AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Olivier Desmond (Traducteur)
EAN : 9782020340397
303 pages
Éditeur : Seuil (02/03/1999)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 125 notes)
Résumé :
À Mestre, banlieue industrielle de Venise, un équarrisseur découvre le cadavre d'un travesti. Le mort n'est autre qu'un respectable directeur de banque. Le commissaire Guido Brunetti commence à flairer le scandale. Il doit retrousser ses manches pour plonger dans les méandres nauséabonds de la prostitution masculine et trouvera sur sa route les très vertueux citoyens de la Lega della Moralità, dans une cité des Doges où la corruption semble être considérée comme un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  21 juin 2018
Il y a plusieurs années de cela, j'ai découvert l'auteure (américaine) Donna Leon et son enquêteur Guido Brunetti, commissaire de police à Venise. Oui, oui, la Venise d'Italie. Après trois ou quatre de ses aventures, je suis passé à d'autres lectures et je les avais oubliés. Il faut dire qu'il ne s'agit pas des meilleurs romans policiers que j'ai lus, mais c'est une lecture agréable (simple à lire, pas trop long). C'est donc un plaisir de les retrouver.
D'abord, Brunetti est un enquêteur qui m'est sympathique d'emblée : incorruptible et infatigable, il trouvaille sans relâche pour trouver la vérité. Un Vénitien anonyme en est le parfait exemple. Il est appelé à Mestre, sur la terre ferme, qui ne relève pas de sa juridiction, où un homme non-identifié et déguisé en femme est retrouvé mort. N'importe qui d'autre aurait pu clore rapidement et de façon expéditive cette enquête : un prostitué travesti et anonyme s'est fait tabasser par un client, point à la ligne. Mais c'est mal connaître Brunetti…
Effectivement, après avoir lu quelques autres de ses aventures, on se doute bien que les choses ne pouvaient être si simples. Et quand on découvre que le cadavre est un directeur de banque dont personne (à part un collègue de travail) n'était au courant de sa supposée double-vie, on peut se poser des questions. Et c'est ce que fait Brunetti, toujours si efficace, mettant à jour un vaste scandale financier. Et clan !
Ensuite, il y a Venise… Ahhh… L'enquête se déroule en grande partie à Mestre mais plusieurs épisodes se déroulent au coeur même de la Sérénissime. L'auteure est américaine mais, après avoir passée une dizaine d'année à y travailler, elle la connaît comme sa poche. En tant que lecteur, c'est toujours apprécié de lire des romans qui se déroulent à des endroits que l'on connaît, de reconnaître des lieux (pont Rialto, les canaux, la place Saint-Marc, etc.). Et puis il y a tous ces détails, typiquement italiens, comme les repas entre amis, où les plats et les vins semblent si bons… C'est ce qu'on appelle voyager à bas prix !
Donna Leon ne révolutionne pas le genre mais « ça fait la job ». Je pense que je lirai plusieurs des autres romans de sa série cet été.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
bilodoh
  21 mai 2015
Une des premières enquêtes du commissaire Brunetti, on y fait connaissance avec la signora Ellettra, la secrétaire aux multiples talents, qui sait tant manipuler son difficile patron que pénétrer les arcanes de l'informatique.

L'histoire se passe au mois d'août, il fait trop chaud. Venise est aux mains des touristes, Brunetti rêve de vacances dans la montagne, mais sa famille devra partir seule, car il a un crime à résoudre. Pauvre Brunetti, privé de la merveilleuse cuisine de sa chère Paula et avec la canicule qui s'est installée, quelle torture !

L'enquête passe par le milieu de la prostitution, pour se diriger du côté des banques et des organisations caritatives, déclinant ainsi les différents tons de la corruption qui mine la ville, car la pourriture n'est pas que dans la lagune…

Finalement, ce Vénitien anonyme n'est peut-être pas le meilleur polar de Donna Leon, comme le mois d'août n'est pas la période idéale pour découvrir Venise…
Commenter  J’apprécie          270
adtraviata
  07 juin 2019
Cette troisième enquête du commissaire Brunetti se déroule en plein mois d'août, sous une canicule particulièrement accablante (et pas question pour lui de travailler en tenue légère comme les touristes, nombreux et envahissants malgré la chaleur). C'es dehors de Venise, à Mestre, dans un terrain vague proche des lieux fréquentés par les prostitués, que l'on trouve le corps d'un homme, apparemment un travesti, en robes et talons aiguilles rouges, le visage massacré. L'identification prend du temps et apparemment, l'homme n'est pas du tout un travesti et encore moins un prostitué, mais bien un banquier tout à fait respectable. Ou pas ? Les recherches minutieuses de Brunetti et de ses collaborateurs mettront au jour une magouille financière cachée sous une soi-disant Lega della Moralità.
L'équipe de Brunetti évolue au cours de ce troisième épisode : elle ne sortira hélas pas indemne de cette enquête mais un nouveau personnage apparaît, la Signorina Ellettra, secrétaire du vice-questeur Patta, j'ai cru comprendre qu'on va la retrouver dans les numéros suivants suivants, cette jeune femme élégante, intelligente et un poil insoumise. A propos de Patta, celui-ci se retrouve dans une position conjugale délicate (je ne vous en dis pas plus, c'est assez croquignolet). Croyez-vous que Brunetti va en profiter pour écraser son supérieur ? Non, évidemment, et c'est cette classe, cette élégance, physique et morale, que j'apprécie tant chez Guido Brunetti. Je n'ai lu que trois enquêtes jusqu'à présent mais j'aime déjà très fort ce personnage, tout autant que saliver devant les plats concoctés par Paola, son épouse, ou par l'un ou l'autre personnage secondaire et bien sûr continuer à découvrir Venise au fil des saisons : ici, en plein « Ferragosto », ce n'est pas la plus agréable à vivre dans la Sérénissime mais l'évasion du voyage est bien présente et les évocations très sensorielles de Donna Leon – ainsi que son humour – se savourent avec grand plaisir.
Lien : https://desmotsetdesnotes.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
edwige31
  31 juillet 2012
Un épisode du Dottor Brunetti où les apparences sont bien trompeuses. le commissaire doit retrouver l'assassin d'un homme retrouvé mort en robe et escarpins rouges. Il devra explorer le monde de la prostitution masculine dans un pays où le machisme est ambiant. Encore une fois, le dottor fera preuve d'élégance et de tolérance afin de faire éclater la verité;, qui est encore une fois bien sordide.
un excellent moment
Commenter  J’apprécie          110
7878751021
  29 janvier 2015
les enquêtes du commissaire Brunetti - tome 3
1er tome de ma descente actuelle de ma pile "Brunetti/Donna LEON" (après le tome 1 et le 8 comme initiation et accrochage !) qui m'amène à une critique générale sur la série et non spécifique à ce livre (les tomes seront traités via les "citations").
Bon, Donna LEON aime apparemment Venise : née aux USA, elle a décidé de venir y habiter, ce qui donne une coloration "connaissance intime" de cette ville particulière dans les enquêtes de son commissaire.
Pour autant, elle n'en cache pas certaines réalités sordides (les odeurs désagréables, l'aqua alta, l'invasion touristique ... entre autres), qu'on ne voit pas forcément lors d'un court voyage touristique (mon cas) et qui donne aussi une dimension très réelle à ses histoires.
Venise est aussi :
- la ville du Carnaval .... haut en couleurs et et bruits,
- des masques .... trompeurs,
- en Italie .... longue histoire mouvementée et épicée voire pimentée + administrations complexes voire lourdes + des tempéraments latins explosifs à travers de simples citoyens mais aussi des politiciens, une noblesse, un clergé, la mafia etc
Rajoutez à cela l'imagination débridée de Donna LEON et vous aurez des histoires "tor---tueuses", enlevées, brillantes et colorées dans des sphères glauques et malsaines comme des eaux putrides. Avec des remarques incisives et/ou pleines d'humour (j'en insèrerai quelques exemplaires dans les citations de Babelio).
Donc, heureusement qu'il y a le commissaire Brunetti, ses cas de conscience, son épouse solide (et volcanique), et sa famille bien sûr (enfants / parents/ beaux-parents) ... mais aussi ses chef et collègues pour nous promener au sein de cette Venise, Italienne qui se veut "unique car particulière" comme une diva avec ses excès, ses humeurs ... et son charme !
N'hésitez pas à embarquer ... vaporetto ou gondole sont là pour vous emmener !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
gorjussgorjuss   13 février 2013
Pendant que la voiture roulait à vive allure sur la digue, Brunetti eut le temps de contempler, sur sa droite, les nuages de fumées jaunes, gris, blancs ou verts que recrachait la forêt de cheminées, du côté de Marghera.

Aussi loin que portait le regard, ce linceul méphitique surplombait le vaste complexe industriel, et les rayons du soleil couchant le métamorphosaient en une éclatante vision de ce que serait l'avenir.

Rendu mélancolique par une telle idée, il se détourna pour regarder en direction de Murano et au-delà, vers le lointain clocher de la basilique de Torcello, le lieu où, selon certains historiens, l'idée de Venise aurait pris naissance, quinze cent ans auparavant, lorsque les peuplades de la côte allaient se réfugier dans les marais pour fuir devant les Huns.

Le conducteur dut faire une dangereuse embardée pour éviter un énorme camping-car allemand, lequel lui avait brusquement coupé la route pour s'engager sur l'aire de repos de l'île de Tronchetto ;
Brunetti fut brusquement ramené à la réalité.

Encore les Huns, et nulle part où se cacher, à présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fertiti65fertiti65   08 septembre 2020
Il se détourna pour regarder en direction de Murano et au-delà, vers le lointain clocher de la basilique de Torcello, le lieu où selon certains historiens, l'idée de Venise aurait pris naissance, quinze cents ans auparavant, lorsque les peuplades de la côte allaient se réfugier dans les marais.
Commenter  J’apprécie          193
domdu84domdu84   24 mai 2012
« La Lega della Moralità a été créée il y a environ huit ans, sans que l’on sache très bien par qui ni avec quels objectifs. Étant donné qu’elle est supposée s’occuper de bonnes œuvres, du genre distribution de jouets dans les orphelinats ou de repas aux personnages âgées à leur domicile, elle a toujours eu bonne réputation. Au cours des années, la ville et certaines paroisses lui ont laissé reprendre et administrer des appartements vacants ; elle les met à la disposition, moyennant un loyer dérisoire, ou même gratuitement, de personnes âgées dans le besoin ou, quelquefois, de handicapés. » Vianello reprit son souffle, puis ajouta : « Étant donné que tous ses employés sont des bénévoles, elle a obtenu le statut d’organisation charitable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
GrouchoGroucho   06 avril 2015
- En fait, si je devais prendre un pari, je dirais qu'il est mort pour vous avoir parlé.
Voyant l'expression de Brunetti : il ajouta "Pas à vous personnellement, commissaire, mais à la police. A mon idée, il savait quelque chose sur l'assassinat de l'autre et on a du l'éliminer.
- Et cela ne vous a empêché de venir me parler ?
- Il m'a traité comme quelqu'un de normal, voyez-vous. Et vous aussi, commissaire, n'est-ce pas ? Vous m'avez parlé comme un homme parle à un autre homme, n'est-ce pas ?
Voyant Brunetti acquiescer, il poursuivit, "Dans ce cas, il était normal que je vienne vous voir, non ? "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gorjussgorjuss   13 février 2013
L'immeuble élancé était un haut rectangle d'acier et de verre qui devait avoir fait l'effet, au moment de sa construction, dix ans auparavant, d'être à l'avant-garde de l'urbanisme.

Mais l'Italie est un pays où les nouvelles conceptions architecturales ne sont en vogue que le temps de les réaliser sur le terrain :
à ce moment-là, les visionnaires attitrés sont déjà en train de se réaliser de nouvelles bannières,
comme ces âmes damnés du vestibule de "L'Enfer" de Dante,
qui tournent en rond pour l'éternité,
à la recherche d'un drapeau qu'ils ne peuvent ni identifier ni désigner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Donna Leon (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon
Donna Leon se dévoile en répondant, avec humour et sincérité, au questionnaire de Proust.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Venise de Donna Leon

Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

Wilhelm Furtwängler
Antonio Toscanini
Herbert von Karajan
Agostino Steffani

13 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Donna LeonCréer un quiz sur ce livre

.. ..