AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732486663
Éditeur : Editions de la Martinière (02/11/2017)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Nous sommes aux tous débuts de la guerre de 1914. Pour échapper à la mobilisation, l'inspecteur de police Ray Février décide de se déguiser en femme. Il devient Loulou Chandeleur, détective privé en bas de soie et chapeau à voilette. Il se rend compte qu'il est finalement aussi bon flic en robe qu'en pantalon, et peut-être meilleur homme. Sa première cliente, la richissime baronne Schlésinger, est victime d'un chantage peu courant. On menace de tuer son caporal de f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Alittlepieceof
  06 mars 2019
J'ai ce roman depuis des mois sur ma table de chevet et je ne sais pas pourquoi j'ai tant tardé à le lire ! Peut-être parce que je ne connaissais pas l'auteur, que je n'avais pas prêté particulièrement attention à la quatrième de couverture et que le titre ne m'inspirait pas plus que ça. Finalement je me suis décidée à le feuilleté et j'ai bien fait puisqu'il a parfaitement répondu à mon envie d'une lecture sans prise de tête, légère mais que qualité.
L'histoire me rappelait étrangement la bande annonce d'un film que je me souvenais avoir vu au cinéma. L'auteur s'est en effet inspiré de l'histoire vraie de Paul Grappe, soldat déserteur qui s'est travesti en femme pour ne pas être envoyé dans les tranchées, et dont la vie a également été adaptée à l'écran par André Téchiné (Nos Années folles).
Une histoire qui semble invraisemblable et pourtant...
Lenormand utilise donc le point de départ de cette histoire vraie pour créer le personnage de Ray Février qui deviendra au fil des pages Loulou Chandeleur pour échapper aux tranchées. L'auteur parvient à décrire à la perfection le Paris de 1914, un Paris d'où les hommes sont quasiment tous absents et où les femmes ont dûes prendre leur place, que ce soit au volant des bus que derrière les comptoirs des bars. En mettant des bas, Ray découvre tout un monde qui lui était alors inconnu et offre au lecteur et aux autres personnages une belle leçon d'émancipation. L'intrigue elle est un peu simple (j'en avais découvert le pot aux roses assez rapidement) mais il s'agit là malgré tout une agréable lecture, aussi bien pour les personnages qu'elle met en scène que pour l'aspect historique et féministe du récit sans oublier les dialogues à la foi drôles et finement ciselés. Peut-être lirais-je une autre des aventures de Loulou à l'occasion !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jeanfrancoislemoine
  30 décembre 2017
Voici un roman qui m'aura fait passer un très bon moment.Le contexte est déjà déroutant,guerre de 1914,vie à l'arrière des "planqués ",prise de pouvoir par les femmes troc,marche noir,la débrouille et puis une intrigue pas mal ficelée du tout avec une explication des plus pédagogiques à la fin.Tous ces ingrédients assurent une très bonne tenue à l'ensemble.Et puis il y a les personnages souvent désopilants, naviguant sans cesse entre serieux et humour.Les passages où Ray doit embrasser Cecily sont à mourir de rire.Loulou/Ray,personnage principal se débat dans son nouveau statut de femme détective mais se rend compte aussi que bien d'autres moyens lui auraient permis d'échapper "au front"sans avoir à se travestir.Tant pis,il lui faudra encore assumer son rôle dans de prochaines aventures et pour notre plus grand plaisir.Une belle découverte,merci à ma fille qui fait toujours preuve d'originalité lorsqu'elle m'offre(et c'est souvent) un roman.
Commenter  J’apprécie          80
LettresItBe
  16 novembre 2017
Frédéric Lenormand est un auteur aguerri, à la plume musclée par tant de romans déjà publiés, au style avéré et bien posé, comme une bâtisse qui peut s'affranchir du temps qui passe sans craindre beaucoup. L'auteur né à Paris revient donc dans les librairies avec Seules les femmes sont éternelles publié aux Éditions De La Martinière, un roman qui prend toute sa place dans la France de 14-18, cette bonne vieille France où les hommes ont déserté pour le champ de bataille et les femmes restent timidement blotties à leur place en attendant le retour du mâle parti au mal. En apparence ?


# La bande-annonce

Au début de la guerre de 1914, un policier décide de revêtir une identité féminine pour échapper à la mobilisation. Ray Février devient « Loulou Chandeleur », détective privé en bas de soie et chapeau à voilette. Ray-Loulou se rend compte qu'il est aussi bon flic en robe qu'en pantalon, et peut-être meilleur homme qu'auparavant.


Aux côtés de la patronne de l'agence de détectives, la charmante Miss Barnett – qui ne connaît pas son secret –, Loulou enquête sur une intrigante affaire de lettres de menaces. Quand le maître chanteur commence à mettre son plan à exécution et que les meurtres se multiplient, notre étonnant duo plonge dans une succession de surprises et de pièges périlleux.



Entre 1914 et 1918, ce sont les Françaises qui ont fait vivre le pays. Ce roman raconte leur émancipation et la difficulté d'être une femme en temps de guerre... surtout quand on n'en est pas une.

# L'avis de Lettres it be

C'est avec cette étonnante histoire que Frédéric Lenormand nous revient. Un auteur dont le nom résonne fortement dans notre littérature française tant l'auteur parisien n'a cessé d'agrémenter sa bibliographie de nouveaux ouvrages, souvent encensés, et ce dans les quatre coins du globe. Après avoir été récemment auréolé, entre autres, du prix Arsène Lupin et du prix Historia, après avoir publié moult ouvrages avec récemment, pêle-mêle, Voltaire mène l'enquête publié chez Lattès, Nouvelles enquêtes du juge Ti publié chez Fayard et bien d'autres encore, Frédéric Lenormand démarre une nouvelle série policière avec, à sa tête, nul autre personnage que l'inénarrable Ray Février = Loulou Chandeleur. Un livre qui s'inspire, dans les grandes lignes, de l'histoire de Paul Grappe, un soldat déserteur ayant été obligé de se travestir en femme pour continuer à exister normalement dans une société d'alors où l'homme n'avait sa place qu'au front. Une inspiration historique que l'on retrouve dans le dernier film d'André Téchiné, Nos années folles.
La suite de la chronique sur le blog de Lettres it be
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AndreeLaPapivore
  17 novembre 2017
Je connaissais Frédéric Lenormand pour sa fameuse série Voltaire mène l'enquête qui mêle avec brio humour, enquêtes et faits historiques. L'auteur signe avec Seules les femmes sont éternelles le premier tome d'une nouvelle série de romans policiers historiques ayant pour cadre la première guerre mondiale, et c'est une belle réussite.
Raymond Février, inspecteur de police efficace et doué d'empathie, est surnommé "le Samaritain". Quand il reçoit son ordre de mobilisation, Ray est désespéré. Bien conscient des ravages de la guerre, il refuse de mourir bêtement au fond d'une tranchée comme tant d'autres. Il veut survivre, quitte à passer pour un lâche, mais peu d'options se présentent à lui pour éviter une incorporation qui semble inévitable. Une rencontre lui apportera la solution : il deviendra femme. Raymond Février est mort, vive Louise Chandeleur ! C'est sous cette nouvelle identité que débutera sa nouvelle vie et sa nouvelle carrière de détective privé(e).
L'histoire d'un homme qui se déguise en femme pour échapper aux horreurs de la guerre peut vous sembler connue. Elle est en effet librement inspirée de l'histoire vraie de Paul Grappe dont la vie a notamment été adaptée à l'écran par André Téchiné (Nos Années folles) et plus récemment en bande dessinée par Chloé Cruchaudet (Mauvais genre). Mais l'inspiration s'arrête au travestissement, l'histoire et l'ambiance de Seules les femmes sont éternelles sont totalement différentes des titres précédemment cités.
L'enquête policière, une sombre histoire de chantage accompagné de morts violentes, est bien menée. Les fausses pistes et les rebondissements sont nombreux, et même si j'ai découvert le coupable assez tôt j'ai eu de nombreux doutes tout au long du déroulé des investigations. Cette enquête est un bon prétexte à l'étude de la société : nos héroïnes parcourent Paris à la recherche de la vérité et nous font ainsi découvrir un monde où les hommes sont progressivement remplacés par les femmes dans (presque) toutes les branches de la société, où la débrouillardise est de mise et où le troc s'organise. Cette description de la vie quotidienne en 1914 est vivante et passionnante, j'ai adoré !
Autre point fort du roman, les personnages ! Ceux-ci sont vraiment bien croqués, j'ai trouvé les personnages principaux attachants et j'ai beaucoup aimé les relations qui s'instaurent entre Loulou, qui peine à entrer dans son rôle de femme, et sa patronne Cecily, jeune et naïve, qui interprète de travers tous les signes comportementaux de son enquêtrice.
L'humour est omniprésent. Il balance entre ironie et cynisme, mais le résultat est là : le lecteur a le sourire aux lèvres tout au long de sa lecture. Une certaine gravité ambiante est également présente, certains faits ou réflexions de Ray/Loulou donnent à réfléchir, mais l'humour prédomine largement. La plume de l'auteur est agréable à lire, c'est rythmé et très intéressant, les pages défilent sans que l'on s'en aperçoive.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire Seules les femmes sont éternelles et j'ai hâte de retrouver nos deux héroïnes dans une nouvelle enquête.
Lien : https://andree-la-papivore.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
yv1
  16 novembre 2017
Après la série de Voltaire mène l'enquête, voici le premier opus d'une nouvelle série policière signée Frédéric Lenormand : Les enquêtes de Loulou Chandeleur. Partant de l'histoire vraie de Paul Grappe qui s'est travesti pour échapper au front (cf. le film Nos années folles d'André Téchiné), le romancier bâtit un personnage appelé à revenir. Tant mieux. Ce qui est bien dans ce roman policier, c'est évidemment que Ray-Loulou évolue et que, habillée en femme, il se retrouve confronté aux regards et pire si attirance, des hommes qu'il rencontre. Sa part féminine a tendance à prendre le dessus et même si ses instincts masculins reviennent parfois, cette part féminine l'aide à réfléchir -attendez les filles, ma phrase n'est pas finie, nous aussi les hommes on réfléchit, enfin certains- différemment. Et puis, on ne se refait pas, Ray-Loulou se retourne parfois sur des femmes qu'il croise et dont les robes ont tendance à se raccourcir en ce début de siècle, provoquant l'ire des hommes et des femmes qui le voient et le prennent pour une lesbienne.
Frédéric Lenormand ne joue pas de la situation pour créer des situations grivoises ce qui eut été facile. Au contraire, il en profite pour relater le comportement masculin, qui n'a pas dû beaucoup changer si j'en juge par ces dernières semaines qui ont vu la parole se libérer et des hashtags se remplir de témoignages. Pour l'intrigue, elle est plus prétexte à faire découvrir les personnages, le contexte et le décor qu'à faire tenir en haleine les lecteurs, même si le tout se tient très bien jusqu'au bout. Dans sa galerie de personnages, principaux et secondaires, le romancier balaye un large spectre des différents comportements des Français pendant cette guerre.
J'ai beaucoup aimé ce premier titre pour tout ce que j'ai dit et aussi pour l'écriture de Frédéric Lenormand, qui sait se renouveler et qui, fort heureusement, n'use pas du même style que pour ses Voltaire. Il se fait plaisir et j'en redemande, j'en veux pour preuve ce chapitre -le 8- avec sa belle et longue métaphore filée culinaire voire légumière.
Ce n'est pas un roman aussi léger que la série avec Voltaire mais l'on sourit et l'on rit à certaines remarques, attitudes. Loulou est appelée à revenir et c'est avec un grand bonheur et une pointe d'impatience que je la retrouverai pour de nouvelles aventures.
PS : merci le Merydien (voir les commentaires), je savais qu'il existait une BD sur le même sujet mais n'en avais pas retrouvé le titre ni l'auteur, c'est chose faite : Mauvais genre de Chloé Cruchaudet.
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   02 décembre 2017
La rue avait beaucoup changé depuis la déclaration de guerre d’août 1914. Aujourd’hui, le temps était clair, on pouvait espérer une belle journée sans pluie ni bombes. Les premières files d’attente commençaient à s’étirer devant les épiceries où s’affichaient des livraisons. Un fichu sur la tête, une balayeuse remplissait de gravats sa brouette à deux roues. Ray s’arrêta devant la vitrine d’un chausseur de luxe reconverti dans le matériel d’appoint, lampes à pétrole et masques à gaz. Il surprit son reflet au milieu de ce fourbi : un petit bonhomme à moustaches, pareil à des tas de petits moustachus que l’on coiffait d’un casque pour les envoyer charger, baïonnette en avant, d’autres bonshommes à moustaches. Sa qualité d’inspecteur de police lui avait épargné cela jusqu’à présent. Il priait chaque jour saint Joseph Fouché, patron des cyniques et des policiers, de prolonger ce miracle.
Dans le kiosque, le buraliste habituel avait été remplacé par une femme, peut-être la sienne. Ray lui acheta le dernier numéro de Charivari, et aussi Le Gaulois pour empêcher les collègues de voir qu’il lisait des parutions séditieuses. Le marchand prenait soin d’envelopper le méchant journal dans le gentil, sa remplaçante n’en fit rien, elle ne maîtrisait pas encore les ficelles du métier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AproposdelivresAproposdelivres   02 décembre 2017
Il s’assit et déploya l’un des journaux. La qualité de l’encre avait encore baissé, certains mots étaient à deviner, surtout ceux qui auraient pu déplaire au gouvernement. Le vilain papier trop fin et mal blanchi se dépiautait, il comptait moins de feuilles, on avait perdu les pages « loisirs » jadis remplies de dessins, de billets d’humeur et de devinettes impertinentes. Le rire était subversif, il avait été jeté par-dessus bord le premier.
À force de vouloir remonter le moral des patriotes, la presse devenait déprimante. La consigne était de prétendre que la guerre allait être courte et victorieuse, alors qu’elle s’étirait et que nous étions en train de la perdre.
Sur la place de la Concorde, la statue monumentale en marbre de l’Alsace était ornée d’étendards flambant neufs et d’un macaron où l’on pouvait lire : « Française toujours ! » On apercevait, du côté de la tour Eiffel, la grande roue d’une fête populaire interrompue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AndreeLaPapivoreAndreeLaPapivore   17 novembre 2017
Le pire dans cette guerre n'était pas les combats, les privations, les destructions, les blessures ; c'était ce qu'elle faisait aux gens à l'intérieur. Ces malheurs arrivaient par l'inertie du peuple. L'abattoir n'existait que par le consentement des veaux. La catastrophe ne s'imposait à nous que par le nombre de ceux qui l'acceptaient, telle était la vraie lâcheté. Le renoncement de la masse créait l'abîme, cet abîme n'existait que parce que nous le voulions bien. La lâcheté créait de la résistance. Il avait davantage raison que ceux qui avaient dit oui au massacre : il était en vie.
Il n'avait tué personne en refusant d'aller se faire tuer. Il avait échangé un mort de moins contre une femme de plus. Il n'y avait là rien d'infamant pour la société, une femme vivante valait bien un soldat mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
polacritpolacrit   11 juillet 2019
La nuit était quasiment noire lorsqu'ils en sortirent, après avoir réglé leur affaire à quelques fruits de mer. L'éclairage tamisé par l'administration plongeait les rues dans une atmosphère mystérieuse et inquiétante dont l'invention  du lampadaire au gaz avait fait perdre l'habitude. Loulou se sentit serrée de près par un malotru que l'armée avait oublié d'appeler à la grande fête des balles et de la glèbe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
polacritpolacrit   11 juillet 2019
Comment faire disparaître un homme dans une ville où il n'y aurait bientôt plus que des femmes? En quoi le déguiser? Comment le faire entrer dans un de ces corps de métier qui n'étaient pas mobilisés? Il n'avait pas quarante ans, il ferait toujours tache. Il aurait fallu le vieillir, lui blanchir les cheveux. C'était soit femme, soit vieillard, soit mort.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Frédéric Lenormand (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lenormand
Panique à Rouen: Une enquête de Voltaire à Rouen de Frédéric Lenormand
1731. Contrarié par la censure parisienne, Voltaire s?en vient faire profiter de ses lumières la bonne ville de Rouen. Rouen ! Cité enchanteresse ! Ses vieilles églises ! Ses bords de Seine ! Son sympathique tribunal qui ne poursuit pas les philosophes ! Sa tarte au camembert ! Sans oublier ses imprimeries, où l?on peut fabriquer de beaux livres pour éclairer l?humanité ! Hélas, rien ne se passe comme prévu. Un assassin mystérieux se plaît à semer de cadavres la route de notre philosophe, que les magistrats de Rouen contraignent à enquêter en échange d?une permission d?imprimer. Voilà de retour notre San Antonio des Lumières, notre Hercule Poirot en pourpoint brodé, notre Attila de l?investigation après qui ni le crime ni l?intolérance ne repoussent. Frédéric Lenormand nous offre une nouvelle enquête de Voltaire pleine de bonne humeur, de mots d?esprit et de crêpes flambées au calvados.

Le piège de verre de Eric Fouassier aux éditions JC Lattès
Automne 1503, trois alchimistes sont retrouvés assassinés dans des circonstances dramatiques. Convaincue qu'un terrible complot se trame à l'ombre de la Couronne, la reine Anne de Bretagne lance sur la piste des suspects le plus improbable des duos d'enquêteurs : le baron de Comballec, un soldat rude et autoritaire, accompagné d Héloïse Sanglar, une séduisante jeune femme experte en apothicairerie. Pour déjouer l'incroyable machination conçue par un esprit dérangé, ils devront décrypter les énigmes d'un mystérieux parchemin et récolter des indices en différents hauts lieux symboliques du Royaume. Mais les apparences sont souvent trompeuses. Dissimulés en coulisses, les véritables ennemis sont bien décidés à contrecarrer les efforts de nos héros. Dans ces conditions, le chasseur peut rapidement devenir gibier à son tour... Vitrail aux pouvoirs mortifères, sciences occultes, disparitions mystérieuses... les menaces ploient sur la jeune Héloïse, bien décidée à venir à bout des adversaires du roi. Mais les temps sont difficiles quand on est une femme, et afin de survivre, il lui faudra l'aide de tous ses alliés. Peut-être même devra-t-elle faire appel à son amour de jeunesse, le chevalier Bayard. À moins que l'attrait grandissant que Comballec exerce sur elle ne bouleverse ses plans...
https://www.lagriffenoire.com/68979-romans-le-piege-de-verre.html
Quand les oiseaux s'étaient tus de Fred Houel aux éditions du Masque
Port Scott, mars 2017. Un promontoire de basalte noir perdu dans les eaux de l'Antarctique, un monde de glace et de roche battu par les vents qui s'enfonce dans la nuit. Ici reposent les membres de l'expédition Scott, décédés dans leur tentative de rallier le pôle. Seuls Jim et Thorn, les gardiens du phare, affrontent les rigueurs hivernales retranchés dans une complète solitude. Lorsque Thorn trouve la mort dans un accident, Jim, sous le choc, alerte les secours. Mais à leur arrivée, ils ne retrouveront de Jim qu'un cadavre aux membres disloqués et un journal halluciné. Commence alors pour le capitaine de police Brad Morney et la jeune docteure Mary Seurley une sombre enquête où planent les angoisses délirantes du récit posthume de Jim.
Un huis clos infernal au bout du monde où la violence des hommes et de la nature nous plonge dans un univers hostile et mystérieux.
https://www.lagriffenoire.com/80893-divers-polar-quand-les-oiseaux-s-etaient-tus.html
Vous pouvez commander cette sélection sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : prise de conscienceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Thé vert et arsenic" de Frédéric Lenormand.

Quelle femme accompagne le Juge Ti ?

la première
la deuxième
la troisième

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Les nouvelles enquêtes du juge Ti, tome 15 : Thé vert et arsenic de Frédéric LenormandCréer un quiz sur ce livre
.. ..