AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Aurelialtdc


𝑫𝒂𝒏𝒔 "𝑭𝒂𝒖𝒕-𝒊𝒍 ê𝒕𝒓𝒆 𝒇𝒍𝒆𝒖𝒓 𝒃𝒍𝒆𝒖𝒆 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒍𝒂 𝒗𝒊𝒆 𝒆𝒏 𝒓𝒐𝒔𝒆 ?", Théo Lemattre nous plonge dans l'univers cynique et trépidant de Clarence, une jeune cadre dynamique évoluant dans une entreprise aussi ironiquement nommée que sinistre, Dépression & Cie. Dès le départ, nous sommes immergés dans un monde où le succès professionnel prime sur toute autre considération, où l'ambition est la règle et où la manipulation est un outil de tous les instants.



𝑱𝒆 𝒎𝒆 𝒔𝒖𝒊𝒔 𝒓𝒂𝒑𝒊𝒅𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒂𝒕𝒕𝒂𝒄𝒉é𝒆 à Clarence, une protagoniste à la fois brillante et brisée. Sa carapace solide cache des cicatrices toujours ouvertes, des échecs récurrents et une souffrance profonde. Elle mérite le bonheur, même si elle semble vivre dans le déni permanent de ses propres émotions. Avec son honnêteté décapante, elle nous entraîne dans des situations parfois cocasses, mais toujours empreintes d'une sincérité désarmante.



𝑱'𝒂𝒊 é𝒕é 𝒑𝒂𝒓𝒕𝒊𝒄𝒖𝒍𝒊è𝒓𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒕𝒐𝒖𝒄𝒉é𝒆 par la manière dont l'auteur traite ce mal qui ronge de si nombreuses personnes. À travers Clarence et Etienne, j'ai retrouvé des échos de mes propres luttes et de mes moments de désespoir. Leur parcours m'a rappelé que même dans les moments les plus sombres, il existe toujours une lueur d'espoir.



"𝑭𝒂𝒖𝒕-𝒊𝒍 ê𝒕𝒓𝒆 𝒇𝒍𝒆𝒖𝒓 𝒃𝒍𝒆𝒖𝒆 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒍𝒂 𝒗𝒊𝒆 𝒆𝒏 𝒓𝒐𝒔𝒆 ?" est bien plus qu'une simple comédie romantique. Ce roman aborde avec finesse des thèmes profonds et universels. Les références musicales et cinématographiques apportent une touche de légèreté bienvenue, tandis que l'humour noir souligne les paradoxes de la condition humaine. Sous ses dehors légers, il explore avec finesse les tourments de l'âme humaine, nous invitant à regarder au-delà des apparences pour découvrir la véritable beauté qui réside dans nos failles et nos cicatrices. Une lecture à la fois drôle, tendre et profondément réconfortante.
Lien : https://le-temps-dune-chroni..
Commenter  J’apprécie          10



Ont apprécié cette critique (1)voir plus




{* *}