AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782919066124
248 pages
Éditeur : Editions du Caïman (20/09/2013)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :


Marseille, nowadays. Les maquereaux tombent les uns après les autres, un couteau planté dans le cœur. Le commissaire Rognes est chargé de l’enquête mais s’il s’en fout, comme il se fout de tout.

Sur le lieu d’un des meurtres, une photo sépia attire son attention. Une photo toute simple mais qui l’obsédera jusqu’à lui faire affronter son propre album de famille.

Les intrigues se croisent, entre vengeance des prostituées d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Tristale
  15 juin 2015
Je savais avant d'ouvrir ce livre , déjà bien situer l'intrigue. Marseille je connais, j'ai vécu pas très loin pendant 16 ans ! Mais que ça soit à ce point parlant , j'avoue ça m'a surpris. Je voyais les ruelles, sales, le vieux port , la canebière (la fameuse avenue qui descends ver le vieux port et que tout un chacun connais au moins de nom ,bien sur ) , et je reconnaissais tous les mots "familiers" ,ceux expliqués en bas de page, pour les non-initiés. Déjà là je suis dans l'ambiance d'une promesse d'histoire glauque (Un polar à Marseille c'est forcément glauque, non ?). Et je ne suis pas déçue !
Mais c'est un polar atypique,oui, il sort des sentiers battus du polar classique celui là . L'intrigue de base n'est qu'un prétexte à une histoire plus profonde ,d'une noirceur glaçante .
Des proxénètes se font dégommer au couteau et le commissaire Rognes et son équipe sont chargés de l'enquête . le truc c'est que ce commissaire là il se moque de ces meurtres, il n'aime personne, il exècre la vie, les gens, même le ciel bleu et les gabians . Un gars franchement antipathique, odieux, détesté mais craint par tout le commissariat .
L'essentiel est donc ailleurs, et je découvre au fil des pages l'étendue des dégâts. Et c'est du lourd, du plombant, du qui donnerait comme la nausée au fur et à mesure que je lis . Et pour lire j'ai lu, vite, le cerveau connecté à cet homme que non, décidément, je n'ai pas réussi à aimer, même un peu. C'était le but ? En tous cas c'est une réussite.
j'ai aimé lire ce bouquin par contre, parce que justement il est différent, il a quelque chose qui fait de lui un polar psychologique vraiment bon .
A découvrir, amateur de polar, vous serez comblé .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Stodena
  15 janvier 2016
Marseille. Un crime. Celui d'un proxénète, un couteau en plein coeur. Cela pourrait être une banale histoire de vengeance, d'autant qu'il n'est pas le premier à s'être fait planter ainsi.
Le commissaire Rognes et son équipe sont en charge de cette affaire, et à part une vieille photo qui irrésistiblement attire le regard du commissaire, ils n'ont pas grand-chose à se mettre sous la dent pour lancer l'enquête.

Avec une telle entrée en matière, vous pourriez vous attendre à un polar plutôt classique. Mais c'est sans compter sur le talent d'Annabelle Lena. Elle campe dans ce roman des personnages forts. La ville de Marseille habite ce roman. Loin d'être un simple décor, un faire-valoir, elle en est un personnage à part entière.
Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler le moindre élément de l'intrigue. Cette dernière est trop bien ficelée pour que je me risque à vous gâcher la surprise en en révélant ne serait-ce qu'un élément. L'histoire est haletante jusqu'aux toutes dernières pages du récit. J'ai adoré la chute de l'histoire qui m'a vraiment cueillie par surprise. Mon seul bémol quant à ce livre est la succession de petites annotations en bas de page pour qui ne connaitrait pas le parler marseillais, ses traditions. Mais rien ne vous oblige à les lire, et franchement, ce serait dommage que cela vous arrête dans votre élan pour le commander auprès des éditions du Caïman.
Pour tout vous dire, j'espère bien qu'il y aura une suite, car c'est impossible que cette histoire en reste là. Je n'ai qu'une hâte, retrouver la plume d'Annabelle Lena, alerte, incisive qui croque ses personnages avec une bonne dose d'humour grinçant.
Lien : http://stodena.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolar
  03 septembre 2019
A Marseille le commissaire Rognes enquête sur la mort de plusieurs souteneurs. Une vieille photographie découverte à côté de l'un des cadavres va l'obséder.
Enfin (tous) réunis est son deuxième roman noir. le ton y est incisif, les personnages torturés.
Annabelle Léna nous fait vivre la descente au enfer d'un flic torturé, dépressif, sans conteste. Un mec pas forcément sympa, il peut même être carrément odieux. C'est vrai, on lui trouve des excuses, il a perdu sa femme et sa fille, alors depuis il a une obsession. Il cherche à se recréer une famille. Et c'est aussi sans doute pour cela qu'il est attiré par les photos des autres. Peut-être cherche-t-il a ce composer un album digne de la famille qu'il aurait aimé avoir.
Alors on va suivre l'odieux commissaire Rogue dans son enquête marseillaise, à la poursuite d'un tueur en série s'en prenant aux proxénètes . Mais notre policier, il faut le dire ne met guère de coeur à l'ouvrage pour résoudre cette affaire qui secoue de la cité phocéenne.
La cité phocéenne, parlant en, c'est bel et bien le deuxième personnage de ce roman, même si sous la plume de l'auteur la ville est fantasmée voire magnifiée. On l'a découvre tantôt belle et enjouée et d'autres fois, sordide, sale ou encore misérable.
Vous l'aurez compris, Annabelle Lena nous propose un roman noir sans nuance, elle excelle quand elle nous parle et décortique l'âme humaine, quand elle compose ces personnages. Sa plume est alerte et sait se monter parfois ironique et aime jouer avec l'humour. Un humour noir, grinçant, il va sans dire.
Et même si l'intrigue policière passe au second plan, cela me m'a pas gênée dans ma lecture tellement le style et la maîtrise de l'écriture sont au rendez vous. Ce roman, je vous le dis, est une formidable découverte.
Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TerreduNoir
  28 décembre 2015
Les éditions du Caïman continuent leur bonhomme de chemin dans le monde du polar français avec qualité. Pour preuve, cette nouvelle publication, le premier roman d'Annabelle Léna.
Enfin (tous) réunis est un polar urbain ayant l'insaisissable ville de Marseille pour cadre. L'auteur parvient en 250 pages à nous faire découvrir cette ville pleine de contradictions, attirante et repoussante, forte et fragile, honnête et escroc. Cette ville qui tient donc une place prépondérante dans une intrigue où le héros n'est pas le flic sympa qu'on croise parfois dans les commissariats de police.
Rognes est ce commissaire dont les pérégrinations pourraient nous faire penser à Adamsberg de Fred Vargas. Mais la comparaison s'arrête là. Rognes est en colère. Il est perdu. Il dérive dans un monde dans lequel il se sent de plus en plus étranger. Il ne parvient plus à attirer la sympathie ni même le respect de ses subordonnés. Rognes se perd. Il vit avec ses fantômes qui le hantent de plus en plus.
Et puis, il y a ce tueur qui sévit. Lui aussi insaisissable. Et que dire de l'officier Ranc ? Efficace ? Opportuniste ?
Annabelle Léna nous gratifie ici d'un polar certes mais Enfin (tous) réunis est aussi un roman complet sur l'identité et la perte des repères. Les personnages sont travaillés et à contre courant de ce qu'on peut trouver habituellement, l'intrigue est intéressante et originale. Bref, une belle surprise. Je ne peux que souhaiter à l'auteur une belle carrière !
Lien : http://terredunoir.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AuPouvoirDesMots
  19 novembre 2013
Tu le sais bien, toi qui lis des polars à la pelle, que pour prendre son pied sur un, faut en lire dix ! Mais si, c'est comme ça ! Ils se ressemblent tous.
Et bien le voilà celui que j'attendais depuis quelques temps, celui qui ne ressemble à aucun autre, celui dont je voudrais que tu coures l'acheter, parce que.
Faut que je te situe un peu l'intrigue bien qu'elle ne soit que pure décoration ici.
Marseille, un maquereau est retrouvé assassiné, un couteau dans le coeur. Il n'est pas le premier. Alors quoi ? Vengeance ? Complot ?
C'est ce que le commissaire Rognes est censé découvrir sauf que le commissaire Rognes, il s'en fout. Il s'en fout, mais d'une force ! C'est simple, il se fout de tout. C'est un type complètement jobastre ! Blasé, antipathique, rustre, gueulard, de mauvaise foi, incompétent. Enfin, parait qu'il l'a pas toujours été, incompétent…
La suite... on the blog !
Lien : http://aupouvoirdesmots.cana..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   03 septembre 2019
Rognes avait tout compris. Et il s’en maudissait.
Il se maudissait car peu importait si ces deux bonnes femmes se détestaient, se tripotaient ou bien s’echangeaient des secrets sur les méthodes d’epilation à la cire. Ce qu’il devait déchiffrer, lui, c’était pourquoi le coeur du type à terre avait été transperce par un couteau en G-10, c’est-à-dire en fibre de carbone avec résine, laminé en multicouche, soit un petit bijou dont le prix affichait plusieurs zéros et n’intéressait que les cultelluphilistes, le tout incliné en suivant un angle sud / sud-ouest impeccable.
Mais ça, Rognes n’en savait rien…
Et surtout, il s’en foutait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AuPouvoirDesMotsAuPouvoirDesMots   19 novembre 2013
- Quoi ? Vingt-quatre cadavres de filles dans la salle de bains ? Pourquoi n’ai-je pas été prévenu plus tôt ?
- Heu… non, commissaire. Vingt-quatre passeports…
(…)
Et que ceux, comme Ranc, qui voulaient sa place aillent se faire foutre car vingt-quatre cadavres pouvaient parfaitement s’entasser dans une salle de bains. Découpés en petits morceaux et bien alignés, ça devait tenir. Peut-être en utilisant quelques planches de bois pour éviter l’affaissement de l’édifice. Suffisait simplement d’être organisé, de vider le sang, de se débarrasser des organes spongieux, de réfrigérer la pièce et de s’équiper en formaldéhyde…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : photographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16196 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre