AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782919241064
Éditeur : Ad Astra (14/10/2011)
4.24/5   25 notes
Résumé :
Lanmeur, planète-mère du Rassemblement, poursuit son grand dessein de colonisation…
Sur ces deux planètes que sont Borgœt et Ti-Grid, sa domination est totale. Borgœt, la planète bagne, et Ti-Grid, la pacifique, en sont les exemples frappants. Tandis que depuis sa prison à ciel ouvert, le Camp 23, Garth survit aux côtés de l’étrange Iwerno et tente d’échapper aux effets du Léthé, la drogue de l’oubli, Skiath part en quête de son nom véritable, celui qui lui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 25 notes
5
8 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

BazaR
  17 juillet 2016
Ce deuxième volume de l'intégrale du cycle de Lanmeur se compose de deux romans – « les Racines de l'Oubli » (1988) et « la Loi du Monde » (1990) – et trois nouvelles – « la Source », « le Secret » et « le Réveil des Hommes Blancs ».
Pour rappel, Lanmeur est une planète peuplée d'humains, d'un niveau technologique avancé, qui se sont lancés dans le Rassemblement de toutes les humanités peuplant une infinité de mondes au sein d'une grande fédération. Christian Léourier s'offre ainsi un décor qui lui permet de peindre des sociétés humaines, pour la plupart dénuées de technologie mais faisant corps avec leur environnement. C'est un euphémisme de dire que l'auteur excelle dans ce genre d'exercice ; il rend sans difficulté des points à Jack Vance et Ursula le Guin. Sa plume très poétique nous donne un accès empathique à ses personnages auxquels on ne peut que s'attacher.
Ces sociétés humaines si étranges et pourtant accessibles sont également montrées dans leurs interactions avec Lanmeur. Dans ce volume, l'idéalisme des débuts du Rassemblement s'est émoussé et a largement fait place à un mépris pour les « sauvages » et à une rapacité envers leurs terres. Après le Contact vient le temps de la Colonisation.
Mais cela ne va pas de soi. Malgré son avance technologique, Lanmeur se heurte à une résistance le plus souvent passive comme dans « La Loi du Monde », parfois armée comme dans « Les Racines de l'Oubli » (mais ce dernier roman est une exception dans la mesure où il s'agit d'un bagne). Rares sont les fois où l'idéal des débuts est affiché par des colons lanmeuriens (« le Réveil des Hommes Blancs »).
A travers ces descriptions merveilleuses, Christian Léourier dénonce les dérives du pouvoir toujours tenté par l'autoritarisme, voire l'existence même du principe de pouvoir centralisé. Il rejette l'idée du colonialisme, réalisé sous prétexte « d'éduquer les peuples moins favorisés » et aboutissant au mépris de ceux que l'on est venu « aider ». Améliorer le niveau de vie des « primitifs », c‘est aussi détruire la symbiose que ces sociétés ont créée avec leur environnement.
Comme de nombreux auteurs français, Léourier semble regretter l'état dans lequel nous avons mené notre société. Mais il a une façon de peindre ses regrets qui est créative et splendide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
basileusa
  08 août 2017
Je me suis régalée avec cette deuxième intégrale ! C'est le temps des doutes et de la révolte .Deux romans et trois nouvelles composent cette intégrale :
- Les racines de l'oubli : le roman le plus long de l'intégrale est aussi pour moi le meilleur . Enfin on en apprend plus sur Lamneur grâce à sa façon de diriger sa prison- bagne sur la planète Borgoet. Des prisonniers Lamneuriens sont envoyés purgés leur peine , sans espoir de retour ,sur Borgoet . Là-bas il faut constamment défricher et lutter quotidiennement contre la forêt qui ne se laisse pas faire , véritable ennemie qui semble doué d'intelligence et qui tue . Les prisonniers consomment leur Léthé quotidien pour oublier leur passé . Mais la rébellion monte ...J'ai adoré cette planète qui recèle un mystère et cette forêt flippante. Il y a vraiment une atmosphère particulière , on ne peut qu'avoir de l'empathie pour les prisonniers . Et Lamneur révèle enfin un autre visage !
-La source : Une nouvelle intéressante juste pour comprendre le fonctionnement de Lanmeur .
-La loi du monde : 2éme roman de l'intégrale ,j'ai eu un peu de mal à entrer dans leur concept de loi . Ils se disent libre mais je les trouve prisonniers de ça ...un prénom détermine leur destin /leur objectif ? mouais ils sont vraiment étrange sur cette planète Ti-Grid . Je suis pas convaincue. Cependant les interactions avec Lanmeur sont fascinantes !
-Les deux dernières nouvelles sont géniales et nous montrent Lanmeur comme un oppresseur mais il y a de la résistance ,discrète ,que ce soit de la part des indigènes ou de ces propres congénères et c'est assez jouissif !
Maintenant j'ai hâte de lire l'intégrale 3 .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
BlackWolf
  21 octobre 2014
En Résumé : J'ai passé un excellent moment de lecture avec cette seconde intégrale du cycle de Lanmeur, qui nous propose de découvrir des textes vraiment passionnants, touchants et intelligents. Chaque intrigue se révèle différente de la précédente, faisant réfléchir le lecteur sur de nombreuses questions, que ce soit d'un point de vue sociologique ou personnel, et se révèlent fluides et entrainantes. L'auteur n'oublie pas non plus de traiter de cette fameuse idée de rassemblement de l'humanité, qui continue à se révéler à deux visages. Les différents univers qu'on découvre au fil des pages sont magnifiques et donnent envie à chaque fois d'en apprendre plus, que ce soit d'un point de vue culturel, ou bien encore dans la découverte de leurs écosystèmes. La plume se révèle toujours aussi soignée, poétique et entrainante, nous plongeant facilement dans chacun de ses récits. Je ne peux qu'encourager la découverte de Lanmeur. Il ne me reste plus qu'à faire rentrer les prochaines intégrales dans ma PAL.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Xian_Moriarty
  17 décembre 2014
Cette seconde intégrale fut un vrai plaisir pour moi !
Mais avant de commencer, je me suis rendu compte d'un truc. Je n'ai pas la chronique de la première intégrale ! Sa lecture remontant à assez loin, ça va être compliqué d'en faire une chronique « après-coup ». Ceci dit, le premier livre était tout aussi excellent que celui dont je vais vous parler maintenant. Donc, n'hésitez pas à vous procurer Les Contacteurs.
Comme j'avais beaucoup aimé la première intégrale de ce Cycle de Lanmeur, je me suis procuré cette suite qui contient deux romans (courts) ainsi qu'une nouvelle. Et sérieux, je me suis régalé !
La vache, je crois que j'ai rarement eu l'occasion de dire que j'ai autant été emballé par un style d'écriture ! C'est puissant ! On sent que chaque mot a sa place dans le texte, qu'il a été réfléchi. Bref, la lecture des trois oeuvres de cette intégrale vous propulse directement dans l'univers des trois mondes présentés.
Les racines de l'oubli m'a beaucoup touché. La jungle et le bagne, on va dire que je connais. L'auteur a parfaitement su retranscrire l'ambiance d'une forêt hostile avec le climat qui va avec. On s'y croit !
Le côté archéo n'a pas non plus été pour me déplaire. D'ailleurs, la couverture retranscrit très bien l'ambiance de ce premier roman. J'en profite au passage pour dire tout le bien que je pense de cette couverture (idem pour la première intégrale).
Outre cette ambiance sauvage, l'auteur nous propose des personnages puissants, forts, même chez les personnages féminins (même si ces dernières sont un peu beaucoup minoritaires, mais le contexte fait que…).
La loi du monde… C'est horrible, mais j'ai eu l'impression d'avoir déjà lu ce texte, mais je suis bien incapable de me souvenir où et quand… J'ai très peu lu de SF… Mais encore une fois, on suit avec plaisir ce personnage qui chercher son nom. Cela pourrait paraitre « classique », mais son monde a une telle… organisation que cette quête donne toute la force de ce roman.
Comme le texte précédent, on a des personnages forts, un univers rude, mais ô combien superbe.
Enfin, la nouvelle inédite : le secret. La vache ! Des nouvelles comme ça, j'en lis peu souvent, c'est vrai… Jusqu'au bout, on se demande où l'auteur veut aller. Les « croyances » et le rationnel se livrent bataille pour une fin… Ah, quelle chute ! Un pur bonheur !
Le cycle de Lanmeur tourne autour du Grand Rassemblement : les Lanmeuriens cherchent à unir les divers peuples humains disséminés un peu partout dans l'univers. Si Les contacteurs (première intégrale) mettent plus en scène les premiers contacts des Lanmeuriens avec les diverses peuplades humaines (d'où le titre), les choses sont différentes ici. le Grand Rassemblement semble… plus remis en question…
Ce Grand Rassemblement, toile de fond, ne retire rien au gout de chaque récit. En effet, je pense qu'il est tout à fait possible de lire l'ensemble de romans et nouvelle indépendamment. Ce que j'ai fait.
Pour ceux qui auraient un peu peur de se lancer dans la SF, je trouve que ces intégrales (Les Contacteurs et Les enfants du léthé) sont de très bons livres pour débuter.
J'ai l'impression d'avoir aussi peu parlé des histoires des deux romans et de la nouvelle. Mais j'avoue que je ne suis pas sûre de pouvoir en parler sans spoiler ou sans donner d'info qui rendrait la lecture aussi puissante qu'elle a pu l'être pour moi. Il faut dire que l'auteur ne nous propose pas de simples histoires bêtes et méchantes, mais de vrai sujet de réflexion sur de très nombreux sujets, mais sans que ceux-ci soient présentés de manière prétentieuse.
Une lecture qui fut vraiment plus que plaisante ! Je me suis régalée et j'en ai pris plein la tronche avec l'écriture puissante de l'auteur.
J'ai déjà acheté l'intégrale III que je me lirai l'année prochaine sans faute !

J'en profite aussi pour faire un petit aparté. le Cycle de Lanmneur est sorti en format poche. Les fauchés pourront donc acquérir à petit prix ces deux premières intégrales. Ceci dit, accrochez-vous parce que les couvertures en poche sont vraiment, mais vraiment hideuses ! Heureusement que j'ai découvert le premier tome en grand format, parce que je ne me serais jamais arrêtée sur les formats poches !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Arieste
  25 février 2013
Encore une fois, à travers ses trois récits, Christian Léourier nous emmène en voyage autour de Lanmeur. Ici, nous avons dépassé l'étape des premiers Contacteurs, et Lanmeur s'est implantée durablement sur ces trois planètes.
La première étape de ce voyage est Les Racines de l'Oubli, qui se déroule sur la planète bagne Borgoet. S'il me semble avoir déjà aperçu de telles planètes au détour d'une lecture, c'est la première fois que je vois ce thème évoqué avec tant de force. Durant ma lecture, j'ai pu ressentir le désespoir de ses hommes condamnés pour un crime dont ils ne se souviennent plus, dépendants du léthé, et tentants un combat inutile contre la jungle redoutable de cette planète. J'avais déjà évoqué dans mon précédent billet la force d'imagination de Christian Léourier, et notamment celle de faire des personnages profonds et complexes. Ici, je constate qu'en plus, il est capable de jouer sur des registres de personnages complètements différents avec dans ce récit un homme complètement à bout. Cette première partie a été d'ailleurs un peu dure à lire pour moi, car je me sentais mal pour eux (oui je suis une pauvre chose sensible), heureusement vient après le temps de la révolte, et là encore l'auteur s'est surpassé pour nous dépeindre une société en construction avec toutes ses subtilités, ses succès mais aussi ses erreurs.
En comparaison, la deuxième étape, La Loi du Monde, m'a semblée plus légère. Pourtant il n'en est rien, car sur Ti-Grid, la loi que l'on doit suivre dépend de notre identité. Or, notre personnage ne se rappelle plus de son nom, et élevé par un homme de Lanmeur, il ne sait plus qui il est. S'en suit alors une quête pour retrouver ses origines, et ainsi trouver sa place dans ce monde. A travers un récit situé dans un monde aux coutumes forts éloignées des nôtres, l'auteur pose des questionnements qui nous parlent à tous. Car quelle est notre loi ? Quelles règles devons nous suivre ? Il fut une époque où l'on posait cette question à l'accusé, car selon son peuple, la loi était différente, et donc le verdict aussi. Un récit qui nous fait donc réfléchir.
La troisième étape, le Secret, est une nouvelle inédite, ce qui intéressera les fans de l'auteur possédant déjà les anciennes éditions. Cette nouvelle, au travers de la conversation entre un grand-père et sa petite fille, nous pose les questions du métissages des cultures, de la transmission, de la colonisation d'un nouveau monde, et de la nécessité de s'intéresser au savoir de ceux qui étaient là bien avant nous. Une nouvelle qui m'a fait sourire quand on connaît le fameux secret…
En conclusion, voilà une très belle réédition à ne pas manquer et cela pour plusieurs raisons :
- les récits sont de la très bonne SF, mêlant imagination et réflexion
- la nouvelle inédite
- la couverture est très belle, ça nous change de celles de la la première édition J'ai Lu, kitchs à souhait
- il faut encourager les rééditions de SF, car je me retrouve souvent frustrée de ne pas pouvoir me procurer des livres édités il y a assez longtemps et absolument introuvables à moins d'un coup de chance chez le bouquiniste
J'attends donc le tome 3 avec impatience !
En bref : une intégrale à ne pas manquer pour les afficionados de SF mais aussi pour les autres, qui y trouveront leur bonheur.
Lien : http://arieste.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   04 juillet 2016
Jadis, une montagne s'élevait là, haute, escarpée, gonflée de lave. Des sources en jaillissaient, quelquefois dans un jet de vapeur. Voilà ce qu'affirment les légendes, et nul, pas même les Sachants, ne saurait révoquer les légendes en doute. Mais le vent a soufflé avec tant de force qu'il a déplacé la montagne., il l'a poussée loin du rivage, car il avait besoin d'une couche confortable pour ses noces avec la blancheur. Or, vous en conviendrez, une montagne, avec ses rocs épars, ses crêtes acérées, ses sources jaillissantes, ne répond pas aux attentes des fiancés. Donc ce récit est vrai et s'il se trouvait un homme assez irréfléchi pour le contester, il lui suffirait d'ouvrir les yeux : là-bas, loin vers le sud, tout là-bas au bout du bout du désert, on distingue une ombre contre le ciel : c'est la montagne que le vent a poussée.
("La Source")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
BazaRBazaR   15 juillet 2016
Voilà. Le rite est accompli. La lignée - c'est-à-dire la branche maternelle de la famille, son sang indigène- possède trois intercesseurs de plus. Il est indispensable de baguer les poussins à leur naissance. Dès qu'ils sauront voler, ils ne se laisseront plus approcher. Nul alors n'aura le regard assez perçant pour lire les marques familiales gravées sur l'anneau. nul, sinon les Ancêtres qui hantent les hautes terres. Toute leur vie, les oiseaux seront les messagers entre les primo-vivants et leurs ascendants, installés dans leur deuxième, voire leur troisième vie.
("Le Secret")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
BazaRBazaR   25 juin 2016
Pour ma part, je tirai une conclusion de la sévérité manifestée par l'administration pénitentiaire: les gardiens pouvaient tout faire, sauf attenter ouvertement au capital humain des bagnes. Nos pauvres bras constituaient la seule richesse de ce monde dont Lanmeur voulait réaliser la conquête. On ne permettrait à personne de compromettre le grand-œuvre.
("Les Racines de l'Oubli")
Commenter  J’apprécie          230
PavlikPavlik   30 mai 2015
Pourquoi les grands mouvements révolutionnaires du XX siècle ont-ils tous débouché sur le despotisme le plus meurtrier ? Quel malédiction pousse le libérateur à lorgner du côté de la tyrannie ? Pourquoi César a-t-il été élevé au rang d'un dieu, et pas Cincinnatus ? C'est à se demander si, malgré les grandes déclarations qui présidèrent à ces révolutions, le peuple aspirait vraiment à la liberté.
Commenter  J’apprécie          150
BazaRBazaR   16 juillet 2016
Ewith s'en veut de ses frayeurs nocturnes. Mais peur-être Askell l'a-t-il amenée ici pour qu'elle les affronte. Parfois, les leçons du vieillard prennent des chemins détournées. Comme il le répète souvent, paraphrasant un proverbe de son peuple: il y a les choses qu'on énonce, les choses que l'on montre, les choses que l'on ressent sans pouvoir ni les dire ni les désigner.
("Le Secret")
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Christian Léourier (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Léourier
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Christian Léourier autour de son ouvrage "La lyre et le glaive. Volume 1, le diseur de mots" aux éditions Critic.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2298808/christian-leourier-la-lyre-et-le-glaive-volume-1-le-diseur-de-mots
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les évadés

comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Momo
Jean Ricard
Robert Brémont
Le Bhihan

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les évadés de Christian LéourierCréer un quiz sur ce livre