AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221112067
Éditeur : Robert Laffont (19/03/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 47 notes)
Résumé :

Nous devons remercier Siegfried Lenz pour ce livre d'une grande poésie. Peut-être est-ce son plus beau roman. » Frankfurter Allgemeine Zeitung

Dans une petite ville de la Baltique bercée par le rythme incessant des vagues, Christian, dix-huit ans, assiste à la minute de silence observée par tout le lycée en mémoire de Stella Petersen, professeur d'anglais morte en mer. À la fin de la cérémonie, Christian vole la photographie de Stella : a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  07 juillet 2015
Dans un lycée d'un petit bourg de la côte Baltique, une minute de silence à la mémoire de Stella Petersen, jeune enseignante d'anglais, décédée suite à un accident en mer. Ses élèves et collègues y sont présents, parmi eux, Christian, son élève et amant, le temps d'un été. le jeune garçon se rappelle chaque instant de cet été-là, un premier amour, pour lui, portant toutes les espérances de la Vie, pour elle un peu plus compliqué....
Alternant passé et présent, le narrateur nous tangue en mer houleuse, cette mer, troisième personnage de ce court récit.
Une minute de silence( Schweigeminute,titre original), c'est aussi le silence(schweigen,se taire sur quelque chose) sur cette amour interdit et caché que Christian voudrait garder pour lui seul("... ce qui nous a rendu heureux doit reposer et être gardé dans le silence".p.126 v.o.).
Un très beau livre pleine d'émotions et de pudeur,qu'il faut prendre le temps de lire!
Commenter  J’apprécie          400
nadejda
  12 février 2011
Le récit débute par la cérémonie d'adieux qui se déroule dans la salle des fêtes d'une petite ville au bord de la Baltique, après l'inhumation en mer de Stella Petersen, professeur d'anglais au lycée Lessing. Une minute de silence est réclamée par le Directeur Monsieur Block. Christian, l'un des élèves de Stella, s'en absente en revivant sa rencontre avec Stella et la lente naissance de leur lien amoureux.
«Tes cheveux noirs coupés courts que j'avais caressés, tes yeux clairs que j'avais embrassé sur la plage de l'île aux oiseaux : je n'ai pu m'empêcher d'y penser et je me suis souvenu du moment où tu m'avais demandé de deviner ton âge.»
A la fin de la cérémonie Christian vole le portrait de Stella qui y présidait et se réfugie dans la salle de classe où il continue à se souvenir jusqu'à ce que la réalité se rappelle à lui, toujours en la personne du directeur. Son vol n'a échappé à personne.
Christian reste démuni devant le vide que crée cette disparition. Il s'est donné totalement, avec passion, avec la fougue de la jeunesse.
Seul narrateur de ce récit qui se déroule au rythme des scènes remontant progressivement à la surface, il réalise doucement que son amour n'est pas passé inaperçu pour son entourage, que Stella a eu une vie avant lui, qu'elle a gardé une certaine distance aussi. Stella, qui a conservé une allure juvénile, est une jeune femme pleine de vie qui attire les hommes, qui est pleine de charme et d'audace.
Tension et émotion sont palpables tout au long du récit qui confronte l'amour à la mort. Elles affleurent comme le brise-lame que renfloue le père de Christian, «pêcheur de pierres», avec son aide et celle de Frédérik son employé. 
Et c'est une tempête qui enlèvera Stella à Christian.
Le style de ce récit est simple, tout en douceur, plein de délicatesse.
C'est un livre court (125 pages). Certaines critiques, dans l'ensemble très élogieuses, ont noté qu'il se lisait très facilement et très vite en deux heures. Oui, on peut le lire vite.
Pourtant, je voudrais dire que ce livre mérite d'être lu lentement et ce n'est qu'ainsi que sa beauté se révèle totalement, une beauté fragile d'aquarelle aux tons moirés, dans un paysage marin, en bordure de Baltique, qui varie au gré du vent et de la mer. Et il apparaît, dans toutes ses nuances, plus complexe qu'il en a l'air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
cicou45
  23 mai 2012
Faisant parti d'un club-lecture organisé par la médiathèque de ma ville et dont la prochaine réunion se déroulera sur le thème des "coups de coeurs" des membres qui y participent, j'ai été piquée de curiosité par cet ouvrage qui avait été proposé par un des membres. Ce n'est qu'après lecture de celui-ci que je comprends pourquoi.
Une histoire bouleversante sur l'amour d'une jeune professeure d'anglais et l'un de ses élèves âgé de dix-huit ans...une histoire sur l'amour donc, qui plus est un amour interdit mais aussi une histoire sur la mort. le roman débute en effet par la cérémonie commémorative qui a été organisé par le corps enseignant du lycée dans lequel enseignait Stella Petersen, je dis bien enseignait car celle-ci vient de mourir d'une façon on ne peut plus dramatique et bien trop tôt car elle avait encore toute la vie devant soi.
Le lecteur sait d'ores et déjà que ce roman va se terminer d'une manière dramatique puisqu'il connaît déjà la fin avant le commencement mais cela ne l'empêche pas d'avancer, par curiosité d'une part mais aussi et surtout parce que ce roman est tellement bien écrit et rend si bien compte des sentiments et de la douleur humaine qu'il a envie de poursuivre sa lecture.
Une lecture sur la vie, la mort, la douleur mais avant tout sur l'amour qui lient deux êtres qui n'ont pas le droit de s'aimer, en raison de leur place dans la société, mais qui outrepassent ces barrières pour vivre des moments inoubliables ! Une écriture légère, malgré la dureté des sujets abordés et qui se lit en un rien de temps. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Adenolia
  26 novembre 2016
Les causes de la mort de Stella, - jeune et belle professeur d'anglais aimée de tous - resteront une énigme : est-ce la tempête, le capitaine incompétent de L'Etoile Polaire, ou bien eux tous, rassemblés là à la cérémonie commémorative, comme le pourrait laisser entendre le discours de M. Kugler: “Pourquoi Stella, a-t-il demandé, pourquoi cela devait-il arriver? » « N'existait-il pas d'autre issue pour toi ? ». Un discours qui peut aussi tout simplement traduire l'émotion de tous, l'incompréhension devant la mort d'un être cher.
Est-ce la prose sensuelle d'un vieil écrivain qui se souvient de son premier amour ou le récit intemporel de tous les deuils ?
L'eau et les travaux de la mer - omniprésents dans les romans de Siegfried Lenz – rythment le récit, contribuent à lui donner une certaine lenteur qui convient à la retenue et la pudeur des personnages. La fête de la plage, les sorties en bateau mais aussi la conversation assez énigmatique entre les parents de Christian amoureux de Stella, la relation père-fils, c'est la vie et les secrets d'une petite ville de la mer Baltique.

Bouleversant ou sentimental et naïf, fantasmes d'un lycéen qui vient d'avoir 18 ans ou émotions intemporelles et finitude du premier amour, ce roman ne peut laisser le lecteur indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Pasoa
  14 septembre 2017
"Une minute de silence" est ,après "Le dernier bateau", le second roman que je lis de l'écrivain allemand Siegfried Lenz.
Publié en 2008 sous le titre de "Schweigeminute", l'histoire a pour cadre Hirtshafen, une petite ville côtière du nord de l'Allemagne, en bordure de la mer Baltique. Ici, la mer et le vent dominent tout le paysage et l'endroit n'offre guère d'activités que celles de ballades en bateau ou sur les plages sablonneuses.
L'histoire s'ouvre au lycée de la petite ville, sur une cérémonie commémorative dédiée à la mémoire d'un professeur disparu. Elle s'appelait Stella Petersen. C'était une jeune professeure d'anglais, appréciée de tous, de ses collègues enseignants comme de ses élèves. Dans l'assistance nombreuse se tient celui qui ne cessa de l'aimer jusqu'au drame de sa disparition. Christian est un grand adolescent, élève moyen, discret mais attentionné.
Pour donner vie à cette belle histoire d'amour entre Christian et Stella, entre l'élève et son professeure, Siegfried Lenz choisit le style narratif en employant un récit à deux voix, faisant se confondre celle du narrateur et celle du jeune homme qui évoque ses souvenirs. Jamais les récits ne s'enchevêtrent, ils dessinent et accentuent chacun la beauté de la relation amoureuse des deux personnages jusqu'au drame qui y mettra fin.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Si dès les premières lignes l'issue du livre ne fait plus de doute, "Une minute de silence" reste une oeuvre poétique et sensuelle d'une qualité rare, quelque chose d'à part, qui donne plus à comprendre qu'à voir (au sens de voyeurisme) des rapports humains. Pas de surenchère dans le style ou dans l'expression des personnages tous les deux très attachants, juste une bienveillance de l'auteur, une sobriété de pensée, un respect de l'histoire et de tous ses acteurs jusque dans le drame.
"Une minute de silence" est une histoire simple et plus encore, un très beau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
NadaelNadael   25 avril 2011
Cela ne faisait aucun doute : les fleurs dérivaient en direction de l'île aux oiseaux, bientôt, elles se déposeraient sur la plage peu fréquentée ; je vous ramasserai, ai-je pensé, je viendrai seul et vous éviterai de pourrir comme du goémon arraché par une mer houleuse, j'apporterai les fleurs dans la cabane de l'ornithologue et je les mettrai à sécher, elles seront toujours là dans ce lieu de complicité, tout sera là, tout restera. Je m'y intallerai pendant les vacances et je dormirai sur la couche de varech, dans le sommeil nous nous serrerons l'un contre l'autre, Stella, ta poitrine frôlera mon dos, je me tournerai vers toi et je te caresserai, et alors tout ce que la mémoire a conservé reviendra. Ce qui est passé a existé et durera, accompagné de la douleur et de la peur qui lui appartient, je chercherai à trouver ce qui est perdu sans retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadejdanadejda   12 février 2011
Tout en parlant, elle essuyait le sable de mon dos, de ma poitrine, à un moment elle s'est penchée si près que j'ai cru qu'elle avait découvert quelque chose, une ancienne blessure, une cicatrice, mais c'était autre chose qui l'avait frappée. "Elle sourit vraiment, a-t-elle dit, ta peau sourit vraiment, Christian." Stella avait lu qu'à certains moments la peau peut sourire et voilà qu'elle en avait apparemment trouvé la confirmation. Avec curiosité, et plus que de la curiosité, je me suis tourné sur le côté, mais il m'a bien fallu constater que ma peau était comme toujours et ne révélait pas même l'amorce d'un sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nadejdanadejda   12 février 2011
J'ai eu l'impression, Stella, qu'un fin drapeau de cendres se détachait de l'urne, s'élevait très légèrement avant de retomber sur l'eau. Elle a absorbé les cendres immédiatement, il n'est resté aucune trace, aucune preuve, on n'a entrevu qu'une disparition muette, une grammaire de l'adieu.
Commenter  J’apprécie          80
cicou45cicou45   22 mai 2012
"Les choses que nous taisons [...] ont parfois plus de conséquences que celles que nous disons."
Commenter  J’apprécie          250
SachenkaSachenka   29 juin 2015
[...] il était toujours utile d'avoir un voeu en réserve, il fallait choisir soigneusement son heure, il ne fallait pas le gaspiller.
Commenter  J’apprécie          150
Video de Siegfried Lenz (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Siegfried Lenz
Coup de coeur d'Isabelle Leclerc, librairie L'imagigraphe - Salon du livre 2015 avec lecteurs.com .Lecteurs.com, partenaire du Salon du livre de Paris 2015, a proposé à des libraires de partager leurs coups de c?ur format poche. En partenariat avec parislibairies.fr. Isabelle Leclerc de la librairie L'Imagigraphe, Paris 11ème nous parle du livre La Leçon d?allemand de Siegfried Lenz, Pavillons poche. http://www.lecteurs.com/livre/la-lecon-dallemand/245865
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..