AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782956009504
185 pages
Scylla (01/02/2020)
4.17/5   74 notes
Résumé :
6 Histoires autour de la bourgade de Sturkeyville où des créatures rodent et où des hommes tombent.

Sommaire du recueil :

- Loob (1979)
- Feesters in the Lake (1980)
- The Pilgrimage of Clifford M. (1984), inédit en français
- Olida (1987)
- Come Where My Love Lies Dreaming (1987), inédit en français
- The Time of the Worm (1988)
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 74 notes
5
21 avis
4
12 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

alberthenri
  24 mai 2020
Il y avait longtemps que je n'avais pas lu un recueil de nouvelles fantastiques de cette qualité !
Pourtant, l'auteur, dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à ce que je découvre ce livre, est loin d'avoir été prolifique; seulement quinze nouvelles publiées.
Les six réunies ici ont pour point commun la ville imaginaire de Sturkeyville dans les Appalaches.
Le talent de Leman se trouve dans le traitement personnel et original de thèmes classiques du genre.
Ainsi, le thème rebattu du vampirisme est abordé de manière originale dans la nouvelle "La quête de Clifford M".
Il est difficile de ne pas donner une impression de déjà-lu dans un genre qui inévitablement a ses codes et ses poncifs ; Leman y parvient.
J'ajoute que l'équipe de Scylla a réalisé un très bon travail éditorial avec ce livre, initialement financé par souscription, l'objet est soigné, relié, couverture à rabats, signets.
En outre, la traduction de Nathalie Serval est excellente, et les illustrations d'Aranud S. Maniak servent très bien les textes.
Un ouvrage hautement recommandable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
LePamplemousse
  11 avril 2021
Je suis amatrice de romans d'horreur mais moins de nouvelles, car à part celles de Lovecraft, je trouve que le format court ne se prête pas toujours à créer une ambiance terrifiante en peu de pages.
J'ai pourtant beaucoup aimé découvrir ces six nouvelles d'un auteur qui m'était totalement étranger.
Que l'on parle de créatures répugnantes, de vampires, de vers géants, de maisons hantées ou autres monstruosités, ces six nouvelles sont aussi bonnes les unes que les autres, aucune ne m'a semblé d'un niveau en dessous des autres.
Le principe du recueil c'est que ces six histoires ont la particularité de se passer dans la même ville : Sturkeyville, un coin perdu des Etats-Unis, où visiblement, il ne fait pas bon vivre.
Les thèmes abordés sont connus mais souvent revisités de façon originale.
J'ai totalement adhéré au style d'écriture de l'auteur.
Le livre est illustré, ce qui est un plus, et il faut reconnaître qu'il est de qualité, que ce soit la superbe couverture, la texture épaisse du papier, le format agréable, l'objet en lui-même fait déjà très envie au départ.
Je remercie Babelio et les éditions Scylla pour cet envoi, le livre était d'ailleurs accompagné de plusieurs cartes postales et marque-pages, petite attention que j'ai trouvé très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Latulu
  05 novembre 2021
Les Éditions Scylla ressuscitent Bob Leman, auteur américain encore inconnu en France, dans cet incroyable recueil de six nouvelles horrifiques.
L'auteur, qui n'aura jamais connu la gloire, est décédé en 2006. Publié tardivement, à l'âge de quarante-cinq ans, il aura quand même eu le temps de livrer quelques pépites littéraires réunies dans l'ouvrage pudiquement intitulé « Bienvenue à Sturkeyville ».
Pudiquement car si le titre invite à poser ses valises au sein de cette petite ville perdue au milieu des Appalaches, la couverture laisse entrevoir une ambiance sombre et délétère.
Quels mystères se cachent dans le coeur des foyers et des habitants de cette bourgade ?
Loin des poncifs du genre horrifique, Bob Leman réussit à insuffler une nouvelle dynamique à des thèmes pourtant récurrents de la littérature fantastique.
Son traitement particulier de la métamorphose dans La Saison du Ver, première nouvelle à nous être livrée, montre l'originalité de l'auteur.
Il aborde le thème du vampirisme de deux manières totalement différentes dans La Quête de Clifford M, où le vampire cherche à se connaître lui-même et Odila, où le point de vue se situe du côté de la victime.
Bob Leman revisite la hantise dans Les Créatures du Lac et Viens où mon amour repose et rêve.
Il s'illustre brillamment dans la manipulation du temps avec Loob, nouvelle dont la qualité d'écriture remarquée aura été le déclencheur de cette édition.
Tout à tour incisif ou prenant son temps, le style de l'auteur est unique. Je me suis laissée happer et emporter par les tourments de cette bourgade à la population si quelconque et en même temps, une fois le voile de la réalité levé, si torturée.
La traduction de Nathalie Serval est impeccable, le récit ne souffre d'aucune incongruité et les illustrations intérieures en noir et blanc d'Arnaud S. Maniak, loin d'être racoleuses, sont glaçantes d'étrangeté.
Enfin la couverture extérieure à rabat de Stéphane Perget parachève l'objet-livre, comme un bel hommage à cet écrivain disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
JustAWord
  29 décembre 2019
Très largement tombé dans l'oubli, l'écrivain américain Bob Leman n'a pourtant rien perdu de son attrait.
Aussi rares — quinze nouvelles et pas un seul roman dans sa carrière — que précieux, les textes de l'américain furent jadis traduits dans la prestigieuse revue Fiction grâce, notamment à Alain Dorémieux.
Pour tenter de le remettre sur le devant de la scène, les micro-éditions Scylla aidées par la traductrice Nathalie Serval, les illustrateurs Stéphane Perger et Arnaud S. Maniak ainsi que la graphiste Laure Afchain se sont mis en tête de publier un bel ouvrage regroupant les six nouvelles de Bob Leman liées à son fameux cycle de Sturkeyville, petite ville américaine à l'histoire tumultueuse.
Un crowdfunding plus tard et voilà que débarque Bienvenue en Sturkeyville dans un écrin à la hauteur du contenu.
Une petite ville tranquille
Sturkeyville ne vous dit peut-être rien mais cette petite ville américaine nichée au pied des Appalaches a connu son long d'histoires étranges au cours de son existence.
Bob Leman, en bon conteur et archiviste de talent, se propose de vous en raconter six, tour à tour effrayantes, intrigantes, fascinantes et dérangeantes.
Ce fix-up de nouvelles nous invite donc à naviguer en eaux troubles, du lac Howard au cimetière de la ville en passant par les aciéries de la vieille famille Hodge.
Si le cadre n'a rien d'extraordinaire, avec ses vieilles lignées bourgeoises et ses pauvres travailleurs, ses fiançailles imprévues et le bouleversement entraîné par la Grande Dépression, il se produit des choses très curieuses à Sturkeyville. Des choses abominables même.
En immisçant de façon frontale le fantastique et l'horreur dans cette bourgade anonyme, Leman n'applique pas simplement la définition la plus stricte du fantastique mais recycle périodiquement ses obsessions horrifiques autour de la transformation du corps et de la psyché ainsi que ses préoccupations autour de l'inéluctable s'abattant sur le pauvre malheureux qui n'en demandait pas tant…
C'est d'ailleurs exactement ce qui arrive à Harvey Lawson au cours de la première nouvelle, La Saison du ver. Dès la première phrase, le ton est donné et le fantastique mis en place : la femme d'Harvey est un ver télépathe !
Une monstruosité qui vit sous sa maison et s'empare de l'esprit de sa mère avant de s'emparer du sien et de le réduire à l'état d'esclave pathétique.
Seulement voilà, Harvey n'attend qu'une occasion pour se jouer du ver même si celle-ci met des années à se présenter.
Bob Leman décrit la déperdition mentale et physique d'un homme que rien ne prédestinait à l'horreur tout en jouant sur une horreur organique avouée à demi-mots qui se ressentira dès lors dans tous les autres textes de l'auteur.
Transformer l'être
Ce qui obsède clairement l'américain, c'est la faculté pour l'être humain d'être altéré par un élément extérieur.
Cette altération se traduit d'ailleurs de façon variable.
Elle peut être mauvaise comme pour Harvey Lawson pris au piège dès son plus jeune âge, ou bénéfique comme pour Clifford M., vampire qui s'ignore et qui grandit dans un monde humain lui permettant d'éviter la monstruosité sauvage de ses congénères.
Dans La Quête de Clifford M., Bob Leman explore le mythe vampirique à sa sauce pour en faire une sorte d'analyse anthropologique délicieuse qui se conclut avec une vraie humanité.
La transformation à Sturkeyville n'est jamais uniquement physique. Si souvent les créatures sorties de l'imagination de Leman changent d'aspect en vieillissant, leur psychologie évolue. Clifford M. en est d'ailleurs un exemple parfait, passant du vampire en quête des siens à pourfendeur de sa propre espèce.
Pour la famille Feester, les choses sont tout aussi complexes. Victime d'une malédiction (ou d'un parasite selon vos croyances), les filles Feester deviennent des monstres hantant un lac plus profond qu'on ne le pense.
Ici, encore une fois, l'enquête prend l'aspect d'un conte dans l'histoire dans le récit. Bob Leman enchâsse ses légendes et prend un plaisir à confectionner ces mythes en poupées russes littéraires. Les Créatures du Lac synthétisent en réalité tout le talent de conteur de l'écrivain réunissant son écriture enchevêtrée, son horreur organique et ses histoires familiales emprunt d'amours déçus et de coeurs brisés en un seul et même texte.
Portraits familiaux
Bienvenue à Sturkeyville, davantage encore que la chronique en échos d'une ville ordinaire, devient rapidement une compilation d'histoires humaines où le plus grand talent de Bob Leman est de dresser des portraits crédibles et éminemment humains du moindre de ses personnages.
Odila raconte par exemple l'union improbable entre deux familles, l'une de Sturkeyville, l'autre de son double dégénéré dans les montagnes, Grill's Fork. Deux familles, les Selkirk et les Wagner, des personnages puissants et fouillés, des lignées bouleversées par leurs racines monstrueuses…et bien évidemment des créatures aux transformations particulièrement dégoûtantes.
Au milieu de tout ça, Leman glisse une histoire d'amour qui pourrait ne pas en être une et un homme pris au piège d'une puissance qu'il ne comprend pas tout à fait.
Mais là où le génie de l'américain éclate, c'est bien dans l'avant-dernière nouvelle, Loob, petit chef d'oeuvre de paradoxe temporel et d'horreur sourde où l'idiot du village devient le fossoyeur de la prospérité à cause des mauvais traitements qu'on lui inflige. Croisant le portrait de plusieurs familles, opposant les environnements sociaux et les opportunités, Leman devient sociologique et émouvant, piégeant le lecteur dans une boucle (Loop/Loob) où le passé sera différent un jour ou l'autre.
Pour terminer, une dernière histoire familiale, sous le signe du fantôme et de la maison hantée avec Viens là où mon amour repose et rêve. Toujours un homme écrasé par le poids d'un destin cruel et sous l'emprise d'une influence maligne qui le transforme physiquement et mentalement. Toujours cette fibre humaine et sensible qui creuse jusqu'à l'indicible et la perte pour que la transformation devienne le reflet du châtiment injuste et erratique comme peut l'être la vie elle-même.
Brillant recueil d'histoires fantastiques, fix-up horrifique fascinant où Cronenberg croise Lovecraft et del Toro, Bienvenue à Sturkeyville redonne voix à un auteur franchement passionnant à l'écriture délicate.
Un délice pour tous les amateurs du genre fantastique.
→ Vous pouvez précommander Bienvenue à Sturkeyville sur le site des éditions Dystopia : https://www.dystopia.fr/a/bob-leman/bienvenue-a-sturkeyville
Lien : https://justaword.fr/bienven..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
KRYSALINE555
  29 juillet 2020
Je remercie les éditions Scylla et « lecteurs.com » pour la découverte de ce recueil composé de six nouvelles qui prennent toutes, place dans le même village imaginaire de Sturkeyville. Six nouvelles sur quinze écrites au total par Bob Leman, quasiment inconnu et remis au goût du jour par cette formule originale d'édition. J'ai aussi beaucoup apprécié les illustrations qui accompagnaient les récits et qui ressortaient très bien aussi sur la version numérique.
Loin d'être une adepte du genre et peu versée dans l'analyse des récits fantastiques et de leurs significations transcendantales, j'ai pourtant été séduite par ces récits étranges aux reflets maléfiques. Séduite par leur emprise quasi irrésistible et inéluctable ; leur atmosphère pesante et saturnienne. J'ai adoré en fait.
Très ancrée dans le réel, j'aime les histoires qui font sens et qui potentiellement pourrait-être possibles. J'ai pourtant eu ma période « fantasy » avec la lecture de bons nombres de Stephen King et j'étais vraiment très fan. le côté vraiment sombre, glauque, voire « gore » de ces récits m'a peu à peu détournée de ses écrits. J'ai néanmoins beaucoup aimé les nouvelles de Bob Leman et leur petit côté « underground ».
Je n'aurai pas la prétention de faire l'analyse des métaphores utilisées, d'autres critiques l'ont déjà brillamment fait. Non, je recommande modestement la découverte de l'univers de bob Leman peuplé d'étranges personnages, mi humains, mi monstres. Tous ont des psychologies complexes et diablement à la fois attachantes et répugnantes. Cette lecture me fait renouer avec le genre « fantastique » et je ne compte pas m'arrêter là. !
Ma nouvelle préférée reste « la quête de Clifford M.». Cette histoire de vampires zonardisés auxquels refuse de s'identifier Clifford m'a véritablement emballée. Je l'ai trouvée sensible et touchante. J'ai ressenti de l'empathie pour le personnage de Clifford et j'ai réussi à mettre de côté le côté « peu plausible » du récit.
J'espère que les Éditions Scylla, qui ont publié ces six nouvelles grâce à un financement participatif (ou crowfunding) auront la bonne idée de publier les neuf autres écrites par B. Leman….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BleuopaleBleuopale   27 mars 2020
La compréhension du cas de Clifford M. nécessite une bonne connaissance des processus naturels impliqués dans la reproduction des vampires. Selon une croyance largement répandue, ces créatures doivent forcer un être humain à ingérer leur sang avant de le vider du sien, telles des sangsues, pour qu'il deviennent lui-même un vampire une fois ressuscité. Pure superstition !
Commenter  J’apprécie          30
JustAWordJustAWord   29 décembre 2019
Elle vécut là dans une nuit et une terreur perpétuelles, prodiguant sa tendresse et ses soins aux quatre petits monstres qui avaient été ses filles, leur chantant des berceuses dans les ténèbres moites du sous-sol où elles avaient trouvé refuge.
Commenter  J’apprécie          20
YuyineYuyine   14 mai 2020
Ici, on ne distingue pas le moindre son ni la moindre lumière.
Ici, tout n’est qu’amour.
Commenter  J’apprécie          10
AnneVacquantAnneVacquant   12 mai 2020
Une œuvre n’est oubliée que lorsque le dernier lecteur a disparu
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Bob Leman (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
815 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre