AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le cycle de Lanmeur tome 4 sur 7
EAN : 9782277224051
190 pages
J'ai lu (04/01/1999)
3.75/5   10 notes
Résumé :
Sur la planète-bagne de Borgoet, d'étranges forçats au cerveau lavé de toute mémoire et placés sous la férule de gardiens cruels luttent au péril de leur vie contre l'inexorable avancée de la forêt. Parmi eux, Garth, condamné comme ses compagnons aux travaux forcés à perpétuité, pour un crime dont il ignore tout. Chez les bagnards du Camp 23, asservis par le léthé et la promesse d'un congé à la maison publique des Collines Pourpres, la révolte couve... Entraînés par... >Voir plus
Que lire après Le cycle de Lanmeur, tome 4 : Les racines de l'oubliVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Une fois de plus, Christian Léourier me bluffe.

Ce roman fait partie du cycle de Lanmeur, cette planète dont le gouvernement a décidé d'unifier toutes les humanités à travers le cosmos au sein d'un grand Rassemblement, sous sa coupe évidemment.

Pas de plongée dans une société humaine aux moeurs étranges ici, mais dans la noirceur et l'espoir qui bataillent dans le coeur de tous les hommes. C'est un bagne que l'on découvre à travers le conteur Garth. Un bagne dont l'ignominie des gardiens et des prisonniers collabos n'a rien à envier à nos galères, nos camps de concentration ou nos goulags. Un bagne posé sur Borgoet, une planète aux forêts mortelles, qui étouffent, mordent, piquent et tuent ; qui fait mieux que se défendre face à l'invasion de ces pitoyables humains qui essaient de faire leur trou. Un bagne où les prisonniers n'ont aucun souvenir de leur méfaits passés, effrayés par leurs propres questions et cherchant l'oubli dans la puissante drogue du léthé. Les femmes ? des putains destinées à soulager un peu les bagnards, rien de plus. « Les Evadés » ? « Papillon » ? des contes de bisounours à côté.

Durant la première partie, tout est fait pour insurger le lecteur et faire grimper en flèche le thermomètre de la vengeance. Quand celle-ci éclate comme un orage d'été, c'est la délivrance et la jouissance.
La deuxième partie montre la révolution en marche et la création du nouveau régime sous la coupe d'un dénommé Iwerno qui, par son charisme et son goût du pouvoir, évoque Robespierre ou Staline. La plongée sociale dans cette communauté où tous les coups sont permis est digne d'un excellent Silverberg. Pas de manichéisme ici : le même homme peut se révéler courageux et idéaliste un jour, et implacable et violent le lendemain ; et les héros de la révolution peuvent finir sur les bancs des accusés.

Mais le pompon de l'ignominie est remporté par Lanmeur dont les moyens employés pour satisfaire leur vision déshumanisée du Rassemblement sont à faire vomir.

C'est violent, mais la nature humaine y est dépeinte sans fioritures et l'on ne peut que trouver tout cela terriblement vraisemblable.
Une excellente lecture.
Commenter  J’apprécie          3312
Borgoet est une planète bagne. Inhospitalière, elle abrite une jungle putride, dangereuse, vicieuse, qui tend à récupérer chacun des mètres carrés gagnés par les hommes sur son territoire.
Ces hommes qui se battent contre la jungle au péril de leur vie et qui y laissent souvent leur peau, ce sont des prisonniers. Ils ont commis des crimes tellement atroces qu'ils prennent de leur propre chef, dès le début du voyage qui les conduira sur la dernière planète sur laquelle ils vivront, des graines de Léthé, qui permettent d'oublier les souvenirs : Ils savent seulement ce qu'on a bien voulu leur dire : ils sont condamnés pour un crime si horrible qu'on a préféré les rendre amnésiques pour les protéger de leur propre conscience. Leur famille, leur métier, les gestes qui faisaient leur vie, les idées pour lesquelles ils seraient morts, tout cela s'est effacé.

Gareth est l'un de ses prisonniers. Ce n'est ni le plus fort, ni le plus brave, ni le plus sympathique, mais il survit jour après jour à la jungle. Malgré la drogue de l'oubli fournie par ses gardiens, Gareth est troublé par la mort d'Aperth, jeune recrue de la planète qui chantait de drôles de chanson le dos aux barbelés, et Colwen, une pute de la maison des femmes qu'il a tabassé gratuitement.
C'est pourquoi les 4 grandes factions qui sont en place ou se mettent en place sur la planète lui font les yeux doux. Il y a Careg, arrivé en même temps qu'Aperth, qui fomente une révolte. le responsable sadique Brenpen lui demande de dénoncer les meneurs de la révolte qui couve. le commodore, lui, attend des rapports de surveillance sur les activités des gardiens des camps. Enfin, il y a le mystérieux Iwerno, qui fait partie des Frères de la mémoire, qui ont pour particularité de s'être sevrés et de se passer du Léthé.

On peut dire qu'il y a deux parties dans ce récit que nous conte Gareth à la fin de son existence. La première s'intéresse à la vie des prisonniers et à la révolte qui gronde et éclate bientôt. Cette partie du récit se déroule sur une courte période de temps, et connait peu de temps morts. La seconde partie se déroule sur plusieurs années et évoque la création d'une société. Bien entendu, la population qui sera la future élite de Borgoet est issue des pires bagnards de la création et de quelques prostituées.
C'est un récit plutôt bien construit, avec pas mal d'action, même si la trame est "sans surprise" puisque l'on sait que le héros survivra à tous ces évènements. La jungle est évoquée avec beaucoup de puissance, c'est un personnage à part entière du livre, un personnage particulièrement violent et vicieux dans une galerie de personnages où il ne dépareille pas ! La violence est omniprésente, et l'auteur ne nous épargne ni les viols, ni les tortures, les souffrances, etc…
Ceci dit, le récit tient la route, l'écriture est agréable, l'histoire est intrigante : ce livre se lit tout seul, avec plaisir. Un honnête livre de SF !
Commenter  J’apprécie          160
Je termine "Les racines de l'oubli".
La colonisation d'un monde par des bagnards soumis à la volonté des gardiens. Ils défrichent une forêt qui recouvre l'ensemble des terres et semblent n'avoir de cesse de regagner les tristes arpents que la jungle leur reprend inlassablement. Mais qui sont ces forçats? Qui sont les prisonniers? Les gardiens tout autant que les bagnards dans un monde hostile? On pourrait lier leur sort à celui des bagnes de Cayenne. L'illusion de liberté que donne l'espoir.
Jusqu'à ce qu'une révolte rende leur humanité à ces hommes et ces femmes condamnés à l'oubli de la faute pour laquelle ils ont été exilés sur cette planète.
Une image de la science fiction et une invention de la conquête d'autres mondes qui pourrait devenir. Parce que l'humanité est prompte à se révéler inhumaine et pourtant pugnace.
Commenter  J’apprécie          10
Ce roman est assez surprenant, ou déroutant, mais dans le bon sens du terme. Si le fond est assez classique, il s'agit de coloniser une planète hostile, j'ai trouvé le traitement original. L'ennemi indigène des colons est végétal, premier bon point. Les bagnards sont drogués, violents, dépendants du fameux léthé, pour une raison qui s'avère être un mensonge, deuxième bon point. La révolte ne ressemble pas à une victoire, plutôt un compromis boiteux, troisième bon point. La planète mère de Lanmeur, qui aurait pu écraser la révolte, s'abstient pour une raison obscure, quatrième bon point. La planète colonisée recèle une histoire cachée, cinquième bon point. Etc.
En fait, ce que j'ai aimé, c'est qu'on n'est pas dans une histoire manichéenne. Mais une histoire d'hommes et de femmes, avec leurs qualités et leurs défauts, leurs intérêts et leurs peurs, qui essayent de survivre aux horreurs de leur condition de travail inhumaine.
Les personnages ne sont pas particulièrement attachants, les dialogues sont plutôt tranchants. Et ce que je retiendrai de cette lecture, c'est cette ambiance incertaine de lutte perpétuelle, où rien n'est jamais définitivement acquis. Parce que c'est tellement d'actualité !
Lien : https://www.pascific.fr/1988..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Nous frappions comme des sauvages, guettés par un ennemi redoutable: le temps. Car tandis que nous éventrions la forêt, sous nos pieds, sous nos coups même, elle repoussait. Au début d'un chantier, nous faisions face, nous nous accrochions à notre clairière. Même, nous l'élargissions. Alors, le cauchemar commençait: il arrivait un moment où nous passions plus de temps à sauvegarder notre précaire conquête qu'à gagner sur la sylve. Une pluie plus drue que les autres, un jour de relâchement, et un ressaut de la végétation venait réduire à néant toute une semaine de labeur.
Commenter  J’apprécie          130
Au fond, la mort d'Aperth ressemblait à un suicide, comme il s'en produisait tant. Car je l'affirme: malgré les périls qui nous entouraient, malgré la précarité de notre situation, plus de la moitié des accidents mortels arrivaient parce que la victime ne désirait plus vivre.
Commenter  J’apprécie          180
Ils savent seulement ce qu'on a bien voulu leur dire : ils sont condamnés pour un crime si horrible qu'on a préféré les rendre amnésiques pour les protéger de leur propre conscience. Leur famille, leur métier, les gestes qui faisaient leur vie, les idées pour lesquelles ils seraient morts, tout cela s'est effacé.
Commenter  J’apprécie          100
- Quand l'histoire nous jugera, elle nous fera gloire de nos saloperies et conspuera ce qu'il y a de bon en nous.
Je devais me souvenir de ces paroles, quelques mois plus tard, face à mes juges.
Commenter  J’apprécie          120
Malgré les drogues ,ils se souviendraient toujours de ce matin où ils apprenaient le désespoir.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Christian Léourier (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Léourier
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Christian Léourier autour de son ouvrage "La lyre et le glaive. Volume 1, le diseur de mots" aux éditions Critic.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2298808/christian-leourier-la-lyre-et-le-glaive-volume-1-le-diseur-de-mots
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Les évadés

comment s'appelle le héros de l'histoire ?

Momo
Jean Ricard
Robert Brémont
Le Bhihan

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les évadés de Christian LéourierCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..