AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702149200
Éditeur : Calmann-Lévy (03/02/2010)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 653 notes)
Résumé :
Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir.

Ancien DRH, il accepte des petits jobs démoralisants. À son sentiment de faillite personnelle s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter le cul pour cinq cents euros par mois…

Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l’argent, à se disqualifie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (150) Voir plus Ajouter une critique
Marple
22 juin 2014
Il y a des écrivains qui racontent toujours la même histoire et dont on se lasse au 3ème livre... Ce n'est pas le cas pour Pierre Lemaitre qui m'a emballée avec Cadres noirs, plus encore qu'avec Robe de marié ou Alex !
Pourtant, on retrouve des points communs avec ses autres livres, à savoir un certain machiavélisme et beaucoup de tendresse. Machiavélique, cette histoire d'un quinquagénaire ex-DRH et désormais chômeur de longue durée qui dérape ? Oh oui, sans aucun doute, mais je vous laisse découvrir vous-mêmes en quoi ! Tendre aussi, dans la peinture de ce vieux couple uni et amoureux, ou de ce père lucide mais plein d'amour pour ses grandes filles. Cette vision douce et chaleureuse du couple m'avait déjà frappée dans Robe de marié, là c'est pareil avec juste 25 ans de plus...
Au-delà de ces marques de fabrique de Pierre Lemaitre, le livre est très surprenant, plein de rebondissements, d'enquêtes et de jeux de pouvoir, mais aussi de réflexion sur le monde de l'entreprise et du travail. Étant moi-même cadre (avec la même formation qu'un des cinq cadres noirs... mais un poste bien moins prestigieux) et fondamentalement favorable à l'entreprise privée classique (après une mauvaise expérience dans un établissement semi-public), je dois avouer que le livre m'a fait réfléchir à certaines de mes convictions, notamment sur la discrimination anti-senior, le prêt-à-manager sans morale ou les activités aberrantes en séminaire. Même si le monde de l'entreprise tel que je le connais est bien loin de Cadrz noirs, et heureusement !
Bref, je vais terminer par le jeu de mot éculé : avec ses Cadres noirs, Pierre Lemaitre montre qu'il est vraiment le maître, du suspense, des héros brillants mais un peu cinglés et des histoires compliquées. J'en veux encore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
caro64
02 avril 2011
Quatre années de chômage pour un cadre de cinquante sept ans, Alain Delambre, ancien DRH, quatre années de galère, de démarches infructueuses pour trouver du travail, de petits boulots décrochés pour survivre, de vie de couple qui se délite et puis miracle : un employeur accepte d'examiner sa candidature pour un emploi dans les ressources humaines ; il va être mis en concurrence dans un drôle de « jeu » (une prise d'otages simulée) pour obtenir le poste convoité. Comme un forcené Alain va utiliser tous les moyens pour décrocher le poste et tous les moyens sont bons : jusqu'à trahir les siens, les tromper, les abuser. Mais les dès sont pipés et le jour de l'entretien les choses dérapent. La suite des événements n'est pas du tout favorable à Delambre. À moins qu'il ait encore des cartes en main…
Si Cadres noirs, comme Robe de marié (que j'ai préféré), tient du thriller psychologique, la trame sociale est ici omniprésente, et en particulier le monde du travail, dans ce qu'il a de plus aliénant et de plus impitoyable, dominé par le rapport de forces, les luttes de pouvoir, la compétition effrénée.
Très bien orchestré, ce polar net, précis, m'a emmenée sur des sentiers inattendus ! le principe du page-turner fonctionne à merveille : on est véritablement happé dans la machine mise au point par Lemaitre, qui décidément s'y entend en intrigues bien ficelées.
Rebondissements et retournements de situation alimentent généreusement le suspense, la tension monte comme une poussée de fièvre et les pages défilent sans qu'on y prenne garde.
Bref, largement de quoi passer un excellent moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
gruz
02 septembre 2012
L'évaluateur : bonjour et bienvenue à votre entretien d'évaluation annuel.
P. Lemaitre : bonjour.
L'évaluateur : cet entretien aura pour objectif d'évaluer votre travail intitulé « Cadres Noirs » et qui a pour paysage le monde de l'entreprise.
P. Lemaitre : j'ai en effet souhaité prendre comme cadre (si je puis dire, humour d'entreprise) le milieu des grandes entreprises, ainsi que les graves problèmes d'emploi engendrés par la crise (et dans ce cas précis, sur l'emploi des séniors).
L'évaluateur : je tiens tout d'abord à vous décerner un satisfecit pour ce travail remarquable. J'outrepasse sans doute le cadre (humour d'entreprise) de notre entretien, mais je suis admiratif devant une telle réussite. Votre histoire arrive en effet à conjuguer thriller haletant et étude sociale, sans jamais faire perdre le rythme à votre récit.
P. Lemaitre : j'ai effectivement tenté d'intégrer le récit dans le contexte de crise actuel (avec ses répercutions), sans jamais oublier l'objectif premier de ce travail qui a pour cadre (humour d'entreprise) un vrai thriller.
L'évaluateur : en effet, après le thriller familial qui est le cadre (humour d'entreprise) de la plupart de vos confrères, ou le thriller juridique, vous avez inventé une nouvelle façon de traiter le thriller, avec ce qu'on pourrait appeler le thriller d'entreprise.
C'en est d'autant plus magistral, que votre récit fait montre d'une tension de tous les instants, avec une construction en trois étapes, d'une intelligence rare.
D'aucuns raillent les écrits à la première personne, soutendant que ce serait plus aisé à écrire. Je ne peux que m'inscrire en faux, tant votre style est admirable, éblouissant par son coté acerbe. Vous arrivez même à faire rire (noir) avec un sujet grave.
Je tiens également à souligner votre bonne connaissance des techniques managériales, bien maîtrisées et intégrées dans le récit.
P. Lemaitre : j'ai voulu que par sa construction, le récit soit prenant et par mes connaissances managériales, qu'il soit crédible.
L'évaluateur : oui, et quelle construction ingénieuse du récit !
P. Lemaitre : merci, avec une morale qui, j'espère donne à réfléchir.
L'évaluateur : étant dans le cadre (humour d'entreprise) de cet entretien, je ne ferais pas de commentaire sur la morale dont vous parlez.
Je crois que nous pouvons clôturer là, vous l'aurez compris, ce travail mérite d'être largement diffusé et doit rencontrer le succès et l'admiration qu'il mérite. Vous être devenu un maître en la matière (humour d'entreprise)
P. Lemaitre : merci (très drôle la blague...). Je peux y aller maintenant ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
cardabelle
17 mai 2017
Difficile à écrire ce billet après tant de louanges déjà exprimées !
Mais, encore une fois j'aime être " un petit colibri " et puisse ma modeste participation contribuer à rendre les honneurs à un grand écrivain.
Encore une fois, Pierre Lemaitre nous offre un sujet parfaitement travaillé, ciselé par la perfection du détail. On frôle l'oeuvre d'art tant les arcanes de la pensée et du pouvoir hiérarchique sont apprivoisés, étudiés, maîtrisés.
En se coulant dans l'ombre de ce DRH au chômage on adhère parfaitement à son ressenti ,épousant ses émotions et, d'actions en rebondissements , la compassion, l'effarement, la peur puis l'effroi laisseront le lecteur médusé, pantelant...
Comme à son habitude ,l'auteur use et abuse du machiavélisme et de la perversité qui, portés à leur paroxysme, produisent une bonne dose de la toxicité nécessaire à la qualité un thriller !
Même , s'il s'agit d'une fiction on ne peut s'empêcher d'y voir un message clair : c'est une mise en lumière de l'inhumanité de certaines entreprises , des difficultés bien réelles rencontrées par des cadres vieillissants ,de la méconnaissance des réelles compétences aussi.
C'est certes un fait de société que nul n'ignore mais ce roman offre un moyen de réflexion comme un autre sur ce sujet grave et toujours préoccupant.
A ne pas manquer donc !
Je viens aussi de terminer" Alex " .
Encore un succès, encore un énième billet à écrire ! et si j'ai bien compté , il ne me reste que trois ouvrages à lire du maître.
A suivre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
marina53
02 janvier 2013
Alain Delambre, 57 ans, est cadre dans les RH , ou plus précisément un ancien cadre qui pointe au chômage depuis 4 longues années. Subsistant aux besoins de sa famille, il se retrouve à faire des petits boulots démoralisants et humiliants, d'autant plus qu'il se fera battre le cul par un contremaître. Viré de son travail, il reprend espoir le jour où il reçoit une convocation pour un poste important dans une grande entreprise. Pour y accéder, il devra passer de nombreux entretiens et tests d'embauche mais surtout, il sera confronté à une ultime épreuve de prise d'otage, grandeur nature, qui a pour but d'évaluer différents cadres de cette entreprise. Prêt à tout pour réussir cette étape, Alain Delambre va se donner corps et âme, au péril de sa vie et de celle de sa famille...
Une fois n'est pas coutume, Lemaitre traite ici d'un problème bien particulier: le chômage chez les quinquagénaires. Véritable reflet de notre société actuelle où le travail a une importance capitale dans la vie d'un homme, il nous concocte un polar efficace et culotté. Tenue en haleine jusqu'aux dernières pages, on frémit pour Alain Delambre et on aurait presque de l'empathie pour lui. Oscillant entre le polar et le drame social, Lemaitre excelle dans ce roman finement mené.
Cadres noirs, sombrement exécuté...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Citations & extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne29 mai 2015
J'ai tout de suite vu que je n'avais aucune des qualités génétiques nécessaires pour survivre dans un pareil endroit. Dans la généalogie darwinienne de l'adaptation au milieu carcéral, je suis tout en bas de l'échelle. Il y en a d'autres comme moi, qui ont atterri ici par hasard, par accident ou par connerie (moi, c'est les trois) et qui se débattent dans l'anxiété la plus complète. C'est comme s'ils se baladaient avec un panneau indiquant : "Proie idéale : servez-vous !" C'est parmi ces victimes du "choc carcéral" qu'on recrute les premiers suicidés.
Il suffit de faire un pas hors de sa cellule pour comprendre à quelle strate sociale on appartient : moi, je fais partie du groupe de ceux qui prennent immédiatement un coup de poing dans la gueule et qui se font piquer tout ce que l'administration ne leur a pas déjà pris. Je n'ai même pas eu le temps de voir venir le type : je me suis retrouvé par terre, le nez explosé. Il s'est penché sur moi, il a pris ma montre, mon alliance, il est ensuite rentré dans ma cellule et il a raflé tout ce qui l’intéressait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienneladesiderienne25 mai 2015
Depuis quatre ans qu'on se connait, forcément, je considère mon conseiller du Pôle emploi comme l'un de mes proches. Il m'a dit récemment, avec une sorte d'admiration dans la voix, que j'étais un exemple. Ce qu'il veut dire, c'est que j'ai renoncé à l'idée de trouver du travail, mais que je n'ai pas renoncé à en chercher. Il croit voir là le signe d'un fort caractère. Je ne veux pas le démentir, il a trente-sept ans et il faut qu'il conserve ses illusions le plus longtemps possible. Mais en fait, je suis plutôt soumis à une sorte de réflexe d'espèce. Chercher du travail, c'est comme travailler, comme je n'ai fait que ça toute ma vie, ça s'est incrusté dans mon système neurovégétatif, quelque chose m'y pousse par nécessité, mais sans projet. Je cherche du travail comme les chiens reniflent les réverbères. Sans illusion, mais c'est plus fort que moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
caro64caro6402 avril 2011
Je mesure mon utilité sociale au nombre de mails que je reçois. Au début, d’anciens collègues de chez Bercaud m’envoyaient des petits mots auxquels je répondais tout de suite. On papotait. Et puis, je me suis rendu compte que les seuls qui m’écrivaient encore étaient ceux qui s’étaient fait virer. Des copains de promo en quelque sorte. J’ai arrêté de répondre. Ils ont arrêté d’écrire. D’ailleurs, globalement, tout s’est raréfié autour de nous. (…) Les gens se sont peut-être un peu fatigués de nous. Et nous d’eux. Quand on n’a pas les mêmes soucis, on n’a pas les mêmes plaisirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
FRANGAFRANGA29 avril 2014
Au début, le chômage, pour Mathilde et pour Nicole, c'était une idée, un concept : ce qui est écrit dans les journaux, ce dont parle la télévision. Ensuite, la réalité les a rattrapées : comme le chômage s'est répandu, il a été très vite impossible de ne pas côtoyer quelqu'un directement touché ou de ne pas croiser le proche d'un chômeur. Cette réalité est restée toutefois brumeuse, c'était une circonstance indubitable mais avec laquelle on peut vivre, on sait que ça existe, mais ça concerne seulement les autres, comme la faim dans le monde, les sans-logis, le sida. Les hémorroïdes. Pour ceux qui ne sont pas directement concernés, le chômage, c'est un bruit de fond. Et un jour, alors que personne ne s'y attendait, le chômage a sonné à notre porte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienneladesiderienne31 mai 2015
Charles opine du bonnet. Il croit comprendre ce que je veux dire. Et je me rends compte que depuis qu'il m'a fait le premier signe d'Indien à la sortie de la maison d'arrêt, je lui ai pris son portable, ses vingt euros, sa voiture et que je l'ai embarqué dans l'aventure sans rien lui expliquer. Charles n'a pas posé une seule question. Je me tourne vers lui. Il regarde le paysage défiler. Son visage me bouleverse.
Charles est beau. Je n'ai pas d'autre mot.
C'est une belle âme.
- Faut que je t'explique...
Charles continue de regarder le paysage et lève la main gauche, comme pour dire, c'est comme tu veux, c'est quand tu veux, c'est si tu veux. T'emmerde pas.
Une belle grande âme.
Alors j'explique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Pierre Lemaitre (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Lemaitre
Pierre Lemaitre - On n'est pas couché 9/04/2016 #ONPC
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Alex de Pierre Lemaitre : l'avez-vous lu ?

Le personnage principal est :

une femme
un homme

8 questions
386 lecteurs ont répondu
Thème : Alex de Pierre LemaitreCréer un quiz sur ce livre
. .