AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702132852
290 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (15/04/2002)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 170 notes)
Résumé :
Le commissaire Guido Brunetti est sur la sellette : sa propre femme, Paola, est arrêtée après avoir démoli la vitrine d'une agence de voyages qu'elle suspecte de promouvoir le tourisme sexuel. Brunetti est temporairement démis de ses fonctions. Mais l'affaire se corse avec l'assassinat du propriétaire de l'agence. Pour tout indice, on retrouve à côté du corps une lettre l'accusant d'être un "pornographe".
L'enquête s'annonce délicate, pour la carrière comme p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  23 juin 2018
Le titre « L'affaire Paola » m'a tout de suite intrigué. le commissaire Brunetti, dont j'ai suivi quelques unes des enquêtes policières jusqu'à maintenant, aura à enquêter sur son épouse ? Intéressant ! le résumé sur la quatrième de couverture m'a incité à emprunter le livre. Paola Brunetti, casse la vitrine d'une agence de voyage parce qu'elle ferait la promotion (organiserait ?) du toursime sexuel dans des pays comme la Thaïlande ou les Philippines. Une centaine de pages plus loin, Mitri, le propriétaire de l'agence, est retrouvé mort.
Paola serait accusée du meurtre ? le commissaire aura-t-il à prouver l'innocence de sa femme ? Eh bien non. Assez rapidement après le crime, on l'interroge pour la forme mais jamais elle n'est considérée sérieusement dans cette affaire. C'est sans doute réaliste mais c'est un peu dommage parce que cette enquête se transforme en une énième aventure de Brunetti : un crime en apparence singulier qui cache des magouilles financières. Pourtant, ça aurait été original de le voir le commissaire se dépêtrer dans une histoire qui le touche au plus haut niveau.
Mais bon, la situation l'affecte quand même un peu sur le plan personnel. Au début, il est démis de ses fonctions, puis il doit gérer un Mitri mécontent, puis les réactions de la presse quand le propriétaire est retrouvé assassiné. L'élément que j'ai le plus aimé, c'est la situation familiale de Brunetti. Dans les tomes précédents, on le voit régulièrement avec sa femme Paola (et son caractère parfois intraitable) et ses enfants mais, dans ce tome, on est gâté. C'est un des rares détectives «célèbres» à avoir une vie de famille normale et c'est plaisant.
J'ai aussi beaucoup de plaisir à retrouver quelques autres personnages colorés ou fascinants, comme la secrétaire toujours efficace signora Elettra, avec ses contacts et ses aptitudes en informatique, qui est devenue essentiel au succès de plusieurs enquêtes, et surtout le vice-questeur (l'équivalent d'un chef de police) Pattra, toujours aussi égocentrique et peu intéressé, sauf si une affaire non-résolue ou une hausse des crimes peuvent affecter son statut ou l'image qu'il projette. Ah, la bureaucratie…
« L'affaire Paola » est une autre lecture agréable même si son auteure Donna Leon commence à devenir un peu prévisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Kely
  05 octobre 2011
Résumé de la 4ème de couverture
Le commissaire Guido Brunetti est sur la sellette : sa propre femme, Paola, est arrêtée après avoir démoli la vitrine d'une agence de voyages qu'elle suspecte de promouvoir le tourisme sexuel. Brunetti est temporairement démis de ses fonctions. Mais l'affaire se corse avec l'assassinat du propriétaire de l'agence. Pour tout indice, on retrouve à côté du corps une lettre accusant le défunt d'être un " pornographe ". L'enquête s'annonce délicate, pour la carrière comme pour la vie privée de Guido Brunetti...
Donna Leon, née dans le New Jersey, vit à Venise depuis plus de vingt ans. L'Affaire Paola, best-seller en Grande-Bretagne et en Allemagne, est la huitième enquête de Brunetti.
Mon ressenti sur ce livre
Il s'agit pour moi d'une première lecture de cette auteure.
Une histoire qui se déroule à Venise ce qui est un véritable plaisir pour le lecteur qui a eu le privilège, comme moi, de visiter ce lieu magique. de fait, on visualise la plupart des lieux dans lesquels les différents protagonistes évoluent. Ainsi, l'on a le sentiment de participer activement à l'enquête menée par le Commissaire Guido Brunetti.
Il s'agit d'une véritable intrigue policière avec "crimes et délits", qui démarre avec un méfait commis par Paola Brunetti, la femme du Commissaire, intelligente, cultivée et jusqu'auboutiste dans son comportement pour défendre ses idées et son sens de la justice.
Tout au long de ce livre, se dévoilent des caractères forts, passionnés, intelligents, respectueux... notamment sur la relation de couple entre Guido et Paola Brunetti, la relation du couple Brunetti avec leurs enfants, les liens du Commissaire avec son entourage professionnel.
Pas de suspens haletant ni de courses effrénées, pas de scènes d'horreur, de sang et de violence, pas de super héros... l'intrigue n'en perd pas moins de son intérêt ni sur le fond, ni sur la forme. Donna Leon, arrive grâce à son style d'écriture, simple et fluide, dans une ambiance à l'accent vénitien si chantant, à captiver son lecteur jusqu'à la dernière page.
Cette lecture a été pour moi une véritable belle découverte, et je retournerai avec grand plaisir à Venise avec Donna Leon pour d'autres intrigues.
Note : 9/10.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Jangelis
  21 octobre 2015
Une aventure du Commissaire Brunetti plutôt originale puisque c'est sa propre femme qui est arrêtée.
C'est ma 2e lecture de la série, et j'ai retrouvé avec plaisir Venise, son ambiance particulière, ses calle ses papazzi et ses bateaux.
Plaisir aussi d'entrer dans l'intimité du Commissaire et sa famille, de voir le lien chaleureux qui existe avec sa femme, malgré tout ce qu'il pourrait lui reprocher.
J'ai apprécié, pour des raisons toutes personnelles ou plutôt familiales, qu'une petite partie du roman se déroule à Castelfranco Veneto, même si on n'en découvre pas beaucoup, mais c'est bien la première fois que je lis un livre se passant dans la ville natale de mon papa !
Malgré tout ça, je me suis un peu ennuyée dans cet opus là.
J'étais enthousiasme après la lecture du premier, et j'en ai tout de suite cherché un autre. Mais est-ce lassitude, mauvais moment, ou simplement un texte un peu moins entraînant; Pas beaucoup d'humour, et un rythme que j'aurais parfois souhaité un peu plus rapide.
J'en lirais certainement d'autres, mais sans urgence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
sandrine57
  11 décembre 2010
A chaque fois que je commence un livre de Donna LEON, je me dis que je vais encore avoir droit aux mêmes histoires de corruption, de critiques du gouvernement et de l'administration, le tout sous l'ombre de l'omniprésente maffia...Mais à chaque fois, et cette fois-ci encore, je suis immergée dans l'ambiance de Venise et je lis le livre d'une traite. Je me suis attachée à Brunetti, fin gourmet, amoureux de sa femme et fou de ses enfants, et à ses collègues, Vianello plein de bon sens, Patta beau, arrogant et incompétent et aussi Electra, secrétaire efficace gràce à un réseau d'amis serviables et ses talents de hackeuse. J'aime aussi les parties qui traitent de la vie privée de Brunetti, de ses rapports avec ses enfants, ses beaux-parents et Paola sa femme qui ici a un rôle très important. Voulant lutter à se façon très obstinée contre le tourisme sexuel, elle met son mari en mauvaise posture mais fidèle à ses convictions elle ne change pas d'un iota son comportement quitte à mettre en péril et son mariage et la carrière du commissaire.
Comme d'habitude, une bonne enquête, malgré de thèmes répétitifs, et toujours la magie de Venise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
umezzu
  26 février 2015
La femme du commissaire Brunetti, Paola, démolit la vitrine d'une agence de voyages. La raison de son acte : elle la suspecte de promouvoir le tourisme sexuel. Elle ne le fait pas une fois, mais deux. La première action est enterrée par Brunetti, qui est mis a pied après le second « exploit » de sa femme. le directeur de l'agence est ensuite assassiné. Est-ce lié ? Envoyer au bout du monde des hommes faire leur marché sexuel dans des pays pauvre était elle la seule activité illicite de cet homme ?
Pour une fois Brunetti est au coeur même de l'enquête, puisque c'est sa chère compagne qui a manifestement « pété les plombs », après s'être disputé avec lui sur l'inaction policière sur le sujet du tourisme sexuel. Chez Paola l'universitaire, tout est étudié et engagé. Et Brunetti est in petto à l'unisson lorsqu'elle dénonce ces travers, mais il ne peut pas faire plus. Quoique...
Un Donna Leon plutôt moyen. Les personnages, et notamment la petite famille Brunetti qui donnent le sel de cette série, sont bien présents et leurs rapports complexes finement détaillés. Les diatribes de Donna Leon contre l'exploitation de la pauvreté en Italie comme ailleurs et la présence en arrière plan de la mafia sont des sujets rémanents de ces livres. Mais il manque là ce qui fait de certains des autres livres de la série de grandes réussites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
gorjussgorjuss   30 décembre 2015
Brunetti, grand lecteur d'ouvrages historiques,
se rappela les innombrables fulminations prononcées par les anciens Romains
contre les diverses époques dans lesquelles ils vivaient,
toujours assorties du rappel que celle de la génération de leurs parents
et de leur enfance
était infiniment meilleure, à tous points de vue, que la leur.

Il se rappelait leurs violentes mercuriales contre l'insensibilité de la jeunesse,
sa paresse, son ignorance, son manque de respect et de déférence pour les anciens,
et il se trouva for rasséréné par cette évocation.

Si chaque génération avait pensé de cette façon,
alors peut-être s'étaient-elles toutes trompées
et les choses n'empiraient-elles pas, en réalité ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gorjussgorjuss   30 décembre 2015
Pendant le début du repas,
la conversation fut faite d'échanges à bâtons rompus et à fleuret moucheté,
telle qu'elle se déroule en général entre huit personnes
qui ne sont pas sûres des centres d'intérêt des autres
et qui essaient d'établir les thèmes susceptibles de les intéresser.

Brunetti fut frappé une fois de plus,
comme il l'avait déjà été à plusieurs reprises depuis plusieurs années,
par l'absence d'un sujet de conversation pourtant universel : la politique.

Il se demanda si c'était parce qu'il n'intéressait plus personne
ou parce qu'il était tel un baril de poudre dont on n'osait pas allumer la mèche
en présence d'inconnus.

Toujours est-il qu'il avait rejoint la religion,
dans quelque goulag des conversations où plus personne n'osait s'aventurer
ou que nul n'avait envie d'explorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JangelisJangelis   21 octobre 2015
... Mais il n'a donné aucun ordre, il nous a simplement laissés procéder de la manière normale.
Brunetti se fit la réflexion qu'il n'y avait pas de manière normale, probablement, d'arrêter l'épouse d'un commissaire de police,
Commenter  J’apprécie          100
crapettecrapette   16 mars 2012
Je crois que c'est Voltaire qui a dit je ne sais où quelque chose comme "Je désapprouve ce que vous dites mais je défendrai jusqu'à la mort votre droit de le dire". (P.127)
Commenter  J’apprécie          120
gorjussgorjuss   30 décembre 2015
La vérité semblait aujourd'hui appartenir à ceux qui pouvaient crier le plus fort
- ou engager les meilleurs avocats.

Aucun syllogisme ne permettait de résister à l'argument du poignard
ou de l'arme à feu,
pas plus qu'à aucune de ces formes perverses d'argumentation
dont était remplie la vie professionnelle.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Donna Leon (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon
Donna Leon se dévoile en répondant, avec humour et sincérité, au questionnaire de Proust.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Venise de Donna Leon

Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

Wilhelm Furtwängler
Antonio Toscanini
Herbert von Karajan
Agostino Steffani

13 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Donna LeonCréer un quiz sur ce livre

.. ..