AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370731478
Éditeur : Allary Editions (07/09/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 46 notes)
Résumé :
[EPREUVES NON CORRIGEES]

Au début de l’année 1989, alors qu’elle va avoir dix ans, la narratrice voit sa vie bouleversée par le divorce de ses parents. Au récit d’un quotidien chamboulé se mêlent les souvenirs heureux d’une enfance à trois. Trente ans après, c’est le regard d’une petite fille devenue adulte qu’elle pose sur cette séparation. Elle ne cherche pas à comprendre ni à expliquer mais simplement à dire le déchirement, cette impression de trah... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
jujuramp
  28 mars 2018
C'est après avoir découvert son précédent ouvrage, le Fil, que je me lance dans celui-ci.
Plaisir de lecture renouvelé.
Sophie Lemp évoque « leur séparation ». Celle de ses parents. Pudique, elle ne les raconte pas. Elle dévoile ce qui, enfant, fut ce choc de la séparation. Cette vie qui devient toute autre et cet amour morcelé.
En peu de mots, avec pudeur, elle révèle l'essentiel de cette douleur. Qui a fait d'elle cette femme. Cette écrivain au talent de vérité.
On retrouve, pour l'aider à se souvenir, les précieux carnets rédigés par sa grand-mère, évoqués dans son précédent ouvrage. Pour dater ces moments oubliés qui reviennent à la surface. Les souvenirs de l'auteur fourmillent et sont les nôtres, l'enfance étant propre à chacun d'entre nous.
Un bien beau livre encore, décidément. Sophie Lemp fait maintenant partie de ses écrivains que je vais attendre avec impatience.
Pour sa délicatesse, sa vérité, douce amère.
Pour l'enfance, et les traces que ça laisse. Indélébiles, volatiles …
Pour cette plume simple, vraie et lumineuse, gage d'un réel talent littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          810
diablotin0
  26 novembre 2017
La séparation des parents n'est pas un sujet nouveau, on ne recherche donc pas, en ouvrant un roman sur ce thème, une révélation ou un scoop mais bien , en tout cas en ce qui me concerne, une plume, une sensibilité particulière ou encore un regard un peu à part.
Ici, Sophie Lemp nous fait part , non seulement du moment de la séparation mais aussi de toute sa vie qui a été marquée par celle-ci. C'est avec pudeur qu'elle montre combien sa blessure n'a pas réussi à se cicatriser complétement.
Ses souvenirs, ses allers retours entre sa vie présente et son enfance nous sont décrits avec simplicité mais avec force et on s'imagine sans difficulté ces tranches de vie : conflit de loyauté culpabilité, angoisse, inquiétude,espérance ...
Rien de nouveau dans ce petit livre, ce n'est pas l'originalité qui le caractérise mais il se lit avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          320
tynn
  15 septembre 2017
Entrée dans ce livre à reculons, j'en ressors finalement assez charmée.
J'avais craint de devoir lire une nouvelle description clinique de la séparation d'un couple, thématique qui nourrit largement les fictions sur le tumulte des sentiments.
Et, heureusement, j'ai accompagné avec grand plaisir Sophie Lemp redevenue petite fille dans l'exploration de ses souvenirs d'enfance.
Elle revient sur la séparation de ses parents, non pour en décortiquer les raisons mais pour tenter de retrouver ou comprendre toutes les conséquences psychologiques sur sa propre vie. Cet angle de vue m'a rapidement interpellée, contournant l'écueil de l'introspection sentimentale ou du pathos dramatique.
C'est un récit fluide, attachant, réfléchi, face à une situation qui s'est plutôt bien passée dans les faits. Néanmoins un monde s'écroule pour l'enfant, la perception de la vie en est chamboulée, avec regrets, culpabilité, sentiment d'insécurité et angoisse de la perte. Plus surprenant, les sentiments de crainte de blesser les adultes et de désir de les protéger.
L'air de rien, on trouve ici quelques pistes de compréhension pour voir d'un oeil nouveau les cicatrices des enfants du divorce, qui souffrent souvent seuls. Un partage sensible de l'auteur avec son lecteur, qui se laisse embarquer sans difficulté dans la nostalgie des souvenirs.
Mention spéciale pour le choix parfait de cette couverture: Hopper toujours et encore merveilleux peintre du silence...
Rentrée littéraire 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
isabelleisapure
  03 octobre 2017
Sophie Lemp nous propose un texte tout en pudeur et en retenue, pour parler du drame de son enfance, la séparation de ses parents. Elle refuse absolument le mot divorce, trop brutal, trop définitif.
Sans jamais prendre parti ni pour l'un, ni pour l'autre, l'auteure évoque des souvenirs, ou plutôt des scènes de vie, vécues à deux et plus jamais à trois.
L'écriture est agréable, mais je n'y ai trouvé aucune émotion, ce qui fait que j'ai un avis mitigé sur ce livre.
Je l'ai lu d'une traite, mais il ne m'a pas touchée, un peu comme si je regardais des personnages évoluer à travers un verre opaque.
Merci à Netgalley et aux Editions Allary.
Commenter  J’apprécie          230
lucia-lilas
  02 décembre 2017
Un petit livre tout simple et extrêmement touchant : la narratrice évoque la séparation de ses parents lorsqu'elle était encore une jeune adolescente et la peine qu'elle ressent encore alors qu'elle est devenue adulte et qu'elle a elle-même des enfants.
« Mon enfance m'apparaît comme scindée en deux. Pourtant une séparation n'est pas une mort brutale. J'avais depuis longtemps conscience des difficultés que rencontraient mes parents et cela faisait quelques semaines qu'ils m'avaient fait part de leur décision. Je savais. Mais jusqu'à la dernière minute, j'avais espéré. »
Il y a eu un avant fait de joies, de vacances ensemble, de sorties chez des amis, de couleurs et de bruits, d'insouciance, de sérénité et de bonheur et un après, rongé par l'angoisse, le désarroi, l'incompréhension, la culpabilité, une vie plus triste et plus terne, plus seule et plus silencieuse. Entre les deux : elle, ce qui « reste » d'une certaine façon d'une union qui n'est plus, de quelque chose qui semble disparu à jamais.
Les mots choisis par l'auteur pour évoquer ce qu'elle a vécu comme un véritable déchirement portent toute sa douleur contenue, sa souffrance tue. le ton est grave. On sent à quel point son enfance fut meurtrie par cette séparation mais, et c'est là que réside, je pense, toute l'originalité de l'oeuvre, cette douleur perdure dans l'âge adulte. On se dit que le divorce, fait de société, ne devrait en aucun cas être « banalisé » : on mesure mal, en effet, le déchirement vécu par l'enfant et la plaie qu'il portera encore adulte. Parce que, nous dit Sophie Lemp, cette séparation aura un impact sur notre vie d'adulte.
« Pour ses onze ans, ma fille a voulu réunir ses grands-parents. Ils ont accepté et nous avons dîné tous ensemble. A la fin de la soirée, elle est allée chercher son Polaroïd et nous a demandé de nous installer sur le canapé. Mon père s'est retrouvé près de ma mère. Quand il l'a remarqué, il a changé de place. Il n'a rien dit, mais j'ai compris qu'il ne voulait pas être à côté d'elle. Plus tard, seule dans la cuisine, j'ai pleuré. Je n'avais plus trente-sept ans, je n'étais plus une jeune femme, je n'étais plus la mère de mes enfants. J'étais seulement la fille de mes parents et ils avaient divorcé. »
C'est avec des mots pleins de pudeur et de sensibilité que l'auteur, inconsolable, laisse entendre toute la douleur encore vive qui émane de cette plaie qui ne cicatrisera sans doute jamais et qu'elle porte chaque jour, espèce de fardeau éternel, tourment perpétuel : « … comme un jour j'ai cessé de dire mes parents, je ne dirai jamais à mes filles vos grands-parents. »
Et ce livre, peut-être, comme une dernière façon de les réunir, malgré eux.
Très, très émouvant.
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0diablotin0   26 novembre 2017
Il y a toujours une part de moi près de celui avec lequel je ne suis pas.
Commenter  J’apprécie          140
oktaokta   09 mai 2017
Ce samedi matin de janvier, ma mère m’attend à la sortie de l’école. Comme les autres jours, nous remontons la rue des Boulangers mais, au lieu de nous arrêter au carrefour, nous prenons à gauche dans la rue Monge. Je me retourne et aperçois un camion de déménagement garé en bas de notre immeuble. Ma mère serre ma main dans la sienne.
Commenter  J’apprécie          20
TheaBibTheaBib   23 juin 2017
L'existence que je mène avec ma mère ne ressemble pas à celle que je mène avec mon père, et aucune des deux ne se rapproche de celle que nous menions tous les trois. Mais sur ce que je comprends prime ce que je ressens : quand je suis bien avec l'un, j'ai l'impression de trahir l'autre.
Commenter  J’apprécie          20
LePetitCrayonLePetitCrayon   21 août 2017
Ce que je comprends prime sur ce que je ressens: quand je suis bien avec l'un, j'ai l'impression de trahir l'autre
Commenter  J’apprécie          20
troisouquatrelivrestroisouquatrelivres   07 septembre 2017
Parfois, j'ai envie de confronter ma mémoire à celle des autres. Interroger ma mère, ma tante, une amie d'enfance. Ce dont je me souviens s'inscrit-il dans la réalité de ce qui a été ? Mais très vite, je renonce. Les carnets et les photos suffisent. Ne pas chercher à être au plus prêt de ce qui a eu lieu mais de ce que j'ai vécu.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Sophie Lemp (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Lemp
Sophie Lemp. Le fil.
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
574 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .