AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266309936
192 pages
Pocket (22/04/2021)
3.51/5   36 notes
Résumé :
Ce 24 juin 2016 au matin, à Londres, Paul Scarborough a l'esprit trouble des lendemains de cuite et une pensée pour son patron qui l'a congédié, pour sa femme qui l'a quitté, lorsqu'il entend à la radio le mot Brexit. Il comprend, consterné, que le vote pour la sortie de l'Europe l'a emporté. A l'image de son pays décroché du continent, Paul Scarborough dérive. Sur le rebord de la fenêtre, une figurine en plastique : la reine. A-t-il une seule fois pensé à elle depu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,51

sur 36 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

La_Bibliotheque_de_Juju
  11 octobre 2019
Enfin ! David Lelait-Helo est de retour. Pour mon plus grand plaisir. Car j'aime sa plume, j'aime son regard sur le monde, la vie. J'aime la diversité d'émotions qu'il arrive à insuffler dans ses romans.
David Lelait-Helo aime les divas, il est l'auteur de biographies sur Dalida, Barbara, Vanessa Paradis ou la Callas. Quoi de plus normal pour lui de mettre en scène, dans ce roman, une des plus grandes divas de notre époque, la reine d'Angleterre.
Nous sommes le 24 juin 2016 et le Brexit vient d'être annoncé.
Paul Scarborough, l'anti–héros so british de ce roman atypique, doit absolument s'entretenir avec la reine !
Et c'est dans ce projet fou qu'il va se lancer : pénétrer dans Buckingham !
Avant de se coucher et loin de se douter des projets de Paul, la reine passe un coup de fil à son amoureux, le Prince Philip et ce dernier lui adresse ces quelques mots :
"Qu'aurait été notre vie, ma saucisse, si nous n'avions pas été roi et reine ?"
Le ton est donné. La folle parenthèse peut commencer …
J'ai beaucoup aimé cette lecture ! L'auteur s'est inspiré d'un fait réel et a laissé galoper sa belle imagination ! A la fois surréaliste, piquante et passionnante, j'ai savouré cette nuit passée entre ces deux protagonistes qui n'auraient jamais dû se rencontrer !
Avec humour et une tendresse infinie pour la plus couronnées des vieilles dames, l'auteur nous fait pénétrer les coulisses de la royauté anglaise. C'est un livre qui ne se lâche pas, tant la plume jubilatoire de l'auteur entraîne son lecteur de chapitre en chapitre.
Paul et Elizabeth se découvrent, se racontent, se souviennent. Apprennent l'un de l'autre. Dialogues qui font mouche et protocole mis à l'amende, on tient là un bien joli page turner d'un genre nouveau. La dame aux mille chapeaux n'a jamais été aussi touchante. Un roman qui se lit d'une traite!
Si vous cherchez un livre pour sourire mais qui cache aussi de jolis moments d'humanité, foncez ! Vous risquez de passer une nuit magique !
Après cette lecture, les couloirs et les fantômes de Buckingham (Lady Di, es-tu là ?) n'auront plus aucun secret pour vous !
God Save the Queen !

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573
isabelleisapure
  25 novembre 2019
Est-ce que vous pouvez imaginer qu'un quidam, qui n'a même pas l'honneur d'oeuvrer à Buckingham, puisse se retrouver assis sur le lit de sa Majesté la Reine, alors qu'elle est profondément endormie ?
Impensable selon moi, et pourtant c'est l'histoire que nous propose David Lelait-Helo en s'inspirant d'un fait réel survenu en 1982 où Michael Fagan s'était bel et bien faufilé dans la chambre royale.
Son héros, Paul Scarborough, looser magnifique, n'a plus rien à perdre, plus de boulot, sa femme est partie, ses gosses sont aux abonnés absents et cerise sur le gâteau, le Brexit vient d'être voté.
Le mot Brexit tourne en boucle sur les radios et dans son cerveau embrumé par l'alcool ingurgité la veille où il était allé aux urnes : « Une canette de bière à la main, une autre dans la poche, des fois que la soif s'avère tenace. Contre ce fucking Brexit. »
Et soudain, notre homme a une idée folle, approcher la reine. Il achète son billet d'entrée à Buckingham, comme tout un chacun, 35,75 livres « Elle s'emmerde pas la reine ».
A partir de là David Lelait-Helo se laisse porter par son imagination, n'hésitant pas à installer une conversation entre la souveraine et son hôte inattendu, elle va se confier à lui en toute simplicité, évoquant le poids de sa charge, le manque de liberté mais aussi des souvenirs doux amers.
Et c'est un régal, les dialogues sont drôles, tendres. C'est surréaliste plein de fantaisie, d'humour et d'émotion mêlés.
David Lelait-Helo nous fait découvrir la reine telle que nous n'aurions jamais osé l'imaginer dans sa chemise de nuit en Liberty dormant en compagnie d'un chien en peluche posé sur l'oreiller.
David Lelait-Helo m'a souvent tiré des larmes tant ses textes sont sensibles et émouvants, mais cette fois-ci, j'ai souri, ri même parfois.
Un régal, So British.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Tristale
  14 décembre 2019
RÉSUMÉ:"Ce 24 juin 2016 au matin, à Londres, Paul Scarborough a l'esprit trouble des lendemains de cuite lorsqu'il entend à la radio le mot Brexit. Il comprend, consterné, que le vote pour la sortie de l'Europe l'a emporté. À l'image de son pays décroché du continent, Paul Scarborough dérive. Sur le rebord de la fenêtre, une figurine en plastique : la reine. A-t-il une seule fois pensé à elle depuis quarante-cinq ans ? La reine existe en Angleterre comme existent le brouillard et le thé à 5 heures. Une évidence, un parfum d'éternité. Sa décision est prise, il doit lui parler… Il suffit d'attendre que la nuit tombe.
La reine d'Angleterre, quatre-vingt-dix ans, s'est endormie dans sa chambre de Buckingham Palace, entourée de ses six corgis – en peluche. Elle s'éveille en sursaut. Assis sur son lit, un homme. Qui est-il ? Que lui veut-il ? S'instaure un dialogue entre deux êtres que tout sépare. le temps d'une nuit, la reine dépose sa couronne et délie sa parole.
MON AVIS: J'avoue que pendant un bon moment ce Paul et son ton geignard, son apparente mauvaise foi et son manque total d'inertie m'ont un tantinet lassé voire énervé. Alors qu'au contraire cette reine Elisabeth, avec sa franchise, sa parole libérée tel un oiseau pouvant enfin s'envoler, m'a réjoui.
Et puis les confidences se faisant plus précises, plus intimes , plus fortes chez l'un comme chez l'autre tel un besoin de se délivrer de ses chaines, ne serait-ce qu'une seule nuit, m'ont entraînées dans leur sillage et j'ai souri plus d'une fois à ces échanges totalement improbables et pourtant semblant si évidents. Deux prisonniers, oui, dans ce même pays mais ne purgeant pas la même peine et pourtant ils finissent pas se comprendre. Une parenthèse folle et douce et délicieuse.
C'était une idée plutôt audacieuse et impertinente que de créer un tel dialogue et finalement j'ai aimé ça.
Je ne connaissais pas David Lelait-Helo et grâce à mon club de lecture Babelio c'est chose faîte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Thierrydiegolea
  02 avril 2020
En cette période de confinement, je n'ai jamais autant voyagé, grâce à la littérature. Je suis allé en Tunisie,en Italie, à Barcelone. Aujourd'hui, je me retrouve au Royaume Uni qui vit une période un peu trouble avec le Brexit. le Pays vient de quitter l'Union Européenne dont il faisait partie depuis 1973.
Ce voyage m'est possible grâce à ma rencontre avec Paul Scarborough, citoyen britannique et européen, homme largué, décérébré et alcoolique, issu de l'imagination de David Lelait Helo, un auteur qui fait partie de mon univers littéraire, depuis une dizaine d'années grâce à son très beau roman d'amour "Poussière d'homme".
Grâce à ce nouvel héros, j'ai eu la chance de visiter Buckingham Palace qui nous apparaît imposant, robuste, à défaut d'être élégant.Ce palais est une cage de verre qui la sépare de l'humanité.
J'ai éprouvé un réel plaisir de pouvoir pénétrer dans les appartements privés de la Reine. J'ai pu assister au lever et au coucher de la Reine. La femme de chambre, les employés agissent comme des "abeilles" autour de la Reine. On découvre une Reine autoritaire. Elle a une voix affutée, un ton sec qui n'invite pas à la discussion. Elle est une petite femme impassible. Pour fédérer l'ensemble de ses sujets et n'en heurter aucun, elle doit se placer au dessus de la mêlée, sans laisser rien paraître. Elle reste muette pour pouvoir incarner la nation toute entière. de ce fait, elle ne peut pas donner son avis sur le Brexit.
Lorsque Paul réussit à s'introduire dans la chambre de sa Majesté, en pleine nuit, on a le souffle coupé. On est impatient de connaître la réaction la Reine face à cet inconnu. de nombreuses questions nous trottent dans la tête et nous poussent à poursuivre la lecture du roman. Va t'elle être effrayée ? Va t'elle appeller au secours ? Sera t'elle simplement stupéfaite, interdite ?
Tout au long, de la lecture, je me suis rendu compte que Paul ,cet oiseau de nuit; passe en second plan; je crois même que j'ai pris sa place dans son huis clos avec la Reine tellement ce roman me passionne.J'ai l'impression de dialoguer directement avec la Reine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
emilie31
  08 décembre 2019
Sur Instagram, je participe parfois à des petits jeux et cette fois j'ai eu la chance de gagner le roman de David Lelait-Helo aux éditions Anne Carrière Un oiseau de nuit à Buckingham.
Voici la présentation de l'éditeur :
« Ce 24 juin 2016 au matin, à Londres, Paul Scarborough a l'esprit trouble des lendemains de cuite et une pensée pour son patron qui l'a congédié, pour sa femme qui l'a quitté, lorsqu'il entend à la radio le mot Brexit. Il comprend, consterné, que le vote pour la sortie de l'Europe l'a emporté. A l'image de son pays décroché du continent, Paul Scarborough dérive. Sur le rebord de la fenêtre, une figurine en plastique : la reine. A-t-il une seule fois pensé à elle depuis quarante-cinq ans ? La reine existe en Angleterre comme existent le brouillard et le thé à 5 heures. Une évidence, un parfum d'éternité. Sa décision est prise, il doit lui parler... Il suffit d'attendre que la nuit tombe.
La reine d'Angleterre, quatre-vingt-dix ans, s'est endormie dans sa chambre de Buckingham Palace, entourée de ses six corgis - en peluche. Elle s'éveille en sursaut. Assis sur son lit, un homme. Qui est-il ? Que lui veut-il ? S'instaure un dialogue entre deux êtres que tout sépare. »
Voici un roman que je n'aurai sûrement pas lu si je ne l'avais pas gagné mais je dois avouer que ce fut une lecture agréable. La plume est assez légère et prête à rire en particulier lorsque l'auteur donne la parole à la Reine d'Angleterre. Pleine d'ironie et d'humour, elle est telle que je l'imaginais et on sent que l'auteur a pris un réel plaisir à faire parler cette personne d'apparat qui a si peu la parole ! Il lui a même donné une humanité insoupçonnée à tel point qu'elle en devient réellement attachante. En revanche, Paul apparaît comme un personnage secondaire face à la reine, il est le prétexte à une confidence sur l'oreiller mais qui n'est en rien celle que l'on prête à cette expression !
C'est un roman court, rapide à lire et qui est parfait pour un peu de légèreté et d'humour ! En ces périodes de futures vacances de Noël, c'est un roman qui aurait sa place au pied du sapin pour offrir à celui ou celle qui aime l'Angleterre et en particulier le personnage quasi légendaire de la Reine d'Angleterre.
En résumé : un roman sur la Reine qui nous la fait voir sous un autre jour (ou nuit) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SpilettSpilett   12 février 2020
... que veut dire "il y a longtemps" ? Une fois vécu, le temps n'est plus rien. Devant soi, le temps est un horizon à perte de vue, une source à laquelle on compte boire sans craindre qu'elle se tarisse jamais. Mais derrière soi, il n'est plus qu'une braise éteinte, un petit jet de cailloux, juste quelques ricochets avant le silence.
Commenter  J’apprécie          70
DianeTatsDianeTats   16 janvier 2021
La souveraine bondit.
« Un prisonnier, dites-vous ? Ah, vous me faites rire, vous ne savez pas de quoi vous parlez. Nous sommes tous des prisonniers, Paul Scarborough, tous. Seule la prison diffère. La mienne est une cage dorée, je vous l’accorde, terriblement vaste et confite de trésors, mais je peux vous dire que les chaînes sont lourdes et les verrous fermés à double tour. (D’un geste nerveux, elle joint ses deux poignets.) Regardez-moi bien, je suis poings liés devant vous, attachée à ma fonction, à ce règne, à ce palais qui m’ont été imposés. Et je l’assume ! Nous sommes tous des prisonniers, absolument tous. Le vagabond même est un prisonnier : prisonnier de sa liberté, de son errance, de sa révolte. Tenir la place qui nous est réservée en ce monde, croyez-moi, c’est déjà être captif. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SpilettSpilett   14 février 2020
Never explain, never complain.
Ne jamais expliquer, ne jamais se plaindre.
Commenter  J’apprécie          60
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   17 janvier 2020
Paul Scarborough, citoyen britannique et européen, homme largué, décérébré et alcoolo, se souvient : nous sommes le 24 juin 2016, hier il a voté, une canette de bière à la main, une autre dans sa poche, des fois que la soif s’avère tenace. Contre ce fucking Brexit.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de David Lelait-Helo (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Lelait-Helo
David Lelait-Helo vous présente son ouvrage "Je suis la maman du bourreau" aux éditions Héloïse d'Ormesson. Rentrée littéraire janvier 2022.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2592924/david-lelait-helo-je-suis-la-maman-du-bourreau
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1243 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..