AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Pois0n


Pois0n
  04 mars 2021
Sur la base de son résumé, « Emeraude et diamant rose » n'était pas le bouquin qui m'emballait le plus dans le lot vintage. Grave erreur, car il s'agit en réalité d'un des meilleurs lus jusqu'à présent !!!

Commençons par son cadre dépaysant à souhait : Venise. Rachel Lindsay a su très bien exploiter son décor. On suit Erica à bord des vaporettos, sur la célèbre place Saint-Marc, déjeuner dans les trattorias... Bien que le roman ne fasse que 155 pages, la ville y possède une vraie présence, n'est pas un nom lâché au hasard, contrairement au bref passage situé à Rome, dont on ne verra strictement rien. Mais comment s'en plaindre, quand le reste du temps l'autrice nous emporte aux côtés de son héroïne, ce qui n'arrive pas si souvent dans les livres aussi courts ?

En parlant de cadre, le métier d'Erica n'est lui non plus pas sous-exploité : la joaillerie occupe une part importante dans le récit, offrant une vraie intrigue secondaire. Certains rebondissements y sont même directement liés. Néanmoins, il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une romance avant tout, et l'on y retrouve ce qui deviendra la marque de fabrique de la future collection Azur : un love interest immensément riche, ainsi une dose raisonnable de quiproquos et de prises de tête.
Le principal défaut du livre, ce sont celles-ci : semblant souvent sortir de nulle part et manquant de naturel, elles tranchent radicalement avec la maîtrise du reste de l'histoire. En outre, Filippo est un héros plutôt plat : on ne sait pas grand-chose de lui ni de sa famille, ou même de ses activités. Sa personnalité est également difficile à cerner ; s'il se montre gentil et patient la plupart du temps, son côté autoritaire le rend à l'occasion assez antipathique. Bref, cet aspect du livre n'est clairement pas le plus réussi, et gâche même franchement le voyage à l'occasion. Dommage. Ceci dit, la mini dose de suspense sur la fin rattrape plutôt bien le coup. Certes, il n'y a pas là grand mystère, mais c'est un bonus très appréciable.
Dans le même esprit, s'il y a assez peu de personnages secondaires et que tous ne sont pas logés à la même enseigne, globalement, ceux-ci s'en sortent bien mieux : entre l'inénarrable patronne d'Erica et leurs dialogues bourrés de malice, la nièce délurée de Filippo et son soupirant, ou même la rivale étonnamment subtile, il y a déjà largement de quoi faire, là encore surtout compte tenu de la faible épaisseur du livre.

Finalement, sans être aussi chouette qu'elle aurait pu l'être sans quelques disputes absurdes, il s'agit tout de même d'une lecture aussi agréable qu'accrocheuse, qui ne trahit pas du tout son âge. L'éditeur peut le rééditer quand il veut, le lectorat d'aujourd'hui n'y verra que du feu !
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus