AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B091H5S2VT
253 pages
Éditeur : Eyrolles (01/04/2021)
4.02/5   60 notes
Résumé :
Margot, est la fille cachée d'un homme politique français, Bertrand Lapierre, et d'une actrice française renommée, Anouk Louve. La mère de Margot a élevé celle-ci dans une économie de tendresse, avec le souci qu'elle ne dépende de rien ni de personne. De son côté, Margot se rêve une mère plus présente et aimante, à qui elle pourrait dire " maman ", qui lui montrerait qu'elle l'aime. C'est un château de cartes soigneusement érigé que Margot décide de faire s'écrouler... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 60 notes
5
17 avis
4
14 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

hcdahlem
  13 avril 2021
La fille cachée, le ministre et la comédienne
Ce premier roman venu des États-Unis est une double (bonne) surprise. Pour l'histoire de la fille cachée du ministre de la culture et d'une comédienne et pour la découverte d'une primo-romancière au talent indéniable.
Margot vit à Paris avec sa mère, comédienne et metteure en scène. Cette dernière entretient une liaison avec son père qui a été nommé ministre de la culture et qui s'affiche officiellement avec une autre femme, riche et célèbre. Une double-vie et un lourd secret pour l'adolescente qui s'estime sacrifiée par cette raison d'État et par la carrière professionnelle de sa mère, pavée de gloire, alors qu'elle doit rester dans l'ombre. Margot entend dès lors prendre ses distances et choisit d'appeler désormais sa génitrice par son prénom, Anouk, plus que par maman.
Un jour, alors qu'elles prennent un verre à une terrasse non loin du jardin du Luxembourg, le regard d'Anouk croise celui de la femme qui partage officiellement la vie de son amant. Après quelques secondes de sidération, elle choisit de fuir avec sa fille. Mais cette silhouette va désormais obséder Margot qui, le jour de ses dix-sept ans, forme le voeu qu'elle disparaisse et que son père choisisse leur foyer.
Lors d'une soirée de première, autour des petits fours elle fait la connaissance de David. Elle va sympathiser avec ce journaliste jusqu'à finir par lui révéler son secret. Car elle imagine que si la vérité venait à s'étaler à la une des journaux, elle pourrait voir son voeu se réaliser. Ce jour fatidique arrive: «Le ministre de la Culture entretient une liaison avec l'actrice Anouk Louve! L'homme politique, marié à Claire Lapierre, mène une double vie.» À la déflagration de l'annonce suit un communiqué niant les faits avant que, huit jours plus tard, le ministre reconnaisse sa liaison et sa paternité. Quant à Margot, elle doit se contenter d'un long silence. Et de questions qui resteront sans réponses. Car après quelques semaines, son père est retrouvé mort.
«Parfois, je m'assieds par terre dans ma chambre et je ferme les yeux pour imaginer ce qui se serait passé si je n'avais pas rencontré David. Si je n'avais pas ouvert la bouche. J'aurais dû savoir que ça pouvait le tuer. (...) Quand je pense à ce que j'ai fait, je n'ai qu'une seule idée en tête: tout effacer.»
La seconde partie du roman, tout aussi passionnante, nous montre comment Margot va essayer de se reconstruire après ce choc. Par l'écriture. Un peu comme l'avait fait Mazarine Pingeot, la fille de François Mitterrand, en publiant Bouche cousue, en 2005. Cette fois, ce n'est pas Margot qui prend la plume, mais elle se confie à Brigitte, la compagne de David qui prête sa plume pour la rédaction de livres. En décidant de livrer sa vérité, elle veut se libérer de son lourd passé, mais aussi explorer toutes les zones d'ombre, savoir qui était son père, quelles relations il entretenait vraiment avec sa mère et avec Claire Lapierre. Ce qui l'oblige à son tour à élaborer une stratégie du secret pour ne pas heurter sa meilleure amie Juliette, pour ne pas dévoiler son projet à sa mère. Au fil des jours, elle ne va plus vivre que pour David et Brigitte, ses nouvelles boussoles. Fascinée et attirée comme un papillon vers la lumière.
Sanaë Lemoine retrace avec beaucoup de finesse cette période charnière de la vie d'une adolescente en passe de s'émanciper. Et de comprendre combien, il est important de choisir par soi-même plutôt que de se laisser guider par les autres. Et d'écrire soi-même son histoire.


Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Verdure35
  14 avril 2021
La jeune auteure de ce premier roman a un père breton , une mère japonaise, l'Argentine l'a vue naître et l'Australie grandir, elle vit aux E.U.
Alors qu'elle est jeune documentaliste , une journaliste américaine lui demande de s'intéresser à l'affaire Mazarine Pingeot et à son roman "Bouche cousue".
Quelques mois plus tard, son propre père lui avoue avoir une double vie avec de la descendance déjà.
C'est à partir de là qu'elle aussi à envie de raconter son histoire à travers la fiction.
Comme toute jeune fille qui a rêvé de la France , elle a des idoles; F Sagan(Bonjour tristesse), J.Deray (la piscine), M;Duras (l'amant), et ces inclinaisons sont évidentes dans le roman.
Roman qui narre les troubles de l'adolescence, les rapports aux parents, naturellement pas faciles mais surmultipliés pour une enfant cachée non reconnue par son père(dans le roman), et qui meurt d'envie de pouvoir être enfin "elle".Une mère comédienne plutôt égocentriste mais qui veut endurcir sa fille afin qu'elle accepte cette vie cachée et les ragots qui l'accompagnent. le père est un ministre.
C'est un page-turner de lecture très agréable, d'une qualité de papier remarquable; mais c'est un premier roman qui manque de "chair" et déjà destiné à une série télévisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
morin
  17 avril 2021
J'ai eu la chance mardi dernier de participer, via zoom, à la rencontre organisée par Babelio avec Sanae Lemoine. "L'affaire Margot "qui vient de paraître en France a connu un grand succès aux États-Unis l'an dernier.
Sanae a répondu avec gentillesse et intelligence à l'ensemble des questions. le livre de Mazarine Pingeot "bouche cousue" l'a inspirée. Mais aussi son histoire personnelle ayant découvert que son père français, avait aussi deux familles.
Margot est la narratrice. Ce livre est une sorte de journal intime portant sur l' année charnière dans la vie de Margot.
Margot est une jeune fille de 17 ans, élève brillante en classe de terminale. Elle est la fille naturelle d'un homme politique. Elle est élevée par Anouk, sa mère, comédienne de théâtre. Juliette est sa meilleure et seule amie.
Souffrant de cette situation, Margot décide de sortir de l'anonymat. Elle confie à David, un journaliste qu'elle a rencontré, le nom de son père et l'autorise à le communiquer dans la presse. L'affaire fait grand bruit. Malheureusement son père décède sans avoir repris contact avec elle.
Dans la deuxième partie de l'ouvrage Margot évolue, elle quitte l'adolescence et entre doucement dans le monde des adultes. Naïve elle confie son histoire à Brigitte - femme de David- pour rédiger un projet de livre. Elle s'est sentie valorisée par l'attention qu'ils semblaient lui donner. Elle a cru à leur amitié, la déception n' en est que plus grande. Heureusement ses liens avec sa mère, se resserrent : "je voulais absorber ma mère en moi pour n'être jamais seule. Je n'avais pas peur."
Excellent livre. Rédigé en anglais, bien traduit, une écriture fluide. Je n'ai pas été gênée par l'absence de ponctuation dans les dialogues. Je m'y suis habituée très rapidement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Little_stranger
  11 mai 2021
C'est quoi un père formidable ? C'est un père absent. C'est quoi un père ? c'est celui qui vous reconnaît comme son enfant et fait le nécessaire pour accompagner votre avenir.
La première phrase semble un peu rude, mais quand vous n'êtes pas souvent là, vous êtes paré de toutes les qualités et il est plus facile d'être génial un jour de temps en temps, que d'être présent tous les jours et d'être aussi génial, de se colleter à la réalité d'un enfant. C'est ce que va découvrir Margot, fille cachée d'une actrice de théâtre majestueuse, Anouk Louve, très belle femme et d'un homme politique, Bertrand Lapierre, issu d'un milieu modeste du Nord de la France, devenu ministre de la culture dans les années 2000.
Margot passe son bac. Elle a une amie très proche, Juliette, qui a des parents idéaux aux yeux de Margot, car ils sont en couple et ont des relations fluides avec leur fille. Margot, elle, a l'impression de ne pas exister entre sa mère, pas assez "mère" à son goût, qui l'a toujours considéré en adulte et son père, qui ne lui consacre que des moments volés sur un emploi du temps très chargé.
Autour d'Anouk et Margot, gravite un couple d'ami d'Anouk, Théo, danseur et Mathilde, costumière, qui sont d'une certaine façon les autres parents de la jeune fille. C'est lorsqu'Anouk et Margot croisent l'épouse officielle du père de Margot, Mme Lapierre, que Margot commence à avoir l'idée de faire sauter le carcan des non-dits, persuadée que son père, quittera son épouse officielle pour vivre avec elle. Sa rencontre avec David Perrin, journaliste et sa compagne, Brigitte, va se transformer en une éducation sentimentale et éducative d'autant plus rude, que le père de Margot va mourir d'une crise cardiaque.
Margot ne perçoit qu'une face du "couple" formé par Anouk et son père. et de celui officiel formé par son père et son épouse. Anouk est issu d'un milieu aisé, d'un père médecin et d'une mère, absente, elle a eu des relations difficiles avec ses parents. Elle ne veut pas reproduire le schéma qu'elle a vécu avec sa fille et va donc l'élever seule tout en se consacrant à sa carrière.
C'est un roman qui se lit vite, la lecture est fluide. On comprend les contradictions de Margot, de sa mère (qui porte le beau nom de Louve), on évolue avec elle qui comprend que rien n'est simple en matière d'amour et de filiation, de maternité, de paternité. Je me suis dit que le nom de Lapierre n'était pas un hasard, comme celui de Louve.
Le livre se termine sur une scène de théâtre, lors du dernier seule en scène d'Anouk, qui lie théâtre et danse : une femme seule en scène, une femme qui s'assume, mère célibataire, amoureuse, mais désirant sa liberté, une femme qui apprend à sa fille, les différentes conjugaisons et formes du verbe aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
IZZYVIVI
  12 avril 2021
Lire ce roman, c'est d'abord tenir entre ses mains un livre à la couverture si douce et si agréable au toucher que l'on ne peut pas s'empêcher d'éprouver déjà un certain plaisir.
Lire ce roman, c'est ensuite se retrouver propulsée au milieu de l'histoire de Margot, fille cachée d'un brillant homme politique, parti de rien et devenu ministre.
Margot a 17 ans, prépare le bac avec sa meilleure amie et vit seule avec sa mère ( quand celle-ci est là...)
Tout au long de ce récit, @sanaelemoine nous entraîne, dans un style très fluide et très agréable à lire, au milieu des questionnements, des interrogations, des coups de colère ou de blues de cette jeune fille qui cherche à comprendre SON Histoire, voire à la modifier. Quitte à y "laisser des plumes."
Rapports difficiles avec sa mère, mais également avec son père, des personnages bien ( ou mal ???) intentionnés qui gravitent autour d'elle ; comment aborder l'âge adulte et sa future indépendance alors que son passé est complexe, entaché de nondits et de secrets.
Alors Margot va s'essayer à un jeu : jouer de sa liberté ( ses parents sont si peu présents physiquement)
pour aller malmener la liberté des autres.
Liberté de choisir sa vie, liberté d'aimer comme on en a envie, liberté de partager ou pas, liberté d'écrire, liberté de ne plus aimer...
Une histoire qui n'est pas sans rappeler celle de Mazarine, la fille cachée d'un ancien président français. Mais si après avoir utilisé des méthodes plus que condamnables pour empêcher son" secret" de fuiter ,c'est le père lui-même qui décida quand et comment présenter sa fille, celui de Margot est bien loin d'accepter que tout soit rendu public.
Un roman qui m'a fait passer de l'énervement à la colère, de l'amusement à l'exaspération tant les sentiments des divers personnages y sont très bien décrits et analysés.
Je remercie Babelio et les éditions Eyrolles pour cette belle parenthèse de plus de 300 pages autour du quartier du Luxembourg , pour cette promenade dans Paris avec Margot .
Bravo madame Sanaë Lemoine pour cet envoûtant 1er roman.
Un très beau roman d'apprentissage qui ne laissera personne indifférent.
J'oubliais : une toute petite question. Pourquoi tous ces détails de préparation de plats, de repas, de choix de vins...??? ;)))
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31


critiques presse (2)
Bibliobs   31 mai 2021
Dans « l’Affaire Margot », la Franco-Japonaise Sanaë Lemoine fait le portrait de la fille illégitime d’un homme politique, qui ressemble à Mazarine Pingeot.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   25 mars 2021
Avec ce premier roman écrit en anglais et inspiré de l’affaire Mazarine, la jeune Franco-Japonaise a conquis la critique américaine.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   13 avril 2021
Nous étions attablées côte à côte à la terrasse d’un café, face à des immeubles couleur sable aux balcons étroits en fer forgé. Au bout de la rue, on voyait le Luxembourg, ses grilles aux pointes dorées, et la végétation luxuriante derrière. C’était la fin de l’après-midi, l’heure la plus chaude de la journée, et la réverbération du soleil sur les façades claires transformait le trottoir sous nos pieds en une vraie fournaise. Anouk prenait le soleil, chapeau de paille sur la tête, vêtue d’un haut sans manches. Je lui ai dit de se couvrir les épaules – elles viraient déjà au rose. Ma mère était d’un naturel volubile. J’avais rarement besoin de relancer la conversation. Ce jour-là, elle me parlait de la pièce qu’elle mettait en scène avec un ami moins expérimenté. Elle maîtrisait toutes les étapes de la création d’un spectacle, depuis l’écriture jusqu’à la fabrication des décors. Malgré son absence totale d’organisation dans la vie quotidienne, c’était une metteuse en scène hors pair. Mais les acteurs, eux, étaient novices. Tout en parlant, elle a fait craquer sa nuque. Ce bruit, concrétisation fugace des rouages de son corps, m’a fait frissonner. Elle m’a expliqué qu’elle tenait absolument à connaître les dialogues par cœur. Chaque réplique soufflée aux comédiens, chaque correction de texte, était une façon de gagner leur respect.
Quel âge ont-ils? ai-je demandé.
Ils ne sont pas beaucoup plus vieux que toi. Ils sortent juste du Conservatoire. À la pause déjeuner, ils prennent une heure. Tu imagines, une heure pour manger un sandwich Aucun d’eux ne reste au théâtre pour répéter. Ils n’ont pas ta discipline.
Le compliment m’a fait sourire.
À l’exception de quelques familles qui passaient près de nous en direction du jardin, la rue était calme. J’ai ouvert l’emballage du spéculoos qui accompagnait mon café avant de me raviser. Je ne voulais pas prendre de poids avant l’été. Anouk n’avait pas terminé son citron pressé. La pulpe était remontée à la surface, formant une couche épaisse. Elle le prenait toujours sans sucre.
Au beau milieu d’une phrase, elle s’est tue et a blêmi.
J’ai demandé : Qu’est-ce qui se passe ?
Elle fixait une femme qui faisait des allers et retours sur le trottoir d’en face, téléphone à l’oreille. Je n’avais pas le souvenir de l’avoir jamais vue. Elle devait être de l’âge de ma mère. Vêtue d’une veste beige et d’une jupe assortie, avec des collants clairs et des escarpins noirs, elle ne ressemblait pas à quelqu’un qu’Anouk aurait pu connaître. Ses cheveux courts et foncés étaient coiffés avec élégance. Elle portait une fine écharpe à motif fleuri qui flottait dans le vent. Nous entendions sa voix mélodieuse, ponctuée de petits rires et soulignée par le cliquetis de ses talons sur le bitume.
Tu la connais?
Anouk m’a fait signe de me taire et a baissé la tête comme pour dissimuler son visage. D’un geste brusque, elle a tiré un billet de dix euros de son portefeuille et l’a posé sur la table.
Voulait-elle que nous partions? Elle semblait hésiter, assise au bord de la chaise.
Mais tu n’as pas fini ton verre ! J’ai montré le citron pressé, qui laissait des ronds d’humidité sur la petite table.
En général, le visage d’Anouk exprimait son état émotionnel. Ses sourcils se dressaient comme des flèches, sa bouche s’arrondissait, le volume de sa voix augmentait. Elle était tout feu tout flamme. Je ne l’avais jamais vue reculer devant un obstacle. Et pourtant, elle restait là, immobile, lèvres pincées, comme si seule cette attitude pouvait contenir ses émotions. Que se passait-il? Pourquoi son corps s’était-il fermé d’un coup? Elle a jeté un coup d’œil furtif à l’inconnue et je l’ai vue tressaillir. Devant cette réaction, j’ai senti mes poils se hérisser, et moi aussi, j’ai eu un mouvement de recul.
Partons, a-t‑elle lancé.
Elle a regardé l’autre une dernière fois avant de saisir son sac à main. Au moment où je me suis levée, j’ai vu la femme disparaître au coin de la rue. Nous avons coupé par le Luxembourg. Nous marchions vite et en silence. Nous avons contourné la fontaine devant laquelle se reposaient quelques touristes. Mes pieds et mes sandalettes ont vite été recouverts de la poussière blanche du gravier. Nous ne nous sommes arrêtées qu’une fois, au passage piéton de la place Edmond-Rostand,
pour attendre au feu. J’essayais de me souvenir du visage de la femme, mais tout ce qui me revenait, c’était sa tenue, le tailleur beige et les escarpins, sa façon de bouger la main tout en parlant, et l’effet électrisant qu’elle avait eu sur Anouk. Sans la réaction de ma mère, j’aurais trouvé l’inconnue banale, à supposer même que je lui aie prêté attention. Mais en y repensant, je me rendais compte que son attitude, sa façon d’occuper tout l’espace par sa conversation téléphonique, était celle d’une femme importante, une femme d’un autre monde.
À la maison, Anouk m’a révélé que celle que nous avions vue dans la rue n’était autre que Madame Lapierre, la femme de mon père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   13 avril 2021
Anouk et moi ne fêtions pas vraiment nos anniversaires. Pour le sien, je lui offrais un petit cadeau et je prenais soin de lui souhaiter Joyeux anniversaire dès le matin, pour en être débarrassée. Les célébrations me mettent mal à l’aise, peut-être parce que ma mère ne m’a pas appris à les apprécier. J’ai erré un moment dans l’appartement. Je savais qu’Anouk était déjà levée. J’avais vu sa tasse dans l’évier et la baignoire était encore humide. Je l’entendais répéter des répliques dans sa chambre, mais c’était le jour de mon anniversaire et j’avais besoin qu’elle fasse attention à moi. J’ai frappé à sa porte et je l’ai appelée, fort. Elle n’a pas répondu. Un sentiment étrange et sombre m’a envahie d’un seul coup. Elle a fini par ouvrir la porte brusquement et j’ai reculé, surprise. Sa peau était éclatante. En cet instant, je l’ai détestée pour ne pas m’avoir appris à prendre soin de la mienne. Elle ne me prêtait même pas ses crèmes de beauté.
Tu sais que je travaille, a-t‑elle lancé d’une voix tranchante, mais moins en colère que je ne l’aurais cru. Qu’est-ce que tu veux ?
Que tu fasses moins de bruit, ai-je répondu. J’essaie de lire.
Elle est restée silencieuse un instant, la main sur la porte.
Puis elle s’est détendue et a souri. C’est ton anniversaire, a-t‑elle dit comme si elle venait juste de se le rappeler. Bon anniversaire, ma chérie. Je vais te faire un chocolat chaud. Avec cette chaleur, j’aurais préféré un bol de céréales, mais c’était la seule attention qu’elle daignait m’accorder pour mon anniversaire. Elle le préparait avec du lait entier, une cuillère de crème épaisse et du chocolat noir. Elle a posé le bol sur la table devant moi. Un an de plus, a-t‑elle commenté en me regardant manger. J’ai trempé ma tartine beurrée. Des yeux de beurre salé fondu se sont formés à la surface du liquide. Qu’est-ce que tu veux comme cadeau? J’ai reposé ma tartine et je me suis essuyé les doigts. J’ai fait mine de réfléchir à la question quelques instants, mais j’avais déjà la réponse en tête.
Je veux que Madame Lapierre sache qui nous sommes. Puis qu’il la quitte pour venir vivre avec nous.
J’avais parlé calmement, tentant de paraître détachée, comme si je n’y attachais pas beaucoup d’importance. Elle a levé les yeux au ciel. Tu demandes toujours la lune. Ton père ne viendrait jamais vivre avec nous.
Mais peut-être que si elle connaissait notre existence, elle le quitterait, et il serait obligé de s’installer ici !
Je suis sûre qu’elle est au courant.
Tu m’as dit qu’elle ne savait pas qui nous étions.
Elle ne sait peut-être pas qui nous sommes, spécifiquement, mais c’est une femme intelligente. Je me garderais bien de la prendre pour une imbécile.
Anouk a ri nerveusement et a passé la main dans ses cheveux.
J’ai scruté son visage.
Tu espérais qu’on tombe sur elle un jour ou l’autre.
Elle est au courant, a répété Anouk comme si elle ne m’avait pas entendue.
Comment peux-tu en être si sûre ?
La conviction dans sa voix m’ébranlait. En général, je lui faisais confiance, mais j’avais l’impression qu’elle tirait cette conclusion de l’après-midi où nous avions brièvement vu Madame Lapierre, et qu’elle avait interprété cet incident fortuit
bien avant aujourd’hui.
Appuyée au plan de travail, Anouk me regardait. De toute façon, qu’est-ce
qui te fait croire qu’elle voudrait le quitter?
J’ai pris une gorgée de chocolat. Le liquide a coulé dans ma gorge, chaud et épais. La tartine détrempée avait la consistance du papier mâché.
Et qu’est-ce qui te fait croire que moi, j’aurais envie de vivre avec lui? a-t‑elle
continué.
Elle a quitté la cuisine pour le salon, s’est installée dans son fauteuil. Je l’observais du coin de l’œil. Elle a posé les pieds sur le masseur, un cadeau de mon père. Elle l’a allumé et la machine s’est mise à ronronner doucement, provoquant de petites secousses dans ses jambes. Elle l’avait réglée au minimum.
Je disais ça comme ça, ai-je marmonné. Je me suis rendu compte que j’avais l’air sur la défensive.
Laisse-moi te dire une chose. Ton père et Madame Lapierre ne couchent plus ensemble depuis des années. Ils font chambre à part. C’est un mariage de convenance. Une relation platonique.
Comment le sais-tu?
Quoi ?
Qu’ils ne couchent plus ensemble ?
Anouk a lâché son rire théâtral et augmenté la vitesse de massage.
Tu as raison, Margot, a-t‑elle repris d’une voix plus douce.
On ne sait rien de leur relation. On ne connaît jamais vraiment l’intimité des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   13 avril 2021
INCIPIT
C’est sur les planches que ma mère devenait pleinement elle-même. Je voyais la transformation se produire en quelques instants, une intimité croissante qui se construisait avec le public. Au milieu d’une scène, elle ôtait son chemisier avec une désinvolture toute masculine, comme on enlève ses chaussettes. Puis elle empoignait ses boucles rousses et les soulevait pour dégager son cou élancé. Ses coudes écartés mettaient en valeur la ligne de ses épaules. Elle se transformait à sa guise, devenait qui elle voulait. Dans ses seule-en-scène, elle se confiait à son auditoire comme à des amis de longue date. Je sentais son effet sur eux à les voir se pencher en avant sur leur siège, yeux écarquillés, comme pour se pénétrer de sa présence. Elle conservait cette aisance et cette simplicité dans la vie de tous les jours. Avec les inconnus, elle se montrait toujours joyeuse et aimable. Elle était éblouissante. En d’autres termes: une vraie actrice.
Elle avait commencé le théâtre à l’adolescence, mais c’était un premier rôle au milieu des années quatre-vingt-dix, alors que j’avais à peine cinq ans, qui devait vraiment lancer sa carrière et lui permettre de créer ses seule-en-scène.
La pièce s’appelait Mère, une œuvre courte et puissante, quatre-vingts minutes sans entracte, avec une distribution réduite : un homme, son épouse – qu’elle incarnait –, leurs trois jeunes enfants et le père de l’homme. Ça se terminait par une longue scène au cours de laquelle la mère tuait ses enfants dans une baignoire. Au début de l’intrigue, on ne l’imaginait pas capable d’une telle violence, malgré le malaise diffus qui émaillait les instants de légèreté et de tendresse. J’étais trop jeune pour qu’on m’explique que ma mère jouait une infanticide. Pourtant, je le savais bien : même sortie du théâtre, elle aimait rester dans ses personnages. À la maison, elle était pour moi une inconnue. J’aurais voulu qu’elle retourne là d’où elle venait, qu’elle se réabsorbe en elle-même. Elle me semblait à l’envers, comme si tout ce qu’elle portait en elle se retrouvait affiché à l’extérieur, collé sur sa peau, à la vue de tous. Je l’aurais préférée à l’endroit, une mère au sens classique du terme.
Je voulais être fière d’elle, et pourtant, la plupart du temps, elle m’exaspérait. Tout ce que les autres admiraient chez elle me paraissait exagéré et théâtral.
C’est ça, le théâtre, répondait Mathilde quand je me plaignais.
Mais je voudrais être émue, avais-je répliqué. L’applaudir debout comme les autres.
Tu crois vraiment qu’une lycéenne peut être émue par sa mère ?
Une gentille lycéenne, oui.
Tu n’es pas une gentille fille, et c’est pour ça qu’on t’aime, disait Théo.
Théo et Mathilde étaient les meilleurs amis de ma mère. Mathilde était une costumière de théâtre réputée, spécialisée en broderie. Elle retouchait mes vêtements et me taillait des robes pour les grands événements. Elle avait travaillé sur les costumes de Mère. Théo, son mari, était danseur. Ma mère, qui avait suivi une formation de danse classique dans sa jeunesse, s’était sentie une affinité immédiate avec lui.
Avec moi, ma mère cultivait une distance délibérée. J’ai le souvenir d’avoir passé de longs moments à frapper à la porte de sa chambre. Maman, répétais-je, pensant qu’elle ne m’avait pas entendue. Un jour, je suis passée à Anouk, dans l’espoir qu’elle réagisse à son prénom. Avec le temps, il m’est devenu de plus en plus difficile de l’appeler maman. La douceur de ce mot ne cadrait pas avec la distance que je ressentais en sa présence. Anouk, en revanche, se terminait abruptement, comme le bord d’une falaise, et quand je criais son nom, j’avais l’impression de la pousser dans le vide.
Sa chambre était plus petite que la mienne, avec une porte en bois léger qui laissait au niveau du plancher un jour aussi haut que l’un de mes orteils. Je me souviens de sa voix de l’autre côté, qui répétait encore et encore la même réplique: J’aurais dû te tirer de ce gouffre obscur pour te couvrir de baisers. J’attendais qu’elle m’ouvre.
Lorsque nous étions seules, elle me regardait d’un air sérieux et disait : Il faut qu’on coupe le cordon. Recevoir trop d’affection, c’est le pire des handicaps.
Dans ces moments-là, le fossé entre nous semblait immense, comme si nous venions de pays étrangers, chacune parlant sa propre langue. Une mère, ce n’est pas une amie, comme elle aimait le proclamer pour justifier nos différences. Et c’est vrai, on ne se racontait pas de secrets dans le métro, on ne marchait pas ensemble bras dessus, bras dessous. Ceux qui ne nous connaissaient pas bien nous croyaient semblables – ils pensaient que je deviendrais comédienne à mon tour. Ils s’imaginaient que c’est le genre de métier qu’on hérite de ses parents, comme un écrivain engendre un écrivain. Mais je n’avais pas la moitié de sa grâce, ma voix ne possédait ni la musicalité ni le charme de la sienne et, dans la rue, je n’attirais pas comme elle les regards des hommes. Elle, de son côté, ne voyait pas l’intérêt de me transformer en une copie d’elle-même. Elle ne m’avait pas appris à danser ni à jouer la comédie. Elle prenait grand soin de sa peau et de ses dents, mais elle ne m’avait jamais poussée à l’imiter dans ce domaine. En secret, je parcourais sa garde-robe, je
touchais les tissus soyeux, si différents des matières synthétiques que je portais. Plus que tout, je lui en voulais parce que c’était à moi qu’incombait la tâche de faire attention, de surveiller la moindre de mes paroles. Avec le temps, j’avais développé une expression impassible que les gens prenaient à tort pour de la timidité ou de l’indifférence.
Et pourtant, même quand elle me repoussait, je l’aimais sans réserve. Je m’éveillais chaque matin au bruit de ses pas dans la cuisine, du parquet qui grinçait quand elle allait remplir la bouilloire au robinet. Je savais tous les sacrifices qu’elle avait faits pour moi. La maternité l’avait empêchée de s’accomplir pleinement. Parfois, je décelais dans son corps longiligne et fier la trace d’une version plus jeune d’elle-même, une vulnérabilité qui miroitait un instant à la surface, et qui me faisait m’interroger – aurions-nous été amies si nous avions eu le même âge ?
Je me posais la question car nous vivions comme des colocataires. On n’est que nous deux dans cet appartement, répétait-elle avec une affection forcée. Elle se décrivait comme une mère célibataire, sous-entendant qu’elle m’avait élevée
seule, mais ce n’était pas tout à fait vrai : j’avais un père, et il venait nous voir.
Des amis à elle restaient souvent dormir à la maison, en général des comédiens avec qui elle travaillait. Avec leurs vêtements qui empestaient le tabac froid, ils claironnaient dans tout l’appartement leurs avis et conseils sur la meilleure façon de m’élever. Nous avons eu une chatte pendant deux ans, une grosse bête à longs poils orangés, héritée d’une amie partie pour l’étranger. Elle ne s’est jamais habituée à nous, refusait qu’on la cajole, et ne venait vers moi que lorsque je pleurais ; elle se frottait à mes jambes quand elle sentait ma détresse. Un été, elle s’est enfuie par la fenêtre de la cuisine et on ne l’a jamais revue.
À l’époque où je suis entrée au lycée, nous avions habité dans trois appartements différents, chacun plus petit que le précédent à mesure que nous nous rapprochions du centre de Paris et de la Rive gauche. Les copains d’Anouk ne comprenaient pas qu’elle tienne tant à vivre dans ce quartier huppé, à deux pas du jardin du Luxembourg. Ils se demandaient comment elle arrivait à payer le loyer toute seule. Ils mettaient ce besoin incompréhensible sur le compte de ses parents bourgeois. Tu retournes à tes origines, tu ne peux pas t’en empêcher, la taquinaient-ils. Mais
ça n’avait rien à voir, je le savais. Elle aimait mon père, et c’était un quartier qu’il appréciait. C’est là, pas loin de notre rue que, par un après-midi de fin juin, l’autre vie de mon père allait entrer en collision avec la nôtre, faisant voler l’arrangement en éclats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlemhcdahlem   13 avril 2021
Eh bien, j'étais curieuse de toi et de ton Père. Tu sais, j'avais à peine un peu plus que ton âge quand l'affaire Mazarine a éclaté. Ça me fascinait. Beaucoup de gens étaient au courant de l'existence de cette fille cachée. Son père était l’homme le plus important de France, et il était en train de mourir. Il avait une fille et une maîtresse plus jeune que lui, depuis des années. C'est devenu comme une obsession pour moi. J'ai lu tous les articles et tous les livres sur Mitterrand et Mazarine. Mais ton histoire était différente, voilà ce qui m'a intriguée. C'est Mitterrand qui à décidé de ne plus cacher sa fille. Ton père n'était pas président. Certains disent même que Claire Lapierre était plus influente que lui. S'ils n'avaient pas été mariés, le public se serait sans doute moins intéressé à l'affaire. Même chose si ta mère n'avait pas été Anouk Louve. p. 325
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
morinmorin   17 avril 2021
Je lui ai posé des questions sur vous, parce que je voulais vous rencontrer un jour.
Tu voulais faire ma connaissance, c'est vrai ?
Plus que tout.
Tu vois, ça arrive, finalement. Tu imagines, s'il nous voyait ? Il s'évanouirait, je crois. De peur.
Madame Lapierre s'est mise à rire, et son visage s'est détendu quelques instants. Tu as bien fait de venir. Ta mère, je ne veux pas la voir, mais toi... Elle a battu des paupières plusieurs fois et s'est levée de sa chaise. Avant de sortir de la pièce, elle a dit : Attends-moi, j'ai quelque chose pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Sanaë Lemoine (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sanaë Lemoine
Entretien avec Sanaë Lemoine à l'occasion de la parution de son premier roman 'L'Affaire Margot' aux éditions Eyrolles. Découvrez les 5 mots choisis par l'autrice pour évoquer ce livre.
Retrouvez toutes les critiques de 'L'Affaire Margot' sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Lemoine-LAffaire-Margot/1284838
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : double vieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre