AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702143742
288 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (19/02/2014)
3.35/5   137 notes
Résumé :
Le corps d'une vieille femme est retrouvé sans vie. Pour le médecin légiste, Constanza Altavilla a été terrassée par une crise cardiaque et sa tête a heurté dans sa chute le radiateur. Cependant, en interrogeant ses proches et notamment son fils et la responsable de la maison de retraite où Constanza se rendait bénévolement, le commissaire Brunetti est sûr qu'il s'agit d'un meurtre.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 137 notes

Missnefer13500
  28 avril 2016
C'est avec plaisir que je retrouve l'inspecteur Brunetti dans une nouvelle enquête avec Venise pour paysage.
Comme je prend le train en route, j'avais crainte d'avoir à suivre ses aventures. Mais ce n'est pas le cas, bien que l'auteure ait tissé une toile de fond auteur de son enquêteur ( vie de famille, relations professionnelles) , ce qui étoffe le personnage et l'ancre dans la vie réelle, à cette heure chaque intrigue peut se suivre pas forcement dans une suite chronologique. Ici il s'agit du vingtième tome.
Pour ceux qui l'ignorent l'auteure née dans le New jersey vit à Venise depuis plus de 20 ans, et son attachement à Venise transpire ici , dans toutes les pages , une fois de plus, comme dans le premier opus Brunetti entre les lignes . (ma découverte de cette série a commencé par un des deniers de l'auteure )
Elle met bien en avant, avec une petite note d'humour, ( d'ailleurs ce roman est truffé de pointes d'humour, j'ai souri très souvent) que Venise n'est pas New York et nous ressentons vraiment les implications de la culture Italienne sur notre petit groupe d'inspecteurs .Ici pas de "cow-boy " si on peut dire. Et tout ceci bien sur, joue sur l'ambiance ,avec un commissaire en quelque sorte, pris en otage de son humanité. Un personnage a la probité exemplaire, épris de justice ,ce qui donne un ton très particulier à cette intrigue, comme aux autres tomes je présume,car je ressens ici vraiment la signature de l'auteure.
Donna Leon se plait à mettre en avant les aberrations politiques et bureaucratiques , et son personnage principal de débattre sur les malheureuses implications sociales, mais aussi et surtout les valeurs morales. Ici encore nous ne pouvons que nous même nous interroger sur le devenir d'une société que certains jugeraient décadentes et dans laquelle l'argent tient la première place.
Dans cet opus, la vieillesse, les violences conjugales sont les thèmes centraux de cette intrigue. et l'auteur mêle avec brio questions sociales, et intrigue policière. Et j'ai le sentiment que l'intrigue n'est qu'un moyen d'aborder de profonds sujets sociaux qui lui tiennent à coeur. Elle nous fait baigner dans une ambiance particulière dans cette Cité des Doges qui semble un peu hors du temps, un peu magique, tout en étant soumise à une politique assez nuisible et menacée de disparition ( altération des palazzi abandonnés ou reconvertis , délitement de la culture Vénitienne)
Que se cache donc derrière les belles façades ? Constanza cette bénévole auprès des résidents d'une maison de retraite , et des femmes battues , est elle vraiment une femme admirable, généreuse , à l'écoute de pauvres âmes perdues dans les méandres du passé ? Ou une manipulatrice qui abuse de personnes âgées ? Sa mort, comme le pense instinctivement Guido Brunetti, est elle si naturelle qu'il parait ?
Nous suivons donc le commissaire dans une enquête basée sur sa seule conviction instinctive. Il va lui falloir convaincre sa hiérarchie, qui semble somme toute assez laxiste, et engoncée dans une politique d'autruche, craignant un tapage médiatique qui pourrait faire fuir les touristes se sentant en insécurité dans la Sérenissine .
L'auteur brosse cette histoire par petites touches, nous entraine sur des pistes différentes jusqu'aux révélations finales et nous démontre la complexité de l'âme humaine, tout n'est pas ni blanc ni noir. Tant et si bien que nous ne pouvons qu'adhérer au dénouement. Un dénouement touchant, et impensable.
Une fois de plus donc Donna Leon avec son talent si particulier brosse un tableau acerbe de la complexité italienne, de ses moeurs administratives corrompues, mais avec son commissaire Brunetti nous donne a esperer que tout n'est pas perdu, tant que certains hommes conservent et transmettent de belles valeurs morales
Le plus , c'est de visualiser ce paysage empreint de magie, à partir des descriptions de l'auteure, emprunter nous aussi les vaporettos et contempler les reflets changeants du soleil sur les eaux du Grand Canal, entendre les drapeaux claquer au vent sur les coupoles de la Basilique San Marco, découvrir des chemins inconnus des touristes, s'attarder sur la Place Saint Marc...
Ce style de romans policiers passionnera ou pas, je pense qu'il n'y aura pas de juste milieu.
Personnellement, c'est un style à découvrir et je crois que je vais suivre encore un peu ce commissaire avec ses aventures dans lesquelles les comportements humains sont davantage mis en avant que les scènes sanguinolentes et violentes Un personnage à l'image d'Hercule Poirot (Agatha Christie) et de l'inspecteur Linley ( Elisabeth George auteure beaucoup plus contemporaine ) qui cependant restent mes préférés.

Petit bémol , le titre ! Que je trouve pas bien adapté
C'est avec plaisir que je retrouve l'inspecteur Brunetti dans une nouvelle enquête avec Venise pour paysage.
Comme je prend le train en route, j'avais crainte d'avoir à suivre ses aventures. Mais ce n'est pas le cas, bien que l'auteure ait tissé une toile de fond auteur de son enquêteur ( vie de famille, relations professionnelles) , ce qui étoffe le personnage et l'ancre dans la vie réelle, à cette heure chaque intrigue peut se suivre pas forcement dans une suite chronologique. Ici il s'agit du vingtième tome.
Pour ceux qui l'ignorent l'auteure née dans le New jersey vit à Venise depuis plus de 20 ans, et son attachement à Venise transpire ici , dans toutes les pages , une fois de plus, comme dans le premier opus Brunetti entre les lignes . (ma découverte de cette série a commencé par un des deniers de l'auteure )
Elle met bien en avant, avec une petite note d'humour, ( d'ailleurs ce roman est truffé de pointes d'humour, j'ai souri très souvent) que Venise n'est pas New York et nous ressentons vraiment les implications de la culture Italienne sur notre petit groupe d'inspecteurs .Ici pas de "cow-boy " si on peut dire. Et tout ceci bien sur, joue sur l'ambiance ,avec un commissaire en quelque sorte, pris en otage de son humanité. Un personnage a la probité exemplaire, épris de justice ,ce qui donne un ton très particulier à cette intrigue, comme aux autres tomes je présume,car je ressens ici vraiment la signature de l'auteure.
Donna Leon se plait à mettre en avant les aberrations politiques et bureaucratiques , et son personnage principal de débattre sur les malheureuses implications sociales, mais aussi et surtout les valeurs morales. Ici encore nous ne pouvons que nous même nous interroger sur le devenir d'une société que certains jugeraient décadentes et dans laquelle l'argent tient la première place.
Dans cet opus, la vieillesse, les violences conjugales sont les thèmes centraux de cette intrigue. et l'auteur mêle avec brio questions sociales, et intrigue policière. Et j'ai le sentiment que l'intrigue n'est qu'un moyen d'aborder de profonds sujets sociaux qui lui tiennent à coeur. Elle nous fait baigner dans une ambiance particulière dans cette Cité des Doges qui semble un peu hors du temps, un peu magique, tout en étant soumise à une politique assez nuisible et menacée de disparition ( altération des palazzi abandonnés ou reconvertis , délitement de la culture Vénitienne)
Que se cache donc derrière les belles façades ? Constanza cette bénévole auprès des résidents d'une maison de retraite , et des femmes battues , est elle vraiment une femme admirable, généreuse , à l'écoute de pauvres âmes perdues dans les méandres du passé ? Ou une manipulatrice qui abuse de personnes âgées ? Sa mort, comme le pense instinctivement Guido Brunetti, est elle si naturelle qu'il parait ?
Nous suivons donc le commissaire dans une enquête basée sur sa seule conviction instinctive. Il va lui falloir convaincre sa hiérarchie, qui semble somme toute assez laxiste, et engoncée dans une politique d'autruche, craignant un tapage médiatique qui pourrait faire fuir les touristes se sentant en insécurité dans la Sérenissine .
L'auteur brosse cette histoire par petites touches, nous entraine sur des pistes différentes jusqu'aux révélations finales et nous démontre la complexité de l'âme humaine, tout n'est pas ni blanc ni noir. Tant et si bien que nous ne pouvons qu'adhérer au dénouement. Un dénouement touchant, et impensable.
Une fois de plus donc Donna Leon avec son talent si particulier brosse un tableau acerbe de la complexité italienne, de ses moeurs administratives corrompues, mais avec son commissaire Brunetti nous donne a esperer que tout n'est pas perdu, tant que certains hommes conservent et transmettent de belles valeurs morales
Le plus , c'est de visualiser ce paysage empreint de magie, à partir des descriptions de l'auteure, emprunter nous aussi les vaporettos et contempler les reflets changeants du soleil sur les eaux du Grand Canal, entendre les drapeaux claquer au vent sur les coupoles de la Basilique San Marco, découvrir des chemins inconnus des touristes, s'attarder sur la Place Saint Marc...
Ce style de romans policiers passionnera ou pas, je pense qu'il n'y aura pas de juste milieu.
Personnellement, c'est un style à découvrir et je crois que je vais suivre encore un peu ce commissaire avec ses aventures dans lesquelles les comportements humains sont davantage mis en avant que les scènes sanguinolentes et violentes Un personnage à l'image d'Hercule Poirot (Agatha Christie) et de l'inspecteur Linley ( Elisabeth George auteure beaucoup plus contemporaine ) qui cependant restent mes préférés.

Petit bémol , le titre ! Que je trouve pas bien adapté
C'est avec plaisir que je retrouve l'inspecteur Brunetti dans une nouvelle enquête avec Venise pour paysage.
Comme je prend le train en route, j'avais crainte d'avoir à suivre ses aventures. Mais ce n'est pas le cas, bien que l'auteure ait tissé une toile de fond auteur de son enquêteur ( vie de famille, relations professionnelles) , ce qui étoffe le personnage et l'ancre dans la vie réelle, à cette heure chaque intrigue peut se suivre pas forcement dans une suite chronologique. Ici il s'agit du vingtième tome.
Pour ceux qui l'ignorent l'auteure née dans le New jersey vit à Venise depuis plus de 20 ans, et son attachement à Venise transpire ici , dans toutes les pages , une fois de plus, comme dans le premier opus Brunetti entre les lignes . (ma découverte de cette série a commencé par un des deniers de l'auteure )
Elle met bien en avant, avec une petite note d'humour, ( d'ailleurs ce roman est truffé de pointes d'humour, j'ai souri très souvent) que Venise n'est pas New York et nous ressentons vraiment les implications de la culture Italienne sur notre petit groupe d'inspecteurs .Ici pas de "cow-boy " si on peut dire. Et tout ceci bien sur, joue sur l'ambiance ,avec un commissaire en quelque sorte, pris en otage de son humanité. Un personnage a la probité exemplaire, épris de justice ,ce qui donne un ton très particulier à cette intrigue, comme aux autres tomes je présume,car je ressens ici vraiment la signature de l'auteure.
Donna Leon se plait à mettre en avant les aberrations politiques et bureaucratiques , et son personnage principal de débattre sur les malheureuses implications sociales, mais aussi et surtout les valeurs morales. Ici encore nous ne pouvons que nous même nous interroger sur le devenir d'une société que certains jugeraient décadentes et dans laquelle l'argent tient la première place.
Dans cet opus, la vieillesse, les violences conjugales sont les thèmes centraux de cette intrigue. et l'auteur mêle avec brio questions sociales, et intrigue policière. Et j'ai le sentiment que l'intrigue n'est qu'un moyen d'aborder de profonds sujets sociaux qui lui tiennent à coeur. Elle nous fait baigner dans une ambiance particulière dans cette Cité des Doges qui semble un peu hors du temps, un peu magique, tout en étant soumise à une politique assez nuisible et menacée de disparition ( altération des palazzi abandonnés ou reconvertis , délitement de la culture Vénitienne)
Que se cache donc derrière les belles façades ? Constanza cette bénévole auprès des résidents d'une maison de retraite , et des femmes battues , est elle vraiment une femme admirable, généreuse , à l'écoute de pauvres âmes perdues dans les méandres du passé ? Ou une manipulatrice qui abuse de personnes âgées ? Sa mort, comme le pense instinctivement Guido Brunetti, est elle si naturelle qu'il parait ?
Nous suivons donc le commissaire dans une enquête basée sur sa seule conviction instinctive. Il va lui falloir convaincre sa hiérarchie, qui semble somme toute assez laxiste, et engoncée dans une politique d'autruche, craignant un tapage médiatique qui pourrait faire fuir les touristes se sentant en insécurité dans la Sérenissine .
L'auteur brosse cette histoire par petites touches, nous entraine sur des pistes différentes jusqu'aux révélations finales et nous démontre la complexité de l'âme humaine, tout n'est pas ni blanc ni noir. Tant et si bien que nous ne pouvons qu'adhérer au dénouement. Un dénouement touchant, et impensable.
Une fois de plus donc Donna Leon avec son talent si particulier brosse un tableau acerbe de la complexité italienne, de ses moeurs administratives corrompues, mais avec son commissaire Brunetti nous donne a esperer que tout n'est pas perdu, tant que certains hommes conservent et transmettent de belles valeurs morales
Le plus , c'est de visualiser ce paysage empreint de magie, à partir des descriptions de l'auteure, emprunter nous aussi les vaporettos et contempler les reflets changeants du soleil sur les eaux du Grand Canal, entendre les drapeaux claquer au vent sur les coupoles de la Basilique San Marco, découvrir des chemins inconnus des touristes, s'attarder sur la Place Saint Marc...
Ce style de romans policiers passionnera ou pas, je pense qu'il n'y aura pas de juste milieu.
Personnellement, c'est un style à découvrir et je crois que je vais suivre encore un peu ce commissaire avec ses aventures dans lesquelles les comportements humains sont davantage mis en avant que les scènes sanguinolentes et violentes Un personnage à l'image d'Hercule Poirot (Agatha Christie) et de l'inspecteur Linley ( Elisabeth George auteure beaucoup plus contemporaine ) qui cependant restent mes préférés.

Petit bémol , le titre ! Que je trouve pas bien adapté

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LePamplemousse
  07 juin 2017
Ne vous attendez pas à une histoire de bigamie avec deux femmes qui réclament l'héritage de leur époux, le titre n'a en réalité pas grand-chose à voir avec l'intrigue de cette enquête. Erreur de traduction ou ratage complet, allez savoir….
Une femme est retrouvée morte chez elle, la cause de la mort est claire, c'est une crise cardiaque. Mais Guido Brunetti cherche toujours la petite bête et un ou deux éléments lui mettent la puce à l'oreille et l'incitent à creuser davantage.
Cette nouvelle enquête de Brunetti se déroule comme toujours à Venise et nous emmène dans l'univers des femmes battues, des maisons de retraite et de la vieillesse.
La vieillesse semble être le moment où les mauvaises actions de la vie nous rattrapent et où le désir de s'amender semble le plus vif. Les personnages de cette série évoluent dans une Italie très croyante et bien pensante où la religion est omniprésente et où la rédemption est un point crucial à atteindre.
J'ai bien aimé cette enquête dans laquelle on découvre de nouvelles choses sur Elettra la jeune collègue de Guido aux méthodes de travail peu orthodoxes.
Encore une belle balade dans une Venise où la corruption est partout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
alainmartinez
  07 septembre 2017
Ce vingtième chapitre des aventures du commissaire Brunetti n'est certainement pas le meilleur. L'intrigue est légère, mais la description de Venise et de la vie vénitienne est toujours aussi agréable.
Après la découverte du corps d'une femme décédée chez elle, Brunetti, son collègue Vianello et la Signorina Elletra essaient de comprendre si la mort de cette femme qui fournissait un hébergement provisoire pour les victimes de violences conjugales est une mort pour causes naturelles. Quel rapport il y a entre cette femme, la mort de cette riche héritière qui a laissé sa fortune à son avocat et cet ancien employé de l'hôpital ? L'enquête devient l'un des cas les plus subtils et les plus nuancés de la longue carrière de Brunetti. Il est confronté à des dilemmes juridiques, morales et éthiques.
La série des Brunetti c'est tout d'abord une aventure policière, une énigme que Guido résoudra à la fin. Il nous fera parcourir toutes les procédures policières et tous les cheminements de sa pensée. Ensuite c'est le commissaire Brunetti. Il y a toujours une pointe d'humour chez lui. Sa famille, Paola et leurs enfants, fait partie intégrante des romans. Bourgeois et intellectuels ce sont des gens simples et attachants.
Mais la force de cette série est Venise et l'Italie, on sent que Donna Leon maîtrise parfaitement son sujet. La tension entre le nord et le sud, celle entre l'église et l'État, la corruption, les problèmes des ordures, de l'aqua Alta, de la circulation, la distance entre les touristes et les habitants.
Des romans à apprécier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Cath36
  25 avril 2014
De l'ambiguïté du bénévolat, des sentiments pas forcément bienveillants des bénévoles, des sentiments pas forcément malveillants de vieux brigands touchés par l'amour, des secretaires efficaces et sans scrupules en matiere d'informatique et des commisaires scrupuleux mais incompetents en la matière, et des differences entre le champagne et le prosecco.... Bref une nouvelle aventure du commissaire Brunetti dont l'humanité se trouve prise en conflit avec le devoir, comme toujours.Un très bon opus, où les personnages ont leurs ombres et leurs lumières et composent avec une société déliquescente et pourrie par le fric dans une Venise laissée à l'abandon.
Commenter  J’apprécie          260
bilodoh
  13 mars 2015
À Venise, une femme âgée est retrouvée morte et le commissaire Brunetti est sceptique quant au diagnostic de mort naturelle.

Dans le magnifique décor de la ville des vaporettos, c'est le début d'une enquête tranquille, sans poursuites effrénées ni coups de feu, mais avec quelques pointes d'humour, souvent dirigées vers les aberrations de la politique ou de la bureaucratie italienne.

Comme dans plusieurs de ses polars, Donna Leon inclut des questions sociales. Dans celui-ci, on pourrait le deviner, il s'agit du sort de personnes âgées, diminuées, souffrantes, et aussi du problème la violence faite aux femmes.
On pourra aussi y trouver des réflexions aussi sur l'honnêteté, la famille, sur l'amour qui dure malgré le passage des ans ainsi que sur la condescendance parfois méprisante des bienfaiteurs envers les personnes qu'ils aident

Un polar calme avec un petit verre de champagne en contemplant les eaux de la lagune, à moins qu'on préfère regarder vers les montagnes...
Commenter  J’apprécie          232


critiques presse (1)
Chatelaine   08 avril 2014
Mené par son intuition, le commissaire sillonne le centre de Venise, et nous avec lui, à pied ou à bord d’un bateau-bus.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   19 avril 2020
Il n’avait aucune idée du temps qu’il restait à l’humanité, mais il était certain que les montagnes survivraient à tout ce qui pourrait arriver et seraient encore là quand quelque chose d’autre se produirait. Il n’avait jamais confié à personne, pas même à Paola, ces réflexions sur les montagnes et la bizarre consolation qu’elles lui apportaient. Les montagnes lui paraissaient tellement permanentes, comparées à la mer, toujours changeante et visiblement affectée par les agressions dont elle était l’objet ; qui plus est, elle était une victime plus évidente pour les dégradations et les dégâts provoqués par l’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
bilodohbilodoh   13 mars 2015
Il était merveilleux et en même temps effrayant d’émerger de l’hôpital pour entrer ici, au milieu du sifflement de la machine à café, du claquement des tasses sur les soucoupes, et de se trouver confronté avec un rappel de ce que nous savons tous et qu’il nous déplaît à tous de savoir : que la vie continue, quoi qu’il arrive à l’un ou l’autre d’entre nous.
(Points, p.67-68)
Commenter  J’apprécie          200
GrouchoGroucho   13 septembre 2015
.../...
- Quoi qu'il en soit, signorina, il me tarde de savoir ce que vous l'avez persuadé d'autoriser.
- Tout répondit-elle avec un ravissement non dissimulé.
.../...
- Je tremble à l'idée de ce que vous pourriez lui demander d'autoriser.
Elle eut l'air un peu déçue et ne le cacha pas. "Jamais je ne vous compromettrais en quoi que ce soit, dottore."
- Vous prendriez tout sur vos épaule ? s'étonna-t-il, sachant que c'était de toute façon impossible.
.../...
- A qui les réponses à ces requêtes doivent-elles être envoyées ?
- Au vice-questeur, monsieur, répondit-elle simplement.
.../...
Après lui avoir laissé tout le temps de réfléchir à ce qu'elle venait de dire, elle ajouta, avec le sourire : "Sans compter que toutes les requêtes sont envoyées au nom du lieutenant Scapa."
Brunetti ne manqua pas de remarquer l'utilisation du la voix passive. C'était un trait de génie. "Si bien que tout laisse à penser que le lieutenant a commis des abus de pouvoir pendant toutes ces années ? Demander des informations sans l'ordre d'un magistrat... ajouta-t-il, rêveur, ne jugeant pas nécessaire de commenter la piste de preuves électroniques qu'il avait sans aucun doute laissé derrière lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emi13emi13   21 juin 2014
Elle avait l'air d'être quelqu'un de tout à fait bien , pas le genre qu'on menace ou qu'on secoue . Ou qu'on tue . Les gens bien ne devraient jamais mourir comme ça . Brunetti resta quelques instants songeur . < Si seulement .........>
Commenter  J’apprécie          230
emi13emi13   17 juin 2014
Elle alluma , et parcourut automatiquement le séjour des yeux , déduisant de la précision militaire avec laquelle les coussins étaient disposé sur le canapé que la femme de ménage étaient bien passée . Elle prit sa valise , referma la porte et se laissa envahir par le silence . Anna Maria était chez elle .
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Donna Leon (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon
Donna Leon se dévoile en répondant, avec humour et sincérité, au questionnaire de Proust.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La Venise de Donna Leon

Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

Wilhelm Furtwängler
Antonio Toscanini
Herbert von Karajan
Agostino Steffani

13 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : Donna LeonCréer un quiz sur ce livre

.. ..