AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290223802
512 pages
J'ai Lu (06/10/2021)
3.7/5   20 notes
Résumé :
La guerre éclate enfin entre les partisans de l'Unique, emmenés par Kredfast et Élhyora, et ceux de l'Axe-divin, guidés par Eilkin et Oddi. Les canons tonnent et abreuvent la terre du sang de nombreux innocents. Hòggni et Varka cherchent à fuir les combats, et plus que tout à mettre à l'abri Kélia, la fille de Kelt. Celle-ci n'a pas hérité du don de son père, mais elle est une danseuse de corde, une magicienne de l'équilibre qui sera amenée à jouer malgré elle un rô... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
gwendal
  13 avril 2020
J'aurais tellement aimé pouvoir faire un chronique très positive pour cette première sur Babelio, mais malheureusement je pourrais presque faire un copié collé de celle du premier tome en moins enthousiaste.
Déjà ne lisez pas le quatrième de couverture qui dévoile une partie de l'intrigue qui n'a lieu que vers la fin du livre. Ensuite j'avais lu que c'était un tome qui pouvait se lire sans avoir lu le précédent ....., sauf à vouloir ne pas comprendre les relations entre les personnages je ne le conseille pas, c'est pour moi une suite directe influencée par ce qui s'est passé dans "Diseur de mots".
Donc le point fort c'est toujours la plume de l'auteur, c'est bien écrit, le style est là, plaisant, fluide, poétique parfois.
Mais pour le reste je suis resté sur ma faim. J'ai vraiment souffert pour avancer dans l'histoire, encéphalogramme plat sur toute la première moitié du livre. Je lisais juste pour avancer, sans plaisir, impossible de m'attacher à qui que ce soit (et c'est important pour moi). Certains personnages ont un potentiel important mais n'ont jamais réussi à me faire vibrer, me faire m'inquiéter pour eux.
Autre point qui m'a fait sortir assez souvent de ma lecture, les noms communs et noms propres inventés, pour beaucoup imprononçables, beaucoup trop présents. Pas sûr d'avoir besoin de connaître les petits noms des 9 bancs de gravier se trouvant dans une rivière (Ejkörl, Ejklaf, Snekeija .....) C'est la sortie de route assurée à chaque fois pour moi.
La deuxième moitié m'a beaucoup plus emportée, avec le même problème d'implication émotionnelle mais avec plus d'intérêt pour la suite de l'histoire. La fin épique est assez bien rendue et a rajouté une petite cerise gouteuse sur un gâteau qui m'aurait sans doute paru beaucoup trop fade sans elle.
Je dois aussi reconnaitre à l'auteur, le désir de faire réfléchir sur la religion, la guerre et les tentations du pouvoir, sans trop en rajouter ni trop orienter la réflexion.
Je ne peux pas déconseiller ce livre, parce que c'est peut être juste entre l'auteur et moi que la connexion ne s'est pas faite, ce n'était peut être pas le bon moment. Des qualités sont là, elles seront possiblement suffisantes pour d'autres lecteurs.
Merci en tout cas à Critic et à Babelio pour ce livre chroniqué dans le cadre de la masse critique "Mauvais genre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lutin82
  02 juin 2020
Sur les terres du Solkstrand du hartl Skilf Oluf'ar, la vie ne suit pas un cours paisible, c'est ce que découvre le gardien du pont qui n'a rien pu faire face à la furie des eaux. Immédiatement démit de ses fonctions, suite à l'effondrement du passage enjambant le fleuve, notre bonhomme, pas si bon que cela, goûte aux geôles du maître céans et doit faire face à la peine capitale. le bougre est soupçonné de ne pas avoir rendu grâces au dieu fluvial…. Chance inouïe, il est autorisé à s'expliquer. Il évoque alors, le sortilège d'un sorcier, un diseur de mot : Kelt.
C'est ainsi, que notre nomade découvre l'hospitalité geôlière. Il fait éclater son innocence lors d'une ordalie opposant le champion du hartl Skilf Oluf'ar, à un volontaire issu de la foule. Un homme sanglier : Hòggni, mercenaire de son état.
A la surprise générale, ce dernier remporte le combat (et refuse de mettre à mort son opposant, une décision lourde de conséquence…). le Hartl leur confie alors une mission qui consiste à enquêter sur l'influence grandissante d'une secte/religion au Dieu unique et au nom sans équivoque, l'Unique, en Heldmark ainsi que sur les intentions de son souverain.
Outre, les termes rocailleux, le climat n'épargne pas les habitants, les animosités se règlent à grand renforts de castagnes, de meurtres ou d'emprisonnements. La population ne bénéficie d'aucune mansuétude, l'oligarchie en place n'a de cesse d'accroitre sa fortune et de fait son influence, avec à son sommet un hartl maniaque et mégalo. L'avenir s'assombrit lorsque les troupes du Hedmark envahissent le Solkstrand, et les peuples, en particulier celui des forgerons itinérants payent un lourd tribu.
Le compte-rendu de Kelt et Hoggni se sera vu rapidement confirmé, avec l'annexion du Solkstrand et les vues affichées sur le pays frontaliers… Commence alors une valse autour du pouvoir particulièrement tendue, sournoise et addictive pour le lecteur.
L'ambiance nordique est superbement restituée, et le lecteur se plonge dans les affres de cette contrée en lutte avec un prosélytisme agressif, un esclavagisme avéré d'une partie de ses habitants et la fermeté des nouveaux dirigeants.
Sur le fond, le solkstrand en perte de cohésion et en mal de spiritualité ne possède plus les armes pour lutter contre une nouvelle religion (l'Unique) qui menace d'effacer ses modes de vie et d'embraser l'ensemble de la région.
Critique plus complète sur mon blog
Lien : https://albdoblog.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
MademoiselleBergamote
  06 mai 2020
*Lu dans le cadre de l'opération Masse Critique - Merci à l'éditeur et à Babelio pour cet envoi*
J'ai eu d'abord du mal à me plonger dans ce roman. Annoncé comme un tome 2 pouvant se lire indépendamment du tome 1, je me suis retrouvée perdue face à un univers dense et complexe, parfaitement maîtrisé par son auteur mais hors de portée de la lectrice non préparée que j'étais.
J'ai pu me procurer le tome 1 et tout est allé tout de suite beaucoup mieux ! J'ai pu me plonger avec délices dans une histoire fascinante et bien menée. Il faut certes s'accrocher, mais cela en valait la peine, non seulement pour le style incroyable de Christian Léourier, mais également pour les réflexions suscitées par la lecture, qui permettent de s'interroger sur des thématiques bien actuelles !
Ce tome 2 était à la hauteur du premier, quelques longueurs mises à part. Je suis en tout cas ravi d'avoir eu l'occasion de découvrir un auteur francophone si talentueux, il me tarde de lire ses autres romans.
Commenter  J’apprécie          31
becaterina
  15 mars 2022
Commenter  J’apprécie          10
LeChroniqueur
  22 juin 2020
Danseuse de corde clôt le diptyque La Lyre et le glaive, en montrant la manière dont le passage entre deux époques peut être perçue comme un désenchantement du monde.
Christian Léourier décrit en effet une période de conflits violents et destructeurs induits par les velléités de conquête d'Elhyora et de Kredfast, légitimées par le dogme religieux de plus en plus fanatique de l'Unique. La faction monothéiste s'élance alors dans une guerre contre l'Axe Divin, dont les tenants doivent s'organiser pour survivre à la marche dévastatrice des Uniciens.
L'auteur décrit ainsi un conflit qui amorce une époque de changements profonds, et montre la manière dont les destins des personnages de son récit peuvent ou non s'y inscrire. Il subvertit également les figures d'hommes et de femmes providentiels, en montrant le décalage entre la perception que ses personnages peuvent avoir d'eux-mêmes, la manière dont ils sont perçus, et leurs actes.
La lecture du diptyque La Lyre et le glaive m'a convaincu de découvrir d'autres oeuvres de Christian Léourier !
Chronique complète et détaillée sur le blog.
Lien : https://leschroniquesduchron..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Elbakin.net   02 juin 2020
Danseuse de corde est une histoire à taille humaine, le point d’intersection entre ce que nous sommes, les conséquences et parfois la folie de nos actes. Christian Léourier conclut son diptyque avec la manière, une pincée épique en plus.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   03 janvier 2021
À présent le drame est joué. Toutes les feuilles sont tombées. Ou tombent. Ou tomberont. La forêt survivra. Elle renaîtra. Mais, pour cela, il lui faudra de nouveau se soumettre à l'inexorable succession des cycles.
La forêt, donc, survivra, mais des arbres mourront. D'autres naîtront de leurs fruits. Ils étaient depuis si longtemps devenus inutiles qu'ils ne mûrissaient même plus.
La créature erre entre les fûts. Sa substance est désormais si ténue qu'à travers elle on en perçoit l'élan. Combien d'automnes encore avant qu'elle se dissolve entièrement ?
Sous Sous les frondaisons dégarnies d'Urskogar les dirseï ne chanteront plus.
- Alãao Æsa !
Elles ont choisi de faire entendre leurs voix sous d'autres frondaisons.
Tu suis la voie de ta nature. Pourquoi cette tristesse dans tes yeux ?
- Parce que je sais désormais que nous nous mentions à nous-mêmes. Tu m'as bien entendue : les dirseï ont voulu s'enchanter elles-mêmes. Si mes yeux sont tristes, c'est que je sais à présent qu'il n'y a pas d'amours éternelles.
Sous ses pieds légers craquent des feuilles desséchées.
Les feuilles chues.
Appelées à devenir poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Erik35Erik35   10 janvier 2021
Depuis la branche sur laquelle Kélia a pris place, le regard porte loin. Or, ses yeux ne sont plus ses yeux, ses oreilles ne sont plus ses oreilles. Ce qu'elle voit, Eilkin le voit, ce qu'elle entend, Eilkin l'entend. Et ce qu'il perçoit à travers elle, ce n'est pas seulement la mêlée confuse, les mouvements des cohortes qui, telles les vagues opiniâtres de la mer, attaquent et refluent. Du champ de bataille elle a certes une vision globale, celle qu'aurait le vautour planant au zénith. Mais elle a aussi celle du chien de guerre, au ras du sol. Elle voit les hommes tomber, tranchés, hachés, défoncés. Pis : elle est le fer qui frappe, elle est la plaie qui s'ouvre. Elle est le cri, elle est la fureur. Elle est le désespoir, elle est la peur.
Elle tremble de tous ses membres, au risque de chuter. Elle aimerait fermer les yeux, se boucher les oreilles. Eilkin ne le lui permet pas. *Je dois savoir. Je dois éprouver dans ma chair la souffrance de ceux qui meurent pour moi* Eilkin a pris possession de sa volonté, de ses yeux, de ses oreilles. Et ses sens s'en trouvent multipliés. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Elle a déjà connu cette communion intime avec lui, mais c'était dans des jeux autrement agréables. Pourquoi m'imposes-tu cette épreuve ? *Je n'ai pas choisi. Tu es venue à moi et la pierre a frémi comme jamais. Tu n'es pas à mon service, je suis au tien. Tu es celle par qui le sort du Monde se nouera.*
Que veut-il dire ? Est-ce seulement bien lui qui s'est exprimé ou vit-il un fantasme suscité par un sursaut de son esprit enchaîné ?
O sistr enarf og sistra sistr enarf
Ô mes sœurs et sœurs de mes sœurs
Voici que le bourgeon éclate
Tombent les écailles
Voici que la fleur éclot
Quel est le bourdon qui hume sa corolle ?
Sœur de mes sœurs
Et voici que l'enfant nous échappe
Sur le bord du monde
Et sur le bord de l'autre monde
Chantez
O sistr enarf og sistra sistr enarf
Springa ettaerg knappur
Synga
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   03 mai 2020
L’eau qu’il traverse mélange le sang des uns avec le sang des autres. Le sang des hommes avec celui des chevaux. Le sang des alliés avec celui de l’ennemi.
Cette eau que boivent les hommes assoiffés.
Commenter  J’apprécie          60
Dionysos89Dionysos89   13 mai 2020
Tu imagines peut-être que les démons ont besoin d'une porte pour pénétrer dans les foyers ? Ils passent surtout par la crédulité de leurs occupants.
Commenter  J’apprécie          80
Dionysos89Dionysos89   05 mai 2020
Peut-être chaque être humain est-il à son tour, ne serait-ce que quelques minutes, quelques secondes, celui dont dépend l'équilibre du Monde.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Christian Léourier (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Léourier
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Christian Léourier autour de son ouvrage "La lyre et le glaive. Volume 1, le diseur de mots" aux éditions Critic.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2298808/christian-leourier-la-lyre-et-le-glaive-volume-1-le-diseur-de-mots
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les évadés

comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Momo
Jean Ricard
Robert Brémont
Le Bhihan

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les évadés de Christian LéourierCréer un quiz sur ce livre