AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782714497512
432 pages
Belfond (03/02/2022)
3.54/5   28 notes
Résumé :
Février 1943. Après six mois de combats, les troupes d'Adolf Hitler perdent la bataille de Stalingrad. C'est le tournant de la guerre. Loin des horreurs du front de l'est, le Führer et Eva Braun coulent des jours tranquilles au Berghof. C'est là qu'ils aiment se faire projeter des films américains. Il est une star que le dictateur et Eva aiment par-dessus tout : Clark Gable. Lorsqu'Hitler apprend que Gable, incorporé dans l'US Air Force, participe à des campagnes de... >Voir plus
Que lire après Herr GableVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,54

sur 28 notes
5
4 avis
4
7 avis
3
9 avis
2
2 avis
1
0 avis
Pas facile de mêler réalité et fiction quand la réalité est celle des atrocités des nazis envers les juifs ou la bataille de Stalingrad, alors que la fiction concerne la supposée vie amoureuse agitée d'Eva Braun, et sa passion (bien réelle) pour Clark Gable menant Hitler à décider la capture de l'acteur. Pourtant Jean-Baptiste Lentéric s'en sort plutôt bien. D'abord parce que le fond historique est assez solide. Ensuite, à condition de rentrer dans la logique romanesque de l'auteur, qu'on s'amuse de ses rebondissements et dialogues plus improbables les uns que les autres. Lentéric, initié à l'écriture de scénarios par des réalisateurs prestigieux, a une démarche éminemment cinématographique qui, un peu à l'image de celle qui a prévalu au Dictateur de Chaplin, met en scène le ridicule et la bouffonnerie d'Hitler et de ses sbires. Et Gable dans tout ça me direz-vous ? Un prétexte, uniquement un prétexte, dans ce bon roman d'aventure mais pas seulement.

Merci Babelio et aux Éditions Belfond
Commenter  J’apprécie          632
Autant en emporte Adolf Hitler

Rassemblant Hollywood et la grande Histoire, Jean-Baptiste Lentéric nous raconte un épisode inédit, la cinéphilie d'Hitler et d'Eva Braun et leur passion commune pour Clark Gable. Et l'idée un peu folle du Führer de capturer la star pour rzdorer son blason. Ce qui nous vaut un savoureux roman.

C'est au moment où la Seconde Guerre mondiale est en train de basculer du côté des Alliés que commence ce roman. Au Berghof, Hitler et Eva Braun s'offrent une séance privée de cinéma avec la projection de New York Miami de Frank Capra avec Clark Gable et Carole Lombard. C'est que le couple voue un culte à la star hollywoodienne et connaît tous ses films. Ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'outre-Atlantique l'acteur déprime après le disparition de son épouse dans un accident d'avion et décide de participer à l'effort de guerre. "Le 12 août 1942, Clark Gable s'engage dans l'armée de son pays, mettant un terme provisoire à sa carrière d'acteur. le roi d'Hollywood est descendu de son trône pour devenir un soldat. Louis B. Mayer a fini par céder. Mais il a exigé qu'Andrew McIntyre, chef opérateur émérite et ami de Gable, accompagne son poulain dans l'aventure."
Et alors que le chéri de ces dames suit un entrainement intensif sur bombardier avant de gagner la Grande-Bretagne, Hitler est enlisé à Stalingrad et doit redéployer ses troupes après l'avancée des alliés en Afrique du Nord. Des revers qui accroissent sa fureur et son plan de solution finale. Et quand il découvre que le talentueux acteur s'apprête à le bombarder, il donne des ordres pour le capturer. Et entend que ses meilleurs éléments se chargent de cette délicate opération. C'est à Florian Weiter, qui a vécu Stalingrad et a été ensuite affecté aux basses oeuvres qu'échoit cette mission.
Mêlant avec dextérité les faits historiques avec le roman Jean-Baptiste Lentéric va alors nous offrir une confrontation exceptionnelle. Et un roman haletant, riche en rebondissements. On se régale tout au long de ce récit mené avec maestria, avec le plaisir d'avoir par la même occasion découvert un auteur qui ne manque ni de souffle, ni d'esprit!
Commenter  J’apprécie          462
Une clarification d'emblée : Herr Gable est un roman d'aventure, de divertissement, basé sur un fond de vérité. Bref, Herr Gable est une uchronie et comme toute uchronie part d'une situation historique de départ exacte.

1942. L'immense star hollywoodienne Clark Gable (« Autant en emporte le vent ») perd dans un accident aérien son épouse Carole Lombard. Il déprime, boit, ne voit plus de sens à sa vie ; sauf que le monde est alors en guerre... Il se dit qu'après tout il n'a plus rien à perdre : il s'engage dans l'US Air Force, comme mitrailleur dans les bombardiers qui mènent des raids sur l'Allemagne et les territoires occupés.

Tout aussi vraie est la fascination d'Hitler (et d'Eva Braun) pour le cinéma américain. le dictateur se faisait effectivement projeter ces films dans sa résidence de Berchtesgaden. Il se dit qu'il aurait ordonné l'enlèvement - l'arrestation de cet acteur hollywoodien tant admiré, mais qui gagnait par son engagement de nouvelles recrues contre l'Allemagne nazie.

Le troisième axe de ce récit tourne autour d'un personnage fictif, le capitaine Florian Weiter, qui se retrouve dans des situations réelles de la seconde guerre mondiale. Il est sniper à Stalingrad, puis envoyé en punition dans les Einsatzgruppen SS participer à la Shoah par balles. La suite est du roman; du bon roman d'aventure...

La première partie de l'ouvrage est une version romancée de la grande Histoire. On retrouve tout un tas de personnages connus dans l'intimité de Gable ou de Eva Braun (le récit est plus centré sur elle) : acteurs, producteurs, dignitaires nazis… Lentéric maîtrise sa documentation et s'amuse avec des situations plausibles (sauf une, majeure pour le récit). Pour qui connaît un peu l'époque, la reconstitution des lieux, les manigances entre chefs nazis, la place considérable qu'avaient alors les stars hollywoodiennes dans l'inconscient collectif, ce déroulé, bien rythmé, est un régal.

La deuxième moitié de l'ouvrage part dans le récit d'aventure en temps de guerre. L'auteur glisse dans le pur roman : Weiter va y croiser les services de renseignements allemands de l'amiral Canaris, la résistance française… Enlèvements, trahisons, fuite, tout est au programme, comme dans un Tarantino version Inglorious Bastard. le fun prédomine (et demande de passer sur quelques incongruités).

Ce roman est une belle réussite dans la catégorie uchronie d'aventure ; une bonne partie de ce succès tient dans la très bonne maîtrise du contexte historique par Jean-Baptiste Lentéric.
Commenter  J’apprécie          240
Févier 1943, le Berghof : le Nid d'Aigle du Führer : celui qui a interdit tout ce qui vient des U.S, romans, films..est en train de visionner inlassablement avec Eva Braun les succès de leur star préférée : Clark Gable !
Quand il apprend que son idole s'est engagée dans l'US Air Force et, qu'il va participer aux bombardements au dessus de l'Allemagne : il ordonne sa capture .
Martin Borman va trouver en la personne du capitaine de la Wehrmacht : Florian Weiter , polyglotte, tireur d'élite qui a servi à Stalingrad, en Pologne, en Biélorussie celui qui est capable d'accomplir cette mission délicate et secrète !
Ce 1 °roman de Jean-Baptiste Lentérec est avant tout conçu comme un scénario de film par les décors, hélas tristement historiques mais, surtout par la focale sur Clark Gable qui apparait dans le bandeau du livre, avec ses 1.85 cm, ses yeux verts, son sourire charmeur et sa fameuse petite moustache ! Gable vient de perdre dans un accident d'avion son épouse adorée : Carole Lombard, il vit comme un fermier dans son ranch Encino mais il boit beaucoup et n'arrive pas à surmonter ce deuil ! C'est Louis.B.Mayer ( M.G.M) qui va l'inciter à s'engager avec son chef opérateur Andy MCIntyre..et, après une formation d'artilleur avec l'idée de tourner un documentaire de propagande pour les soldats U.S, ils s'envolent vers le Front ! Au dessus De Dampierre ( France ), le B-17 de Gable est abattu, il est recueilli par la famille Delcourt et le réseau de résistants " Vengance" qui va l'exfiltrer vers l'Angleterre.
Les allemands ont repéré le crash de l'avion, et c'est là que le Führer reçoit Weiter dans son Berghof pour qu'il retrouve rapidement Gable et qu'il le lui ramène !
Bien sur, le roman décrit Hitler, son staff et toutes les atrocités qu'ils ont perpétrées au nom de la race aryenne, au nom de l'Allemagne : pour sa gloire, sa suprématie, sa soif de faire de sa nation la seule et unique puissance en Europe ! Aussi, l'extermination des juifs, polonais..et autres peuples conquis, les camps, la discipline de fer d'un dictateur qui se droguait et envoyait sa jeunesse se battre alors qu'il festoyait avec ses proches !
Bref, Weiter va accomplir sa mission, et sur place Gable ne va pas manquer de dire à son "fan" ce qu'il pense de lui,
Mais, c'est la débâcle allemande, les U.S, les Alliés sont en train de gagner et, Gable aidé de Weiter qui est devenu son ami vont s'échapper pour rejoindre dans un premier temps le Suisse ! ...et retourner aux U.S.
Un roman d'aventures de 427 pages, ou les rebondissements ne manquent pas, avec quelques amourettes, et un brillant capitaine Weiter qui vole, dans le récit la vedette à Gable !
J'ai aimé, mais je ne suis pas objective car ado, j'avais moi aussi succombé au charme de Rhett Butler !
Merci à Babelio pour cette Masse Critique Privilégiée ainsi qu'aux éditions Belfond.
Commenter  J’apprécie          210
Ce qui est formidable avec le roman, c'est qu'il peut tout se permettre : jouer avec l'histoire, petite ou grande, augmenter ou modifier la réalité, imaginer ce qui aurait pu se produire si…

C'est à cet exercice que se livre Jean-Baptiste Lentéric dans Herr Gable, donnant une suite inattendue à l'engagement de l'acteur américain dans les forces aériennes US en territoire français durant la deuxième guerre mondiale, à la suite du décès dramatique de Carole Lombard, sa troisième épouse.

L'occasion est alors belle de réconcilier la présence de la star en Europe à cette période avec la cinéphilie légendaire d'Hitler et de sa maîtresse Eva Braun, pour les plonger dans une histoire commune à laquelle viendra se mêler un jeune capitaine de la Wehrmacht promenant ses états d'âmes du front russe jusqu'aux maquis de la Résistance pour finir à New-York.

Pourquoi pas, donc. Et vous l'aurez compris, Herr Gable est une saga épique et rythmée qu'on lit sans déplaisir. Mais l'inverse est aussi vrai.

Car ce qui est formidable avec le roman, c'est qu'il peut tout se permettre… À condition – selon moi – de rester un minimum crédible. Et j'ai parfois eu un peu de mal avec ces enchaînements opportuns de situations ou ces mélanges de rappels historiques ou cinématographiques bien (trop) documentés avec des raccourcis improbables faisant régulièrement se retrouver ou recroiser les différents protagonistes.

Et si le style rythmé et choral convient bien au livre, certains dialogues – et notamment ceux avec Hitler – ou certaines situations – la plupart des scènes sensuelles avec Eva – sonnent assez faux et prêtent même à sourire pour certaines.

Un retour mitigé donc, mais comme toujours pour les premiers romans, j'attendrai le prochain pour me faire un avis complémentaire sur un auteur qui possède assurément l'imagination indispensable dont se nourrissent les grandes sagas.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
- Je n'ai pas fait que la guerre, vous savez.
- C'est vrai. Lors de ma formation, j'ai eu tout le loisir de vous étudier. J'ai lu Mein Kampf, entre autres. Ce bouquin m'a donné envie de vomir. Comment un peuple de poètes et de penseurs a -t-il pu tomber aussi bas, prêter foi à ce monceau d'ordures, vous offrir son suffrage et se laisser embarquer dans une nouvelle guerre ?
Commenter  J’apprécie          30
Développée dès l’automne 1937 par la firme pharmaceutique Temmler, la Pervitine a d’abord été accessible à toute la population allemande sans restriction. On la trouve alors au coin de la rue, dans son officine habituelle. Par la suite, elle est massivement distribuée aux soldats de la Wehrmacht qui, en attaquant la Pologne puis la France avec une sauvagerie inouïe, ont prouvé son efficacité. Le concept de « guerre éclair » est né. Les troupes de choc parcourent des dizaines de kilomètres par jour, galvanisées par cette substance qui leur confère un sentiment d’invincibilité. Elles attaquent avec rage, comme possédées, terrorisent l’ennemi qui ne peut que battre en retraite devant tant de détermination et de violence .
Commenter  J’apprécie          10
Outre un harnais de parachute et un gilet de sauvetage on leur remet une lampe de pocha ainsi qu'un "nécessaire d'évasion" comprenant des allumettes, cinq cigarettes, des tablettes de glucose, des cubes de potage déshydraté, des cartes, une boussole et même un rouleau de papier hygiénique ; de quoi survivre après un crash - si toutefois on en réchappe.
Commenter  J’apprécie          20
l se rappelle soudain une scène qui l’a marqué trois ans auparavant. Lors de la première mondiale d » »Autant en emporte le vent », au Fox théâtre d’Atlanta, l’actrice afro-américaine Hattie McDaniel, qui incarnait une domestique, n’a pas été autorisée à assister à la projection. Pour la soutenir, Gable a menacé de rester chez lui. Elle l’a supplié de revenir sur sa décision pour ne pas gâcher la soirée. L’acteur à obtempérer. Deux mois plus tard, le 29 février 1940, Hattie McDaniel remportait l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa prestation dans ce film qui deviendra le plus grand succès de tous les temps. Là encore, elle avait dû emprunter une entrée réservée aux gens de couleur pour participer à la cérémonie. Dans la salle, elle avait même dû s’asseoir au dernier rang , à bonne distance de l’équipe du film.
Commenter  J’apprécie          00
Hitler honnit les Suisses, qu'il considère comme la branche égarée du peuple allemand.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jean-Baptiste Lentéric (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Lentéric
LA CHRONIQUE DE GÉRARD COLLARD - HERR GABLE
autres livres classés : nazismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus

Lecteurs (54) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6796 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..