AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205049674
Éditeur : Dargaud (30/11/-1)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 360 notes)
Résumé :
Aldébaran, quelque part dans l'espace et dans le futur... Une planète accueillante où s'est installée, en 2079, la première colonie terrienne envoyée au-delà du système solaire. C'était il y a plus de cent ans, déjà. Depuis, les liaisons radio sont coupées. Alors, peu à peu, la vie s'est organisée. Un jour, d'étranges phénomènes surviennent: des créatures marines aux formes curieuses apparaissent. L'eau devient solide. La mantrisse, cette chose douée de raison et d'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  07 juin 2014
Grace aux 48h BD j'ai eu la chance d'avoir ce premier volume offert, et j'en suis très content. le monde d'Aldebarran part du postulat que les humains ont trouvé une planète semblable a la Terre, ils ont envoyé des colons et depuis un siècle, tout contact a été rompu.
Aldebarran, le nom de cette fameuse planète, doit donc se débrouiller toute seule et faire face a quelques problèmes assez étrange. Quelque chose semble se passer dans les fond sous-marins, et peu à peu cela gagne la surface, attaquant notamment le village dans lequel nous nous trouvons.
Beaucoup de bonne idées, un bestiaire qui semble intéressant et des jeunes personnages assez bien construits, non caricaturaux.
Une bonne BD d'aventure et de science fiction qui ne traine pas, et ne prends pas de gants pour marquer son lecteur par la mort de plusieurs personnages. le changement se passe sur Aldebarran, et nos malheureux survivants vont être aux première loges.
Il ne me reste plus qu'a me procurer le second tome !
Commenter  J’apprécie          422
Musardise
  18 mars 2016
J'ai été frappée, à la relecture de cet album, par la maîtrise de la narration dès la première planche, et même dès la première case. Et pourtant, je le connais bien ! Souvent, le premier tome d'une série BD peine à démarrer ; le temps que l'histoire s'installe, ça prend des pages et des pages, voire l'album tout entier, et on expose au lecteur la situation de façon pas toujours très naturelle. Ici, première qualité : l'histoire démarre sur les chapeaux de roue, avec des phénomènes étranges qui s'insinuent dans le quotidien d'un petit village, et des images de mort dès l'ouverture : l'échouage du nestor sur la plage est en cela très réussi. Et une fois cette introduction mise en place, le scénario continue de nous tenir en haleine jusqu'au bout. Mais, seconde qualité, le lecteur est aussi très vite accroché par des petites informations distillées ça et là, au lieu d'être divulguées d'un seul coup : c'est ainsi que, lorsque Marc et son père découvrent un poisson des profondeurs, on apprend l'existence d'un "catalogue", sans savoir vraiment de quoi il s'agit. Et l'histoire de la planète Aldebaran va nous être ainsi dévoilée, par petites touches. Sans parler de l'histoire de la "créature"...
Ce qui fait aussi l'intérêt de l'album, c'est qu'il relève de nombreux registres entremêlés : science-fiction (à tendance dystopique), fantastique, épouvante, et même récit d'apprentissage. C'est d'ailleurs une série sous influence littéraire, sans qu'elle y perde son identité : il y a du Stephen King dans l'apparition d'un phénomène étrange, destructeur et épouvantable au sein d'une petite communauté tranquille. Et la mer qui se solidifie et prend la forme de petites mains pour attraper un bateau et l'engloutir a de quoi faire un peu frissonner... De plus, l'idée d'intégrer l'intrigue fantastique à l'histoire d'un adolescent ordinaire, préoccupé par un chagrin d'amour, qui va voir sa vie basculer et devoir gagner très vite en maturité, donne de la chair au récit. Mais, les lecteurs de Solaris l'auront sans doute remarqué, il y a aussi du Stanilas Lem dans l'étrange création aquatique à laquelle les personnages assistent... Ce sera sans doute plus flagrant par la suite.
Bon, tout de même, un point noir, et de taille, puisque c'est le défaut pointé constamment par les lecteurs : le dessin. Autant les cases sur la curieuse construction aquatique sont réussies (encore qu'alourdies par un texte redondant et donc inutile), autant les personnages ont un peu l'air d'enfants Kinder ou de poupées Barbie. Les expressions et les gestes sont régulièrement figés : ça a été dit mille fois, mais il est impossible de laisser ça sous silence dans une critique. Pour ma part, ça n'a jamais énormément dérangé ma lecture de la série, mais tout de même... Et puis la colorisation manque de nuances, les couleurs son trop saturées, ce qui en rajoute une couche. Du coup, on peut se demander si Aldebaran va bien vieillir ou pas. Ce n'est pas franchement une série qui date, elle n'a que vingt ans, mais le dessin lui donne un côté vintage assez curieux...
Donc, un récit impeccable, avec une très bonne mise en place de l'histoire, mais qui aurait sans doute gagné en intensité si le dessin avait été plus subtil. On se retrouve bien sûr pour le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
claireo
  26 janvier 2018
Des phénomènes étranges et inexpliqués se déroulent sur Aldébaran.
Le trait est clair et précis, l'histoire passionnante et rythmée. Une très bonne lecture !
Commenter  J’apprécie          350
Foxfire
  12 janvier 2018
Cela fait longtemps que je veux lire cette série qui a une bonne réputation. Réputation amplement méritée à la lecture de ce 1er tome.
Leo est indéniablement un bon scénariste. Dans ce 1er volet, pas de longue mise en place fastidieuse, l'auteur va droit au but et entre dans le vif du sujet dès les premières cases. Cette entrée en matière immédiate ne se fait pas au détriment des personnages. Au contraire, le lecteur est amené à faire connaissance avec les personnages au fur et à mesure, au coeur même de l'action. Je trouve que cela renforce l'impact des événements vécus par les personnages tout en n'atténuant pas l'empathie envers eux.
Si je suis convaincue par Leo scénariste, je le suis moins par Leo dessinateur. Son dessin est joli mais manque de personnalité. Son dessin est un peu plat et manque de dynamisme.
Avec ce 1er tome, Leo pose les bases d'une série très prometteuse que je vais m'empresser de poursuivre.
Commenter  J’apprécie          270
Vexiana
  20 mars 2019
J'ai lu Aldébaran il y a très longtemps. Depuis, et au fil des suites et séries parallèles, je dois avouer que mon intérêt avait beaucoup baissé.
Au hasard de l'ouverture d'un carton de déménagement clos depuis plus de 10 ans, je suis retombée sur la série mère.
Le thème du mois pour le challenge BD étant la SF, je me suis un peu forcée à le relire.
Et bien, je suis bien contente de l'avoir fait.
L'histoire est moins gnangnan que dans mon souvenir. Les dialogues sont moins ampoulés que par la suite et le dessin de Léo était meilleur à l'époque. Il est moins lisse, les personnages ont l'air d'avoir un nombre normal de dents et se tiennent autrement que systématiquement la tête légèrement incliné.
Je ne sais pas si je vais relire toute la série mais cette relecture a été ma madeleine de Proust de la journée. J'ai retrouvé les raisons pour lesquelles j'avais commencé cette série initialement : le contexte est bien pensé, l'univers est exotique et foisonnant, l'intrigue est prenante et les personnages sont...euh non...ça c'est comme dans mon souvenir, ils sont exaspérants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

critiques presse (1)
BulledEncre   20 février 2012
Léo se lance en solo et, s’il reste fidèle à son trait onirique et imaginatif, le scénario passionnant est la force de cette nouvelle série.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
DoVerdorieDoVerdorie   08 décembre 2013
Comme on pouvait s'y attendre, c'est dans l'immense océan d'Aldébaran que se concentre la plupart de nos espèces animales. Notre faune marine est cinq fois plus diversifiée que celle de la Terre. Non seulement notre océan est plus vaste que tous les océans de la Terre réunis, mais en plus nos animaux marins sont capables de vivre à de très grandes profondeurs. C'est également dans la mer -surtout très loin des côtes, heureusement- que se trouvent les prédateurs les plus dangereux d'Aldébaran.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
garrytopper9garrytopper9   07 juin 2014
Le voyage ne devait durer que trois semaines. La capitale, cette Anatolie tant revée, me semblait déjà toute proche. Rien ne laissait présager que ma route allait être, en réalité, beaucoup plus longue et compliquée…
Commenter  J’apprécie          180
garrytopper9garrytopper9   03 juin 2014
Notre village n’existait plus, tout simplement. Quelque chose venant de la mer avait tout ravagé, quelque chose d’une taille inimaginable…
Commenter  J’apprécie          275
MusardiseMusardise   11 février 2015
- Quelle horreur !
- Qu'est-ce que c'est que ça, père ?
- J'en ai déjà entendu parler... C'est un poisson des profondeurs. Je crois qu'on ne les connaît que par le "catalogue" : personne ne les a jamais vus de près. Ils ne viennent pas à la surface. JAMAIS !
Commenter  J’apprécie          130
MusardiseMusardise   18 mars 2016
- Qu'est-ce que tu regardes ?
- Cet oiseau, là-haut... C'est un flotteur bleu !
- Et alors ?
- Ils n'ont pas de pattes, ils vivent toute leur vie en haute mer. Ils ne peuvent se poser que sur l'eau... Et celui-là vole vers la terre !
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
Videos de Leo (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Leo
Centaurus - La bande-dessinée
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Leo ?

Luiz Eduardo de Oliviera, plus connu sous le nom de Leo, est

péruvien
brésilien
américain

14 questions
25 lecteurs ont répondu
Thème : LeoCréer un quiz sur ce livre