AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253941187
328 pages
Le Livre de Poche (20/09/2023)
  Existe en édition audio
4.04/5   264 notes
Résumé :
« Carl Gustav Jung (1875-1961), médecin suisse, pionnier de la psychanalyse, est l’un des plus grands penseurs du xxe siècle. Il reste assez méconnu en France, alors que ses idées ont exercé une influence profonde sur notre culture contemporaine et qu’il a été l’inventeur de nombreux concepts révolutionnaires, comme la synchronicité, l’inconscient collectif, les archétypes ou les complexes.
Il est avec Spinoza l’un des auteurs qui m’ont le plus marqué et il a... >Voir plus
Que lire après JungVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 264 notes
5
15 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Frédéric Lenoir après avoir écrit une biographie lumineuse de Spinoza nous revient en force ici avec cet essai sur Carl Jung, psychiatre et philosophe suisse qui s'est éteint en 1961. A priori le lien entre Spinoza et Jung n'est pas évident, quoique.... Trois siècles les séparent mais tous deux ont porté une vision du monde et une pensée très en avance sur leur temps, tous deux viennent d'un milieu religieux (ancêtres pasteurs protestants chez Jung et rabbins chez Spinoza) et tous deux ont eu le sentiment d'être incompris car justement trop en avance sur leur temps.

Tous deux ont également refondé une spiritualité basée sur l'intuition après avoir quitté la religion de leur enfance.
Jung au départ est médecin psychiatre. Il a toujours eu une grande ouverture d'esprit et a voyagé beaucoup en rencontrant différents peuples dont les Indiens Pueblos.
Il rencontre Freud lorsqu'il était jeune et leur collaboration va durer 7 ans. Ils vont toutefois rompre définitivement en 1913, Freud ayant peut-être eu peur que Jung ne lui "vole" la paternité de la psychanalyse alors même que celui-ci l'a aidé à internationaliser la psychanalyse. Leur divergence porte surtout sur le thème de la libido, trop réduite à la sexualité dans l'oeuvre de Freud, Jung voulait surtout "l'élargir" à la spiritualité; l'inconscient d'après Jung peut avoir une dimension spirituelle, (dans l'inconscient collectif par exemple) et selon Jung nous portons en nous des images qui nous viennent de ce que nos ancêtres ont vécu. Jung rejette donc ce dogme inébranlable de la sexualité que voulait établir Freud.

Jung s'intéressait aussi aux phénomènes paranormaux: rêves prémonitoires, synchronicités.. s'attirant ainsi les critiques et la méfiance des autres scientifiques.

Selon Jung la thérapie commence quand on connaît l'histoire personnelle du patient, ce qui est novateur à l'époque. Pour lui il existe une sorte de "karma familial" qui fait que nous naissons dans des familles où nous devons suivre ce qui n'a pas été fait par nos ancêtres.

Comme le souligne Frédéric Lenoir, la pensée de Carl Jung est complexe et très en avance sur son temps. Ses livres sont difficiles à lire car il a une pensée "en arborescence" et qui fonctionne un peu comme des hyper-textes ...
Néanmoins pour mieux retenir l'essentiel, on peut citer quelques mots-clés:

- inconscient familial: on doit faire progresser la conscience de sa lignée. Jung est l'inventeur de la psycho-généalogie. On se soigne par l'étude des secrets de famille.

- inconscient collectif: nous héritons des choses expérimentées avant nous. On ne peut pas changer d'inconscient collectif d'après Jung, ce qui pose le problème de conversion à une autre religion par exemple

- les symboles: ce sont des passerelles avec l'inconscient, de même que les archétypes

- les archétypes: ce concept est inventé par Jung. Il existe selon lui des symboles universels qui sont comme des énergies, des "caves vides", exemple la sorcière, le héros, le vieux sage... Dieu serait aussi selon Jung un archétype car sa représentation varie selon les cultures,

- l'esprit relié à la matière: un concept important pour Jung qui a travaillé dans ce domaine avec Wolfgang Pauli, physicien prix Nobel, l'un des fondateurs de la physique quantique, Selon l'auteur Frédéric Lenoir, cette vision novatrice est de nature à porter un nouveau paradigme qui pourrait être développé dans le futur..-

- l'individuation: c'est un chemin spirituel intérieur, non religieux que doit réaliser tout individu; il faut trouver un équilibre entre l'individuel et le collectif; chaque individu doit développer un jugement personnel et s'affranchir des différents conditionnements que nous recevons. Jung devient ainsi le pionnier du développement personnel,

-l'animus/ l'anima: chacun porte en soi, quel que soit son sexe, une part masculine (animus) et une part féminine (anima); il faut faire vivre harmonieusement ces dimensions. Ainsi Jung pose le questionnement de la place des femmes dans les religions. A cet égard, il est un des pionniers du féminisme, puisqu'il récuse les sociétés patriarcales de l'époque qui n'accordent aucune place à l'anima.

- le numineux, l'expérience du sacré. Face à Freud, Jung réhabilite la transcendance qui peut, selon lui, aider à vivre, car elle peut donner du sens aux expériences traversées et notre cerveau a besoin de sens!

- les synchronicités: c'est un des thèmes de prédilection de Jung qui s'est beaucoup penché sur les religions, orientales beaucoup plus tournées vers l'intérieur que les religions occidentales. Jung découvre les synchronicités (occurence de deux événements n'ayant a priori pas de lien de causalité entre eux mais dont l'association revêt un sens pour celui qui les vit). à travers l'observation du yi-king, technique divinatoire chinoise. Il a observé que ce "tirage de baguette" permettait de trouver une réponse à la question posée. le yi-king vient des sages chinois et date de 3 000 ans!! Encore une fois il va travailler sur cette question avec Pauli. La psyché de l'observateur vécue comme influençant la matière...d'après Jung il existerait au-delà de l'espace et du temps un "réel voilé" où l'esprit et la matière se rejoindraient. Nous y avons accès seulement par l'inconscient et l'intuititon.

On voit ainsi que la pensée de Jung est complexe, riche et très évolutive. J'ai été plus particulièrement frappée par ses travaux sur l'inconscient et les synchronicités.
Jung a développé la thèse selon laquelle une personnalité inconsciente mal reliée à la conscience pouvait porter à la violence. Ce n'est pas l'inconscient qui est mauvais en soi mais l'ignorance de cet inconscient.

Le livre de Frédéric Lenoir nous fait vivre une pensée étonnante qui a toute sa place dans notre monde actuel.
Pourquoi Carl Jung est-il peu connu en France, dépassé par les autres psychanalystes Freud, Lacan?
Peut-être son approche du paranormal a paru suspecte, on l'a de plus accusé à tort d'antisémitisme alors qu'il a fait fuir de nombreux Juifs vers la Suisse.
Il est vrai qu'il n'a pas toujours été prudent ni réfléchi, ainsi de publier une étude sur la psyché juive alors que les violences nazies commençaient à se répandre. de même on lui a reproché d'avoir continué à diriger une association de psychiatrie à l'époque nazie mais il s'est empressé d'en modifier les statuts pour détourner les lois nazies anti-juifs.

Le livre de Frédéric Lenoir vient rétablir cet "oubli" et permet de comprendre l'importance de l'oeuvre de Jung.



-
Commenter  J’apprécie          482
Ce livre m'a donné envoie de découvrir le travail de Jung. le titre de cet ouvrage de Frédéric Lenoir s'apparente à un voyage vers moi dans la mesure ou les chemins dessinés par le psychanalyste confortent le sentiment qui m'habite liant l'esprit la matière, l'âme et le Tout, l'intérieur et l'extérieur... découvrir qu'il a exploré d'autres philosophies ou les théories ésotériques sans les rejeter d'emblée pour enrichir ses recherches et sortir des paradigmes scientifiques de son époque m'a rassuré sur sa démarche non dogmatique. L'explication factuelle apporté par l'auteur de son imprudence ou de sa naïveté politique au regard du régime nazi libère de la tache que constituait cette période sur son parcours.
Commenter  J’apprécie          441
Un bon survol de la vie de Jung, de ses théories, de ses "combats" contre les uns et les autres et de ses collaborations fructueuses avec de nombreux autres...

C'est clair, et on sent que l'auteur a bien étudié son sujet, et il le met à la portée de tous.

Comme lui je trouve que Jung était visionnaire, un génie dans son domaine, tellement plus ouvert à "tout" que l'ensemble des autres théoriciens de la psychologie de l'époque qu'il est assez "écrasant".

Malheureusement, comme tout visionnaire trop en avance sur son temps, son travail met beaucoup de temps (beaucoup trop à mon goût) à atteindre la diffusion qu'il mérite.

Le fond du problème tel que je le vois : à peu près 80% des gens n'ont pas envie d'entendre qu'ils sont entièrement responsables d'eux-mêmes, qu'ils doivent penser par eux-mêmes, trouver leur propre "divin" en eux, leurs propres rituels, leurs propres symboles, arrêter d'avoir des boucs émissaires et voir que ce qu'ils pointent du doigt à l'extérieur n'est que ce qu'ils ne veulent pas voir à l'intérieur, etc etc... Ils préfèrent laisser tout ça entre les mains "d'autres" : dirigeants politiques, religieux, sectaires, j'en passe et des meilleurs...

C'est tout. Et tant que ça sera comme ça, ben... le monde restera comme il est...
Quelles que soient les rustines qu'on essaiera de placer ici ou là sur les blessures que toute cette irresponsabilité générale provoque...
Commenter  J’apprécie          391
Frédéric Lenoir m'avait ravie avec le miracle Spinoza et voilà qu'il récidive avec sa biographie sur Jung.
Avant de débuter cette critique assez sommaire je tiens à souligner que, pardonnez-moi l'expression, je suis une ravie de la crèche sur cette thématique puisque je découvre Jung avec Frédéric Lenoir. Donc si d'aventure il existe des irrégularités, contresens, ou mauvaises interprétations sur l'oeuvre de Jung, je n'étais pas armée pour les déceler. J'ai pas mal réfléchi à mes lacunes tout au long de cette lecture et sur leur impact quant à mon appréciation sur la biographie livrée par F. Lenoir et je suis arrivée à cette conclusion : peut être n'est-elle pas parfaite mais elle a le mérite de m'avoir donné envie d'approfondir le sujet.
La première partie de l'ouvrage est consacrée à la vie de Jung. F. Lenoir évoque son alliance puis sa séparation avec Freud, les conséquences de cette séparation sur ses recherches, son positionnement parmi ses pairs et aussi les conséquences sur son manque de postérité et ce au détriment de notre perception du monde. Il aborde par ailleurs les accusations d'antisémitismes dont a été victime le psychanalyste. Des accusations non fondées d'après la lecture de cette biographie. Notre auteur, preuves à l'appui, démontent les théories et met ces accusations sur le compte de la grande maladresse de Jung qui manifestement n'était pas un animal politique tant il était trop happé par ses recherches pour envisager que le timing ou le choix des mots pouvaient porter à confusion.
La seconde partie de cet ouvrage est consacrée aux recherches de Jung. Sont ainsi abordés le Moi, le Soi et le processus d'individuation. Jung souligne une forme de désenchantement du monde et ce besoin de tout être humain d'une forme de spiritualité. Il note l'imprégnation de la religion dans nos vies : " nous sommes tous, quelque soit notre conditionnement personnel et social actuel, marqués par la religion". La lecture de ces passages m'a fait du bien, je me souviens de ces conversations que j'ai si souvent avec des personnes qui maintiennent être totalement hermétiques à la religion et qui de fait, refusent d'admettre ou du moins d'envisager que leur culture en est imprégnée. Alors que la spiritualité est une nécessité pour traverser ce monde, Jung dénonce toutefois la religion telle que pratiquée par l'église catholique par exemple. Il évoque non pas un dieu personnifié mais un Dieu puissant, mystérieux, inconnaissable et caché. Il dénonce la sainte trinité et prône une quaternité ajoutant Satan au Père, Au fils et au Saint Esprit, la vision binaire du bien et du mal lui semblant contraire au chemin de l'humanité.
Je dois dire que la partie qui m'a le plus troublée est celle sur l'animus et l'anima que je trouve d'une grande justesse : "L'homme et la femme deviennent des diables l'un pour l'autres s'ils ne gardent pas distincte leur spiritualité car la nature propre de la créature humaine est la différenciation". Je dois dire que dans le contexte actuel je me suis posée la question de savoir si cette vision homme-femme ne susciterait pas un débat.

Commenter  J’apprécie          160
Un livre qui fera date.

Jung est un auteur prolifique, qui a de plus exploré tout au long de sa vie de nombreux thèmes. On peut ainsi se perdre facilement en abordant son oeuvre sans en être guidé.

Voilà pourquoi le livre de Frédéric Lenoir est un cadeau pour découvrir cet auteur si important et si peu connu en France (par rapport à Freud dont il a été un élève choyé avant de s'en écarter pour s'ouvrir à d'autres horizons d'un inconscient névrotique et étriqué prôné par Freud).

La première partie du livre est la bio de Jung, la seconde partie étant la présentation et “l'explication” des nombreux travaux et du cheminement de Jung. Qui d'autres que Lenoir peut aborder si aisément les sujets de la philosophie, de la spiritualité, de la religion, des prises de conscience et du rapport homme / univers comme Jung l'a traité toute sa vie ?

Car ce remarquable scientifique, n'était pas qu'un psychiatre/ psychanalyste. Il a été aussi un grand chercheur de l'histoire de l'homme depuis la nuit des temps et de sa destinée entre mythe et réalité à devenir.

Une vie riche, pleine, profonde au service de la connaissance, que Frédéric Lenoir nous met en lumière.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (131) Voir plus Ajouter une citation
Prenons justement l'exemple du mythe du héros d'essence semi-divine. ...
Le détail de son contenu diffère dans la mythologie grecque , la mythologie romaine, la culture extrême-orientale ou encore dans les tribus africaines. Pour autant, l'histoire se répète inlassablement dans une structure et une chronologie qui, elles, ne varient pas la naissance miraculeuse mais obscure du héros, son ascension au pouvoir, son triomphe des forces du mal, sa défaillance face à l'orgueil, son déclin prématuré à la suite d'une trahison, son sacrifice jusqu'à sa mort symbolique qui marque l'avènement de la maturité. Pour Jung, ce mythe exprime exprime la vie de l'individu qui aspire à l'indépendance et cherche à s'affranchir de sa mère. Véritable parcours initiatique, ce récit est porteur de sens tant pour l'individu que pour la société toute entière. Le héros apparaît comme une représentation symbolique d'une force supérieure qui transcende la psyché humaine.
Commenter  J’apprécie          60
P 69 – Jung s’interroge sur ce qu’il faut faire des matériaux (visions, paroles, dessins, textes, etc° reçus pendant ces exercices de pensée imaginative. Il envisage deux chemins possibles : celui de la mise en forme et celui de la compréhension. La mise en forme artistique favorise l’émergence de symboles, comme les mandalas, tout en apportant une satisfaction esthétique qui apaise l’âme. La compréhension, quant à elle, apporte du sens : elle permet d’appréhender le langage codé et symbolique de l’inconscient. Ces deux chemins sont nécessaires et complémentaires, explique Jung, et c’est à leur croisée qu’émerge ce qu’il appelle la « fonction transcendante », qui permet au moi de reprendre la main et de ne pas être englouti par la puissance de l’inconscient libéré.
Commenter  J’apprécie          60
L’église était un endroit où je ne devais plus revenir. Là, pour moi, il n’y avait nulle vie. Il y avait la mort. » Pourtant, ce dégoût pour la religion ne signifie pas pour autant chez lui une perte de la foi ou un rejet de Dieu. Au contraire, il sent que le monde et la vie sont pleins d’un riche mystère. L’idée d’un Dieu ineffable, qui donne sens au cosmos, lui parle bien davantage que toutes les figures religieuses et les dogmes chrétiens. Il sent vibrer le divin à travers les éléments de la nature et il lui arrive de prier ce Dieu mystérieux, que l’on peut connaître et éprouver par la grâce.
Commenter  J’apprécie          80
Je suis convaincu que l'étude scientifique de l'âme est la science de l'avenir.
Il apparaît , en effet , avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine , ni les tremblemnts de terre , ni les microbes , ni le cancer , mais que c'est bel et bien l'homme qui constitue pour l'homme le plus grand des dangers.
La cause en est simple : il n'existe encore aucune protection efficace contre les épidémies psychiques ; or , ces épidémies-là sont infiniment plus dévastatrices que les pires catastrophes de la nature !
Le suprême danger qui menace aussi bien l'être individuel que les peuples pris dans leur ensemble , c'est le danger psychique
Commenter  J’apprécie          60
...«Bien que nous ayons, nous autres hommes, notre propre vie personnelle, nous n'en sommes pas moins par ailleurs, dans une large mesure, les représentants, les victimes et les promoteurs d'un esprit collectif, dont l'existence se compte en siècles. Nous pouvons, une vie durant, penser que nous suivons nos propres idées sans découvrir jamais que nous n'avons été que des figurants sur la scène du théatre universel. Car il y a des faits que nous ignorons et qui pourtant influencent notre vie, et ce d'autant plus qu'ils sont inconscients.»
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Frédéric Lenoir (178) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lenoir
Vidéo de Frédéric Lenoir
autres livres classés : psychologieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (832) Voir plus




{* *} .._..