AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226117311
225 pages
Albin Michel (01/09/2000)
4.13/5   39 notes
Résumé :
Si les évangiles canoniques (à savoir reconnus par le Canon théologique des églises chrétiennes) sont au nombre de quatre, il existe par ailleurs d'autres évangiles, des évangiles "sauvages", d'une richesse spirituelle et d'une beauté littéraire tout aussi grande.

Citons ceux de Philippe, de Pierre, de Thomas et de Barthélemy. C'est un "évangile" attribué à Marie Madeleine, Myriam de Magdala, cette pécheresse repentie qui fut la première à être témoi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
JCLDLGR
  25 avril 2019
Les quelques fragments, du texte de Marie difficiles à interpréter sans d'autres références et c'est la voix que l'auteur emprunte naturellement pour une interprétation très large et tres analytique du texte, en lui même très beau dans sa simplicité, surtout dans la deuxième partie.
Marie est lucide et la parole qu'elle porte reste très moderne dans la recherche interieure qu'elle nous propose, loin de l'idolâtrie.
Il reste que le témoignage de la compagne de Jésus est, de par sa simple existence, une belle démonstration de l'humanité et de la Liberté de ce dernier.
Commenter  J’apprécie          130
Jacocorico
  18 mai 2022
L'évangile de Marie (Madeleine) est très réduit, 3 pages tout au plus. L'intérêt de le lire sans les commentaires d'un spécialiste serait donc proportionnel à sa longueur.
L'auteur pallie heureusement au caractère abscons de ce texte par son interprétation érudite, se laissant toutefois emporter à des hypothèses et constructions théologiques, métaphysiques souvent excessives. Il faut bien remplir ce livre... Il donne cependant des clefs pour comprendre certains concepts mystico-religieux assez énigmatiques, parfois propre aux gnosticismes chrétiens d'orient, parfois hérités de la philosophie grecque, et met partiellement en lumière les différents substrats qui composent ce courant de pensée hétéroclite aujourd'hui éteint. L'hypothèse n'est pas évoquée, mais la très riche mythologie égyptienne antique n'aurait-elle pas pu influencer l'élaboration de ces doctrines exotiques? Sont-elles arrivées brutes dans les sables de Nag Hammadi apportées par des judéo-grecs purs jus? La question n'est jamais soulevée, ni dans cette traduction, ni dans celle de l'évangile de Judas publié chez J'ai lu, ni ailleurs jusqu'à présent. Est-ce si ridicule? Je suis un béotien en la matière, j'ai dû rater un épisode.
Je n'assume pas totalement de porter un jugement sur la valeur spirituelle des textes gnostiques, je les comprends mal, et l'évangile de Marie ne fait pas exception. (À noter que celle que j'indique en étoile sur 5 se rapporte à mon intérêt pour le commentaire de Jean-Yves Leloup). Ils sont avant tout à mes yeux des reliques infiniment précieuses pour l'histoire et pour la science. Je peux néanmoins affirmer, après avoir lu quelques-uns d'entre eux (des traductions), qu'ils sont très inférieurs sur le plan littéraire aux évangiles dit canoniques. C'est un fait. Je pense à titre personnel que c'est révélateur de leur potentiel de sagesse, mais cela ne les rend pas moins passionnant ni curieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tatooa
  12 juillet 2013
Un évangile apocryphe, et pour cause. le témoignage d'une femme sur le sujet du Christ, mais où va-t-on !? Et pourtant, c'est ô combien intéressant, ô combien lumineux, et ô combien porteur d'un message que certains qui se prétendent son messager ont oublié depuis des siècles.
Ici (contrairement à l'évangile de Philippe par Leloup) nous avons à la fois l'évangile de Marie (Myriam de Magdala) et les remarques de Jean-Yves Leloup. Il est court, nous y apprenons que Myriam fût bel et bien la "femme" du Christ. L'amour entre un homme et une femme pour lui ne se limitait pas à une belle idée... Nous y voyons aussi la jalousie de certains autres disciples ainsi que les prémices de l'exclusion des femmes... Ou comment dès le départ le message fût tordu par ceux qui s'en emparèrent, comme toujours avec les êtres humains...
Vraiment passionnant !
Commenter  J’apprécie          80
SebastienMorgan
  07 janvier 2017
L'Evangile de Marie est contemporain des Evangiles Canoniques. A sa lecture, on se demande pourquoi les fondateurs du dogme ne l'ont pas repris et inclus dans leur corpus de textes ? Que de choses auraient été différentes si l'Evangile de Marie avait été connu tout au long des siècles. A commencer par le machisme paternaliste qui aurait eu beaucoup moins d'emprise. En effet, dans cet Evangile, on apprend que Marie Madeleine aurait été la confidente de Yechoua, celle à qui il aurait confié les parties les plus spirituelles de son enseignement car elle aurait été la seule à avoir la maturité nécessaire pour les vivre de l'intérieur.
Et d'abord en quoi est-ce si étonnant, ne fut-elle pas la première à voir le Ressuscité après la crucifixion ?
Au-delà de l'anecdote, l'Evangile de Marie est une somme spirituelle. le texte, admirablement traduit et commenté par Jean-Yves Leloup, nous donne à méditer sur le pourquoi et le comment du monde matériel et spirituel. Loin d'apporter des réponses toutes faites, il invite à l'intériorisation des paroles de l'Enseigneur. A lire de toute urgence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
adeissy
  31 mai 2012
un de ses livres dont la lecture passionne même si il est de part son vocabulaire et son thème même un peu difficile d'accès. Je suis toujours à la recherche de ses livres qui casse le modèle patriacale dans la/ les religions et qui redonne à la femme une place , sa place au coté de l'homme. Se livre permet de reflechir non seulement à la religion catholique , a ce que les hommes ( avec un petit h) on fait de la parole de Jésus mais ce livre permet également de voir sous un autre angle les grands thèmes des religions mais également de la vie tout simplement. Il donne une autre vision du péché et des régles mais également une autre vision du couple dans et en dehors de la foi. Un livre que je pense relire et qui en tout cas sera je pense un des jalons de ma quête spirituelle, merci a Monsieur Leloup.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   12 juillet 2013
Non seulement Myriam de Magdala est une femme, mais une femme qui aurait accès à la "connaissance". Et c'est en ce sens, sans doute, qu'elle était, à l'époque de Yeshoua, considérée comme "pécheresse" ; elle ne se conforme pas aux lois d'une société où la connaissance est affaire d'hommes et où les femmes n'ont pas le droit d'étudier les secrets de la Thora ni d'interroger les chiffres clairs ou obscurs de ses lettres carrées.
Les discours qu'elle tient aux disciples ne peuvent que les irriter. Pour qui se prend-elle ? Il ne lui suffit pas d'être aimée de l'Enseigneur (note : le Christ), il lui faut encore s'approprier Son enseignement et jouer les "initées" ; elle emprunte les paroles même de Yeshoua lorsqu'Il se trouvait en présence d'intelligences "non préparées", plus ou moins bornées, prenant pour réel ce qu'elles tiennent dans le champ clos de leurs perceptions : "comprenne qui pourra."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
enkidu_enkidu_   23 juin 2017
VII
11 Pierre lui dit : « Puisque Tu te fais l’interprète
12 des éléments et des événements du monde, dis-nous :
13 Qu’est-ce que le péché du monde ? »
14 L’Enseigneur dit :
15 « Il n’y a pas de péché.
16 C’est vous qui faites exister le péché
17 lorsque vous agissez conformément aux habitudes
18 de votre nature adultère ;
19 là est le péché.
20 Voilà pourquoi le Bien est venu parmi vous;
21 II a participé aux éléments de votre nature
22 afin de la ré-unir à ses racines. »
23 II continua et dit :
24 « Voici pourquoi vous êtes malades
25 et pourquoi vous mourrez :
26 c’est la conséquence de vos actes ;
27 vous faites ce qui vous éloigne...
28 Comprenne qui pourra. »

VIII
1 « L’attachement à la matière
2 engendre une passion contre nature.
3 Le trouble naît alors dans tout le corps ;
4 c’est pourquoi je vous dis :
5 “Soyez en harmonie...”
6 Si vous êtes déréglés,
7 inspirez-vous des représentations
8 de votre vraie nature.
9 Que celui qui a des oreilles
10 pour entendre entende. »
11 Après avoir dit cela, le Bienheureux
12 les salua tous en disant :
13 « Paix à vous - que ma Paix
14 soit engendrée et s’accomplisse en vous ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JCLDLGRJCLDLGR   23 avril 2019
L'évangile de Marie, comme l'évangile de Jean ou de Philippe, nous rappelle que Yeshoua était capable d'intimité avec une femme. Cette intimité n'était pas que charnelle, elle était aussi affective, intellectuelle er spirituelle ; il s'agit bien de sauver, c'est-à-dire de rendre libre l'être humain dans son entièreté, cela en introduisant de la conscience et de l'amour dans toutes les dimensions de son être. L'évangile de Marie, en rappelant le réalisme de l'humanité de Yeshoua dans sa dimension sexuée, n'enlève rien au réalisme de Sa dimension spirituelle, pneumatique ou divine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SebastienMorganSebastienMorgan   07 janvier 2017
Pierre lui dit : « Puisque Tu te fais l'interprète
Des éléments et des événements du monde, dis-nous :
Qu'est-ce que le péché du monde ? »
L'Enseigneur dit :
« Il n'y a pas de péché.
C'est vous qui faites exister le péché
Lorsque vous agissez conformément aux habitudes
De votre nature adultère ;
Là est le péché. »



Qu'est ce qu' »agir conformément aux habitudes d'une nature adultère » ? Il s'agit d'abord d'agir conformément à des habitudes, à des modes de pensée qui, selon l'expression populaire, sont devenues comme notre « seconde nature », une nature qui s'est superposée à notre nature véritable, innocente, un revêtement de projections, d'a priori, de jugements plus ou moins hérités de notre entourage et que nous utilisons sans le moindre soucis d'analyse ou de vérification pour savoir si ce prisme à travers lequel nous décryptons le réel nous renseigne bien sur le Réel ou au contraire nous le cache. Le mot adultère n'a ici évidemment aucune connotation sexuelle... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TatooaTatooa   02 mai 2014
La sagesse, ce n’est pas vouloir à tout prix ne plus jamais souffrir, c’est accepter la souffrance et la mort comme éléments inévitables de la vie humaine (inévitables et transitoires)…
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Jean-Yves Leloup (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Yves Leloup
Jean Yves Leloup présente son livre « Dictionnaire amoureux de Jérusalem » à la librairie La Procure à Paris. Retrouvez le livre : https://www.laprocure.com/dictionnaire-amoureux-jerusalem-jean-yves-leloup/9782259206631.html [Émission tournée le 27 avril 2010]
Suivez la librairie La Procure sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/LaProcure/ Twitter : https://twitter.com/laprocure Instagram : https://www.instagram.com/librairie_laprocure/?hl=fr
>Religion>Bible>Livres apocryphes, pseudépigraphes, deutérocanoniques (28)
autres livres classés : marie-madeleineVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1631 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre