AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johanne Le Ray (Traducteur)Pierre Bondil (Traducteur)
ISBN : 2743617667
Éditeur : Payot et Rivages (13/02/2008)

Note moyenne : 3.32/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Okmulgee, Oklahoma, 1921. L'année de ses quinze ans, Carlos Webster rencontra son premier bandit dans un drugstore, un certain Emmett Long, venu braquer le tiroir-caisse de M. Deering. Cette même année, il tua son premier homme, un voleur de bétail venu braconner sur les terres de son père. Une certaine façon d'apprendre à connaître la vie. Il ne s'engagera pas dans les Marines comme son père, et ne sera pas fermier comme lui. Non, le 13 juin 1927, alors que Charles... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  21 février 2019
Jack Belmont et Carlos Webster sont des ennemis jurés. Ils sont nés la même année, en 1906, et leurs pères ont fait fortune dans le pétrole. Mais ils se sont choisi un destin complètement opposé. Jack Belmont opte très tôt pour une carrière criminelle. Il fait ses classes dans la délinquance avant de se lancer dans les braquages. Quant à Carlos Webster, il fait preuve dès son adolescence d'un sang-froid et d'une détermination implacables. Il devient adjoint au marshal des États-Unis à l'âge de vingt-et-un ans. Les chemins des deux hommes - le bon et le truand - se croisent fatalement. le marshal traque le fugitif, la gangster rêve d'abattre le justicier. Seule la mort pourra mettre un terme à cette rivalité...
Les personnage se situent dans la lignée des criminels les plus violents tels que Dillinger, Bonnie et Clyde ou Ma Barker. La presse transformait leurs faits d'armes en épopée. Dans ce roman, Tony, le reporter de True Detective, suit les événements au plus près pour pouvoir en faire un récit sensationnel qui captivera les lecteurs de tabloïds. La conjoncture des années 30 est bien restituée : les hommes sont marqués par la guerre, les Etats-Unis sont touchés par la Grande Dépression, l'Oklahoma subit la sécheresse et une série de tempêtes de poussière, la prohibition est toujours d'actualité. le roman est plus proche du western que du polar, on est loin de « Moisson rouge », le récit se focalise sur l'affrontement entre Belmont et Webster.
Je souhaitais découvrir l'oeuvre d'Elmore Leonard depuis de nombreuses années. J'ai choisi « le Kid de l'Oklahoma » au hasard, ne sachant pas par quoi commencer. Ce roman est une belle surprise, j'ai été conquis par la qualité de conteur de Leonard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Stockard
  24 janvier 2018
Carl Webster, s'il avait choisi le mauvais côté de la barrière (question de point de vue) aurait facilement pu inscrire son nom au côté des prestigieux Sundance Kid, Cole Younger et autres Doc Holliday, mais il a préféré l'autre camp, celui de la loi et du respect de l'ordre, et c'est comme adjoint au marshal des États-Unis qu'il va se tailler en un rien de temps une petite réputation que tous les hors-la-loi opérant du côté de l'Oklahoma vont apprendre à connaître, à craindre et à respecter. Qu'on soit journaliste, poule de gangsters ou gangster même, il faudrait avoir été placé à l'isolement au Big Mac de McAlester pour ignorer que Carl Webster, s'il "doit dégainer son arme, il tirera pour tuer", qu'on se le dise.
Et c'est avec une décontraction et une absence totale de pétoches que Webster écumera Tulsa et Oklahoma City pour remettre les mauvais garçons du coin dans le droit chemin (chemin impliquant parfois un aller simple vers une caisse en bois)
Entre western et polar noir, Elmore Leonard nous livre un petit bijou de sueur et de whisky frelaté, mêlant fiction et histoire du grand banditisme (Mitraillette Kelly, Pretty Boy Floyd, Bonnie & Clyde même, dont on apprend en passant qu'ils n'étaient que des tocards, amateurs et sans la moindre envergure) avec classe, panache et talent, rien que ça.
Aucune difficulté à entrer dans cet univers qui fleure bon la poudre et les émanations d'essence des tout premiers Ford Roadster. Ça flingue dans tous les sens, ça trahit, ça chourave les cornets de glace aux mômes et ça fait sauter la banque !
Si on cherche un peu d'action distillée dans la grande Histoire et parsemée de Wanted dead or alive, pas de doute, c'est à Elmore Leonard qu'il faut s'adresser et dieu sait qu'il connaît son sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
bdelhausse
  19 novembre 2016
Dans l'Amérique de la prohibition, celle des réserves d'indiens, celle des gangsters qui braquent des banques, avec leur poule accrochée à leur Thompson... Elmore Leonard nous fait suivre les pas d'un Marshal, plutôt revanchard, et accroc à la célébrité et aux honneurs.
On démarre alors que Carl Webster, ce futur Marshal, a 15 ans et se retrouve nez à nez avec l'ennemi public numéro un. Il en gardera un souvenir si prégnant que bien des années plus tard il le hantera encore.
Un peu de technique d'écriture... Elmore Leonard imbrique les récits les uns dans les autres. On part sur un gangster, puis on dérive sur sa poule, puis vers un autre gangster lié à la fille, etc. Idem avec le père de Carl Webster, un ancien GI qui a combattu à Cuba.
Elmore Leonard ne prend pas fait et cause pour le Marshal. Il se contente de nous le montrer. Les héros de Leonard sont humains, simplement. Tout juste l'auteur va-t-il éprouver de la compassion pour les femmes, comme cette institutrice, poule de gangster qui voit Webster abattre son compagnon sous ses yeux avec sa carabine... puis envisage de butter Webster avec la même carabine.
Une galerie de portraits, oui. C'est cela.
Le tout agencé autour de Toni, le reporter talentueux qui oeuvre dans une feuille de chou True Detective... Celui-là aussi, Elmore Leonard l'a à la bonne.
Au final, c'est davantage un western qu'un polar. C'est un livre d'Histoire surtout. Elmore Leonard revisite les USA. Et nous, pauvres européens, nous manquons des codes nécessaires pour tout décrypter. Par exemple l'explosion du Maine sur lequel se trouvait le père de Webster. On mesure mal, avec un siècle de distance, le traumatisme pour une nation comme les USA. Ou la ruée vers l'or noir et les puits, les conditions de vie (car tout part de là aussi). L'ère des gangsters, Bonnie et Clyde... Elmore Leonard rate le roman social, ce qui est dommage à mon avis. Il aurait fallu qu'il double la taille du livre, et s'attache à des détails, au quotidien. Mais non... Il boucle trop vite son roman, laisse trop de détails de côté pour faire progresser le récit.
Enfin, malgré ses 79 ans au moment d'écrire, Leonard manie la plume mieux que jamais. La langue est vive, vivante, dure. Chez Leonard, on baise, on tue. Les flics fricotent avec les gangsters. Pas de politiquement correct.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Holon
  20 août 2017

Un récit style western avec en toile de fond Bonnie & Clyde, John Dillinger et la prohibition. le marshal Carl Webster une sorte de Dirty Harry au vocabulaire économe est un justicier a la gâchette rapide qui sort son Colt 45 que pour tuer. Une époque américaine ou la nostalgie de l'Ouest sauvage est présentée dans ce roman qui se lit d'une traite, lire ce roman de Elmore Leonard qui en passant fut un écrivain majeur aux États-Unis décrit bien la division qui a cours encore dans ce pays. Un roman viril macho et racisant ou la violence fait l'homme.
Commenter  J’apprécie          40
LesLecturesDeRudy
  27 mars 2019
« le kid de l'Oklaoma » nous entraine dans l'Amérique des années 30 , celle de la grande crise , de la prohibition et bien évidemment des gangsters . Plus western que polar cette histoire nous fait croiser au fil des pages Dillinger , Pretty Boy Floyd ou Bonnie & Clyde.Beaucoup de violence et un soupçon de sexe sont les ingrédients de ce cocktail explosif . Cela va vite et on ne s'ennuie pas une seul seconde . Un petit regret cependant Elmore Leonard nous offre ici un livre d'action mais sans plus . J'aurais aimé une mise en contexte des motivations de ces braqueurs de banques ou d'épiceries qui souvent n'avait pas d'autre choix dans cette Amérique en pleine récession économique. Un bon moment de lecture malgré tout .
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   06 février 2019
Si votre fils braquait des banques, enfreignait la loi en vendant de l’alcool et tirait sur tout un chacun avec la ferme intention d’abattre ses cibles, est-ce que vous le protégeriez ? Est-ce que vous le cacheriez ? Carl pensait que la plupart des parents inclineraient à inventer des excuses à leur fils et essaieraient de l’aider.
Commenter  J’apprécie          100
RenodRenod   05 février 2019
Heidi avait toujours voulu être tenancière d’un bordel de luxe. Elle avait déniché trois filles qui travaillaient à Seminole, plus une qui s’était enfuie de chez elle et avait trop peur de rentrer affronter son père. Elle l’avait ramassée dans la rue, à Krebs. Elle l’avait entourée de son bras et avait dit à cette fille toute tremblante : « Ma chérie, fais-moi confiance, te fais pas de souci. T’es assise sur ce dont chaque homme que j’connais veut sa part. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
StockardStockard   14 janvier 2018
Lester fumait une cigarette, faisant tomber la cendre dans ses revers de pantalon. Il avait raconté un jour à Carl que ça chassait les mites.
Commenter  J’apprécie          80
bdelhaussebdelhausse   19 novembre 2016
Joe Rossi avait des poings de la taille de maillets, et il s'en servait le jour de la paye pour garder son statut, tabassant quiconque lui disait d'aller se faire foutre, ou tout autre amabilité du même acabit. QU'ils se saoulent, c'était leur affaire, mais il ne tolérait pas leurs écarts de langage. (p.34)
Commenter  J’apprécie          10
bdelhaussebdelhausse   19 novembre 2016
Ils retournèrent au motel et il la baisa de nouveau, allongée sur le ventre, en soufflant fort par les naseaux, et elle comprit qu'être une poule de truand n'avait rien d'une sinécure. (p.77)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Elmore Leonard (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elmore Leonard
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa troisième chronique, le 20 avril 2016, Fabien aborde l??uvre d'Elmore Leonard.
Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur
La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : oklahomaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les titres des romans d'Elmore Leonard

Quel est le titre correct ?

Be good
Be bad
Be cool
Be quiet

15 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Elmore LeonardCréer un quiz sur ce livre