais pas Rosamond Lehmann. Comment la Grande-Bretagne peut-elle produire autant de grandes dames de la littérature? Il existe un moule?
Le style d'abord et surtout. Aucune trace de l'humour anglais. Rosamond Lehmann serait plutôt une héritière de Virginia Woolf. Sans parler de flux de la pensée, on a accès aux ressentis troubles des personnages, à l'ambiguïté de leurs émotions, aux erreurs de jugement sur les uns, les autres ou soi-même. Souvent plusieurs personnages se souviennent d'une même scène. Toute l'incommunicabilité humaine est sous-entendue sans être clairement énoncée: Les faits sont les mêmes mais l'analyse de la situation diffèrent à chaque fois, à supposer que l'on puisse appeler "analyse" cette porte entrouverte sur les souvenirs des personnages. L'auteur ne sort jamais de sa cachette pour nous dévoiler la vérité vraie. Rosamond Lehmann est aussi une héritière de Pirandello: "à chacun sa vérité".
L'histoire. Elle nous est présentée comme les retrouvailles de deux femmes, deux soeurs, qui ont aimées le même homme,mari de l'une, amant de l'autre. S'il est vrai que le roman commence ainsi, Madeleine et Dina ne sont pas les personnages principaux. Ricky l'est. Homme de grande séduction visiblement, mais présenté comme faible. Il épouse une femme trop parfaite et trop prévisible? Il tombe amoureux du mystère et de la liberté d'une autre. Il oscille entre les deux, se laisse manipuler et finit par céder par la pression sociale très bien incarnée par la mère de Madeleine et Dina. Et puis il y a Georgie, l'américaine, libre aussi, qui lui fait penser à Dina. Ils vivent des moments "vrais". Mais Georgie est la femme de son meilleur ami. Avec elle, il aurait pu peut-être? il pourrait ou pas? Si vous voulez savoir il faudra lire "le jour enseveli".
On pourrait croire à un mélo, pas du tout. Rosamond Lehmann en soubassement nous parle d'un monde qui s'effondre, celui où les relations hommes femmes étaient clairement établies. Elle nous montre les difficultés à s'arranger des nouveaux rôles qui se définissent (et nous sommes loin d'avoir achevé le processus), au désarroi des hommes et des femmes face à l'incertitude.
Ricky est un noble qui a perdu son père très jeune. Sa mère, un peu écervelée a laissé un proche de la famille, le meilleur ami de son père les déposséder. Ricky est un noble déclassé qui a vendu ses terres et épousé une bourgeoise. Il le vit beaucoup que ne le croit Madeleine et Dina, comme il le révèlera à Georgie. Il s'entend bien avec sa belle-mère. Cette dernière est présentée par Madeleine et Dina comme étant la femme qu'il lui aurait fallu: une femme d'un autre temps. Pas une femme qui joue les femmes modernes et artistes totalement névrosées alors qu'elle était faite pour une vie de famille comme Dina; pas une femme qui endosse le rôle de l'épouse traditionnelle bourgeoise et citadine comme Madeleine parce que c'est ce qu'on attendait d'elle. Ces deux femmes se sont tellement caricaturées qu'elles ont fini par perdre de vu leurs vrais désirs, avant de les retrouver sur le tard, après Ricky, sans Ricky. Non leur mère et sa mère avant elle, étaient des femmes qui sans en avoir l'air dirigeaient leur vie et leurs maris et acceptaient les faiblesses de ces derniers. le message serait très conservateur si Rosamond Lehmann pensait comme les deux femmes. Mais Je crois que Madeleine et Dina se trompent. Car sinon pourquoi Rosamond Lehmann nous présenterait Georgie? Georgie, l'américaine, plus ou moins tolérée dans la société anglaise, voit et accepte les faiblesses de Ricky. Elle a les siennes aussi mais elle est forte. Elle le comprend peut-être mieux que lui-même. Ce qui n'empêche les problèmes de communication, nous ne sommes pas dans un conte de fée ou tout est bien qui finit bien. Mais finalement Georgie et Ricky sont les personnages, le couple en devenir qui semblent le mieux assumer les changements sociétaux. Et pourtant... alors pourquoi cette fin Mme Lehmann?
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (3)voir plus