AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234080904
378 pages
Éditeur : Stock (07/09/2016)
3.4/5   10 notes
Résumé :
Gainsbourg, Sagan, Yves Saint Laurent, Brigitte Bardot, Chanel : par son cycle français de biographies, Marie-Dominique Lelièvre a débusqué l'intimité de brûlantes icônes nationales, brossant le portrait décapant d'une époque et réussissant à y entraîner le plus grand nombre, néophytes ou pas. Foisonnant d'émotions et de découvertes, parfois dérangeantes, chaque livre est un événement.Avec Fortune en France, à l'inverse, elle mène l'enquête sur un homme qui a recher... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  07 novembre 2016
Cet été, j'avais rattrapé au vol la très belle biographie que Marie-Dominique Lelièvre- (quelques années après avoir écrit un autre livre personnel et étonnant sur Françoise Sagan) avait consacré à Serge Gainsbourg, une bio étonnante qui se singularisait par une approche qui est tout sauf didactique et scolaire de l'artiste et de l'homme Gainsbourg.
Pour cette rentrée, Marie- Dominique Lelièvre continue à suivre ce sillon des biographies romancées, en nous dévoilant la vie de Claude Perdriel.
Si Perdriel est a priori moins connu que Gainsbourg ou Sagan, cet homme, inventeur et industriel, propriétaire du groupe SFA, et cofondateur du Nouvel Observateur, possède toutefois un parcours particulièrement romanesque, aux multiples rebondissements, trahisons et autres moments d'euphories et de grandes réussites.
Une biographie qui fut présentée avec un enthousiasme communicatif par l'équipe de Stock le soir de notre rencontre avec Line Papin. qui m'a définitivement convaincu de m'y plonger dedans, moi qui aime particulièrement les histoires de médias et de comité de rédaction
Quel homme fascinant en effet que ce Claude Perdriel qui vient tout juste de fêter ses 90 ans : homme d'affaires connu notamment comme le cofondateur du Nouvel ­Observateur, entrepreneur visionnaire, devenu millionnaire grâce au sanibroyeur SFA, mais qui auparavant avait déjà acheté et créée un autre journal hélas disparu le Matin de Paris; un journal où Marie Dominique Lelièvre a travaillé, ce qui l'a fait cotoyer ce patron de presse pour qui elle voue un profond respect.
Un respect et une admiration même qu'on sent évidemment dans ce livre, mais qui évitent toutefois l'écueil de l'hagiographie un peu scolaire, car l'auteur sait transcender ce matériau de départ par un style très littéraire, enflammé, comme dans les autres biographies de Lelièvre, et qui rend la vie et la carrière de Pedriel.
Ce dernier apparait au fil des 360 pages de cette passsionnante biographie comme un être courageux, fort de ses convictions et de ses prises de risque, proprement fascinante et passionnante.
Claude Perdriel dans les années 1970.
« Sans oublier d'être heureux », très documenté, précis et rythmé, nous raconte notamment comment Perdriel a participé à la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1974, bien que l'homme a toujours veillé à rester indépendant du pouvoir, et même si cela lui a parfois joué des tours.
Mais le livre est aussi passionnant lorsqu'il sonde le lien, entre amour et haine, qu'il a entretenu avec le fascinant Jean DanieL, qui ont incarné à eux deux les plus belles années du Nouvel Observateur à la tête de l'hebdomadaire de gauche, un duo qui avec le temps s'est distendu, en fonction de leurs intérets divergents; Jean Daniel ayant une vision forcément moins mercantile de sa publication que Claude Perdriel qui ,forcément , de par sa position et son pedigree, avait des visées plus commerciales.
Mais réduire la carrière de Perdriel à ses intentions de profit serait faux et mahonnête, tant Lelièvre insiste aussi sur la grande humanité et l'intégrité de cet homme qui aura laissé énormément de positif chez tous ceux qui l'ont croisé, même chez ses adversaires.
"La plus grande ressource, les autres. Avec eux on fait des expériences, on découvre des choses nouvelles, on s'enrichit de sensations inédites. La vraie richesse, ce n'est pas l'argent mais les liens que l'on tisse. L'argent est une ressource utile pour favoriser des projets avec les gens que l'on aime."
"Sans oublier d'être heureux " constitue donc un vrai et bon page turner sur la vie d'un homme comme il en existe de moins en moins, et une personnalité hors du commun, un livre qui plaira à tout le monde, passionnés du monde de la presse , mais aussi les autres qui baignent moins que moi dans ce milieu.
On ne pourra s'empêcher de comparer ce livre avec un essai qui fait beaucoup parler de lui en cette rentrée, "le Monde Libre" d'Aude Asselin, un livre qui vient de recevoir le Prix Renaudot Essai et qui raconte aussi les coulisses du Nouvel Obs de l'intérieur mais avec on s'en doute plus d'amertume et de rancoeur- on en reparle normalement assez vite- que dans cette biographie à la fois enfievrée et apaisée de Marie-Dominique Lelièvre.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
motspourmots
  27 octobre 2016
Franchement, la vie de Claude Perdriel, ça vaut tous les romans ! Il y a les ingrédients, la personnalité de l'homme, ses réalisations, son engagement dans l'histoire du siècle à travers ses différentes entreprises... Et il y a la plume vitaminée de Marie-Dominique Lelièvre, guidée par un véritable amour, une grande admiration pour son sujet, mais également une réelle proximité (elle a travaillé en tant que journaliste au Matin de Paris qu'il a créé) qui fait de ce livre un page turner. Et pas besoin d'être comme moi une passionnée de l'histoire de la presse pour tomber sous le charme de cette personnalité hors du commun.
De Claude Perdriel (90 ans cette année), il y a les éléments biographiques que l'on connaît, le fondateur du Nouvel Observateur et le tandem qu'il format avec Jean Daniel, le créateur du Matin de Paris, le Directeur de campagne de François Mitterrand et surtout l'entrepreneur visionnaire, devenu millionnaire grâce au sanibroyeur SFA. Autour de ces éléments factuels, il y a une vie incroyablement riche, mordue à pleines dents par un homme décidé à en explorer toutes les facettes. Un homme qui a toujours marié les univers scientifiques et littéraires, polytechnicien et lecteur invétéré, ingénieur et patron de presse, curieux et capable de miser tous ses avoirs sur un projet auquel il croit.
"Pour accéder au bonheur, l'argent est un moyen pauvre (...) La vraie richesse, ce sont les échanges, les rencontres. La plus grande ressource, les autres. Avec eux on fait des expériences, on découvre des choses nouvelles, on s'enrichit de sensations inédites. La vraie richesse, ce n'est pas l'argent mais les liens que l'on tisse. L'argent est une ressource utile pour favoriser des projets avec les gens que l'on aime."
Il a fallu beaucoup de patience à l'auteure pour remonter le fil de l'enfance et de l'adolescence de Claude Perdriel, un homme qui ne s'embarrasse pas du passé, n'accumule pas les richesses ni les objets, n'empile pas les souvenirs, au contraire s'attache au plus grand dépouillement au point de donner ses livres une fois lus, ses disques une fois écoutés. La possession, très peu pour lui. Mais ces premières années éclairent de façon nécessaire la façon dont se sont forgés son caractère, son sens du collectif et son obstination à être heureux.
"Quand Claude aime une femme, il lui trouve une maison. Quand il aime un homme, il lui fait un journal."... Ce qui explique que les aventures de Claude Perdriel soient aussi passionnantes à lire dans leur sphère personnelle (ah les femmes... ) que professionnelle, sphères qui d'ailleurs se confondent souvent mais je laisse le plaisir au lecteur de découvrir tout ça. On a l'habitude de citer Pierre Lazareff ou encore Robert Hersant lorsqu'on évoque l'histoire de la presse et surtout sa grande époque. Mais Claude Perdriel en est certainement l'une des figures les plus enthousiasmantes, tant sur un plan entrepreneurial que d'un point de vue éthique, à l'origine de la plupart des innovations qui sont désormais l'ordinaire des journaux actuels. Tous ceux qui l'ont côtoyé et ont travaillé avec lui sont unanimes : un très grand patron de presse, voire patron tout court. Beaucoup lui doivent tout ce qu'ils ont appris et ce qu'ils sont devenus.
Ce qui transparait dans cette biographie c'est la fantastique liberté que Claude Perdriel revendique haut et fort, d'autant plus qu'il a toujours veillé à ne pas s'enchaîner. Un homme qui paie ses dettes, rembourse ses fournisseurs en cas de faillite et n'hésite pas à repartir en investissant ses deniers personnels même s'il faut pour cela se séparer d'une voiture ou d'un appartement. Un homme qui a toujours veillé à rester indépendant du pouvoir, même si cela lui a posé de sérieux problèmes.
On n'a qu'un seul regret en refermant ce livre : ne pas avoir fait partie de ceux qui ont croisé la route de Claude Perdriel. Et l'on aimerait surtout que sa philosophie de la vie rayonne et fasse des émules, tant il est la preuve vivante que l'on peut réussir, créer de la richesse sans pour autant renoncer à vivre ni empêcher les autres de vivre. Vraiment, plongez-vous sans hésiter dans cette biographie qui se lit encore mieux qu'un roman, vous verrez, ça donne de l'espoir !
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Marionrey
  29 avril 2017
Les biographies sont un genre que je lis très peu et je remercie les éditions Stock et Valentine Layet pour l'envoi de ce livre et je suis ravie d'être désormais partenaire avec eux. Quand j'ai vu ce livre, je me suis dit qu'il serait parfait pour sortir un peu de ma zone de confort et qu'il serait intéressant d'en savoir plus sur la vie d'un homme que je ne connaissais pas du tout, Claude Perdriel. Je sais que c'était un petit risque à prendre de demander ce livre en service presse sachant que les biographies ne sont pas dans mes habitudes de lectures et qu'en plus, je ne connaissais pas cet homme. C'est avec une petite appréhension que je me suis lancée, et finalement j'ai plutôt apprécié découvrir ce personnage très atypique qu'est Claude Perdriel et j'ai aimé la façon d'écrire de Marie-Dominique Lelièvre.
Avant tout, qui est Claude Perdriel ? Claude Perdriel est le propriétaire des groupes SFA qui fabriquent les sanibroyeurs mais il est également propriétaire du journal quotidien le Matin de Paris et a été aussi celui du Nouvel Observateur de 1964 jusqu'en 2014. Alors qu'il partait de rien, et qu'il ne vivait pas au sein d'une famille très aimante, comment cet homme a-t-il fait pour devenir ce qu'il est ? C'est toute son histoire familiale et professionnelle que nous raconte Marie-Dominique Lelièvre dans cette biographie, qui, et ça se voit, s'est énormément documentée (et ce, auprès de Claude Perdriel lui-même) pour nous livrer un récit complet du parcours de Claude.
Marie-Dominique Lelièvre retrace la vie de cet homme de presse, qui malgré une enfance et une adolescence pas facile, a su revendiquer ses opinions. A la fois homme de presse et homme aux opinions politiques très assumées, Claude Perdriel apparaît comme étant très engagé, se battant pour ses convictions, laissant le passé derrière lui, ne pensant qu'à l'avenir et uniquement l'avenir. C'est en s'entourant des bonnes personnes, qu'il considère comme ses plus grands amis, que Claude Perdriel parviendra à atteindre des sommets qu'il n'avait jamais osé espérer. Fondateur du Nouvel Observateur et faisant équipe avec le créateur du Matin de Paris, il ira même jusqu'à s'occuper personnellement de la campagne politique de François Mitterand.
Découvrir les « coulisses » et ce qui se passe derrière l'organisation d'un grand journal ou derrière le combat d'une campagne politique a été très intéressant. Ce ne sont pas des sujets qui m'attirent à la base, mais ça a tout de même été enrichissant de pouvoir en apprendre plus !
Partant de rien et devenant un entrepreneur très en avance sur son temps, Claude Perdriel en devient un homme plutôt fascinant et à prendre en exemple. Il est la preuve que même lorsque personne n'y croit, on peut y arriver avec de la persévérance. A travers l'histoire que nous livre Marie-Dominique Lelièvre, nous constatons que Claude Perdriel a eu une vie extrêmement remplie et extrêmement riche, que ce soit en projets professionnels ou en rencontres. Claude Perdriel ne travaille pas pour l'argent (il a même été plusieurs fois en faillite et s'en est toujours sorti) mais pour les liens qui se tissent entre lui et ses collaborateurs pour un projet commun à tous.
Claude Perdriel, dans cette biographie, apparaît comme un homme ayant un grand sens moral. Souvent en manque d'argent il n'hésite pas à vendre ses biens personnels pour payer ses dettes ou ses collaborateurs. Malgré son pouvoir de grand patron de presse, il n'en abuse pas et se montre très humain avec toutes les personnes qui l'entourent et qui travaillent à ses côtés faisant de lui un patron admiré et aimé de tous ses compagnons de travail. Exigeant mais juste, les gens qui ont croisé sa route s'en souviennent encore et ne font de lui que des éloges.
Il ne faut pas oublier que c'est grâce aux innovations de cet homme et à ses prises de risques que nous possédons nos journaux actuels. Il a été le moteur de ce qui a suivi dans le domaine de la presse jusqu'à aujourd'hui et c'est avec une admiration évidente pour Claude Perdriel que Marie-Domininque Lelièvre nous offre cette biographie. Elle décrit un homme novateur, courageux, généreux et surtout libre du chemin qu'il a choisi.
Si le domaine de la presse et de la politique vous intéresse je vous conseille de lire ce livre. Malgré le fait que les sujets abordés n'étaient, au départ, pas ma tasse de thé, j'ai tout de même aimé découvrir la vie de cet homme aux multiples facettes. Je trouve que cela donne de l'espoir à ceux qui seraient tentés de baisser les bras au moindre obstacle. Un exemple à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Floyd2408
  24 octobre 2016
Je remercie Babelio et les éditions Stock pour ce roman autobiographique de Jean-Claude Perdriel brossé par Marie-Dominique Lelièvre.
Sans oublier d'être heureux est le titre improbable d'une vie, pas celle d'un héros de roman, mais, celle d'un homme de notre temps, un génie sans pareil, un séducteur naturel, un homme de presse incroyable, un catalyseur d'idées, un diamant brut de détermination, un d'homme d'amitié, un grand de ce siècle.
Dominique Lelièvre trouve son art dans la biographie, comme celle de Gainsbourg. Saint Laurent, Chanel, Brigitte Bardot et nous fait découvrir Claude Perdriel, cet homme aux multiples facettes.
La lecture de ce roman est pleine de surprise, un multitude de personnes connus gravitent autour de cet homme, écrivain, actrice, industriel, politicien, homme de pouvoir, hommes de presse, femmes influentes de notre société. Ce livre est une cristallisation de personnalités diverses se percutant au grès des années, ces rencontrent brèves, soudaines, longues, éphémères, évaporantes, amoureuses, passionnelles, érudites, professionnelles, politiques, littéraires, constructives toutes seront pour Claude Perdriel une scène, un acte et une vie ....
Cette vie romanesque diffuse une énergie folle, Marie-Dominique Lelièvre scintille avec brio l'énergie extraordinaire de cet homme au destin façonné par son enfance,sa famille et ses amis.
Je ne vais pas faire une énumération de ses amis, maitresses, rencontres, métiers mais j'aime la noblesse d'esprit de cet homme se nourrissant de ses amis, cherchant s'entourer de l'élite, aspirant avec facilité l'innovation, la réussite, l'énergie positive puis le plaisir de la vie, qui est un homme Sans oublier d'être heureux.
Marie-Dominique Lelièvre réussi avec minutie à dessiner avec détail grâce à son travail de recherche se basant de documents puis aux témoignages constellant la vie de Claude Perdriel un portrait fabuleux de cet homme Français de notre temps ....
Une biographie amoureuse de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Florence31000
  26 octobre 2016
Marie-Dominique Lelièvre, biographe de célèbres artistes comme Brigitte Bardot, Françoise Sagan, nous révèle aujourd'hui avec ce nouveau roman la vie de Claude Perdriel, un « inconnu célèbre »… Il a été le fondateur du « Nouvel Observateur » et a lancé des titres comme « le Matin de Paris ».
Grâce à ce récit Marie-Dominique Lelièvre met en lumière cet grand homme de presse si peu connu du « grand public » et qui pourtant est un modèle de ténacité. L'auteur retrace cette longue vie en commençant par une enfance chaotique en passant par ses succès d'entrepreneur et d'homme de presse. Malgré un statut d'enfant mal-aimé il a su faire de sa vie une réussite en commençant par rentrer à Polytechnique. La double casquette d'homme de presse et d'entrepreneur, touche à tout, commence très tôt et sera présent tout le long de sa vie. Aujourd'hui fêtant ses 90 ans, il reste actif et continue à vivre pleinement cette vie si riche intellectuellement.
Marie-Dominique Lelievre retrace avec admiration les nombreuses vies de Claude Perdriel et en fait une biographie passionnante que je conseille aux passionnés de grande destinée, je ne lirai plus le « Nouvel Obs » sans penser à son créateur .
Un grand merci à Babelio et aux éditions Stock qui m'ont permis dans le cadre de l'opération "Masse Critique" de découvrir cet homme de presse et entrepreneur hors norme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LePoint   30 janvier 2017
C'est vif, intense, tragique parfois, souvent drôle, irrésistible. Comme l'est son héros, un homme qui, à 90 ans, danse. Heureux.
Lire la critique sur le site : LePoint
LePoint   26 septembre 2016
La biographe Marie-Dominique Lelièvre fait de Claude Perdriel un héros fitzeraldien vivant entre plusieurs mondes.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   06 novembre 2016
"La plus grande ressource, les autres. Avec eux on fait des expériences, on découvre des choses nouvelles, on s'enrichit de sensations inédites. La vraie richesse, ce n'est pas l'argent mais les liens que l'on tisse. L'argent est une ressource utile pour favoriser des projets avec les gens que l'on aime."

Commenter  J’apprécie          200
motspourmotsmotspourmots   27 octobre 2016
Pour accéder au bonheur, l'argent est un moyen pauvre (...) La vraie richesse, ce sont les échanges, les rencontres. La plus grande ressource, les autres. Avec eux on fait des expériences, on découvre des choses nouvelles, on s'enrichit de sensations inédites. La vraie richesse, ce n'est pas l'argent mais les liens que l'on tisse. L'argent est une ressource utile pour favoriser des projets avec les gens que l'on aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BazartBazart   06 novembre 2016
Du reste, le journalisme est- il un métier? Un état d'esprit, plutôt. Une démarche. Curiosité et doute. Il ne peut offrir que ce qu'il a : le plaisir de la découverte. Le cadeau de la rencontre. Sorti de cette aventure, il n'offre que frêles ( et délicieuses) satisfactions d'amour propre. Une monnaie de singe, en somme. Le journaliste se croit intéressant, c'est son journal qui intéresse.
Commenter  J’apprécie          10
78etoiles78etoiles   24 février 2017
Pour accéder au bonheur, l'argent est un moyen pauvre. Claude Perdriel n'est pas un écureuil qui entasse des noisettes : les noisettes peuvent s'envoler à tout moment. La vraie disette, il l'a connue très jeune, c'est la solitude misérable, l'absence de famille et de liens, le corps qui dépérit et frôle la mort. La vraie richesse, ce sont les échanges, les rencontres. La plus grande ressource, les autres. Avec eux, on fait des expériences, on découvre des choses nouvelles, on s'enrichit de sensations inédites. La vraie richesse, ce n'est pas l'argent mais les liens que l'on tisse. L'argent est une ressource utile pour favoriser des projets avec les gens que l'on aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
78etoiles78etoiles   24 février 2017
Être de gauche, pour Claude, c'est vouloir un monde plus juste et s'engager. C'est une manière d'être dans ses rapports aux autres et à la société, une capacité d'indignation, et surtout une espérance qui donne son sens à l'action.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marie-Dominique Lelièvre (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Dominique Lelièvre
Mademoiselle Coco et l'eau de l'amour de Michelle Marly et Dominique Autrand aux éditions Fleuve https://www.lagriffenoire.com/1069159-romans-mademoiselle-coco-et-l-eau-de-l-amour.html • La Dame du Ritz de Melanie Benjamin aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1060860&id_rubrique=12 • le N°5 de Chanel : Biographie non autorisée. de Marie-Dominique Lelièvre aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/1067722-divers-divers-le-n-5-de-chanel---biographie-non-autorisee.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionscalmannlevy #editionslivredepoche #editionsfolio #editionsdargaud #editionsfleuve #editionsalbinmichel #editionscalmannlevy #editionsjailu #editionsalbinmichel #editionsjailu
+ Lire la suite
autres livres classés : histoire de la presseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1155 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre