AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'empire des chimères (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
ManedWolf
  17 janvier 2018
Sacrée lecture, parfaitement inattendue !
Je n'avais pas pris tellement garde au résumé avant de démarrer le livre, parce que j'aime me plonger dans l'inconnu, et je suis allée de surprise en surprise.
Au IIe siècle, sous l'ère de Commode, on suit les aventures de Brianna, qui s'interroge sur la direction des étoiles filantes, de Decimus, un ancien légionnaire un peu brutal, et Gurnt, un jeune homme aux allures felines qui peine à s'adapter à la société.
J'ai rarement l'occasion de lire de la fantasy historique, et encore moins au temps des romains, et je suis très agréablement surprise du résultat. C'est une ambiance que j'aime déjà pas mal à la base, en témoignent mes quelques années de latin, et redécouvrir cette époque sous le spectre de la fantasy est aussi déroutant qu'agréable.
Mais le gros point fort de ce livre, c'est la construction du scenario : on a dès le début des événements choc, qui nous aident tout de suite à nous attacher aux personnages, et la révélation finale est plutôt démentielle ! J'avais été avertie qu'elle serait inattendue, et même comme ça, j'ai été totalement embarquée et choquée de ce retournement de situation, alors je n'ai pas peur de le survendre. Chapeau, j'ai vraiment apprécié !
Si je devais faire une petite remarque, ce serait au niveau du rythme : tout va très vite, j'aurais apprécié une petite centaine de pages supplémentaires pour prendre le temps d'installer un peu plus l'histoire et les personnages. Mais tout reste comprehensible, pas de souci de ce côté-là !
Bref, c'est une lecture surprenante, divertissante, avec un gros travail fait sur l'empire romain et son organisation, des petites phrases en latin au début de chaque chapitre, un scenario léché, que demande le peuple !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FungiLumini
  21 novembre 2017
Je remercie Philippe Aurèle Leroux et la maison d'édition pour l'envoi de ce livre ! J'avais découvert les éditions le Grimoire aux Imaginales il y a deux ans : on leur avait commandé le Bestiaire de la Terre de Fangh, mais le reste de leur catalogue m'intriguait pas mal, notamment leur recueil de nouvelles accompagnées de pistes musicales. Les lecteurs pouvaient voter pour leur texte préféré et le vainqueur gagnait la publication de son roman dans l'univers de sa nouvelle. L'auteur de ce livre est le premier gagnant de ce concours atypique, et j'avais donc hâte de découvrir quel univers avait remporté tant de succès auprès des lecteurs !

La première chose que je me suis dite en ouvrant l'enveloppe est « waouh« . L'objet-livre est d'une grande qualité : couverture pas cartonnée, mais assez épaisse, avec une magnifique illustration qui représente très bien le contenu de l'ouvrage. L'intérieur est tout aussi beau avec des filigranes au début et à la fin des chapitres et des illustrations noir et blanc à l'intérieur du livre !

Briana est fille de consul. Elle est fascinée par les astres et observe qu'énormément des étoiles filantes se dirigent vers le Mons Caeli. Elle arrive à convaincre sa famille de la laisser partir en expédition avec une escorte de légionnaires. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu : ils sont attaqués en chemin et elle est sauvée par un homme-lion, Gurnt. Longtemps rejeté par les gens de son village à cause de sa différence, Gurnt est un garçon de 11 ans avec des oreilles de lion, des crocs, des griffes au bout des mains et des pieds ainsi qu'une queue, et qui grandit beaucoup plus vite que les autres. Lorsque leur village est attaqué et les jeunes emmenés au Mons Caeli, Briana et Gurnt n'hésitent pas une seconde et partent tenter de percer les secrets de la mystérieuse forteresse. Y parviendront-ils? À quel prix?

Ce livre est le premier roman de l'auteur et ça se sent, non pas dans son style d'écriture, mais dans sa façon de prendre son lecteur par la main : dans son introduction, il prend le temps de nous expliquer les codes de lecture de ce roman et il propose un lexique très complet des termes latins ou typés de l'Antiquité à la fin du livre. Les titres de ces chapitres, en latin, sont sous-titrés par leur traduction. J'ai trouvé ces petites attentions sympathiques. 🙂

L'histoire se déroule durant l'Antiquité, à la période romaine. On sent que l'auteur a fait énormément de recherches (us et coutumes de l'époque, langage, etc) pour que son univers soit le plus vraisemblable possible. On aurait d'ailleurs pu croire qu'on se trouvait dans une fiction historique avant que Gurnt n'arrive ! Au fur et à mesure que le récit évolue, on découvre des éléments apparentés à la fantasy, à la mythologie… et même à la science-fiction ! Un mélange de genres original qui marche particulièrement bien ici.

Le récit se divise en deux parties importantes : la première est le voyage jusqu'au Mons Caeli et la découverte de ce qui s'y passe. On a qu'une envie, dévoiler enfin le secret lourdement gardé de la forteresse. Une fois qu'on sait ce qui s'y trame, la deuxième partie du récit va nous emmener dans la capitale, au coeur de l'action. Encore une fois, le suspense est à son comble : comment nos héros vont-ils bien pouvoir se sortir des situations dans lesquelles ils se sont mis? L'auteur présente toujours tous les passages-clés de l'histoire : si à un moment il fait une ellipse, il va revenir en arrière pour décrire la scène qu'on a ratée et découvrir ce qui s'est réellement déroulé dans l'ombre. La fin de l'ouvrage est surprenante, je n'aurais jamais cru en commençant le livre qu'on allait se retrouver si loin de notre point de départ au final !

Ce livre est avant tout un récit de voyage : Briana part pour le Mons Caeli, puis le duo et leurs nouveaux compagnons font encore pas mal de route ensemble. Leurs différents périples amènent des moments de joie et de convivialité comme des instants de péril et de violence. On y rencontre des créatures fantastiques, mais aussi des brigands et des traîtres. L'auteur n'a pas peur de décrire des scènes de violence, de torture (sans que ça devienne gore quand même :p ) et de sexe : après tout, la société romaine est souvent présentée comme assez libre et sans complexes. :p

Pour ce qui est des personnages, j'ai bien aimé Briana et Gurnt, duo mignon, mais un peu naïf. J'ai parfois trouvé un peu malsain le fait que Gurnt agisse comme un adulte, alors qu'il n'a que 11 ans. Même s'il est grand en taille, on ne gagne selon moi pas aussi vite en maturité. Si la condition de ce personnage, entre l'homme et la bête, m'a beaucoup touchée, c'est entre autres parce qu'elle a trouvé écho dans un conte raconté par le faune Arp'had le passeur de mondes lors du Festival Valjoly'maginaire, qui m'avait énormément émue. Au final, qui est le monstre : celui qui en a l'apparence ou celui qui en a les actions?

Decimus, le soldat qui accompagne Briana au début, est un personnage dont j'ai adoré la force de caractère et de conviction, mais que j'ai trouvé un peu trop changeant dans ses alliances. J'ai par contre détesté Primus le frère de Briana dès le début, un être très primaire, cruel, méchant et bête. Mais je pense que c'était le but de l'auteur. ;)

Un mélange atypique de genres qui fonctionne particulièrement bien, un voyage pour découvrir les mystères du Mons Caeli…et y échapper ! Une incursion dans l'Antiquité grâce à un récit très bien documenté et à des illustrations noir et blanc pleine page. Une très belle découverte que ce livre !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aryia
  26 février 2018
Quelle joie que d'être surprise par un livre ! Quel bonheur que de se retrouver face à un réel rebondissement, à un vrai coup de théâtre ! Dans un monde littéraire où les mêmes schémas narratifs se retrouvent assez régulièrement, c'est toujours une vraie bouffée d'air frais que de tomber sur un retournement de situation véritablement et totalement inattendu, qui sort des sentiers battus pour mieux abasourdir le lecteur ! Et l'ébahissement est d'autant plus grand lorsque l'auteur décide de mélanger allégrement des genres rarement associés, comme c'est le cas dans L'Empire des Chimères, magnifique ouvrage sur le plan « matériel » (quelles belles illustrations ! quels magnifiques ornements en début et en fin de chapitres ! quelle incroyable mise en page, en somme !) mais également sur le plan littéraire !

Briana, fille de proconsul, est passionnée d'astronomie. Et ces derniers mois, un étrange phénomène attise sa curiosité : pourquoi diable autant d'étoiles filantes semblent-elles se diriger vers le Mons Caeli ? Bien décidée à élucider ce mystère, la jeune femme remue ciel et terre pour s'y rendre. C'est le vétéran Decimus Valerius qui se voit confier la lourde responsabilité d'escorter l'expédition de la jeune femme. Tâche d'autant plus difficile qu'il doit en réalité empêcher Briana d'atteindre cet objectif … Et lorsque leur petit groupe se fait prendre en embuscade par de jeunes villageois rendus fous de colère contre l'Empire Romain à cause d'enlèvements perpétrés par la légion en faction sur le Mons Caeli, la situation échappe à tout contrôle … et à toute compréhension.

Trois personnages principaux, trois histoires parallèles qui finissent par se rejoindre et s'entremêler dans une intrigue aussi surprenante que complexe, voilà comment est construit ce roman. Trois points de vue, trois niveaux de connaissances qui doivent s'imbriquer les uns les autres pour reconstituer le puzzle … Et quel puzzle ! Dès les premiers chapitres, le ton est donné : complots et secrets prolifèrent et finiront par éclater au grand jour … pour le plus grand malheur des personnages et le plus grand bonheur du lecteur ! Ce qui se passe dans ce livre est terrible, il y aura des trahisons et des morts, il y aura du sang et des larmes, il y aura de la violence et de la souffrance, mais surtout, il y aura de la tension dramatique digne des plus grandes tragédies grecques, il y aura de l'émotion et de l'action, il y aura tout ce qu'il faut pour que le lecteur soit sans cesse sur le qui-vive, dans l'attente d'un dénouement impossible à prédire … Pour ceux qui, comme moi, aiment voir les personnages souffrir pour parvenir à leur fin et détestent les intrigues à la résolution trop facile où tout tombe tout cuit dans le bec des protagonistes, ce livre est idéal ! Rien n'est épargné à Briana, Gurnt, Decimus et les autres …

La première grande originalité de ce roman, c'est de s'ancrer dans une époque historique assez rarement exploitée dans le monde la fantasy : la Rome Antique. Rien que ce premier élément suffit à faire sortir L'Empire des Chimères du lot, d'autant plus que l'immersion est totale, l'auteur ayant décidé d'utiliser autant que possible locutions et expressions latines pour la narration et les dialogues. Au début, c'est un petit peu déconcertant, et on jongle continuellement entre le récit et le lexique finalement, mais progressivement, on s'y fait et on adore cela ! On sent que l'auteur s'est longuement documenté sur les moeurs et le mode de vie de l'Antiquité romaine, au point qu'on ne sait plus vraiment où s'arrête la réalité historique et où commence la fiction … Il faut dire que dans ce roman, les frontières sont floues, et c'est le deuxième point que je souhaite souligner : ce livre n'est ni un roman historique, ni même un récit de fantasy … Il tient bien plus du roman de science-fiction, même si je ne peux vous expliquer ce qui me fait dire cela sans prendre le risque de vous gâcher la surprise. Car la Grande Surprise de ce livre, c'est bel et bien l'irruption de ce genre littéraire, que j'aime tant mais que je ne m'attendais absolument pas à trouver ici, et encore moins sur cette forme. J'ai été aussi abasourdie que les personnages lorsque le Grand Basculement (de genre) a eu lieu ! Je m'étais attendu à tout, sauf à cela, et j'étais infiniment ravie !

Si ce roman est avant tout un récit d'aventure, un ouvrage centré sur les péripéties de nos personnages, un livre où l'action est prédominante, je ne peux m'empêcher d'y voir quelques pistes de réflexion. Je pense que la grande thématique, ici, c'est le pouvoir. Force est de constater que les personnages ayant gouté à ce dernier ambitionnent d'en posséder toujours plus, et l'ambition est ici la porte ouverte à toutes les atrocités. Mais la Grande Révélation - que je vais tâcher ici de ne pas dévoiler ! - m'a également conduit à me poser cette question : pourquoi l'homme est-il sans cesse en quête de pouvoir ? que cherchent ces personnages en désirant ardemment se hisser en haut de l'échelle sociale ? que souhaitent-ils faire de ce pouvoir ? En résumé : que doit-on voir derrière cette course effrénée et sanglante vers la souveraineté toute puissante ? Un moyen de s'affirmer comme maitre de sa propre existence (je suis capable de diriger ma propre destinée) … ou bien comme Maitre du Jeu ?

Autre grand questionnement à mes yeux, la question de l'humanité et de l'animalité. Gurnt, l'homme-lion, est considéré par les siens comme un monstre du fait de son physique atypique. Et pourtant, en dépit de ses instincts animaux - ou peut-être plutôt grâce à eux, justement, là est la question -, ce personnage est indéniablement le plus humain de tous, celui qui fait le plus preuve de bienveillance, de compassion, de générosité et d'abnégation. Alors qu'autour de lui éclatent traitrises et conspirations, Gurnt est dépassé par cette brutalité et cette barbarie dont font preuve les hommes, qui ne cessent de le rejeter à cause de sa bestialité … Gurnt n'est peut-être pas le personnage le plus complexe de ce récit - la palme revient à Decimus et sa dualité qui frôle le dédoublement de personnalité - mais c'est indéniablement celui qui porte à son insu le plus d'enjeux sur le plan réflectif ! On s'attache à lui, et cela nous conduit automatiquement à nous demander pourquoi il se voit ainsi exclure par les hommes alors qu'il est tellement bon et innocent. La peur de la différence, sans aucun doute … mais cela n'excuse rien, bien au contraire. Je réitère donc ma question, un peu différemment : qui, de l'homme ou de l'animal, est le plus humain ? Que de questionnements nés d'un livre finalement tellement court !

Car c'est bien là le seul reproche que je peux faire à ce récit : l'intrigue est bien menée et surtout pleine de bonnes idées, la plume est vraiment magnifique - la narration est vivante, l'équilibre est bon entre descriptions, actions et dialogues … -, mais le roman aurait mérité à être un peu plus long. Je suis restée sur ma faim en ce qui concerne la seconde moitié du roman, la plus riche en actions, rebondissements et révélations : tout ceci s'enchainent très rapidement, trop rapidement, au point que personnages et lecteurs ne peuvent véritablement intégrer et saisir véritablement les implications profondes de ces découvertes majeures. le bouleversement qui a lieu dans cette seconde partie est très important … mais il semblerait pourtant que nos personnages comprennent et acceptent cela en un claquement de doigts, sans se poser plus de questions que cela. Et puisque les personnages ne cherchent pas à en savoir plus, et bien le lecteur non plus n'en sait pas plus, alors que c'est vraiment LE truc le plus époustouflant de l'intrigue, qui aurait donc amplement mérité à être un peu plus approfondi. C'est mon seul petit regret en ce qui concerne ce récit : une petit centaine de pages supplémentaires auraient permis de véritablement exploiter cette merveilleuse idée qu'a eu l'auteur !

En bref, vous l'aurez compris, en dépit de ce petit bémol - qui montre d'ailleurs que j'ai vraiment apprécié à la fois l'univers, l'histoire et la plume puisque j'en aurai volontiers repris ! -, j'ai vraiment apprécié ce roman, riche en surprises et en originalités. Un roman multi-genre qui n'hésite pas à sortir des sentiers battus pour prendre au dépourvu le lecteur, c'est tellement rare ! Je vous invite donc, à votre tour, à ne pas hésiter à vous procurer L'Empire des Chimères (je trouve d'ailleurs ce titre exceptionnel : on n'en comprend la signification que très tardivement dans le roman !) qui, j'en suis certaine, vous fera passer un très agréable moment de lecture. Véritable page-turner, ce roman nécessite cependant d'avoir le coeur bien accroché (c'est sanguinolent, parfois, l'auteur n'épargnant ni ses personnages ni ses lecteurs) pour pouvoir être apprécié à sa juste valeur ! Je ne sais pas si une suite est prévue, mais si cela est le cas, je serai la première ravie !
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pam54
  26 août 2017
Je ne savais pas à quoi m'attendre en ouvrant ce livre. D'après l'auteur, il s'agissait d'un mélange des genres et je dois dire qu'il a su mêler d'une manière très intéressante la fantasy et la science-fiction au roman historique.

L'histoire se déroule donc à l'époque de la Rome impériale, sous le commandement de Commode. de ce fait la Légion romaine est très présente dans le récit. On a affaire à un univers fait de violence, de torture et d'humiliation mais grâce à nos personnages on découvrira ce que l'être humain est capable de faire par amour ou par sens du devoir.

L'auteur se fait quelquefois choquant mais c'est le contexte bien particulier qui le nécessite. La vie à cette époque est rude et la quête de pouvoir de certains n'arrange rien.

j'ai été surprise par certaines pratiques décrites dans le livre, je me suis demandée s'il s'agissait des us et coutumes romaines ou si ces détails venaient tout simplement de l'imagination de l'auteur. Après vérification et à mon grand étonnement ses usages ont bien existé à cette période.

Les personnages sont nombreux, certains sont attachants et on s'identifie rapidement à eux, d'autres au contraire sont vraiment cruels, voir monstrueux. Chacun à sa manière apporte de la profondeur au récit. Les liens qui les unissent sont complexes et toute une palette de sentiments va naître de cette diversité.

Il y a tout d'abord Briana, une jeune femme insouciante. Sa condition sociale fait d'elle une personne privilégiée. Au fil des pages et malgré sa faiblesse apparente elle fait preuve de beaucoup de maturité. Elle devra mettre de côté ses a priori pour survivre.

Nous faisons également la connaissance de Decimus, légionnaire aguerri qui se retrouve embarqué dans une mission qui s'avère bien plus périlleuse qu'il n'y paraît. L'auteur a fait un travail remarquable avec ce personnage, tout au long de cette aventure il nous dévoilera son caractère, sa force mais aussi sa folie.

Puis nous découvrons Gurnt, un jeune celte doté d'une apparence étrange. Rejeté par les siens, il a bien du mal à faire confiance aux autres. Malgré son jeune âge, il est doté d'une détermination sans limites.

L'auteur n'épargne pas ses personnages, il y a de nombreux rebondissements. On ira de découverte en découverte en passant par des révélations inattendues.
Soudain l'intrigue principale prend un tournant décisif, une nouvelle dimension qui apporte son lot de surprises. Sur le coup je suis restée étonnée mais ensuite les pièces du puzzle se sont mises en place très rapidement.

J'ai beaucoup aimé le principe du roman fantasy ancré dans l'histoire. C'est une très belle découverte et j'ai pris plaisir à lire ce livre du début à la fin.
Toutefois quelques petites choses m'ont manqué : il y a un lexique mais aucune indication en cours de lecture nous signale de nous y référer et j'aurais aimé un épilogue plus conséquent pour me projeter dans l'avenir des personnages. Il m'a manqué également quelques passages, j'attendais avec impatience que certains personnages fournissent des explications suite à des trahisons ou des revirements de situation. Mais cela a été complètement occulté et je suis restée sur ma faim.

On peut noter également que le livre en lui-même est un très beau livre objet. Il possède une belle couverture, des illustrations qui mettent en scène les personnages et de jolies arabesques qui ornent les pages. C'est un véritable plaisir pour les yeux.

Philippe-Aurèle Leroux nous livre ici un roman de fantasy historique mûrement travaillé et ça se ressent. La description, les expressions employées ainsi que la présence d'un lexique reflètent tout le travail de documentation fourni par l'auteur. Son écriture est fluide et on se laisse entraîner rapidement par son style.

Il y a tant à dire sur l'Empire des Chimères mais il est difficile de le faire sans risquer de dévoiler quelques intrigues. le mieux est de le lire et de se faire sa propre idée.
Je recommande vivement ce livre aux amoureux de fantasy et d'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Morgane_Stankiewiez
  04 avril 2018
Comme le résumé l'indique, on suivra trois personnages résolument différents à travers tout le récit, avec une alternance de points de vue, classique de la fantasy exploité ici avec efficacité, notamment parce que chaque personnage est très bien caractérisé. On a ainsi une fille de famille patricienne, cultivée mais encore immature, un soldat qui a roulé sa bosse et un adolescent barbare en quête d'identité. J'ai personnellement une préférence pour Decimus, le militaire, car particulièrement complexe et dénué de manichéisme. le genre de personnages que j'aime beaucoup et que l'on retrouve trop rarement dans ce type de textes.

Le début du roman semble classique, mais s'écarte de ce classicisme par à-coups, et c'est tout l'intérêt du texte. Celui-ci s'ancre dans l'histoire et la fantasy, pour très vite sortir des sentiers battus et surprendre le lecteur. Cela se fait d'abord par petites touches bienvenues, puis de manière plus flagrante, ce que je n'aborderai pas plus en détail pour ne pas gâcher ladite surprise.

Le ton est tantôt sombre, tantôt léger, ce qui permet de nous proposer un univers violent et des personnages particulièrement cruels, sans tomber dans la caricature ni oppresser le lecteur. On ne rentre ainsi jamais tout à fait dans la dark fantasy, tout en restant dans l'esprit de la Rome impériale. Une plongée un peu plus noire ne m'aurait pas dérangé, mais c'est là une question de goûts.

En parlant de Rome, l'univers est particulièrement fouillé et travaillé. Un glossaire, à la fin de l'ouvrage, permet d'ailleurs de nous y retrouver dans les locutions et termes latins, suffisamment nombreux pour nous immerger dans le récit, sans prendre des allures de livre d'histoire. C'est très appréciable.

Enfin, des illustrations de belle facture habillent le récit par moments, un plus toujours bienvenu.

En conclusion, il s'agit d'un très bon texte de fantasy historique, à cheval entre plusieurs genres et qui m'a rappelé la découverte de cette littérature, il y a des années de cela. C'est typiquement le genre d'ouvrages que je dévorais et dont je me suis un peu détaché avec les années. Cette replongée n'en a été que plus agréable, d'autant que l'auteur évite soigneusement la redite et innove sur beaucoup de points.

Une très belle découverte que je conseille aussi bien aux amateurs de fantasy que d'historique et d'antiquité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Aranae
  26 avril 2017
Cet univers bien construit s'étoffe encore un peu à mesure que le récit avance. de nombreuses révélations en soulèvent des pans inattendus et lui confèrent une nouvelle dimension teintée de science-fiction. Inattendu, je vous l'avais dit. Et la cerise antique et fantastique sur le gâteau spatial - pardon pour cette métaphore ratée - ? Tout se tient et je ne déplorerais que le manque d'approfondissement du sujet tout juste évoqué. En y repensant, j'apprécie les indices habilement placés dans le récit que l'on attribue au genre fantastique en n'y prêtant qu'une distraite attention. Alors qu'en fait...

On se laisse embarquer plutôt facilement dans ce récit. On tourne les pages sans vraiment s'en rendre compte grâce à la plume très efficace et de qualité de l'auteur. Mais comme rien ni nul n'est parfait, je dois déplorer le côté brouillon de l'histoire. Philippe Aurèle Leroux a beaucoup d'idées, mais ce trop-plein déversé dans l'histoire sans barrière crée des pistes narratives s'arrêtant trop tôt. C'est dommage.

Plus qu'une histoire d'amour et qu'un récit épique, l'auteur a réutilisé le mythe du docteur Frankenstein pour la création de ces fameuses créatures fantastiques, les chimères. Et si je devais retenir une chose de L'Empire des Chimères, ce serait ça, car j'apprécie beaucoup les interprétations littéraires sur une thématique de ce genre.

Suite et fin de ma chronique sur le blog !
Lien : http://laplume-ou-lavie.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
benedictelyon69
  26 septembre 2018
j'ai lu ce livre en un week end.
L'écriture est vive et rythmée. On se laisse prendre par l'intrigue. les personnages sont attachants. Aventure, amour, Histoire, émois, rebondissements, cet ouvrage nous fait voyager à travers le(s) temps!
je recommande vivement
Commenter  J’apprécie          10
betweenthebooks
  06 février 2018
La jeune Briana, la fille cadette du proconsul de Rhétie observe que les étoiles filantes se dirigent toutes vers le Mons Caeli. Elle obtient l'autorisation de s'y rendre sous la conduite de Decimus Valerius Metellus, un sous-officier de l'armée romaine. En chemin, elle rencontre Gurnt, un étrange jeune homme à l'apparence d'un lion. Tous ces personnages vont être entraînés dans une quête qui les mènera à Roma où ils perdront tous leurs repères en découvrant la vérité sur leur univers.
Je ne suis pas une habituée des romans de l'imaginaire donc je ne sais pas vraiment dans quelle catégorie peut s'inscrire ce roman hors-normes. En effet, l'auteur réussit le tour de force de mêler le genre historique, la fantasy et la science-fiction dans le même roman sans perdre en cohérence. le récit dynamique propose d'ailleurs des rebondissements qui relancent l'action toujours au bon moment. L'alternance des points de vue, assez traditionnelle dans les romans de l'imaginaire contemporains, se résorbe progressivement quand tous les personnages convergent vers une seule intrigue. Cela rend le récit plus haletant et aussi plus nerveux. On sent alors que l'on approche de la fin.
J'ai un peu été déstabilisée par les scènes érotiques présentes dans le texte. Pas que je sois une lectrice farouche, mais je n'ai pas du tout l'habitude de lire ce genre de scènes. Il faut reconnaître qu'elles ne sont jamais gratuites et servent l'action, tout en respectant le contexte historique. Pour ce qui est des relations entre les personnages, elles présentent tout ce qui est nécessaire pour plaire au plus grand nombre de lecteurs. Mais comme je suis une lectrice difficile, je les ai trouvées parfois un peu naïves, surtout celles entre Gurnt et Briana.
Tout l'intérêt du roman réside pour moi dans le contexte historique dans lequel il s'inscrit: l'empire romain. L'auteur fait preuve de précision sans pédanterie et même si le vocabulaire latin employé dans le roman ne m'est pas étranger, il ne me semble pas qu'il puisse déranger la lecture. L'auteur a tout de même prévu un lexique à la fin. A noter aussi la qualité du travail d'édition. Non seulement le roman est illustré par Héloïse Goude, lauréate du prix Mille Saison dans la catégorie illustration, mais en plus l'objet est de qualité et la présentation est très soignée.
Lien : https://betweenthebooksentou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sempiternelle
  30 décembre 2017
L'univers est assez déroutant, et ce dès le début. Cela est dû à sa grande originalité, mais au fur et à mesure qu'il nous devient familier, on remarque certains éléments, comme le travail de recherche derrière l'univers. L'auteur parvient à créer son propre univers, tout en conservant des rappels à une réalité historique (je pense à la hiérarchie romaine, à la technicité des jeux d'arène). le contexte historique est bien maîtrisé, il y a de nombreuses références à l'époque romaine (l'histoire se déroule à l'époque de Commode) et cela permet de donner un support bien approfondi à l'intrigue qui s'y déroule.

Au milieu de tout cela, l'intrigue m'a d'emblée semblé étonnante. le début posé par la quête de Briana, accompagnée de Decimus, vers le Mons Caeli m'a beaucoup plu, et a pris des tournants auxquels je ne m'attendais pas. En parallèle, on découvre un village isolé avec des jeunes hommes se préparant à livrer combat. Et au milieu d'eux, un des personnages, Gurnt, est assez atypique, ayant un visage de lynx. Il faut savoir que les chapitres sont subdivisés en plusieurs points de vue (en fait, trois points de vue dominent la narration) ; donc, évidemment, j'ai attendu avec impatience le moment où tous ces personnages allaient se rencontrer. Ce qui n'a pas manqué de se passer. Mais là encore, je retiens du fil de l'histoire son imprévisibilité : j'ai eu beau me faire des hypothèses sur leur rencontre, sur le développement ultérieur de leurs relations, rien ne s'est produit (à l'exception de la romance).

En effet, survient un moment où l'on détecte des anachronismes. Et cela m'a dérangée au début. Puis, j'ai fini par m'y habituer, même si j'avoue que j'ai préféré la première partie plus traditionnelle (attention, il n'y a pas de séparation clairement marquée, c'est juste la façon dont j'ai ressenti la structure de l'intrigue). Par la suite, le rythme s'accélère, avec davantage d'action, une part de fantastique qui s'installe progressivement (parfois tiré par les cheveux, mais c'est surtout parce que je ne m'attendais pas à en trouver là) mais également beaucoup de révélations (et un peu de confusion par moments, notamment concernant les personnages qui font leur apparition). Au final, ce livre est tout simplement inclassable dans un genre précis, tellement il est atypique : il mêle un dernier genre que je ne vous précise pas, pour vous laisser la surprise (c'est vraiment important pour cette lecture).
Lien : http://letagereephemere.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fglire
  11 décembre 2017
Décimus Valérius officier romain ambitieux accepte d'escorter la jeune Briana, fille cadette du proconsul de Rhétie jusqu'au Mont Caeli, en échange d'une belle promotion. Briana espère y découvrir pourquoi les étoiles filantes de la région se dirigent  toutes vers cette montagne. Sauf que leur chemin va croiser un groupe de jeunes gaulois ayant soif de vengeance puisque les leurs sont régulièrement enlevés par le fortin situé, justement, sur le Mont Caeli (coïncidence ?). Parmi le groupe de Gaulois un jeune enfant chimérique entre l'homme et le lion dénommé Gurnt que le roman s'attache également à suivre.



En tant que lauréat du prix Mille Saisons 2016 (LIEN), Philippe Aurèle Auguste reprend ici l'univers qu'il avait commencé à dépeindre dans sa nouvelle Atrium Miracula paru dans l'anthologie La cour des Miracles (aux éditions du Grimoire). Nous sommes des années après, aussi avoir lu la nouvelle n'est pas forcément nécessaires même si quelques protagonistes apparaîssent succinctement en fin de roman. Avoir lu la nouvelle vous révélera des informations au préalable sur ce qui se trame sur le Mont Caeli sans pour autant en avoir la réalité profonde que vous découvrirez dans le roman, faisant de celui-ci autre chose que de la fantasy. Car Fantasy il y a avec les Chimères dont Gurnt est un des descendants.



J'ai accroché aux trois personnages principaux que sont Briana, Gurnt et Décimus pour des raisons différentes. La première pour sa naïveté touchante puis sa détermination. Gurnt pour son hybridation. Décimus pour sa richesse ; c'est sans aucun doute le personnages qui évolue le plus face aux événements, ambitieux, vindicatifs et vengeurs puis…



Je n'ai pas eu de soucis avec les termes latins employés du fait d'une compréhension direct dans le texte et d'un lexique en fin de roman pour les approfondir. Visiblement l'auteur s'est bien informé.



Le début du roman m'a intéressé, mais je dois avouer avoir eu un peu de mal par la suite avec la construction du récit du moment de la première attaque à la jonction des 3 personnages suscités. Non pas par le contenu mais par la forme d'alternance dans le récit qu'a choisi l'auteur. Nous suivons un protagoniste jusqu'à un moment t avant de partir sur un deuxième acteur qui reprend une partie des mêmes évènements (autre action par contre) pour les mener plus loin, etc… Je reconnais que cette construction à l'intérêt de nous dévoiler par petits bouts des parties cachées de l'intrigue à l'un ou l'autre personnage, mais je préfère lorsque les actions sont plus séquencées, donnant un rythme plus rapide à la lecture (question de goût ou d'habitude d'écriture).

Malgré tout, les personnages et l'intrigue sont suffisamment prenant pour que je sois passé outre ce sentiment, me permettant d'arriver à des éléments nouveaux, ne relevant pas de la fantasy, mais d'un autre genre proche que je ne dévoilerai pas pour vous laisser le plaisir de le découvrir.

Le dernier tiers du roman m'a donc emporté dans sa tourmente et dans des révélations sur l'univers créé par P.A Auguste qui ne sont pas, dans l'idée générale, sans me faire penser à un série de BD (chez Soleil) que je ne vous dévoilerai pas non plus.



Le bilan sur ce roman est donc positif. Avec son titre à plusieurs sens, L'empire des chimères vous conduira dans un imaginaire fertile, bien au-delà des murs d'une arène romaine.

A découvrir aux Editions du Grimoire
Lien : http://lecycledeleveil.e-mon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Philippe-Aurèle Leroux (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1448 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre