AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266041894
Éditeur : Pocket (12/02/1993)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Imaginez un monde antique et fabuleux, un monde de sortilèges et de joyaux, de crânes et d’épées affûtées. Au coeur de cet univers de légende : la cité de Lankhmar, dont les tours et les ruelles grouillent de brigands et de magiciens. C’est là que se sont rencontrés pour la première fois Fafhrd, barbare des déserts Froids, et le Souricier gris, dont les yeux malicieux luisaient de magie. Ils ne savaient pas encore que leur amitié serait plus longue que mille quêtes ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
RosenDero
  01 décembre 2017
Le Souricier Gris et Fafhrd ont vécu des grands aventures et le grand amour à Lankhmar. Mais la mort de leurs compagnes respectives les poussera à fuir cette cité et à chercher l'oubli, fut-ce dans la mort.
---
Ce tome 2 du Cycle des épées est en réalité composé de plusieurs nouvelles se suivant chronologiquement, se répondant parfois les unes aux autres, mais espacées de temps inconnus.
Impossible d'oublier ou de ne pas voir que Fritz Leiber fut un des précurseurs du genre, un ami d'H. P. Lovecraft et la source d'inspiration de nombreux auteurs qui suivirent (et là, je pense forcément à Pratchett qui en singera même le style).
Il s'agit d'une pièce de fantasy que je ne tenterai pas de qualifier (sword and sorcery ? dark fanasy ? heroïc fantasy ?) pour la seule raison qu'elle ne rentre à mon sens dans aucun moule, mais sera utilisée comme moule...
Des héros amoureux mais veufs, musclés ET intelligents, avec peur et reproches, bandits et égoïstes
Un monde sombre
Une magie maléfique
Des dieux et des cultes parallèles
De la perversion et des travers inavouables
Un peu de complotisme et de coups en douce, d'assassinats et de double jeux
Des Deux Ex Machina donnant à l'oeuvre une odeur de fresque épique
Des situations cocasses, à la limite du vau de ville
Un style littéraire hautement descriptif mais aux dialogues très vivants et aux pointes d'humour très appréciables
Des horreurs cosmiques dépassant l'entendement
Des citées englouties
Une critique du mercantilisme et de la consommation effrénée
...
Bref, c'est un mélange savamment orchestré de tout ce que la littérature de l'imaginaire peut nous apporter. Et c'est sans nul doute l'inspiration de beaucoup de ce qui suivra, y compris ces jeux à dés bizarroïdes nés dans les années 80 ^^.
Enfin, et puisque ces lectures se lient parfaitement entre elles, je dirai que les fans d'Howard et de Lovecraft trouveront des similitudes plaisantes ; et j'ajouterai que les fans de Pratchett y retrouveront des situations qui leur sembleront connues et qui ne sont donc pas sorties tout droit de son imagination mais de la parodie ou bien un brillant hommage (boutique surgissant d'un monde parallèle ; objet doté de pattes ; etc.).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
domisylzen
  15 janvier 2018
Les compagnes de Fafhrd et du Souricier gris sont décédées, les deux amis errent en évitant la cité de Lankhmar, qui leur rappelle de bien mauvais souvenirs. Leur périple est fait de soirées bien arrosée et de représentantes de la gente féminine à la cuisse légère. Leur pérégrination les emmènera vers des rivages inexplorés, promesses d'aventures et de fabuleux trésors.
Ce deuxième tome est fait d'une succession de nouvelles sans forcément trop de rapport entre elles. Parfois ce n'est ni les propos de Fafhrd ni ceux du Souricier gris mais la nouvelle est racontée par une tierce personne complètement étrangère jusqu'à ce moment du livre. La lecture n'en est plus que déstabilisante. Bien sûr les aventures de ce duo sont passionnantes mais le fait que chaque histoire ne dure qu'une petite vingtaine de pages en morcelle l'intérêt, c'est très difficile de se maintenir à flot. Certaines sont passionnantes d'autres lassent vite, de quoi décourager les amateurs de fantasy qui adore les grandes sagas.
J'étais parti pour lire les sept d'affilée mais je crois que je faire un break. Chaque nouvelle de cette série est comme un carré de chocolat : un ou deux de temps en temps et c'est le bonheur, trop c'est la nausée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Xapur
  03 février 2019
Épées et Mort se compose de 10 récits plus ou moins indépendants.
La première nouvelle, L'Eternel Retour, voit Fafhrd et le Souricier Gris quitter définitivement Lankhmar, suite aux événements tragiques qu'ils y ont vécu. Ils partent alors à l'aventure, non sans croiser deux personnages bizarres, Sheelba au Visage Sans Yeux et Nigauble des Sept Yeux, qui prophétisent chacun leur retour dans la Cité des Quarante Mille Fumées. Et bien entendu, après avoir fait une bonne partie du tour du monde de Nehwon, les deux héros retournent en ville…
Dans la seconde histoire, Les Joyaux dans la Forêt, ils poursuivent un trésor. Un mage fou a en effet déposé de grandes richesses sans protection dans une tour perdue. Mais le fait qu'il ait communiqué largement sur ses trésors est assez étrange. Une sympathique histoire avec des pièges atypiques.
Dans La Maison des Voleurs, les deux compères retournent dans ces lieux maudits, ayant été escroqués par un des bandits. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur les sous-sols de ce bâtiment décidément à éviter !
Sur le Rivage Désolé, les deux hommes font face à leur destin, emmenés là par une malédiction, un piège maléfique qui tente de les broyer.
La Tour qui Hurle attire les voleurs, et les utilise comme pitance pour tenir des monstres à distance. Une courte nouvelle qui flirte avec l'horreur.
L'Île Naufragée nous emmène en bateau, tandis que Fafhrd pêche un poisson ayant avalé une bague. Pillards, drakkars, cité engloutie sont au programme de ce récit mouvementé sur des mers plus ou moins ignorées…
Les Sept Prêtres Noirs n'aiment pas que l'on dérange leurs idoles, comme Fafhrd et le Souricier vont s'en rendre compte dans cette poursuite en rase campagne.
Les Serres de la Nuit lancent les deux compères sur les traces de voleurs aériens bien particuliers, qui terrorisent les dames de Lankhmar.
Dans le Prix de l'Oubli, les deux voleurs s'emparent d'une maison ! Un petit pavillon de chasse, qu'ils ont la bêtise de transporter jusqu'au lieu où leurs amours ont décédé. Il leur faudra se lancer chacun dans une quête désespérée sous les ordres de leur magicien mentor pour essayer de retrouver la sérénité.
Et enfin, la visite du Bazar du Bizarre va se révéler bien plus dangereuse qu'attendue, au point cette fois de faire collaborer Sheelba au Visage Sans Yeux et Nigauble des Sept Yeux, et de donner des objets magiques à Fafhrd pour qu'il accomplisse une mission impliquant… le multiverse ?
Recueil de nouvelles forcément inégales, en intérêt et en longueur, on peut cependant noter qu'Épées et Mort n'en comporte pas de ratée. Des récits de fantasy tragi-comiques, où les deux voleurs roublards sont souvent manipulés ou soumis au bon vouloir de forces supérieures, ce qui entame rarement leur moral et jamais leur camaraderie. Un bon moment de lecture.

Lien : https://bibliosff.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
beugzbee
  03 mars 2016
Si le tome 1 est bel et bien un roman, alternant les point de vu du Souricier et de Fafhrd pendant leurs aventures jusqu'à leur rencontre et leur union, amicale, née d'une tragédie et d'un accord dans leur caractère, ce tome 2 est bel et bien un recueil de nouvelles.
Partant de là, les aventures de nos deux héros sont des plus diverses, plus ou moins longues, plus ou moins intéressantes. Ils ne sont pas toujours ensemble, pas toujours du même côté, mais leurs histoires se rejoignent et sont toujours empruntes de fantastique.
L'écriture est plutôt agréable, sans rien de bien notable. Pour moi, l'intérêt de ce cycle, c'est, bien sûr, nos deux héros, loin d'être des chevalier blancs, et la variété des aventures, qui nous présente ainsi un monde incroyable, vaste, fourni, magique, dangereux, à la morale variable. Une prouesse d'imagination.
Après, normalement j'ai du mal avec les nouvelles, je trouve souvent que les histoires ne sont pas finies, et à force, l'accumulation d'histoires me lasse. Ici, chaque nouvelle est un tout fini, je ne me retrouve pas à la fin à me dire "mais... pourquoi?". Et ma foi, pour lire les nouvelles, j'adopte la technique de mon enfance: une histoire avant de dodo, et pas plus! comme ça pas de lassitude à accumuler les aventures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          55
UnKaPart
  07 août 2017
Un grand barbare nordique et un petit gus tout sec, des aventures pleines de monstres, de magie et de trésors… et tu te dis que cette liste a un air de déjà vu. Ah oui, ça… la recette du binome que tout oppose et l'univers de la sword and sorcery ont trouvé preneur. Sauf qu'ici on revient aux sources – l'ami Fritz fait partie des fondateurs du genre – avec des textes pas tout jeunes. Lovecraft en a lu certains, c'est dire si ça remonte ! A l'époque, Conan pointe à peine le bout de son nez, la sword and sorcery est encore balbutiante, le terme n'existe même pas. Aujourd'hui, Leiber n'a pas pris une ride (enfin, lui si, vu qu'il est mort à 82 ans, mais son oeuvre non), ses textes restent une base dans laquelle j'aime à me replonger.
La qualité du Cycle des Epées tient à deux choses. Dune… ah non, ça c'est Herbert… D'une, le monde de Newhon, avec la célèbre cité de Lankhmar appelée à devenir le modèle de bien des villes de fantasy. Si Leiber n'a pas inventé le concept de guilde des voleurs, c'est lui qui l'a popularisé. Pas sûr qu'il y ait des masses de cités à pouvoir rivaliser dans le genre, à part l'Ankh-Morpork de Pratchett.
De deux, Fafhrd et le Souricier Gris, ses héros pas manichéens pour deux sous. Ils ont plutôt un bon fond mais ne s'encombrent pas de principes moraux, de beaux discours et de valeurs classieuses. Un jour ils se vendent comme mercenaires, le lendemain ils cambriolent un temple, entre deux ils claquent leur blé en ripailles, godets et nénettes à la cuisse légère. On est donc loin des personnages propres sur eux d'un Tolkien, des preux chevaliers en blanc contre les vilains bandits en noir. Pas pour rien si le Souricier s'habille en gris. Pour faire un parallèle avec le cinéma, la sword and sorcery est à la high fantasy ce que le western spaghetti est au western à la papa avec ses cow-boys immaculés. Moins net, moins vertueux, moins moral… donc plus intéressant.
Lien : https://unkapart.fr/lectures..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
RosenDeroRosenDero   29 novembre 2017
Il rengaina son épée et se tourna vers le colporteur en soulevant un sourcil d’un air revêche, ce qui voulait dire – ce qui clamait – très clairement :
— Est-ce là tout ce que tu as à offrir ? Ces saletés constitueraient-elles donc ton excuse pour profaner la Place Sombre avec cette lumière ?
En réalité, le Souricier était puissamment intéressé par tous les objets – jusqu’au moindre – qu’il avait entrevus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
RosenDeroRosenDero   22 janvier 2018
Sais-tu, idiot insensé, reprit la voix venant de la forme noire, que les dieux ne cessent pas d’exister sous prétexte qu’ils sont reniés par de faux prêtres, et qu’ils ne s’enfuient pas lorsqu’ils sont maudits par un faux dieu présomptueux. Bien que les prêtres et les fidèles partent, eux ils s’attardent.
Commenter  J’apprécie          100
RosenDeroRosenDero   09 janvier 2018
ils désirent réduire tous leurs clients en esclavage, qu’ils deviennent soumis et faciles à suggestionner, pour n’être aptes qu’à une seule chose : rester bouche bée devant la camelote offerte par les Dévorantes et l’acheter.
Commenter  J’apprécie          114
RosenDeroRosenDero   04 décembre 2017
Comme beaucoup d’autres thaumaturges, Ningauble n’hésitait jamais à donner des charmes inopérants, non pas nécessairement pour tricher, mais simplement pour remonter le moral.
Commenter  J’apprécie          140
RosenDeroRosenDero   21 décembre 2017
Ces livres traitaient, avec force détails, de sujets tels que la vie privée des démons, les histoires secrètes des cultes sanglants et, avec des illustrations, des techniques d’escrime appropriées pour se battre contre des démons armés d’une épée, ainsi que les artifices érotiques des lamies, des succubes, des bacchantes et des hamadryades.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1369 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre