AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de YvonS


YvonS
  26 septembre 2021
Quatre ans après Vous n'aurez pas ma haine, Antoine Leiris reprend la plume. Dans ce texte qui va de juillet 2016 à janvier 2019, la Vie continue. Après. Il ne dit pas : après la mort d'Hélène. Il dit : Après. Et cet après est un nouveau départ, c'est aussi comment vivre avec, comment protéger Melvil, l'élever quand on est papa ET maman, en faire un enfant comme les autres autant que possible.
Antoine Leiris s'échine, parfois jusqu'à l'absurde, à être le meilleur papa du monde. Il apprend, il découvre. Alors il y a la solidarité des mamans de la crèche, le déménagement indispensable, le "tri", le fameux tri auquel un jour on a tous été confrontés, le tri des affaires d'Hélène. Ce viol de l'intimité de celui qui n'est plus là. Et puis la Vie qui continue avec Melvil qui grandit, les rires qui reviennent, la découverte de "l'art" de la lessive, les maladies infantiles, le premier vrai vomi... mais aussi l'enterrement, la visite seuls entre père et fils de LA tombe, mais aussi faire découvrir à l'enfant les lieux de la jeunesse paternelle. Ça renforce les liens, l'un se sent père, l'autre découvre que papa est un fils lui aussi.
C'est aussi sincère, fluide et sensible. Antoine Leiris dit la difficulté de voir sa vie exposée au théâtre dans l'adaptation qui a été faite de son premier livre. Spectacle douloureux et apaisant, qui met à distance l'homme et l'auteur. On est évidemment moins bouleversé que dans le 1er récit. Mais on s'attache à ce petit bonhomme qui a 7 ans aujourd'hui, à ce père imparfait qui renaît à l'amour d'une autre femme...
Un livre indispensable lui aussi, à lire immédiatement après le premier. Puisse Antoine Leiris écrire enfin cette fiction qu'il tente de mettre au jour. Elle sera sans doute semi-autobiographique... et on l'attend déjà.
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (2)voir plus