AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253129738
352 pages
Le Livre de Poche (14/04/2010)
3.67/5   39 notes
Résumé :
En 1762, à l’apogée de sa splendeur, la Cité des Doges illumine l’Europe. Sortie du couvent où elle a été élevée, Leonora s’apprête à être mariée par son père, un riche aristocrate vénitien.
Quand ce dernier est enfermé dans la célèbre prison des Plombs, la jeune fille s’efforce de démêler les fils d’une intrigue machiavélique.
Avec l’aide de quelques amis, elle part à la découverte des secrets de la Sérénissime République, des complots et des luttes d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 39 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Papyriri
  25 novembre 2020
Une autre série de Frédéric Lenormand , qui se déroule dans la Venise du XVIII° siècle D' accord le titre est légèrement trompeur cette gentille Léonora ,. Puccy pour les intimes n' est pas l agent du doge dans ce 1° opus en tout cas Sortie de son couvent dans lequel elle vivait depuis sa naissance d enfant abandonnée pour se retrouver dans une noble famille sortie comme un lapin d un chapeau de magicien pour être mariée au fils d une autre grande lignée . Tout va se mélanger ,elle va collectionner pléthore de géniteurs et quelques génitrices toutes plus délurées les unes que les autres avant de découvrir la vérité sur sa naissance et sauver , en passant, la vie d un de ses paternels putatifs . Elle s 'entoure de personnages hauts en couleurs un professeur de maintient Français , une soubrette digne de Molière ou Marivaux , d un "courtisan " , sorte d entremetteur , conseiller , au courant de tout . C est du Lenormand, léger , avec quelques traits d humour sans avoir la flamboyance de certains de ses Voltaires ou Juge Ti . D' ailleurs il me semble que l histoire policière ne revêt pas une importance primordiale .Non l auteur ( me semble t- il ) a surtout voulu en ce tome 1 nous initier a la Sérénissime de cette époque avec sa folie , sa corruption , son charme , ses passions une sorte de préface aux livres qui sont venus après , dont je vais acheter le suivant , pour suivre les aventures de la jeune Pucci
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
5Arabella
  06 juin 2019
Nous sommes à Venise en 1762, la ville est au sommet de sa splendeur. Une jeune fille est élevée dans un couvent d'Ursulines de Vicence, dans lesquel sont élevées surtout des jeunes filles illégitimes de Vénitiens aisés. Toutes sortes d'avenirs leurs sont possibles : une reconnaissance par la famille, l'entrée obligée dans les ordres, des carrières de courtisanes… L'éducation se doit donc d'être soignée.
Parmi ces jeunes filles, Leonora, qui ne connaît rien de ses origines, brille par son esprit et son talent à trouver la solution aux énigmes et disparitions d'objets. Son avenir change du jour au lendemain : un homme vient la chercher de la part de sa famille. Elle est la fille illégitime d'un noble Vénitien et d'une mère courtisane, et en absence d'autres filles, doit épouser dans quelques jours le fils d'un autre noble pour sceller une alliance indispensable aux visées politiques des deux hommes. Mais Cesare dalla Frascada, son père, est arrêté avant que le mariage puisse avoir lieu : de lourdes charges pèsent sur lui. Leonora entend se servir de ses talents à éclaircir les mystères pour le délivrer, d'autant plus qu'un certain nombre d'éléments obscurs se mêlent à l'affaire, dont des meurtres. Mais elle ne connaît pas Venise, et se fera aider dans ses recherches par quelques alliés : son maître de maintient français, sa domestique et un beau jeune courtisan. L'enquête sera complexe, et lui apprendra aussi beaucoup sur elle-même, ses origines réelles et Venise.
L'histoire est trépidante, même si totalement invraisemblable. Mais l'auteur ne laisse pas le temps au lecteur de se rendre compte à quel point tout cela est invraisemblable, tellement il l'entraîne dans des rebondissements et nouvelles péripéties. Et surtout dans des ballades où l'on découvre Venise et quelques éléments de la culture et du fonctionnement de la ville-état. C'est sans aucun doute l'aspect le plus intéressant du livre. Par ailleurs, les personnages, surtout Leonora sont sympathiques, à défaut d'être d'une grande complexité psychologique, et c'est bien mieux écrit que la plupart de polars historiques que j'ai pu lire jusqu'à maintenant. J'ai donc passé au final plutôt un bon moment. Je vais peut-être essayer un nouveau volume pour voir si après ce premier tome de présentation, l'auteur arrive à construire davantage son personnage et les intrigues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Cath36
  20 juin 2012
Il n'y a semble-t-il qu'à Venise où une fille peut se découvrir trois ou quatre pères, et éventuellement autant de mères, fussent-elles supérieures ou non. Il n'y a qu'à Venise où l'on peut voir un prêtre se faire battre à coups d'ombrelle par une courtisane, le fait de cacher deux revolvers sous sa soutane n'étant pas propre à la Sérénissime, même si au XVIIIe on préfère plutôt y manier l'épée ou le poignard. Et il n'y a bien sûr qu'à Venise que l'on peut cacher la mort d'un doge pendant les fêtes du Carnaval. Bref, on retrouve ici un Lenormand en grande forme, qui, sous le pseudonyme d'un patricien vénitien, insère avec comme toujours beaucoup de finesse et d' humour des connaissances historiques à une intrigue quelque peu délirante. On y apprend beaucoup sur les moeurs explicites et implicites de Venise, où le combat pour le pouvoir prend des formes un peu plus compliquées et nettement plus sournoises qu'ailleurs. Je lirai très volontiers la suite des aventures de Leonora, pour le plaisir et pour la culture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JML38
  20 octobre 2021
La jeune Pucci, de son vrai nom Leonora Agnela Immocalata, fait partie des pensionnaires du couvent des ursulines de Vicence qui, ne connaissant rien des géniteurs qui les ont confiées à cette institution, peuvent s'abandonner « aux plus flatteuses supputations ».
Mais pour Pucci, la révélation pourrait bien faire suite à la visite d'un abbé, venu la chercher à la demande de sa mère pour la ramener à Venise encore synonyme de splendeur en cette année 1762.

Le changement est d'importance pour la jeune femme qui, à défaut d'une mère, se découvre un père appartenant à la noblesse de la Sérénissime, et dont l'ambition est tout simplement de se faire élire doge à la place de celui qui se meurt.
Elle apprend rapidement qu'elle est destinée à un mariage dont le but est de sceller une alliance avec la famille Monecigo, dont l'appui est indispensable à Cesare Dalla Frascada, son père, pour réaliser son rêve.

À peine organisé, le mariage tombe à l'eau – à Venise elle était facile –, Dala Frascada se retrouvant invité à s'installer dans une chambre des « plombs » – les célèbres prisons situées sous les toits du palais ducal –, victime d'une dénonciation concernant quelques activités illicites.
Il faut dire qu'à Venise tout se fait et se défait à une rapidité qui défie l'entendement. L'un des intérêts majeurs de ce roman est de nous faire pénétrer avec un certain humour au coeur d'une cité ne connaissant aucun équivalent. L'auteur décrit avec une précision diabolique les mécanismes d'une complexité impressionnante qui régissent la vie de Venise – il suffit pour en avoir une bonne idée d'essayer de suivre les explications sur la désignation des électeurs du futur doge –, qui ont pour vocation de protéger la cité du despotisme en privilégiant l'accès aux postes clés par scrutin, tout en maintenant tout de même la préséance des grandes familles de la noblesse historique – même ruinées – dans la conduite des affaires de la cité.

Pour venir en aide à son père, Leonora se trouve confrontée à un système qui la dépasse, d'autant plus qu'elle doit respecter les règles qui dictent la conduite d'une jeune femme de sa condition, que lui enseigne un savoureux M. de Rofiniac. Mais il en faut plus pour décourager Leonora, qui a déjà prouvé chez les ursulines de grandes capacités de déduction. Avec l'aide de Flaminio dell'Oio, un aristocrate désargenté qui subsiste en monnayant ses prédispositions à franchir toutes les portes quelle que soit l'institution qui se trouve derrière, elle n'hésite pas à affronter d'éminentes personnes, quitte à remonter jusqu'aux instances les plus élevées de la Sérénissime.

Même si je n'ai pas retrouvé toute la verve dont fait preuve Frédéric Lenormand dans ses « enquêtes De Voltaire », j'ai apprécié ce premier opus des aventures vénitiennes de Leonora. Les mystères et le romanesque de la Cité des Doges sont bien rendus, et l'intrigue, malgré un démarrage laborieux fort logique pour un épisode qui se doit de présenter les personnages, réserve quelques surprises qui sont bien à l'image du cadre particulier dans lequel l'histoire se déroule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fantine
  13 mars 2010
Cette nouvelle série policière a vu le jour grâce à la fascination qu'éprouve l'auteur pour Venise.
Dix volumes vont la composer. Elle se déroule au XVIII° siècle, et, a pour personnage récurrent, un détective en jupon : une jeune orpheline, élevée par les Ursulines, Leonora Pucci.
On retrouve tous les ingrédients d'un bon polar, c'est à dire meurtres, complots, magouilles, jalousie... ... A la suite de Leonora, on entre dans les palais, côtoie la noblesse, participe au carnaval, à la Fête du Redentore, à la Sensa. On suit pas à pas l'élection du Doge.
C'est l'occasion de découvrir la vie quotidienne des vénitiens, notamment celle de la noblesse avec ses codes d'honneur !!! On s'aperçoit ainsi qu'il ne fait pas bon vivre à Venise à cette époque !!!
On entre facilement dans la peau des différents personnages, auxquels on s'attache malgré la duplicité de certains, et, on ne peut qu'éprouver que de la pitié devant leur défaite.
Un petit polar qui m'a beaucoup plu et je continuerai à suivre la série avec beaucoup de plaisir !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Cath36Cath36   19 juin 2012
Quelle qu'ait été sa répugnance envers ce mariage forcé, il fut impossible à Leonora d'interrompre le cours des préparatifs, principalement parce qu'ils se déroulaient sans elle. Il était de tradition, afin de donner à tout cela l'apparence de l'amour, d'envoyer le jeune homme passer et repasser, à des heures convenues, sous les fenêtres de sa fiancée. L'emplacement de ca'Civran obligeant Lunardo Mocenigo à effectuer sa tournée en gondole, dans sa cape noire et la mine ennuyée - on aurait dit un requin guettant un banc de sardines... Dans quelques jours, avant la bénédiction nuptiale, donna Pisana lui apporterait les perles fines qu'elle serait priée de porter au cou tout au long de la première année. Leonora aurait alors la certitude de ressembler à ces toutous de luxe dont les gens se plaisaient à agrémenter leur intérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cath36Cath36   19 juin 2012
-Avez-vous oublié mes leçons ? la gronda-t-il. Même une fille du peuple ne peut s'entretenir avec un homme en l'absence de ses parents.
Son élève poussa un profond soupir : ce genre de règles compliquerait fortement son enquête.
-Il convient donc de le faire monter dans votre gondole, où nul ne peut voir qui s'y trouve, conclut le Français. Toutes les dames de la bonne société en usent ainsi.
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella5Arabella   06 juin 2019
- Son arme principale est de n'avoir l'air de rien, assura la jeune fille.
- Il est très fort, dans ce cas, conclut son père, qui n'était pas en état de décourager les bonnes volontés, même les plus improbables.
Commenter  J’apprécie          50
Cath36Cath36   20 juin 2012
Le carnaval recommençait le jour de la Saint-Marc, à chaque élection de doge ou de procurateur, qui donnaient en général des fêtes à leurs frais, au moindre prétexte, à la moindre occasion. Le masque n'était pas un déguisement mais un "incognito".
Commenter  J’apprécie          40
Cath36Cath36   19 juin 2012
Ils venaient de découvrir un trait de caractère de la demoiselle des Dalla Frascada, une particularité qui n'était pas passée inaperçue au couvent de Vicence : un indiscutable don pour l'autorité et l'organisation. Dès qu'elle fut hors de chez eux, ils résumèrent cette constatation en un jugement sans appel : "Elle est pire que son père."
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Frédéric Lenormand (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lenormand
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Divine Jacqueline de Dominique Bona aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1077991-romans-divine-jacqueline.html • Dictionnaire amoureux du festival de Cannes de Gilles Jacob aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/1080815-article_recherche-dictionnaire-amoureux-du-festival-de-cannes.html • L'échelle des Jacob de Gilles Jacob aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1066068&id_rubrique=12 • le voyage de monsieur Raminet de Daniel Rocher aux éditions du Net https://www.lagriffenoire.com/1072154-poche-le-voyage-de-monsieur-raminet.html • Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html • La reine se confine ! - Au service secret de Marie-Antoinette de Frederic Lenormand aux éditions De La Martinière https://www.lagriffenoire.com/1077413-polar-historique-la-reine-se-confine----au-service-secret-de-marie-antoinette.html • La Maison aux miroirs de Cristina Caboni et Marie Causse aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/1077795-romans-la-maison-aux-miroirs.html • Grand café Martinique de Raphaël Confiant aux éditions Mercure de France https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1029530&id_rubrique=12 • Les Déracinés de Catherine Bardon aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=143497&id_rubrique=12 • Et la vie reprit son cours de Catherine Bardon aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1076145-romans-et-la-vie-reprit-son-cours.html • Un invincible été de Catherine Bardon aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/1078183-romans-un-invincible-ete.html • L'Américaine de Catherine Bardon aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1042263&id_rubrique=12 • • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsgallimard #editionsplon #editionsgrasset #editionsdunet #editionslivredepoche #editionsdelamartiniere #editionspressesdelacite #editionsmercuredefrance #editionspocket #editionslesescales #editionsfolio
+ Lire la suite
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Thé vert et arsenic" de Frédéric Lenormand.

Quelle femme accompagne le Juge Ti ?

la première
la deuxième
la troisième

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Les nouvelles enquêtes du juge Ti, tome 15 : Thé vert et arsenic de Frédéric LenormandCréer un quiz sur ce livre

.. ..