AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070139301
Éditeur : Gallimard (05/02/2015)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Morten Perdersen Falck a vingt-six ans lorsqu'il arrive à Copenhague pour étudier la théologie. Il loge chez un imprimeur où il découvre la sensualité et l'attraction des corps au contact de la fille aînée de la famille. Passionné de dessin et d'anatomie, il suit également des cours de sciences naturelles jusqu'à son prêche d'examen qui lui permet d'obtenir son diplôme. Il est alors repéré par l'évêque du Groenland qui le pousse à accepter un poste de pasteur dans l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Flodopas78
  17 mai 2015
Ce roman d'apprentissage est indéniablement une réussite de par l'ampleur des thèmes abordés et par la puissance d'une narration parfaitement maîtrisée. En témoigne cet étonnant prologue qui nous fait entrer dans le vif du sujet d'une façon fracassante : une femme, appelée la Veuve, se tient au bord d'une falaise. L'homme qu'elle attend se glisse derrière elle et l'expédie d'un coup de pied ad patres. Et pourtant, cette entrée en matière abrupte que ne renierait pas un bon thriller occulte totalement le vrai sujet du livre : l'itinéraire d'un jeune homme idéaliste, épris de Rousseau et de liberté.
Morten Pedersen Falck, âgé de 26 ans, débarque en 1782 à Copenhague pour étudier la théologie, ravi d'échapper à l'existence étroite et ordonnée d'une petit village norvégien. Ordonné pasteur en 1785, il est envoyé en mission au Groenland, alors colonie danoise, pour convertir les « sauvages ». le jeune homme se heurte rapidement aux réalités d'une vie totalement coupée des facilités de la civilisation : logement sommaire, absence continuelle de denrées fraîches, manque de chauffage et de lumière, hiver sans fin et humidité perpétuelle. Aux tourments du climat s'ajoutent la solitude et le manque de femmes que les colons surmontent par l'alcool, la violence ou la débauche. Face à eux, des indigènes réduits, soit à la dépendance en échange d'un peu de confort matériel et des cours de catéchisme, soit à une vie de subsistance, à la merci de famines dévastatrices dues à des hivers longs et rigoureux. Seule une petite communauté dissidente, créée par un couple de Groenlandais baptisés, tente de résister aux influences coloniales. Installée dans le fjord de l'Eternité, elle mène une vie conforme aux valeurs évangéliques prêchées par le couple de prophètes.
le jeune pasteur, dévoré par la maladie et les privations, en proie en doute sur le bien-fondé de sa mission, succombera peu à peu à ses démons. II lui faudra traverser bien des épreuves pour accéder à la connaissance de soi et des autres qui mène à la vraie liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
MarieC
  13 juillet 2015
Cet énorme pavé - près de 600 pages - est à la fois un des meilleurs livres que j'ai lu ces derniers temps, et l'un des plus déprimants.
Le lecteur y suit l'itinéraire de Morten Falck, jeune norvégien passionné de sciences et de Rousseau, en cette fin du 18e siècle. Devenu pasteur par la volonté de son père, il est envoyé comme missionnaire au Groenland, alors en cours de conquête par le Danemark. Loin des idées des Lumières sur la nature et les bons sauvages, loin de ses rêves d'élaborer une flore du Groenland, Morten Falck est confronté à un monde d'une dureté et d'un désespoir absolu. Les groenlandais, païens, sont considérés (par les blancs mais aussi par eux-mêmes) comme des sous-hommes, qu'il est parfaitement autorisé de tuer, vivant dans la misère. Les danois, commerçants, marins, pasteurs, tiennent le haut du pavé (façon de parler, bien sûr), dans l'inconfort, le froid, la crasse et la solitude. Ils basculent tous dans la boisson et la débauche... Morten Falck ne fera pas exception, en dépit de sa fascination pour "les prophètes du fjord de l'éternité", un couple de Groenlandais convertis au christianisme qui construit sa propre religion et sa propre société, condamnée par l'église officielle danoise.
Le roman est d'une extrême densité, de nombreux personnages secondaires aux motivations complexes s'y croisent, s'y affrontent. La construction, en flashback répétés, est assez difficile à reconstituer. Mais malgré ces difficultés, le roman est à découvrir absolument, tant pour le tableau qu'il dresse d'un moment méconnu de l'histoire que par l'intérêt de l'intrigue et de l'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
christinebeausson
  23 avril 2015
Vous ne pourrez pas dire que personne ne vous avait prévenu. Ce livre est un énorme pavé qui nécessite du temps et de la disponibilité.
Et pourquoi donc me direz vous ?
Ce n'est pas par le style qui est agréable.
Ce ne sont pas par les personnages que nous découvrons avec sympathie.
Ce ne sont pas les lieux qui bien qu'inhospitaliers, attirent notre curiosité.
Ce n'est pas l'histoire qui ne fait que refléter la vie d'un homme bien que son destin soit fort riche.
Ce ne sont pas les commentaires des chapitres avec des citations religieuses qui nous semblent parfois un peu obscures, mais il s'agit de la vie d'un pasteur alors pourquoi pas !
C'est la chronologie du récit qui m'a obligé à me poser et à effectuer des retours arrière.
De plus, les excuses ou les explications bibliques qui accompagnent les actes décrits m'ont énervées. L'époque me rend allergique à ces sentences allégoriques, quel connerie, mais quelle connerie !
On commence très très fort, nous sommes le 14 aout 1793, nous faisons connaissance avec la veuve, enfin pas pour très longtemps, car "Jésus Christ, notre seigneur, que ta grâce soit avec nous pour les siècles des siècles. Amen".
Commencer un livre par un prologue qui aurait pu s'insérer au cours de la narration. Opération réussie, nous sommes happés par le récit et on veut comprendre.
Des temps très marqués, l'apprentissage de la vie, le voyage initiatique et le récit du constat d'un certain échec. Pas très habituel comme plan car l'explication viendra petit à petit, et nous l'entrapercevrons au travers de rencontres de personnages secondaires qui bien mieux que le pasteur nous feront ressentir le décalage inéluctable entre la théorie de la foi et la réalité de la vie sous des latitudes soient disant inhospitalières.
Ballade glaçante dans une époque et un monde marqués par le colonialisme et ses dégâts collatéraux.
La dernière page du livre refermée j'ai très envie de parodier Charles Trenet, et j'espère qu'il ne m'en voudra pas :
"Longtemps, longtemps, longtemps
Après que les poètes ont disparu
Leurs livres courent encore dans les rues
La foule les lit un peu distraite
En ignorant le nom de l'auteur
Sans savoir pour qui battait son coeur
Parfois on change un mot, une phrase
Et quand on est à court d'idées
On fait la la la la la la
La la la la la lé"
On ne ressort pas indemne de cette promenade dans le fjord de l'éternité et quand on ferme les yeux, on ressent cette brume légère qui enveloppe cette vallée et on devine encore ces pierres tombales qui ont su conserver leurs secrets et leurs mystères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
rosulien
  09 juillet 2015
Préalable indispensable pour lecteur pressé: il s'agit d'un long roman de 800 pages , un récit épique qui se passe au Groenland à la fin du 19° siècle

Ici pas de folklore ou de descriptions touristiques, d'envolée lyrique súr la beauté des icebergs ,súr la glace éternelle, ou cette magnifique capacité d'adaptation de la population à vivre en milieu hostile
Tout est difficile, le climat ,les gens, les conditions de vie, les relations humaines , la situation politique ( la colonisation du Groenland par le Danemark)
Il s'agit d'une aventure humaine complexe, celle d'un pasteur atypique persuadé , comme bien d'autres d'avoir le bon rôle, celui d'apporter la religion et la civilisation chez ces peuplades "sauvages"
Petit à petit, tout va se dégrader, physiquement d'abord, puis spirituellement
L'idéal des Lumières, de Rousseau, se heurte à la réalité quotidienne, celle de la survie , des besoins primitifs tant alimentaires que sexuels, à la colonisation danoise avec son lit classique d'arrogance et de cruautés
Il est aussi confronté à la réalité de son propre désir.Petit à petit ,les "Dix Commandements" s'effacent, le doute s'insinue
Morgan décide de rentrer à Copenhague.Y trouvera-il la sérénité, la paix intérieure perdue pendant toutes es années au Groenland ce pays "qui prend beaucoup" .A vous de le découvrir
Un roman très abouti , un début très surprenant qui captive, un voyage initiatique , un fjord de l'Eternité qui ne s'oublie pas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
maylibel
  22 mai 2015
Danemark, 1782. Morten Pedersen Falck, 26 ans, quitte sa région natale, en Norvège, pour étudier la théologie à Copenhague.
Les Prophètes du fjord de l'Éternité, c'est l'histoire d'un jeune norvégien qui, à la fin du XVIIIe siècle, cherche à être libre. Admirateur des philosophes des lumières, il devient pasteur au Groenland. Un lieu éloigné de tout, que l'on ne rejoint qu'après une longue et dangereuse traversée. L'auteur, Kim Leine, dépeint des personnages complexes, sans fards, à commencer par Morten Falck. Pas de clichés : son style est réaliste, parfois cru, et les sauvages ne sont pas forcément ceux qu'on croit. Pas de tourisme non plus : si le héros du roman voyage beaucoup, il n'y a pas d'accumulation de descriptions : elles sont sobres, justes et efficaces.
L'histoire est foisonnante, pas toujours facile à lire : l'intrigue, très maîtrisée, alterne les époques, les lieux, les personnages, même si le fil rouge du livre demeure le parcours de Morten Falck. C'est à la fois un tableau implacable (et très documenté, bien que le livre soit une pure fiction) de la vie au Danemark et au Groenland à la fin du XVIIIe siècle et un plaidoyer contre l'intolérance.
Un roman historique complexe, parfois éprouvant, mais toujours fascinant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (3)
LaPresse   02 juin 2015
Puissance, profondeur et précision. Voilà ce qui fait des Prophètes du fjord de l'Éternité un roman d'exception. Kim Leine y scrute l'exaltation enflammée de la nature humaine en terre de glace.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Telerama   25 mars 2015
Cinglant, admirable, le prologue de deux pages est un plongeoir élastique qui propulse le lecteur dans une mer glacée de cinq cent cinquante pages
Lire la critique sur le site : Telerama
LesEchos   24 février 2015
Ce gros pavé est bien plus que le « roman-fjord » d'un écrivain-explorateur (Kim Leine, son auteur, a vécu quinze ans dans le territoire autonome du Danemark), c'est une saga historique et métaphysique, une fable sur l'implacable solitude de l'homme en quête affolée d'humanisme.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   27 décembre 2015
« Copenhague souhaite la bienvenue à Monsieur l’Étudiant », déclare le douanier d'un ton qui se veut ironique.
Il s’éloigne en direction du centre-ville en suivant le petit tombereau. Ses jambes flageolent un peu après la traversée et il lui arrive de vaciller. La circulation en ville est étourdissante. Il y a des charrettes de paysans chargées de produits pour les auberges et les marchés qui foncent dans un raffut de tonnerre, des diligences avec des silhouettes obscures derrières les vitres et leur coché perché sur son siège, des soldats qui marchent en cadence en faisant claquer leurs bottes et en regardant droit devant eux, les yeux vides. Des hommes qui portent sur l’épaule de lourds fardeaux d'oies, de poules ou de lapins de boucherie. Des gars qui agitent les feuilles de leurs chansons à un sou et braillent les vers appris le matin même. Les pavés lissent comme le savon sont recouverts d'une pellicule indéfinissable. Morten trébuche et se cramponne au bas du porteur qui se retourne et le remet sur pied, puis le pousse fermement vers le trottoir. Un attelage de chevaux passe dans un claquement de sabots. Des gents crient après lui, le coché réplique en gueulant et agite son fouet. Morten ne comprend pas ce qu’ils disent, il ne connait que le danois du juge et du pasteur de chez lui, dans l’Akershus, et ce n'est assurément pas la langue que l’on parle ici. Mais il comprend que le porteur l’a empêché d'être fauché par l’attelage. L’inquiétude point quand il se demande combien dé pourboire il va être obligé de donner à cet homme. Il s’aperçoit qu’il vient de mettre les pieds dans le caniveau. Il s’en extrait d’un bond mais note qu’une de ses bottes est déjà trempée par un liquide dont il préfère ignorer la composition. Des femmes se tiennent sur le seuil des portes et des porches, elles exhibent chevilles, bas et sourires qui lui donnent des sueurs froides. Elles le suivent de leurs regards inquisiteurs et ricanent après l’avoir jaugé. Un bouseux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson   18 avril 2015
Cependant, la paillasse grouille certainement de bestioles et il suppose que ce serait un combat contre les puissances supérieures que de tenter de les tenir à distance de sa personne. Il ne va donc pas gaspiller ses forces sur ce qui ne peut pas être changé, mais se concentrer sur ce qui peut l'être éventuellement. C'est une chose que M. Egede lui a inculquée, la première règle du missionnaire.
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   17 avril 2015
Elle a battu ses plus beaux habits afin d'en ôter les poux, elle les a revêtus, elle s'est lavé les cheveux dans le bassin d'urine de la maison commune, elle les a coiffés. Elle a fait une prière silencieuse, observée sans un mot par ses frères païens, elle a raclé la graisse noircie de suie de ses joues et a mangé le bon repas qui a été préparé à son intention. Puis elle est arrivée, ....
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   22 avril 2015
Se noyer, ce n'est pas aussi terrible qu'il l'avait cru, en fait, ce n'est pas vraiment désagréable. Son corps est mou et lourd comme les plombs qu'il a laissé filer, il se sent glisser lentement vers le fond, il sent que le besoin de respirer a disparu complètement, c'est comme poser la tête sur un coussin de soie quand on est très fatigué.
Commenter  J’apprécie          00
maylibelmaylibel   22 mai 2015
“Enfin, j’ai touché le fond, songe-t-il. Il était temps !ˮ
Mais le fond n’est jamais le fond. Il y a toujours un nouveau fond, plus bas encore.
(p. 385)
Commenter  J’apprécie          10
Video de Kim Leine (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kim Leine
Le plein de voyages en mai, des rencontres avec des auteurs, les interviews Babelio, un pique-nique dans 15 villes en France et ailleurs début juillet, la Masse Critique Non Fiction, la sélection "Autour du livre" de Pierre et Nicolas : découvrez les actus de Babelio pour les mois de mai, juin et (un peu) juillet dans cette nouvelle vidéo.
0:03 Mai : le plein de voyages 3:01 Rencontres auteurs 5:20 Interviews Babelio : papier et vidéo 8:15 Masse Critique Non Fiction 9:17 Pique-nique le 8 juillet ! 11:10 Sélection "Autour du livre"
Liens utiles : Revivre le festival Etonnants Voyageurs : http://www.etonnants-voyageurs.com/
Interview du lecteur du mois, le_bison : https://babelio.wordpress.com/2018/05/14/a-la-rencontre-des-membres-de-babelio-25/
Série Instagram "Les voyages immobiles de l'équipe Babelio" : https://www.instagram.com/babelio_/?hl=fr
Rencontre avec Mélanie Taquet, compte-rendu : https://babelio.wordpress.com/2018/05/11/melanie-taquet-sous-le-soleil-de-florence/ Et vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=8BngaAxxRHU
Rencontre avec Emmanuelle Jappert, compte-rendu : https://babelio.wordpress.com/2018/05/28/partir-a-laventure-dans-le-maroc-denfance-demmanuelle-jappert/ Et vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=hY8h4c2ydkQ
Rencontre avec Sandrine Catalan-Massé, compte-rendu : https://babelio.wordpress.com/2018/05/15/sandrine-catalan-masse-explique-que-lagoraphobie-nest-pas-une-maladie-irremediable-dans-son-premier-roman/ Et vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=xWPsTii9J4I
Rencontre avec Kim Leine, compte-rendu : https://babelio.wordpress.com/2018/05/28/entrez-dans-lunivers-de-lecrivain-kim-leine-qui-manipule-ses-victimes-ou-plutot-ses-lecteurs/
Rencontre avec Roy Braverman, compte-rendu : https://babelio.wordpress.com/2018/05/25/un-voyage-dans-les-appalaches-avec-roy-braverman/
Les interviews d'auteurs, de la plus récente à la plus ancienne : https://www.babelio.com/auteursinterviews.php L'entretien avec Gilda Piersanti : https://www.babelio.com/auteur/Gilda-Piersanti/21015
Rencontre vidéo avec Bernard Werber : https://www.youtube.com/watch?v=efU7-6aIDow
Rencontre vidéo avec Eric Lahirigoyen : https://www.youtube.com/watch?v=z4-3_CcFCco La page concours des 20 ans de Libretto : https://libretto20ans.fr/ La page Libretto sur Babelio : https://www.babelio.com/20-ans-libretto
7e édition de notre pique-nique annuel : https://www.babelio.com/rencontre-pique-nique-2018
Masse Critique Non Fiction le 6 juin à partir de 7h : https://www.babelio.com/massecritique.php
Les livres sur Antoine Griezmann aux éditions Michel Lafon : http://www.michel-lafon.fr/livre/1935-GOAL.html
Le site des éditions de L'Oeil, collection La Bibliothèque fantôme : https://www.editionsdeloeil.com/la-bibliotheque-fantome
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1351 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre