AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843377161
Éditeur : Anne Carrière (23/10/2014)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 30 notes)
Résumé :
" Les murs ont des oreilles, il faudra vous y faire. Vous l'avez souvent dit, sans jamais y croire. Car vous ne le vouliez pas, mais je vous place aujourd'hui au pied du mur, excusez le jeu de mots, je suis blagueuse [...] Ah, si les murs pouvaient parler ! Je vous le dis, ils parlent. Mes parquets grincent en mille bavardages, mes boiseries craquent en petits cris et, en dépit de mon grand âge, mes fenêtres voient loin, au-delà du temps qui passe et par-delà les si... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
  14 février 2018
Ne vous êtes-vous jamais dit en regardant une bâtisse, qu'elle soit palais ou masure : « Ah, si les murs pouvaient parler » ?
Eh bien, c'est ce qu'a imaginé David Lelait-Helo dans ce très beau roman, en donnant la parole à une maison de Buenos Aires, coincée entre deux tours, elle nous raconte les souvenirs de sa vie.
Et à travers son histoire, c'est celle de Soledad Salvador que nous découvrons.
Un beau jour, une jeune femme enceinte a poussé les grilles et s'est emparé de ce lieu abandonné. Elle venait quitter sa famille, séduite par un jeune homme riche qui l'a payée pour son silence, elle achète la maison et s'y installe, rejetée de tous.
Elle en fait un cocon protecteur, un havre de paix. Une petite fille, Elena, viendra au monde entre ses murs.
A travers les souvenirs de la maison et de Soledad, c'est l'histoire de la ville, de l'arrivée des Espagnols sur les rives du Rio de la Plata en 1536 avec Mendoza jusqu'à Evita Péron que nous découvrons.
Une fois de plus, la lecture d'un livre de D.L.H. se transforme en coup de coeur.
Je suis sensible à la beauté de son écriture, j'aime sa sensibilité à fleur de plume.
Son écriture est magnifique, élégante, précise, poétique.
J'ai aimé cette maison qui nous parle comme si elle était sensible de sentiments humains et la fin de l'histoire est tellement belle.
Quel régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Thierrydiegolea
  21 juillet 2016
Travaillant en médiathéque, je n'ai pas pour habitude d'acheter beaucoup de livres . Ce roman est une exception. le sujet est passionnant.
D'entre les pierres/ David Lelait Helo
David Lelait Helo : valeur sûre de la littérature française du siècle actuel.
David Lelait Helo revient avec un nouveau roman « D'entre les Pierres » sorti le 23/10/2014 aux Éditions Anne Carrière qui va enchanter les amoureux de l'Espagne et de l'Amérique Latine. Roman qui n'est pas sans rappeler le célèbre auteur colombien Gabriel Gracia Marquez et son célèbre roman « Cent ans de Solitude » pour lequel il reçut le Prix Nobel de littérature en 1982..
Chaque maison dans laquelle nous vivons ou dans laquelle nous avons vécu regorge de multiples secrets de notre vie intime.On se dit toujours ah : si les murs pouvaient parler, ils en auraient des choses à dire. Si les murs avaient des oreilles,ils sauraient se montrer bavards Hé bien « c'est devenu possible ».Dans son nouveau roman, David Lelait Helo donne vie à une ancienne maison ; de près de cent cinquante ans, chargée de l'histoire de sa ville ( grâce à ses ancêtres) située à Buenos Aires (capitale de l'Argentine en Amérique latine.), qui, sur le point d'être détruite prend la parole pour révéler un terrible secret qu'elle détient et qu'elle a tu depuis bien trop longtemps. Drame vécu par Soledad Salvador ; une femme que l'on respecte et pour qui l on éprouve de l'empathie Face à ce destin tragique et bouleversant, il ne peut rester indifférent, On voudrait bien protéger cette jeune fille de 17 ans,.obligée de fuir ses parents Mais n'ayons pas trop de peine puisque la narratrice (la maison) s'en charge pour nous
Ne dit on pas que le livre est un formidable moyen d'évasion, qui nous permet d'oublier notre quotidien .Toute la richesse de cet ouvrage réside dans le fait que la réalité laisse place à l'imaginaire le temps d'un roman .On replonge dans l'histoire de L'Argentine.
Tout d'abord, .l'auteur évoque Pedro de Mendoza un militaire et un conquistador espagnol, né à Guadix vers 1487 et mort en mer au large des Canaries le 23 juin 1537. Il fut le premier gouverneur du Rio de la Plata et fondateur de la ville de Buenos Aires.
Ensuite, Soledad Salvador ,tout comme le lecteur aura aussi le plaisir de rencontrer Juan Peron el senor Présidente et sa seconde femme ,Eva Perón, première Dame d'Argentine.Après l'élection de son mari, Évita Peron prend immédiatement un rôle considérable dans son entourage. Elle crée la Fondation Éva Perón dont le rôle est d'assister les pauvres.
Elle devient rapidement très populaire et a laissé au pays des contributions non négligeables : nombre d'hôpitaux ou d'orphelinats créés par la Fondation ont survécu à la mort prématurée d'Evita. La Fondation a également augmenté considérablement son pouvoir.
En 1947, Elle se lance dans un Rainbow Tour hautement médiatisé en Europe, rencontrant de nombreux chefs d'États dont Francisco Franco. le but était de redorer le blason et les relations diplomatiques du régime de Perón qui dans l'après Seconde Guerre mondiale était de plus en plus perçu comme fasciste. Bien reçue en Espagne, elle y visite les tombes des premiers monarques absolus espagnols Ferdinand V et Isabelle Ire et remet un billet de 100 pesetas à chaque enfant pauvre qu'elle croise sur sa route.
En 1949, elle est, désormais populairement surnommée "Évita", et devient une des figures les plus influentes et emblématiques d'Argentine., son nom et son image apparaissant partout..
Entre 1976 et 1983, pendant la dictature argentine, des milliers de personnes considérées comme subversives ont été enlevées, torturées et tuées par le régime. Parmi elles, des femmes enceintes, maintenues en vie dans des geôles jusqu'à leur accouchement. Les nourrissons ont ensuite été élevés par des familles de militaires, parfois celles des bourreaux.
Ce livre est encore un petit bijou de la rentrée littéraire 2014, Nous lui souhaitons de connaître le succès qu'il mérite et nous vous invitons à en parler autour de vous, N' hésitez pas à partager cette critique
de plus; encore une fois on se laisse bercer par son écriture poétique qui laisse planer le mystère et qui donne envie de découvrir la tragédie dont a été victime la propriétaire des lieux.
Pour finir,David Lelait Helo biographe ( Dalida, Barbara, Éva Peron....), romancier, auteur de nouvelles est une valeur sûre de la littérature française actuelle. On se souvient notamment de son livre »Poussière d'homme »où il rendait un vibrant hommage à son compagnon trop tôt disparu.à travers une écriture très poétique , David Lelait abordait un thème très actuel celui de l'amour entre deux personnes de même sexe et nous montrait que l'amour entre deux hommes, ça existe vraiment. Il nous montrait que cet amour n'est pas différent de celui qui existe entre un homme et une femme.
Ce livre abordait un autre thème délicat celui de la perte d'un être cher avec des mots choisis.Nous étions en face d'un texte émouvant; bouleversant.Un récit où la douceur du souvenir domine sur la douleur de l'absence. Ce livre reste ancré dans notre mémoire et devient un point de repère pour aller à la rencontre d'autres auteurs, d'autres ouvrages.
Bonne lecture à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
anne_le_bruit_des_vagues
  12 mai 2017
Oh là là.. Zut... Je n'en suis qu'à la page 23, et déjà 3 citations qui me bousculent, me font m'arrêter et réfléchir à tout ce qui m'entoure en ce moment même. Avec le sentiment de lire un magnifique recueil de poésie, d'être extraite du réel pour entrer dans un monde parallèle qui existe, là, je n'en doute pas. Je n'en suis qu'à la page 23 et je suis littéralement conquise : par un récit qui décrit une paix profonde et ancrée, et pourtant un tumulte alentour tonitruant, la force et la tranquillité des pierres, la fragilité destructrice de l'homme. Et l'union des deux.
Je vais prendre le temps de respirer entre chaque phrase, pour comprendre la profondeur de ces mots, pour me synchroniser à la pensée de cette extraordinaire maison pensante et celle de la femme qui y vit.
Quelles sensibilités troublantes... J'ai été ce soir invitée au coeur d'un conte extraordinaire, et j'y prends pleinement plaisir.
A bien y réfléchir, ma maison, qui a été construite en 1820, a certainement tellement de choses à conter aussi. L'histoire d'un pays, je le sais, il y a des objets qui parlent pour elle encore, dans le grenier et sous la grange... et la parole des anciens que j'aime tellement écouter. Mais aujourd'hui, je sais que, même si j'aimais déjà tellement ma maison avant, je vais désormais écouter avec beaucoup plus d'attention tout ce qu'elle soufflera à mon oreille...
Vous dire enfin que, fan inconditionnelle d'Isabel Allende, j'ai retrouvé dans ce roman son univers, son talent, son accent, le trouble et la fibre artistique des pays d'Amérique latine. Oh que oui, une corde sensible a vibré, et je ne suis pas prête d'oublier ces mots, magnifiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Snarkk
  19 mars 2016
Quelques proches m'ont chaudement recommandé "D'entre les pierres", en lui collant deux adjectifs principaux : brillant et original. Je suis d'accord pour le second, mais je ne peux que réfuter le premier.

Original d'abord, car nous avons droit à un bel exercice de style. En l'occurrence, la personnification d'une maison de Buenos Aires. Riche idée au demeurant, d'autant que l'auteur a la bonne inspiration de ne jamais sombrer dans le nunuche, un risque inhérent à ce genre d'acrobaties littéraire. Un premier bon point donc ! L'intrigue de l'ouvrage est solide et bien amenée, les personnages ont tous et toutes leur intérêt, des anecdotes historiques et géographiques sont présentes, le style d'écriture est loin d'être une insulte aux Lettres... a priori, tout est réuni pour passer un excellent moment littéraire.

Pourtant, je dois avouer n'avoir ressenti quasiment aucune émotion à la lecture du livre, si ce n'est un vague sentiment de haine lorsque les "méchants" sont révélés. Vous ai-je dis que l'intrigue courait sur plusieurs décennies et qu'elle avait lieu en Argentine ? Bien entendu, la triste dictature militaire va faire des ravages chez nos protagonistes... D'où, au final, ma déception. J'aurai aimé véritablement apprécier ce livre, comme ce fut le cas pour mes proches. Mais il ne m'aura pas marqué plus que ça de son empreinte positive.

Néanmoins, je n'ai rien à reprocher ce bouquin, que ce soit sur le fond ou sur la forme. J'apprécie sa dimension politique, émotionnelle (même si je ne ressens pas cette dernière) et littéraire... mais "de loin", comme le ferait un bataillon de soldats de l'ONU lors d'un massacre dans un pays quelconque... de fait, je ne doute pas que nombre de lecteurs et de lectrices y trouveront leur compte. Hélas, ce n'était pas mon tour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mateiva
  28 juin 2016
Ce roman est assez exceptionnel par son originalité, mais surtout par l'émotion qu'il s'en dégage.
J'ai été captivée par ce récit, un récit atypique : celui d'une maison. Une maison qui se raconte et qui nous raconte sa vie, ses occupants, ceux qui l'ont fait vivre, ceux qui l'ont abîmé, ceux qui l'ont aimé, et plus particulièrement sa vie avec Soledad Salvador.
Ce roman se lit, se vit.
La plume de l'auteur est tout simplement divine, il sait manier les mots, jouer avec, pour nous emmener là où il souhaite, et surtout, sa magie nous transporte dans un tourbillon de sentiments et d'émotions assez exceptionnel.
Ce livre est vibrant d'intensité, de stupéfaction, d'impossibilité.
En effet, à travers le récit de cette maison, celle-ci nous révèle son impuissance face à ce qu'elle ressent, à ce qu'elle découvre, à ces secrets qu'elle apprend et dont elle sera la gardienne à jamais, à ces larmes versées dont elle ne peut qu'absorber la douleur, mais ses jours sont fait aussi de joie lorsque les rires envahissent son vide, de caresses également lorsque ses murs sont dépoussiérés, de bonheur lorsqu'on la pare de tableaux et d'objets.
L'auteur a réussi avec brio à entremêler la vie de Soledad Salvador avec celle de la maison, à introduire l'histoire de l'Argentine, et plus particulièrement Buenos Aires, son ambiance, ses paysages, et les enjeux politiques qui s'y jouaient. Il est question également d'Eva Peron, de deuil, de larmes, de trahisons.
Soledad Salvador est une jeune femme unique, brillante malgré sa vie difficile, une jeune femme pour qui les chiffres comptent...ce qui l'amènera à sa rencontre avec la maison. Soledad Salvador est un personnage qui m'a beaucoup émue, par son courage, par sa force, son obstination, mais aussi par le drame qu'elle vit sans le savoir, ce drame qui se décuplera à la fin du récit, lorsque nous sauront la vérité.
Nous voyons à travers l'ambiance et toutes les descriptions que l'auteur a fait un grand travail de recherches sur l'Argentine et Buenos Aires. Tout est retranscrit parfaitement et avec justesse : les odeurs, la musicalité, les couleurs, l'atmosphère, la laideur, la pauvreté, les joies et les peines.
L'écriture de l'auteur est belle, douce, parfois poétique. Elle nous berce et nous transporte dans ce récit pas comme les autres.
Bref, je ne peux que vous conseiller ce roman. Un roman qui m'a complètement bouleversée, et dont je ressens encore les stigmates, bien après avoir fini ma lecture. Une émotion intense, vive, qui ne vous laissera pas indifférent.
Et je dois vous dire bravo Monsieur LELAIT-HELO, car vous avez réussi à me faire pleurer tant la fin du récit est poignante.
Lien : https://mateiva.blogspot.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
LeaTouchBookLeaTouchBook   09 décembre 2014
J'aurais aimé savoir me délecter de la fraîcheur de chaque perle de présent, pourtant je les laissai rouler, fondre et nourrir la terre sans assez les regarder ni les goûter. Les instants auront glissé sur moi sans que je me sois réjouie de leur caresse. A quoi donc m'aura servi de vive longtemps si je n'ai pas, au fil du chemin, acquis le talent de les regarder en face ?
Commenter  J’apprécie          20
cabecoucabecou   15 décembre 2014
Les hommes vivent plus longtemps que leurs chiens, les maisons plus longtemps que leurs habitants et les pierres sont éternelles. Le monde est ainsi fait.
Commenter  J’apprécie          40
Babou38Babou38   03 avril 2017
Par le jeu d'une étrange capillarité, le passé de ma ville, pourtant tapi dans les profondeurs de la terre, traverse mes fondations, arpente mes planchers, court par les nervures de mes marbres,se frotte au grain de ma pierre. L'Histoire ne s'écrit pas dans les livres, elle se respire. A l'encre et au papier, elle préfère le vent, le sang et les pierres.
Commenter  J’apprécie          10
Babou38Babou38   10 avril 2017
Le premier pas qu'ils faisaient à Buenos Aires était boueux. Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas, les Argentins des bateaux, un adage dont nous ne nous sommes jamais vraiment départis.
On murmurait avec crainte, et un brin d'excitation, qu'au sud Dieu lui-même n'avait jamais osé mettre les pieds !
Commenter  J’apprécie          10
SnarkkSnarkk   19 mars 2016
Il fut enterré sans famille ni amis, c'est à cela que l'on reconnaît ceux que personne n'a aimés, à moins qu'il ne s'agisse de ceux qui n'ont aimé personne.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de David Lelait-Helo (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Lelait-Helo
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Line Renaud Mes années Las Vegas de Line Renaud et David Lelait-Helo aux éditions La Martinière https://www.lagriffenoire.com/122641-beaux-livres-art-line-renaud-mes-annees-las-vegas.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..